Connectez-vous avec le Vase

Danse

Le cirque des sourires

Les arts du cirque

A simple space : la troupe de cirque australienne Gravity and other Myths a joué son spectacle à la CMD.

La grande salle de concert de la Cité, sobre et neutre, tout en fauteuils grèges et boiseries miel, pourrait sembler mal adapté à un spectacle de cirque et à ses extravagances. Pourquoi l’avoir choisie pour A simple space, au lieu d’investir le théâtre du Mail avec sa scène à coulisses, ses murs sombres et l’étendue de velours rouge des fauteuils ?

Mais la CMD offre une plus grande hauteur pour les cascades et pyramides humaines, et surtout elle permet l’installation sur le plateau de l’orchestre une plateforme surélevée comme un ring de combat, avec une surface adaptée aux acrobaties. De chaque côté de ce carré, et donc sur le plateau même, des chaises sont installées. Ainsi les spectateurs entourent les artistes de cirque sur trois côtés, comme dans un chapiteau.

Les neuf acrobates de la troupe, sept hommes et deux femmes, instaurent dès le début une ambiance enjouée. Comme dans une cour de récréation, ils se mettent en concurrence amicale, se lancent des défis d’endurance et d’agilité, les poursuivant jusqu’à désigner un gagnant. Tout est fait franchement : pas d’effet d’esbroufe, pas de fausse tension avant un tour réussi. Surtout, ils ont le sourire facile : pas fixe comme un masque, mais qui émerge à chaque tour joué, à chaque réussite, à chaque contact avec le public.

Le succès de cette compagnie, primée partout et qui fait des tournées internationales avec ce spectacle, le plus récent, tient à cette informalité. Elle enlève à la fois l’épate du cirque et le sérieux de l’athlétisme, et les remplace la une joie de vivre, de sauter, de grimper, de prendre des risques. Il n’y a presque aucun équipement : ces hommes et femmes servent les uns aux autres de trapèze, de balançoire, d’installation d’escalade.

L’informalité n’interdit cependant pas un vrai sens du spectacle. Ils savent créer une attente que suivra inévitablement un tonnerre d’applaudissements.

Pas de costumes bigarrés, de paillettes ni de maquillage. Les femmes sont en juste-au-corps et short, les hommes en tee-shirt et pantalon beige. L’informalité ne fait que dégager la grâce et la force de ces corps d’athlète.

Après le spectacle, dans la « rue » qui traverse la Cité, ils sont là, disponibles pour des photos et les échanges, encore pleins d’énergie, arborant encore de grands sourires.

Danse

Chopin et Vivaldi pour la danse contemporaine

L'art de la danse

Les danseurs des Ballets de Biarritz, de formation classique, font comme si l’effort et même la gravité n’existaient pas. Le chorégraphe Thierry Malandain les recrute pour ses pièces contemporaines. Le résultat est une éloquence physique dont la force reste intérieure, ne laissant voir que la ligne que trace les corps.

Nocturnes

Cette compagnie reflète le style de son chorégraphe en évitant les afféteries du ballet classique (qui conviennent certes parfaitement aux grands ballets russes !) : des moments de grande élégance alternent avec des gestes plutôt comiques.

Elle revient au Mail de Soissons pour la troisième fois, après ses passages de 2011 et de 2014, avec deux nouveaux ballets. Nocturnes, dansé sur des Préludes de Chopin, est une méditation sur la mort, évoquée par les danseurs qui traversent de façon répétée la scène en marchant du côté cour au côté jardin. A deux, trois ou plus ils pausent en chemin pour danser, comme pour conjurer l’inévitable – ou goûter une dernière fois le contact avec d’autres corps humains. Le romantisme mélancolique de la musique et une nuance de résignation dans la danse rappellent le néant qui attend.

