Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Gilets jaunes : le plan d’action du 17 novembre à Soissons

Les organisateurs de l’opération « gilets jaunes » à Soissons présentent leur plan d’action pour la journée du 17 novembre.

 

Barrage filtrant

Un barrage filtrant est programmé samedi 17 novembre de 10h à 14h au rond-point de l’Archer. Les organisateurs seront équipés de gilets orange et les manifestants en gilets jaunes seront regroupés au centre du rond-point pour une question de sécurité.

Chaque véhicule entrant sur le rond-point devra sortir sur l’axe suivant et suivre une déviation. Les véhicules d’urgence pourront quant à eux circuler sur la partie intérieure.

 

Blocage total

Le blocage total du rond-point de l’Archer débutera à partir de 14h. La préfecture a prévu des déviations pour les automobilistes.

Au moment de la mise en place du blocage total, l’opération escargot en provenance de Villers-Cotterêts sera en approche. Pour info, le rendez-vous des participants à l’opération escargot a été fixé à 12h au lycée européen pour un départ à 13h. Elle sera escortée par la gendarmerie.

L’arrivée de l’opération escargot à l’Archer aura été préparée en amont par les gilets orange et jaunes présents sur le rond-point. Les plots seront retirés pour faire circuler les véhicules dans la partie intérieure. Le stationnement est prévu dans cette partie, ainsi que dans les parkings des alentours. Les véhicules d’urgence continueront de passer, mais sur la partie extérieure cette fois.

Le mouvement sera rejoint par les motards de Crouy pour commencer alors le blocage total.

 

Une 20aine de manifestations dans l’Aisne

Suite aux différents appels à la mobilisation lancés sur les réseaux sociaux, la préfecture de l’Aisne a recensé une vingtaine de manifestations dans le département. Elle indique que les manifestations auront lieu principalement aux abords des agglomérations les plus importantes (Laon, Saint-Quentin, Soissons, Château-Thierry, Chauny-Tergnier, La Fère) et concerneront notamment la RN2 et la RN31, ainsi que certains accès aux autoroutes A4 et A26.

Publireportage

PFMA : nouvelle enseigne et même équipe au rond-point de l’Europe

Même lieu, mêmes services : sous sa nouvelle enseigne PFMA (Pompes Funèbres Marbrerie de l’Aisne), l’agence funéraire poursuit son activité au rond-point de l’Europe face au cimetière de Soissons.

PUBLIREPORTAGE

L’ancienne franchise nationale du 57 avenue de Compiègne est devenue PFMA depuis août 2018 tout en conservant son site historique, l’un des plus grand site funéraire de la région. Dans son élan, PFMA entreprend des innovations pour le bien-être des familles, avec la création d’une chambre funéraire et la modernisation de l’espace de vente.

Une nouvelle enseigne, mais une même équipe toujours présente et au service des familles. Avec elle, les valeurs de respect, d’humanité, de proximité et de transparence restent le fondement de PFMA. De même, son offre de services de pompes funèbres ne fait que s’affirmer, à savoir la marbrerie, les contrats obsèques, l’accès aux salons funéraires et les fleurs. Une offre de fleurs qui est justement enrichie en cette période de fin d’année, avec les floqués de Noël.

Toute l’équipe de la nouvelle enseigne PFMA est donc à la disposition des familles, et cela 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, puisque une permanence téléphonique lui permet d’être joignable à tous moments. L’agence est quant à elle ouverte sans interruption du lundi au vendredi de 9h à 18h30, et le samedi de 9h à 17h.

PFMA (Pompes Funèbres Marbrerie de l’Aisne)
Soissons

57 avenue de Compiègne,
face au cimetière, au rond-point de l’Europe

Tél. : 03 23 76 22 74
belot@pfme.fr

Continuer la lecture

Actualités

Realiss Quartiers au cœur de Presles

Les travailleurs en gilets jaune de Realiss Quartiers font désormais partie de la vie quotidienne des habitants de Presles. L’association s’est en effet installée il y a un an au cœur du quartier, rue Pierre Curie, et elle y déploie ses employés en chantier d’insertion pour entretenir les lieux.

Clotilde Lemaire et Renaud de Miniac au cœur du quartier de Presles, ici sur le « terrain rouge » désormais parfaitement entretenu grâce à l’action de Realiss Quartier.

L’entretien des parties communes des immeubles et des espaces verts en chantier d’insertion est en effet la mission première de Realiss Quartiers. Tout l’enjeu est ici de proposer un retour vers l’emploi à des personnes en situation précaire et qui ne travaillent plus depuis des mois voire des années. A la différence que Realiss Quartiers s’adresse aux quartiers prioritaires de la ville de Soissons et embauche des demandeurs d’emploi issus des quartiers de Presles, Chevreux et Saint-Crépin. 14 personnes participent actuellement aux chantiers d’insertion, encadrées par Renaud de Miniac (directeur), Clotilde Lemaire (accompagnatrice socio-professionnelle) et Kévin Magnien (encadrant technique). Leur contrat d’insertion de 20h à 28 h par semaine est ainsi un tremplin pour retrouver un emploi puisque les travailleurs doivent eux-mêmes avoir leur projet professionnel.

