Connectez-vous avec le Vase

Musique

Jean-François Zygel : la démocratie de la fugue

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de l'improvisation (suite)

Jean-François Zygel explique… la fugue

Le plateau austère de la CMD, adouci cependant par les tons chauds du bois qui l’entourent, les côtés en dents géantes de scie, l’éventail au-dessus au fond, ne contient qu’un piano Bösendorfer. Le pianiste entre ; seul l’éclairage modulable suggère qu’il s’agira davantage d’un spectacle que d’un récital.

Jean-François Zygel s’assied et commence à jouer la Toccata et Fugue de Johann Sébastien Bach. Un court passage, puis il part ailleurs. Les notes et les harmonies s’accordent à l’esprit de l’original, mais nous sommes engagés dans la première improvisation de la soirée.

Dans un beau texte paru dans le programme, Jean-François Zygel examine le fait d’improviser, comment le musicien « doit être à la fois à son affaire et ailleurs », en laissant quelque chose s’établir « entre le soi de la surface et le souci des profondeurs ».Il  admet « Je suis là avec mes doigts, mes oreilles, mes rêves. »

Entre les morceaux, il commente la musique de Bach, l’influence énorme qu’il a exercée sur les compositeurs qui l’ont suivi, même si, au milieu du siècle dernier, il pouvait être peu apprécié, traité de « machine à écrire de Dieu » (« C’est déjà pas mal ! » commente Zygel).

Il explique en termes simples ce qu’est une fugue, dans laquelle une mélodie jouée à une seule « voix » est reprise par une autre, et ainsi de suite, mais chacune décalée par rapport aux autres. Un pianiste peut aller jusqu’à jouer à quatre voix avec ses deux mains. A la différence d’une chanson, où la voix chantée est accompagnée par les autres instruments, aucune voix n’a la priorité dans une fugue : « C’est plus démocratique. » Il finit par improviser… une fugue.

L’improvisation la plus spectaculaire est sans doute celle qui commence par l’archi-connue Badinerie de la 2e Suite Orchestrale, le motif rapide baroque devenant, devant nos oreilles, du Chostakovitch, avec ses modulations, ses balancements.

Il finit par le choral final de la Passion selon Saint Jean, grandiose et délicat, en n’y ajoutant que quelques touches de son invention.

Pourquoi ne pas rester fidèle au compositeur ? Comme dans le jazz, qui donne des couleurs nouvelles à un thème original, l’« infidélité » de Jean-François Zygel éclaire plus qu’elle ne trahit la musique de Bach. Elle nous fait monter à bord pour suivre un itinéraire nouveau à travers un paysage familier.


Marie-Christine Rennaud est médiatrice culturelle.

Les spectateurs pouvaient se faire accompagner par leurs enfants de trois à six ans, et les confier le temps du concert à Marie-Christine Rennaud, médiatrice culturelle de la CMD, pour Petites Oreilles, un atelier d’improvisation. « Pas pédagogique, plutôt ludique » a-t-elle déclaré. Les jeunes participants, qu’on espère futurs mélomanes, ont pu improviser sur le piano de l’amphithéâtre et – grand événement pour eux – sur l’orgue dans sa salle de la CMD. L’adjoint Jeunesse de cette chronique, Felix âgé de cinq ans, a « beaucoup aimé », jusqu’à en parler encore le lendemain matin. C’est une première pour Marie-Christine Rennaud, organisée en accord avec Benoît Wiart, directeur de la CMD. Les premiers stagiaires, Alexis et Felix, auront l’occasion d’aller plus loin.

Le Vase des Arts

Sur des chemins de musique : Jean-Philippe Collard joue Chopin, Fauré et Granados

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art d'un pianiste

Jean-Pierre Collard termine les Goyescas de Granados.

Il entre en scène, une main dans la poche,  le dos légèrement voûté, les yeux plissés par un petit sourire. Il s’approche du piano, comme un promeneur qui trouverait un piano, peut-être dans une gare. Il s’assied pour l’essayer. Mais au lieu d’une interprétation approximative de l’inévitable Für Elise, Jean-Pierre Collard déroule un collier de diamants : les 24 préludes de Chopin.