Après l’entracte, deux œuvres de Vivaldi, Estro armonico et Stabat Mater, accompagnent Estro (« inspiration »). Il s’agirait, selon le programme, du « désir d’élévation et des efforts à accomplir pour atteindre le sommet ». L’élévation est une préoccupation physique du danseur classique, et il y aurait une aspiration intérieure correspondante. Sur scène, la danse attire plutôt l’attention sur un icône qui se répète souvent : un homme étendu couché dans les bras d’une femme assise. Leur position rappelle celle d’une Piétà, le Christ descendu de la croix et soutenu par la Vierge. Une énigme ? En fin de compte, ce qui importe dans un ballet est le mouvement des danseurs sur scène ; chercher à les interpréter à tout prix ferait penser à un auditeur qui, en écoutant de la musique, essaierait d’en comprendre la signification, au lieu de jouir des sons.

Estro

L’ambiance d’Estro est celle d’une célébration – avec même des lampions. La chorégraphie est souvent éblouissante, comme lorsque les danseurs s’allongent côte à côte du fond du plateau jusqu’au bord de scène, formant un chemin sur lequel deux autres danseurs font avancer un troisième, comme un élégant rouleau compresseur. C’est imaginatif, impressionnant – et drôle : comment évitera-t-on de le faire rouler sur le visage des camarades couchés ? (Réponse : en le soulevant légèrement chaque fois.)

Qu’ils reviennent à Soissons, les Ballets de Biarritz et Thierry Malandain, avec leurs idées, leur humour, leurs argumentaires, et surtout leurs danseurs parfaitement entraînés à accomplir n’importe quel exploit comme si c’était facile.

Continuer la lecture

Actualités

Mélissa Aït Mesghat sait ce qu’elle fait

Mélissa Aït Mesghat, directrice de l’Espace Jeunesse et Culture de Soissons, pose pour la photo devant le logo de l’association.
Mélissa Aït Mesghat, directrice de l’Espace Jeunesse et Culture de Soissons, pose pour la photo devant le logo de l’association.

Mélissa Aït Mesghat, directrice de l’Espace Jeunesse et Culture de Soissons, pose pour la photo devant le logo de l’association. Les lettres « EJC » y sont encadrées à gauche par un demi-anneau, recouvert de sillons de CD en haut et se fragmentant en bas en petits carrés. Le nom s’imprime en toutes lettres sous ce dessin dans une police sobre, mais avec une touche de fantaisie dans le « P » et le « R ».

Le logo traduit adroitement l’activité de l’EJC à Soissons, centrée sur les « musiques actuelles » mais qui se décline en toutes sortes d’ateliers, de la danse à la mécanique. Il remplace une série d’animaux de bande dessinée, pour mieux refléter le sérieux de ce qui se fait dans une ambiance détendue. Quel graphiste professionnel l’a dessiné ? « Mais c’est moi-même » déclare Mélissa avec un sourire.

Elle « sait ce qu’elle fait », comme on dit pour reconnaître la compétence. Mais Mélissa sait en plus ce qu’elle entend faire : bâtir une structure qui nourrit les talents, compter sur une équipe (Emilie Gamallo est son assistante), construire l’avenir en accord avec toutes les parties.

Mélissa, dont les grands-parents ont quitté la Kabylie pour l’Aisne, naît à Château-Thierry et y fait sa scolarité, suivie d’études universitaires dans le secteur culturel à Reims.

Elle occupe ensuite une série de postes dans des centres culturels, remplaçant des personnes en congé de maternité : programmation de la saison à Witry près de Reims, Charleville-Mézières pour le festival des marionnettes, puis six mois à Paris dans la production de films, suivie de la direction d’un centre culturel dans les Ardennes. Comment a-t-elle fait pour les obtenir ? « Que par les rencontres ! » admet-elle, en reconnaissant le réseau qu’elle s’est construit. Elle a appris ainsi les responsabilités du métier, mais s’est engagée aussi dans l’animation pratique d’activités – qu’elle continue avec un atelier d’éveil corporel à Soissons.

Encouragée par une amie elle a postulé pour le poste de directrice à Soissons, et a été acceptée. « C’est mon premier CDI ! » jubile-t-elle.

