Bimensuel gratuit d'informations locales du Soissonnais

Camille Claudel : l’intensité d’une artiste

L'art de la sculpture en livre

« La Vague » (1897)

Il y a trente ans, un panneau à l’entrée de Fère-en-Tardenois annonçait que le poète Paul Claudel y était né. Et Camille, sa sœur ? Ah bon, il avait une sœur ? La renaissance de la réputation de ce sculpteur a changé les choses. A présent, son nom précède celui de son frère sur le panneau.

Les réputations sont certes fluctuantes, mais les trente ans passés par Camille Claudel dans un asile, à la demande de sa famille, ont pu assourdir la sienne.

Cette observatrice de la nature humaine est maintenant reconnue, célèbre même, et un musée consacré à son œuvre vient de s’ouvrir à Nogent-sur-Seine.

Eric Boutigny couronne quinze ans de travail par la sortie d’un album qu’il a écrit, conçu et produit au sujet de « Camille ». « Je le destine au grand public » a-t-il annoncé en présentant le livre au dernier « Dimanche du livre ».

Ainsi il propose des photos d’une trentaine de ses œuvres, accompagnées chacune par un texte qui la place dans son contexte : sa création, ses influences, son histoire. Il y a plusieurs images de la même sculpture, pour tenir compte de ses trois dimensions.

« La vague », qui aurait été influencée par une autre vague, celle du Japonais Hokusaï, illustre ce qui caractérise l’approche de Camille Claudel. Elle traduit la vitalité des trois baigneuses sur lesquelles la vague va se briser avec une intensité qui crée un contraste entre leur animation et leur immobilité. « Les Causeuses » est un autre exemple : un groupe de femmes se penchent les unes vers les autres, les propos qu’elles échangent presque sonores dans le silence du bronze.

Eric Boutigny reconnaît la constance du travail : « Elle est restée fidèle à son désir premier : sculpter, façonner de ses mains ce qu’elle vivait profondément et intensément. »

Le livre offre une riche introduction au travail de Camille Claudel par la qualité des photos d’Eric Boutigny, qui ne sont pas que des illustrations documentaires, et par le style direct dans lequel il présente ses œuvres, sa carrière et sa vie d’artiste.

La partie la plus poignante du livre est au début où, sur page après page, une galerie de photos de Camille Claudel la suit de la petite jeunesse jusqu’aux dernières images d’une petite vieille, tout pouvoir créatif écrasé par l’interminable routine de l’asile.

« Camille Claudel, En lumière » par Eric Montigny, Editions E. Boutigny

denis.mahaffey@levase.fr

About the Author

Denis MahaffeyJournaliste, écrivain, traducteur... et irlandais, il a vécu en France plus longtemps qu'en Irlande, mais tient au statut d'"étranger", qui aiguise l'observation et son expression en mots. View all posts by Denis Mahaffey

© 2014 Le Vase Communicant
Tous droits réservés
23 bis rue des Cordeliers - 02200 SOISSONS
Mob : 06 01 68 97 60 - Fixe : 03 23 76 21 32
E-Mail : contact@levase.fr - Web : www.levase.fr