Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Quand les médias nationaux s’arrêtent dans l’Aisne

En deux jours, l’Aisne et Soissons se sont retrouvés à la une des médias, avec la diffusion d’un documentaire sur LCP et la journée spéciale de RTL délocalisée dans la cité du Vase. Si la programmation de la première radio de France en terme d’auditeurs a, de l’avis général, renvoyé une image positive de la ville, il n’en est pas de même pour le reportage télévisé. Un média national qui se joue des clichés pour décrire le territoire, c’est devenu une mauvaise habitude.

Les médias nationaux viennent-ils dans l’Aisne comme ils prendraient un billet pour visiter le « zoo de la misère » ? C’est pratique : c’est pas loin, c’est pas cher et on peut faire de belles images misérabilistes… C’est du moins ce qu’ont laissé à voir les derniers reportages sur le territoire. Certains restent encore choqués du traitement local des Municipales 2014 par les télés nationales. Pas de souvenir en revanche sur un reportage citant en exemple l’Aisne qui se bouge et qui veut se reconstruire. Peut-être était-ce le sujet du documentaire diffusé sur La Chaîne Parlementaire, et cela sans passer par les caricatures devenues habituelles des Axonais ? « J’ai conscience que les personnages de mon documentaire peuvent apparaître comme des clichés » a déclaré Ludivine Tomasi, la journaliste de LCP… Évidemment, cela n’annonce pas un instantané photographique du territoire très positif.

Le sujet de ce reportage de 53 mn : « Cette France qui n’attendait pas Macron ». Alors oui, le département de l’Aisne avait mis Marine Le Pen en tête dès le premier tour avec 36 % des voix, devant Emmanuel Macron à 18 %. Vote confirmé au second tour pour la candidate du Front National à 53 %, le futur président à 47 %, le tout avec une forte abstention de 24 %. Il n’en faut pas plus pour qu’une rédaction parisienne vienne une nouvelle fois chercher ici le témoignage du fameux électeur frontiste. Ou non… le seul fait d’entrer dans l’Aisne en devient l’aventure d’une avancée en territoire hostile. Dès ses premiers commentaires, la journaliste pose le décor : « Faut dire que je ne suis pas n’importe où. Ici, c’est l’Aisne… » Par ces mots et le ton employé, on ne peut s’empêcher d’entendre Michel Galabru dans « Bienvenue chez les ch’tis » : « Ici, c’est le Noorrrd… ». A ceci près qu’on est ici dans une comédie potache.

Mais pas d’effets comiques dans ce documentaire, non c’est bien un drame, une tragédie qui se trame. La réalisation enchaîne en effet sur l’image d’un panneau « rue des pauvres », tout en évoquant bien sûr l’illettrisme des Axonais : « On reprend du départ, l’alphabet, les chiffres… » Cela continue par « Ici, le malaise est profond » illustré par un autre panneau « La désolation » ! Pour remettre les choses à leur place, ce panneau du lieu-dit « La désolation » que la rédaction de LCP a réussi à trouver se situe à Flavigny-le-Petit, à la sortie de Guise. Il marque le champ de bataille où 2 643 combattants français ont été tués en août 1914 et octobre 1918. C’est aujourd’hui une nécropole nationale qui fait penser qu’avec ce raccourci imagé le malaise est bien profond.

L’Aisne est décidément le lieu de tous les maux : « Les fermetures d’usines poussent à la déprime », ceci tout en montrant La Sucrerie de Bucy-le-Long, pourtant en pleine activité soit dit en passant. Ludivine Tomasi témoigne qu’elle « a rencontré des citoyens perdus » et qu’elle « n’a pas eu à aller bien loin dans la banlieue de Soissons » pour trouver « Dédé le roi de la casse ». Elle qui cherchait l’électeur du Front National pur et dur, il faut bien avouer qu’elle l’a trouvé en Dédé, adepte en toute franchise de « la France aux Français ».

Puis comme dans un bon film dramatique où le héros poursuit sa descente en enfer, voilà que la journaliste a la folle idée de prendre la route vers… la Thiérache : « Dans la nuit, commente-t-elle, on m’invite à m’enfoncer davantage dans la campagne picarde, au fin fond du nord de l’Aisne… Le pays du Maroilles… » Comme si le Maroilles était en soi un signe de régression. Alors évidemment, quand Jean-Pierre trempe sa tartine de Maroilles dans son café à 7h du matin après la première traite, il donne aussi de l’eau à son moulin.