D’une durée de 30 secondes à 3 minutes, chacun crée néanmoins un univers, raconte une histoire, arrive même à surprendre l’auditeur. Pourquoi 24 ? Parce que Chopin a utilisé toutes les tonalités, majeures et mineures, assorties pour permettre de les enchaîner sans devoir marquer un arrêt.

Même ceux qui n’ont jamais entendu l’intégrale reconnaîtront des éléments. Le plus célèbre, le 7, est une brève valse, élégiaque, presque funèbre par sa lenteur, qui atteint la transcendance dans un accord culminant en arpège. Le 20 est connu à travers les Variations de Rachmaninov. D’autres, même moins connus, ressemblent en miniature aux grandes polonaises de Chopin.

Jean-Philippe Collard les joue sans partition – comme les autres œuvres du récital – penché sur le clavier, les yeux presque fermés, comme s’il n’avait pas besoin d’auditeurs. Pourtant, il a admis ailleurs ses doutes avant chaque concert. « Au moment de présenter le fruit de mon travail devant une assistance, je me pose toujours la question de savoir si je suis en capacité de la satisfaire. Cela induit alors cette fragilité qui appellera, en quelque sorte, un « sauvetage » par le public. »

Il revient jouer la Ballade op.19 de Fauré, dont, note le programme, il est « interprète de référence ». Cela veut dire que sa lecture offre plus que le plaisir auditif primaire – ce qui est déjà beaucoup : elle éclaire la partition, ouvre des fenêtres par lesquelles le sens se révèle.

Une vieille préoccupation peut parasiter l’écoute : la suggestion que cette ballade contiendrait la « petite phrase musicale » de la sonate de Vinteuil qui joue un tel rôle dans A la recherche du temps perdu. Si c’est le cas, elle viendrait sûrement du 1e mouvement, Andante cantabile. Mais Proust a pu, bien sûr, inventer l’idée (c’est le propre de l’écriture) d’une phrase de musique, sans se préciser des notes, une tonalité, un rythme.

Le concert s’est terminé par des extraits des Goyescas de Granados, dont la Complainte, ou la jeune fille et le rossignol, est le plus connu.

Ce concert à Soissons est une avant-première amicale (la salle contenait de nombreuses personnes ayant des liens au pianiste, originaire d’Epernay) du récital qu’il donnera au théâtre des Champs-Elysées. Ce double événement marque la parution des mémoires de Jean-Philippe Collard, dont le titre, Chemins de Musique, rappelle l’association qu’il a créée pour organiser dans des villages des concerts de musiciens connus, et qui s’est arrêtée faute de financement public.


DM ajoute : J’avais entendu une seule fois l’intégrale des Préludes, jouée par le pianiste franco-suisse Alfred Cortot à Belfast, en Irlande. Je ne savais pas qu’il s’accrochait à l’époque à son renom et continuait à donner des récitals alors que ses facultés étaient en déclin. Peu importe : adolescent sans critère de comparaison, j’avais été ébloui.

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Mozart, de concert

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de l'intégrale

La totalité des sonates de Mozart pour violon et piano en quatre récitals sur trois jours, dimanche, lundi et mardi : cela donne un autre sens au mot « concert ». L’événement à la Cité de la Musique et de la Danse de Soissons a généré une ambiance de festival, les auditeurs se croisant constamment dans la « rue » qui la traverse.

Une chorégraphie pour Mozart : Renaud Capuçon au violon, Kit Armstrong au piano

Par ailleurs, les seize sonates étaient enregistrées en direct pour le label Erato ; en plus, France 3 avait installé une batterie de caméras pour filmer les concerts en vue d’un programme de 52 minutes, à diffuser ultérieurement. Deux micros tendus vers la salle pour capter les réactions du public rappelaient l’importance de sa présence.

