Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Mélissa Aït Mesghat sait ce qu’elle fait

Mélissa Aït Mesghat, directrice de l’Espace Jeunesse et Culture de Soissons, pose pour la photo devant le logo de l’association.
Mélissa Aït Mesghat, directrice de l’Espace Jeunesse et Culture de Soissons, pose pour la photo devant le logo de l’association.

Mélissa Aït Mesghat, directrice de l’Espace Jeunesse et Culture de Soissons, pose pour la photo devant le logo de l’association. Les lettres « EJC » y sont encadrées à gauche par un demi-anneau, recouvert de sillons de CD en haut et se fragmentant en bas en petits carrés. Le nom s’imprime en toutes lettres sous ce dessin dans une police sobre, mais avec une touche de fantaisie dans le « P » et le « R ».

Le logo traduit adroitement l’activité de l’EJC à Soissons, centrée sur les « musiques actuelles » mais qui se décline en toutes sortes d’ateliers, de la danse à la mécanique. Il remplace une série d’animaux de bande dessinée, pour mieux refléter le sérieux de ce qui se fait dans une ambiance détendue. Quel graphiste professionnel l’a dessiné ? « Mais c’est moi-même » déclare Mélissa avec un sourire.

Elle « sait ce qu’elle fait », comme on dit pour reconnaître la compétence. Mais Mélissa sait en plus ce qu’elle entend faire : bâtir une structure qui nourrit les talents, compter sur une équipe (Emilie Gamallo est son assistante), construire l’avenir en accord avec toutes les parties.

Mélissa, dont les grands-parents ont quitté la Kabylie pour l’Aisne, naît à Château-Thierry et y fait sa scolarité, suivie d’études universitaires dans le secteur culturel à Reims.

Elle occupe ensuite une série de postes dans des centres culturels, remplaçant des personnes en congé de maternité : programmation de la saison à Witry près de Reims, Charleville-Mézières pour le festival des marionnettes, puis six mois à Paris dans la production de films, suivie de la direction d’un centre culturel dans les Ardennes. Comment a-t-elle fait pour les obtenir ? « Que par les rencontres ! » admet-elle, en reconnaissant le réseau qu’elle s’est construit. Elle a appris ainsi les responsabilités du métier, mais s’est engagée aussi dans l’animation pratique d’activités – qu’elle continue avec un atelier d’éveil corporel à Soissons.

Encouragée par une amie elle a postulé pour le poste de directrice à Soissons, et a été acceptée. « C’est mon premier CDI ! » jubile-t-elle.

Arrivée en cours de saison, elle commence par une période d’observation. « L’EJC n’était pas assez visible, avait un problème d’identité. » L’ancienne « Maison » était devenue « Espace » à la suite de conflits, mais Mélissa ne s’y attarde pas : « On regarde en avant, pas en arrière. » Elle se met au travail, obtient de la Ville que les locaux, imbriqués dans le même ensemble que la Scène culturelle et l’ancien Conservatoire, soient rénovés.

Les activités sont revues et développées. La participation augmente depuis quatre ans. Le « bœuf » du mardi soir est devenu l’événement musical de la semaine en ville. La rentrée de septembre verra trois nouveaux ateliers : Rythme et oreilles, Trompette et tambour et « Le Comptoir » (atelier de chant qui prend son nom du comptoir autour duquel l’idée est née).

Mélissa Aït Mesghat répondant sans hésitation à toutes les questions, parle peu de sa vie personnelle. Ce n’est pas son propos en acceptant l’entretien. Elle parle de ce qu’elle fait – et de ce qu’elle sait faire.

EJC de Soissons – Fédération départementale des MJC de l’Aisne : 7 Rue Jean de Dormans – 03 23 93 05 48.

Actualités

Rockwool a ouvert sa première concertation publique

Maurice Laboue, directeur du projet Rockwool sur le Plateau, ici à la salle polyvalente de Courmelles.

Le groupe Rockwool France a organisé sa première réunion de concertation publique à Courmelles. Quatre autres réunions suivront jusqu’au 5 février, toutes sur un thème différent.

 

Rockwool ayant annoncé un projet d’implantation d’une usine de fabrication de laine de roche sur le parc d’activités du Plateau, le groupe a décidé de rencontrer la population avant de rendre sa décision d’ici l’été 2019 de s’installer ou non dans le Soissonnais. A l’occasion de cette réunion d’ouverture, le directeur général Rafael Rodriguez a précisé : « Bien que les caractéristiques du projet d’usine ne l’imposent pas, Rockwool a volontairement choisi d’organiser une concertation pour informer le grand public et répondre aux interrogations sur l’état d’avancement du projet, ses objectifs et ses effets. Mais aussi pour enrichir ce projet en intégrant les besoins et les attentes exprimés par le public, pour aboutir à des solutions partagées. »

 

De plus, afin de garantir la plus grande transparence, un garant inscrit sur la liste nationale des garants établie par la Commission nationale du débat public, en l’occurence François Desmazière, a été sollicité. Il assurera l’intermédiaire neutre et indépendant entre le public et le groupe durant les réunions. « Je ne juge pas sur le fond, précise-t-il, je ne suis pas commissaire-enquêteur, mais je suis là pour veiller au bon déroulement de la concertation. » François Desmazière peut d’ailleurs recueillir les interrogations de la population via l’adresse mail : garant.concertation.rockwool@gmail – Les questions peuvent aussi lui être communiquées sur un coupon T distribué dans un dépliant d’information en début de réunion.