Mais au-delà des clichés, l’équipe de LCP a réussi à réaliser des portraits très touchants, des témoignages tous très poignants sur leurs conditions de vie. C’est aussi le cas pour le jeune Laonnois Jordan et l’équipe médicale de l’hôpital de Prémontré. On n’échappe pas malgré tout à de nouveaux lieux communs qui enfoncent bien le territoire : « La psychiatrie c’est l’oublié des oubliés de la santé en France, alors la psychiatrie dans l’Aisne… » Ludivine Tomasi a de plus voulu conclure son reportage par une note positive, « une lumière dans l’obscurité » comme elle le voit : celle d’Aurélie et Olivier, un couple vivant à Bucy-le-Long avec leurs deux enfants. Un couple moderne et actif dont le papa est au foyer, cultive son jardin potager, s’occupe des enfants au quotidien, et dont la maman travaille à Paris. Un témoignage positif certes, mais qui dans l’autre sens n’est pas représentatif non plus de l’Axonais moyen.

Voilà ce qu’aimerait voir l’habitant de l’Aisne dans les reportages qui lui sont consacrés : l’Axonais moyen, celui qui vit comme tout autre Français, celui qui s’engage et qui agit aussi pour son territoire, et surtout celui qui n’est pas systématiquement dépressif ou extrémiste. Mais les clichés ont la vie dure, et il est probable que les médias nationaux mettent encore la « misère » axonaise en exemple. Bien sûr, il faut aussi être conscient que ce ne sont pas les trains qui arrivent à l’heure qui suscitent l’intérêt.

Actualités

Le CDG Express confirmé mais reporté

Alors que la ligne ferroviaire du Charles de Gaulle Express devait être opérationnelle pour les Jeux Olympiques de Paris 2024, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a annoncé son report à décembre 2025.

La ministre des Transports avait confirmé début 2019 la construction du CDG Express : un train rapide qui ralliera l’aéroport de Roissy au centre de Paris, plus précisément le terminal 2 de Roissy – Charles-de-Gaulle à la gare de l’Est. La ligne sera aménagée pour un budget d’1,8 milliard d’euros, dont 500 millions d’euros iront à l’amélioration du RER B. Le trajet de 32 km durera 20 mn et coûtera 24 €. Le territoire soissonnais s’en trouve concerné puisque la liaison du CDG Express utilisera les mêmes voies que les 27 circulations quotidiennes du TER Paris – Laon entre la Plaine Saint-Denis et Mitry-Mory, de même que les circulations de la ligne K du Transilien Paris – Crépy-en-Valois.

Elisabeth Borne souhaitait donc que la ligne soit mise en service au 31 décembre 2023 et surtout prête à temps pour les JO de 2024, tout en assurant que « cela ne se fera pas au détriment des transports du quotidien ». Mais devant les deux scénarios présentés par le préfet de la région Ile-de-France, le gouvernement a préféré opter pour le plan B, celui d’un CDG Express livré en décembre 2025, qui permettra de réaliser les travaux dans des conditions acceptables pour les usagers. Ce second scénario entraînera en revanche un coût supplémentaire, « de quelques dizaines de millions d’euros, a précisé Elisabeth Borne, une centaine au maximum ».

Document d'illusration

Projet contesté

Le projet reste toutefois contesté par de nombreux usagers, habitants et élus de l’Ile-de-France. Une association nommée « Non au CDG Express » s’est même créée pour interpeller la ministre des Transports : « Stop à ce scandale d’Etat, financier, environnemental, social. » Les membres demandent en effet la priorité aux transports du quotidien : « Rappelons que le CDG Express ce sera 152 trains directs par jour dans les deux sens entre la gare de Paris Est et l’aéroport CDG pour transporter seulement 17 000 passagers par jour, à comparer aux 900 000 usagers journaliers pour le seul RER B. Un train inaccessible aux usagers franciliens avec la tarification Ile-de-France Mobilités et un billet – pour un seul trajet – estimé à ce jour entre 24 et 29 € ! Ça suffit, dans une période où de plus en plus de citoyens se sentent exclus, ce projet ségrégatif va amplifier cette fracture sociale sur des territoires où les populations sont déjà en grande souffrance. »