Renaud Capuçon au violon et Kit Armstrong au piano se sont retrouvés ensemble, après leur participation au festival de Laon en 2018. C’est l’histoire d’une entente musicale et personnelle. En 2017 Kit Armstrong a invité Renaud Capuçon à jouer dans l’église qu’il a achetée et transformée en centre culturel à Hirson. Ils se sont si bien entendus qu’ils ont accepté la proposition de Jean-Michel Verneiges, directeur du festival, et de l’Association pour le Développement des Activités Musicales dans l’Aisne (ADAMA), d’y jouer l’intégrale des sonates de Beethoven. Leur retour pour Mozart confirme le partenariat.

Cet événement exceptionnel est la preuve que la programmation de la CMD s’éloigne d’une série de « soirées musicales » pour lesquelles elle n’accueillerait que des concerts tout faits ailleurs. « Je pense que ce projet laissera ses traces » commente Jean-Michel Verneiges,

Renaud Capuçon et son violon Guarneri, mis à sa disposition par la banque suisse BSI

Un tel projet permet aux amateurs de musique de compléter leurs connaissances d’un compositeur et d’approfondir leur expérience musicale. Cela tient du cours, donc, d’une série de leçons, mais sans rien de scolaire : avec Mozart, c’est plutôt un apprentissage de la sensibilité, rendant l’auditeur plus ouvert à la joie de vivre que la musique exprime, à son bouillonnement créatif, aux conversations établies entre les instruments, mais aussi à sa gravité, ses langueurs, ses moments de silence qui interpellent.

La musique de Mozart n’est jamais difficile à écouter, jamais obscure, elle est infailliblement mélodique, se renouvelle constamment. Elle n’est jamais formatée : on peut mettre un auditeur au défi de trouver des schémas répétitifs. Ces sonates chatoyantes passent de l’espièglerie à l’austérité. Les auditeurs n’ont pas le temps de s’habituer, encore moins de s’ennuyer.

Le jeu de Capuçon comme d’Armstrong y contribue par sa clarté, son intelligence, et son aisance – qui, comme celle des danseurs classiques, cache tout effort pour ne pas parasiter l’attention.

Les sonates n’ont pas été jouées par ordre chronologique mais sélectionnées, quatre par récital, pour créer un programme cohérent, se terminant chaque fois par un chef d’œuvre.

Kit Armstrong a demandé un piano Bechstein, la marque qui le suit dans sa carrière.

Chacun dans la salle aura été sensible à telle sonate, tel mouvement. Il y a la K301 par laquelle la série à commencé, et qui aurait pu être de Beethoven ; ou le 1er mouvement de la K379, presque Romantique ; ou la K547, où le violon s’efface jusqu’à ne poser que les accents sur les mots de la partie piano ; ou la dernière sonate du compositeur – et du cycle de concerts – la K526, dont Einstein a dit de l’Andante central « Ce mouvement lent réalise un tel équilibre de l’âme et de l’art qu’on dirait que Dieu le Père a fait cesser tout mouvement pour une minute d’éternité, afin de permettre à tous les Justes de goûter l’âpre douceur de l’existence. »

Le mot « concert » a un autre sens, et les deux musiciens l’ont illustré tout au long du cycle. Renaud Capuçon et Kit Armstrong jouent « de concert ». Ils se passent la priorité selon la dynamique musicale, naturellement, par une sympathie d’écoute. Chacun met en valeur les notes de l’autre.

Mais plus que cela, il y a une évidente chaleur entre eux qui a touché le public et assuré son accueil enthousiaste. Ils laissent voir leur complicité, se sourient, échangent des remarques, rient quand il y a un moment de confusion sur le choix d’un bis. Kit Armstrong traite Renaud Capuçon comme un grand frère, suit son initiative en s’inclinant devant les applaudissements. Quand le violoniste se fige, les yeux fermés, avant de jouer, le pianiste attend en le regardant. (*)

Des musiciens contents de jouer ensemble

Le troisième récital a eu lieu l’après-midi, devant une salle en partie scolaire, et l’ambiance a été plus détendue. Il y a même eu un moment de clownerie involontaire, quand Kit Armstrong a voulu ajuster la hauteur de son tabouret et s’est trouvé presque à genoux par terre. De sa seule main libre, Renaud Capuçon l’a aidé à le remonter et le bloquer.