Environ 80 personnes ont ainsi pris place dans la salle polyvalente de Courmelles pour cette réunion d’ouverture. Suite à la présentation des dirigeants du groupe et aux réponses aux questions posées, le public a notamment appris que le projet prévoit une usine avec une capacité de production de plus de 110 000 tonnes de laine de roche par an, correspondant à l’isolation complète d’environ 80 000 maisons individuelles. Elle génèrera un trafic d’environ 100 camions par jour sur la zone du Plateau, mais aussi 130 à 150 emplois directs et 300 à 400 emplois indirects. L’usine sera également construite avec trois cheminées dont une principale qui ne dépassera pas les 50 mètres. L’espoir de conserver l’aérodrome de Soissons – Courmelles est alors entretenu mais la décision finale sera donnée par la Direction générale de l’aviation civile.

A savoir que toutes ces informations et les réponses aux questions du public peuvent être suivies au fur et à mesure de la démarche de concertation, sur le site dédié à ce dossier :https://www.soissons.rockwool.fr/

Les prochaines réunions de concertation publique :

Réunion publique sur le thème «Maîtrise des impacts environnementaux» : mardi 22 janvier à 18h30, à l’Espace culturel de Belleu.

Réunion publique sur le thème «Emploi, formation et retombées économiques» : jeudi 24 janvier à 18h30, à l’hôtel de ville de Soissons.

Réunion publique sur le thème «Paysage et maîtrise des nuisances» : vendredi 1er février à 18h30, à la salle polyvalente de Chaudun.

Réunion publique de clôture : mardi 5 février à 18h30 à la salle Prestige des Terrasses du Mail de Cuffies.

Continuer la lecture

Actualités

Rockwool organise une concertation publique

Le groupe Rockwool a annoncé son projet d’implantation d’une usine de fabrication de laine de roche sur le parc d’activités du Plateau, plus précisément sur les communes de Ploisy et Courmelles. Sa décision de s’installer ou non dans le Soissonnais sera prise au milieu de l’année 2019.

Des procédures d’autorisation et une enquête publique prévues par la loi interviendront en amont. Mais avant cela, le groupe fait la démarche d’organiser une concertation préalable, sous l’égide d’un garant indépendant. Le but est de rencontrer la population et de répondre aux questions « de manière ouverte et transparente », assure-t-il. Ces réunions de concertation publiques de déroulent du 8 janvier au 5 février inclus.

Et pourquoi cette concertation préalable ? Comme le mentionne le code de l’Environnement : la concertation préalable permet de débattre de l’opportunité, des objectifs et des caractéristiques principales du projet des enjeux socio-économiques qui s’y attachent, ainsi que de ses impacts significatifs sur l’environnement. Le groupe Rockwool communique aussi que « la concertation doit permettre d’éclairer le porteur de projet sur les suites qu’il entend donner à son projet, notamment les études nouvelles à conduire ou la manière dont il peut le faire évoluer. » Il ajoute qu’à la différence d’une enquête publique, « une concertation préalable s’appuie sur des études très en amont, dites études de faisabilité. Elle ne permet donc pas de débattre sur des études détaillées – dont l’étude d’impact environnemental – qui seront réalisées en vue de l’enquête publique. »

Pour s’informer et participer à la concertation préalable :

  • Réunion publique d’ouverture : mardi 8 janvier à 18h30, à la salle polyvalente de Courmelles.
  • Réunion publique sur le thème « Maîtrise des impacts environnementaux : mardi 22 janvier à 18h30, à l’Espace culturel de Belleu.
  • Réunion publique sur le thème « Emploi, formation et retombées économiques » : jeudi 24 janvier à 18h30, à l’hôtel de ville de Soissons.
  • Réunion publique sur le thème « Paysage et maîtrise des nuisances » : vendredi 1er février à 18h30, à la salle polyvalente de Chaudun.
  • Réunion publique de clôture : mardi 5 février à 18h30 à la salle Prestige des Terrasses du Mail de Cuffies.

Continuer la lecture

Publireportage

PFMA : nouvelle enseigne et même équipe au rond-point de l’Europe

Même lieu, mêmes services : sous sa nouvelle enseigne PFMA (Pompes Funèbres Marbrerie de l’Aisne), l’agence funéraire poursuit son activité au rond-point de l’Europe face au cimetière de Soissons.

PUBLIREPORTAGE

L’ancienne franchise nationale du 57 avenue de Compiègne est devenue PFMA depuis août 2018 tout en conservant son site historique, l’un des plus grand site funéraire de la région. Dans son élan, PFMA entreprend des innovations pour le bien-être des familles, avec la création d’une chambre funéraire et la modernisation de l’espace de vente.

Une nouvelle enseigne, mais une même équipe toujours présente et au service des familles. Avec elle, les valeurs de respect, d’humanité, de proximité et de transparence restent le fondement de PFMA. De même, son offre de services de pompes funèbres ne fait que s’affirmer, à savoir la marbrerie, les contrats obsèques, l’accès aux salons funéraires et les fleurs. Une offre de fleurs qui est justement enrichie en cette période de fin d’année, avec les floqués de Noël.

Toute l’équipe de la nouvelle enseigne PFMA est donc à la disposition des familles, et cela 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, puisque une permanence téléphonique lui permet d’être joignable à tous moments. L’agence est quant à elle ouverte sans interruption du lundi au vendredi de 9h à 18h30, et le samedi de 9h à 17h.

PFMA (Pompes Funèbres Marbrerie de l’Aisne)
Soissons

57 avenue de Compiègne,
face au cimetière, au rond-point de l’Europe

Tél. : 03 23 76 22 74
belot@pfme.fr

Continuer la lecture
P U B L I C I T É
LA MARMITE D’EDDIE – Corporate – 09-2018

Catégories

Facebook

Inscription newsletter

Top du Vase