Pour argumenter son désaccord, le collectif prend en exemple les impacts possibles sur des lignes existantes : « Outre le RER B, et en ricochet le RER D, la ligne K et le TER Picardie, ce projet aura aussi de lourds impacts sur la circulation des trains de la ligne P venant de Meaux, La Ferté-Milon ou Château-Thierry, voire du RER E du fait de l’utilisation de la gare de l’Est comme terminus, avec 3 voies, voire 4 en situation perturbée, dévolues au seul CDG Express, compromettant toutes possibilités de développement. Dénonçons également le passage en force du gouvernement qui lançait des travaux sur Mitry-Mory alors que la concertation était en cours. »

Pour l’association « Non au CDG Express », le projet est ni plus ni moins « une opération purement financière au service d’intérêts privés, au moment où l’Etat veut privatiser “Aéroports de paris” et que Vinci est sur les rangs pour se l’accaparer, une société qui bénéficie déjà des larges rentes des autoroutes dans une période où le scandale de leurs privatisations refait l’actualité avec la hausse des péages. »

TER Hauts-de-France

La mise en garde des élus

Lors de l’enquête publique sur la réalisation du CDG Express, les principaux élus de la région Hauts-de-France, du département de l’Aisne et du Soissonnais s’étaient adressés au commissaire-enquêteur pour lui faire part des craintes des usagers et a demandé des engagements de la part de l’Etat : « Nous souhaitons être pleinement rassurés sur les effets de ce projet, les usagers de la ligne Paris-Laon subissant d’ores-et-déjà des perturbations récurrentes depuis de très nombreuses années – ponctualité déficiente, suppressions de trains, mauvais état de la ligne, etc –, et des menaces continuant de peser sur la pérennité de cette ligne à l’horizon 2024 si aucune amélioration ne lui est apportée (…)
Si nous sommes bien entendu conscients de l’importance de ce projet emblématique du Grand Paris pour les usagers de l’aéroport Charles de Gaulle, il ne saurait en aucun cas se réaliser au détriment des usagers du Laonnois, du Soissonnais et du Valois. Nous demandons donc un engagement fort et sans ambiguïté de la part de l’État, et de la SNCF, sur le maintien de la fréquence des TER entre Laon et Paris, et qu’aucun impact négatif ne vienne perturber le fonctionnement actuel de la ligne ni pendant les travaux, ni après sa mise en service. »

Continuer la lecture

Actualités

Les nouvelles berges de l’Aisne prennent forme

La transformation des berges de l’Aisne et de la rive droite de Soissons se poursuit. Les travaux ont débuté en octobre 2018 pour une fin programmée en décembre 2019.

Fin mai, le maire Alain Crémont annonçait : « Les plantations de vivaces sont en cours, les futures bornes électriques et eaux qui serviront pour les manifestations ont été posées ; les salons urbains avec WiFi gratuite sur le quai des Berges des 3 Roys sont en achèvement et le début de coulage des dalles en béton sur l’ensemble du quai est programmé sous un mois ; l’ossature de la plate-forme de promenade en bois est réalisée, avec les planches posées à partir de début juin.

Les Soissonnais pourront profiter de la promenade et de l’espace pique-nique dès cet été.

Continuer la lecture

Actualités

Les visages de la tolérance sur les murs de Presles

Jay Shoko, Bless NSG, Mimosa, Touchit et Martoch sous leurs noms de graffeurs, ou plutôt Joachim, Mounaim, Agibu, Marc et Rachid (dans le désordre) ont présenté leur fresque aux habitants du quartier de Presles à Soissons, à l’occasion de la Fête des voisins.

Dans le cadre d’un chantier jeunes du centre social de Presles et #aulocal, les cinq jeunes en insertion professionnelle avaient pour mission de travailler sur le mieux-vivre ensemble et la tolérance. Avec l’artiste Baptiste Provenzano, ils ont alors réalisé cette fresque représentant Coluche, Simone Veil, Nelson Mandela et Malala Yousafzai : les personnes qui pour eux symbolisent le plus ces valeurs humaines. Quatre portraits aux côtés desquels ils ont apposé cette citation de Nelson Mandela : « Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès. »

Avec cette fresque créée en quatre jours à côté du centre social, le quartier de Presles s’en trouve véritablement embelli et grandi.

Continuer la lecture
P U B L I C I T É
LA MARMITE D’EDDIE – Corporate – 09-2018

Catégories

Facebook

Inscription newsletter

Top du Vase