Bimensuel gratuit d'informations locales du Soissonnais

Charles Petit à la chapelle Saint-Charles

L'art de la polyvalence en art

Le clavecin flamand construit par Charles Petit

Pour la première exposition tenue par le Musée de Soissons à la chapelle Saint-Charles, le directeur du Musée Christophe Brouard a organisé un hommage à Charles Petit, décédé en août 2017 à Chivres-Val à l’âge de 98 ans.

Françoise Petit-Balmer parle de son père à l’inauguration de l’exposition qui lui est consacrée.

Ce professeur de dessin à de multiples talents est arrivé à Soissons en 1956 au lycée de garçons « Les Cordeliers », et a pris sa retraite en 1979. Il a inspiré des générations d’élèves, dont le maire Alain Crémont, l’ancien maire Bernard Lefranc et l’adjoint à la culture François Hanse, présents à l’ouverture de l’exposition, comme ses deux filles Martine et Françoise. Un ancien élève parle avec admiration et chaleur de son ancien professeur dans son blog Voir et le dire mais comment.

Tableaux, affiches, poteries, marqueteries et même, trônant sur l’estrade, un clavecin flamand construit de ses mains : tout révèle ses compétences et sa curiosité.

Sa fille Françoise Petit, longtemps directrice du Mail Scène Culturelle de Soissons, a fait l’éloge de la vie d’artiste polyvalent de son père. « Nous ne le voyions jamais sans une feuille de papier ou une planche à la main. » Elle a expliqué comment il avait fait venir de l’Allemagne les plans du clavecin.

L’exposition est restreinte, non pas parce que la productivité de Charles Petit était limitée, mais pour éviter que l’attention ne se dissipe devant une multiplicité d’objets de tout genre. Un choix a été fait de l’essentiel.

Notamment, il a fait de nombreuses affiches dont les couleurs et la typographie peuvent rappeler le style Arts Déco – et qui associent Charles Petit à l’histoire de la chapelle Saint-Charles où ses œuvres sont maintenant exposées.

En 1985 la chapelle, seule partie du Grand Séminaire de Soissons à survivre à la Grande Guerre, devenue salles des fêtes du nouveau lycée, puis débarras enfin redécouvert, dégagé et nettoyé, a été rouvert comme espace culturel. Selon Monique Judas, présidente du Comité de Sauvegarde de la Chapelle Saint-Charles, c’est Charles Petit qui a dit « Il faut créer une association ! » pour gérer les longs travaux de restauration, encore en cours plus de vingt ans plus tard.

La première manifestation dans cette salle baroque a été un concert de musique baroque. Charles Petit a dessiné et imprimé l’affiche pour ce concert inaugural.

En mai 1989 il a fait aussi une affiche pour la création dans la chapelle d’une pièce de Franco Cuomo, Une nuit de Casanova, mise en scène par sa fille Françoise Petit-Balmer et jouée par son gendre Jean-François Balmer.

Parmi les tableaux exposés, il y a une aquarelle de la pièce où il travaillait : voilà le lieu où son inspiration prenait son envol, sur des ailes qui pouvaient le transporter dans tant de directions différentes.

L’exposition est ouverte les vendredis, samedis et dimanches après-midi jusqu’à la fin du mois de juin.

[Modifié le 09/05/18 pour redéfinir la position de Christophe Brouard : « le directeur du Musée ».]

[Une version abrégée de cet article paraît dans le Vase Communicant n° 249.]

denis.mahaffey@levase.fr

About the Author

Denis MahaffeyJournaliste, écrivain, traducteur... et irlandais, il a vécu en France plus longtemps qu'en Irlande, mais tient au statut d'"étranger", qui aiguise l'observation et son expression en mots. View all posts by Denis Mahaffey

© 2014 Le Vase Communicant
Tous droits réservés
23 bis rue des Cordeliers - 02200 SOISSONS
Mob : 06 01 68 97 60 - Fixe : 03 23 76 21 32
E-Mail : contact@levase.fr - Web : www.levase.fr