Mais Realiss Quartiers propose également des actions ponctuelles au service des habitants comme la décoration des transformateurs électriques et des actions régulières comme du soutien scolaire, de l’alphabétisation et tout récemment des cours d’informatique. Une quatrième personne apporte ici son concours : Mohammed Aissaoui.

Le projet a été porté par l’actuel directeur Renaud de Miniac, soutenu dès le départ par la Ville de Soissons et l’Opal. Il a ensuite vu le jour avec le soutien de l’association Aliss qui en assure la gestion. Realiss Quartiers a alors débuté son activité en octobre 2017 avec ses dix premiers salariés. « Après un an d’existence, les gens commencent à nous connaître, confient Renaud et Clotilde, et nous voyons également les effets bénéfiques sur les salariés. » A l’entame de leur deuxième année d’activité, ils veulent surfer sur la même dynamique et même augmenter leurs effectifs. Ils ont également l’ambition de mettre en place le projet de jardins partagés : « Des plantations de légumes en pied d’immeubles, une action qui se faisait auparavant et qui n’a pas encore été reprise. Elle entre complètement dans l’état d’esprit de Realiss Quartiers, à savoir faire du bien aux trois quartiers prioritaires que sont Presles, Chevreux et Saint-Crépin. »

Le PIC

Si vous êtes un habitant ou une association des quartiers de Presles, Chevreux, Saint-Crépin ou Saint-Médard, Realiss Quartiers peut vous accompagner dans un Projet d’Initiative Citoyenne (PIC). Il s’agit d’une aide pouvant aller jusqu’à 1 000 € pour financer un projet qui vise à mettre de la vie dans les quartiers et réaliser une action collective. Elle doit favoriser la convivialité et la solidarité, afin de créer du lien social entre les habitants ou améliorer le cadre de vie du quartier.
Les dossiers peuvent être retirés dans les centres sociaux ou à l’association Realiss Quartier. Une commission se réunit tous les mois pour traiter les projets et accorder ou non le financement du PIC.

Continuer la lecture

Actualités

L’ASPAM : 20 ans d’actions au château de Berzy

L’Association de Sauvegarde du Patrimoine de l’Aisne Méridionale (ASPAM) a fêté ses 20 ans d’existence, en présence d’un public nombreux au château de Berzy-le-Sec.

A gauche, Le château de Berzy-le-Sec au départ des travaux de rénovation. A droite, Le château aujourd’hui avec la chapelle et le chemin de ronde réhabilités.

20 années d’actions pour la sauvegarde du château de Berzy-le-Sec, ce sont avant tout 20 années faites de rencontres et d’amitiés. Quand il retrace l’histoire de l’association, Bruno Lestrat, président-fondateur de l’ASPAM, pense en effet aux hommes et aux femmes qui ont participé à l’aventure : « La naissance de cette association est le fruit d’une amitié d’enfance avec Jean-Philippe Berton, un partenaire de jeu et de réflexion sur le monde qui nous entoure. Cette idée de création d’une structure autour de l’animation et la sauvegarde des ruines du château a commencé à germer dans les années 1994/1995 pour se concrétiser quelques années plus tard. »

Concrétisation le 15 mai 1998 exactement, avec le soutien de la commune et du comité d’animation de Berzy, « auxquels il faut ajouter désormais la commune de Noyant-et-Aconin, précise Bruno. Habitants et jeunes du village, familles et amis ont alors intégré cette nouvelle structure. » L’année suivante, c’est la rencontre avec Ludovic, le futur tailleur de pierre de l’association, et Emile, « un bénévole très enthousiasmant et dangereusement envoûtant ».

La chapelle Sainte-Claude entièrement rénovée du sol au plafond.

2000 est marquée par l’adhésion de l’ASPAM à l’Union Rempart et 2001 par l’organisation du premier chantier international de bénévoles : « Un acte fondateur, une amitié profonde s’est tissée avec ce groupe qui a constitué la cheville ouvrière de l’association, sans oublier Roger, toujours disponible à toutes heures et tous temps. » Autre rencontre décisive cette année-là, avec Hubert Dufour, qui aboutira à la restauration de la chapelle Sainte-Claude.

L’association poursuit ensuite son évolution avec des nouveaux chantiers et stages techniques, « entourés d’encadrants compétents et pédagogues, d’intendants et de bénévoles fidèles, ajoute Bruno. Aujourd’hui, l’ASPAM organise chaque année près d’une soixantaine de stages mobilisant plus de 500 inscriptions autour de 22 thèmes différents. » L’ASPAM, ce sont aussi 2 500 bénévoles qui ont mis leur pierre à l’édifice durant ces 20 années, et un budget de 180 000 € par an aujourd’hui, dont 50 % sont autofinancés.

« Les mots sauvegarder, partager et transmettre prennent désormais tout leur sens ici, conclut le président, alors rendez-vous dans 10 ans en 2028, pour les 30 ans de l’ASPAM. »

Vue de la cour intérieure du château à la fin des années 70, juste avant que l’édifice devienne communal en 1983.
Le public venu en nombre à Berzy pour célébrer les 20 ans de l’ASPAM.

Continuer la lecture
P U B L I C I T É
LA MARMITE D’EDDIE – Corporate – 09-2018

Catégories

Facebook

Inscription newsletter

Top du Vase