Bimensuel gratuit d'informations locales du Soissonnais

« 1001 facettes » d’un engagement

L'art de la culture festive

Le sculpteur et artiste aérosol Elvis Comica du Charmel travaille en direct.

Le festival « 1001 Facettes » 2017 a eu lieu sous l’œil vide mais bienveillant de la rosace de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes. C’est un emplacement somptueux pour cette dixième édition d’un événement qui a débuté à Acy-le-Haut en 2004.

Plutôt que d’une direction artistique, la programmation est toujours venue des enthousiasmes et envies et talents de ses multiples bénévoles. Les arts et la culture, musique, théâtre, cirque, sont abordés sur un ton festif.

« Le Bar à mômes », venu de Amiens pour encourager les enfants de Soissons à boire, proposait des boissons à base de pastilles fruitées et d’eau… sèche, bien plus commode à manier pour un barman que la version mouillante et facilement dégoulinante. Les enfants étaient assis devant le comptoir, mais les adultes se pressaient derrière eux.

Affiches contestataires à l’Arsenal

L’ambiance pourrait faire penser à la Fête de l’Humanité sur une petite échelle. L’engagement à gauche, politique et environnemental, est comme un parfum qui émane des participants, aussi bien sur les plateaux que dans les salles. Il justifie les choix. Il explique ce qui a été certainement la composante la plus incisive du festival, l’exposition au premier étage de l’Arsenal d’affiches contestataires. Michel Defromont, qui l’a organisé, a fait appel à des collectionneurs. Les affiches, dont plusieurs regardent en arrière vers les plus célèbres de mai 68, illustrent une vision alternative de la société, des aspirations qui vont à l’encontre de celles que s’efforcent d’imposer les pouvoirs établis. L’humour plane partout. Hélas, le troisième et dernier jour du festival, deux affiches ont été arrachées, non pas pour dénoncer leur message mais pour s’offrir une pièce de collection.

Qu’en sera-t-il de « 1001 Facettes » dans deux ans, pour la prochaine édition ? Certains redoutent la course au financement (la gratuité du festival est un principe de base) ; d’autres font confiance à l’énergie renouvelée des bénévoles. Une condition, rappelle l’un d’eux : que ceux qui participent depuis le début soient rejoints par des nouveaux aussi énergiques, aussi jeunes d’esprit.

denis.mahaffey@levase.fr

About the Author

Denis MahaffeyJournaliste, écrivain, traducteur... et irlandais, il a vécu en France plus longtemps qu'en Irlande, mais tient au statut d'"étranger", qui aiguise l'observation et son expression en mots. View all posts by Denis Mahaffey

© 2014 Le Vase Communicant
Tous droits réservés
23 bis rue des Cordeliers - 02200 SOISSONS
Mob : 06 01 68 97 60 - Fixe : 03 23 76 21 32
E-Mail : contact@levase.fr - Web : www.levase.fr