Une grande réussite, donc, pour la CMD, pour les spectateurs et pour les musiciens, cette rencontre avec une musique si simple et profonde, si constamment inattendue et inévitable. A la fin Kit Armstrong a répété le commentaire du pianiste Artur Schnabel : « Les sonates pour piano de Mozart sont trop faciles pour les enfants et trop difficiles pour les artistes. »


 (*) Les moments de concentration intense de Renaud Capuçon rappellent ce qu’il a dit des concertos de Mozart : « Il faut être en harmonie avec soi-même, du bout des orteils à la pointe des cheveux, être totalement libre pour aborder cette écriture d’un jet. Avoir une colonne vertébrale bien placée et une grande sérénité. Autrement, inutile d’essayer. »

Continuer la lecture

Musique

La grandeur indiscrète

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de la transcription

Chef et instrumentistes des Siècles tout sourires devant le public de la CMD

Comment se fait-il que chaque concert de l’orchestre Les Siècles génère dans le public un tel enthousiasme – qui semble d’ailleurs refléter le bonheur des instrumentistes à jouer ensemble ? Leur musicalité ? Le choix des programmes, mêlant le connu aux découvertes ? Le fait que l’orchestre, avec le soutien du Conseil Départemental, vienne si souvent à la CMD que ses membres soient devenues de vieilles connaissances ? Même les entrées et sorties élégantes du chef François-Xavier Roth, qui promettent une soirée de haut vol ?

Presque toutes les œuvres du dernier concert sont liées par leurs origines dans une composition pour piano. Ravel a orchestré ses propres œuvres, La barque sur l’océan, tiré des cinq pièces Miroirs, et la Rapsodie espagnole. Une exception, que l’on sache : Shéhérazade, chansons sur des poèmes de Klingsor. La mezzo-soprano Isabelle Druet avait montré son talent de comédienne en chantant dans la même salle L’heure espagnole (également de Maurice Ravel) en mars dernier. Cette fois, la musique est plus mélancolique ; sa voix et son jeu se sont assombris.

Isabelle Druet et François-Xavier Roth

Ces compositions aux tonalités très différentes expliquent que Ravel soit considéré comme « Impressionniste musical » : les sons suggèrent sans expliciter le sens, passent en un instant d’une couleur à une autre, maintiennent une ambiance chimérique.

Après l’entracte l’orchestre a joué a version transcrite pour orchestre par Ravel de Tableaux d’une exposition de Moussorgsky, qui l’avait composé pour deux pianos. Les lumières ont baissé, les pupitres se sont éclaires comme dans une fosse d’orchestre, et un enchaînement de dessins de Kandinsky, inspirés par la musique, ont été projetés sur un écran.

Le finale tonitruant, évoquant la Grande Porte de Kiev (pas la vraie, mais un projet peint par Victor Hartmann, comme les autres tableaux), montre à merveille le souffle de la musique russe, qui ne craint pas l’excès. A l’écouter, comment ne pas se laisser emporter. C’est grandiose, et la grandeur n’est jamais discrète ?

En bis – et peut-être pour étoffer un programme assez bref – François-Xavier Roth a dirigé La Valse de Ravel. Voilà un autre souffle, aussi puissant mais moins candide, plus explosif, passant du passage mystérieux de début pour contrebasses, violoncelles et basson, à une fin frénétique qui s’arrête dans un silence de mort (jusqu’aux applaudissements).

Le concert, qui a commencé dans la douceur liquide de La Barque sur l’Ocean, s’est terminé dans le faste moussorgskien et la frénésie ravélienne. Une soirée exceptionnelle, comme d’habitude.

Continuer la lecture

Inscription newsletter

P U B L I C I T É
LA MARMITE D’EDDIE – Corporate – 09-2018

Catégories

Facebook

Top du Vase