Arrivée en cours de saison, elle commence par une période d’observation. « L’EJC n’était pas assez visible, avait un problème d’identité. » L’ancienne « Maison » était devenue « Espace » à la suite de conflits, mais Mélissa ne s’y attarde pas : « On regarde en avant, pas en arrière. » Elle se met au travail, obtient de la Ville que les locaux, imbriqués dans le même ensemble que la Scène culturelle et l’ancien Conservatoire, soient rénovés.

Les activités sont revues et développées. La participation augmente depuis quatre ans. Le « bœuf » du mardi soir est devenu l’événement musical de la semaine en ville. La rentrée de septembre verra trois nouveaux ateliers : Rythme et oreilles, Trompette et tambour et « Le Comptoir » (atelier de chant qui prend son nom du comptoir autour duquel l’idée est née).

Mélissa Aït Mesghat répondant sans hésitation à toutes les questions, parle peu de sa vie personnelle. Ce n’est pas son propos en acceptant l’entretien. Elle parle de ce qu’elle fait – et de ce qu’elle sait faire.

EJC de Soissons – Fédération départementale des MJC de l’Aisne : 7 Rue Jean de Dormans – 03 23 93 05 48.

Continuer la lecture

Danse

Ballets Jazz de Montréal : des corps en paroxysme

L'art du ballet jazz

A travers trois ballets aux propos bien différents, les Ballets Jazz de Montréal auront surtout laissé une image transcendante de corps furieusement animés, s’élançant, virevoltant, sautant, se tordant, se pliant, tombant, se relevant, s’enlaçant, s’agrippant, se lâchant, s’éloignant, cassant la ligne, se redressant, à une vitesse qui fait se demander quand ils peuvent reprendre souffle. Des corps en paroxysme individuel ou synchronisé – mais qui ne mettent jamais en danger l’équilibre, ni la maîtrise des gestes, et qui de perdent jamais leur beauté et leur grâce. Ce sont des danseurs classiques mais, au lieu de cacher toute tension et sembler flotter sur la scène, ils laissent apparaître l’effort intense qui leur est demandé.

Au début du premier ballet, « Mono Lisa », un pas de deux pour les danseurs principaux de la compagnie, Céline Cassone, aux cheveux couleur flamme, et Alexander Hille, celui-ci fait un bref solo qui résume les mouvements stylisés du ballet Romantique. Cela fait rire un groupe de lycéens venus de La Ferté-Milon, pourtant vite conquis par la suite, dense et acrobatique, une démonstration vertigineuse de la puissance de chaque danseur. Le ballet dure huit minutes, mais Camille Cassone a dit devoir « accepter que ce ne sera jamais parfait », à cause de ses exigences corporelles.

« Harry » de Barack Marshall

« Kosmos », ballet d’ensemble, entend exprimer la frénésie quotidienne de la vie urbaine. Le sujet correspond pleinement aux capacités physiques des danseurs, qui créent un tourbillon sur scène. On pourrait imaginer qu’au lieu de danser ils sont « dansés », tellement les corps semblent suivre les mouvements au lieu de les exécuter.

Enfin « Harry », sur une bande sonore séduisante qui va de la musique israélienne à Puccini, illustre l’affrontement colérique ou rieur entre les hommes et les femmes, autour de Harry, dansé par Pier-Loup Lacour, et dont le fâcheux destin est de décéder plusieurs fois sur scène, puis d’émerger intact du drap étendu discrètement sur son cadavre. Le chorégraphe Barak Marshall utilise les corps si pleinement que même les doigts écartés sont constamment en mouvement. Derrière les taquineries et les batailles, ils et elles assument les compromis, arrangements et tendresses qui permettront de vivre ensemble.

L’ouragan corporel terminé, les danseurs, la main dans la main à travers la scène, reçoivent les applaudissements de la salle du Mail, puis applaudissent à leur tour. Les corps seront enfin au repos.

denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture
P U B L I C I T É
LA MARMITE D’EDDIE – Corporate – 09-2018

Catégories

Facebook

Inscription newsletter

Top du Vase