Connectez-vous avec le Vase

Portrait

Patricia Poulain et l’âme des choses

La voie de l'engagement

Le deuxième d’une série de portraits retraçant la voie
qui a mené à un fort engagement dans une cause, activité ou action

 

Patricia Poulain chez elle.

Patricia Poulain chez elle.

Le studio de Patricia Poulain sur le boulevard Jeanne-d’Arc a vue sur les tours de Saint-Jean. Ses années au Japon ont laissé leur trace : elle parle agenouillée à l’orientale sur un coussin, sert le café sur un mini-plateau aussi fonctionnel que beau.

Patricia est née à Soissons, l’a quitte très jeune, et a choisi d’y revenir en 2012, après des années mouvementées d’apprentissage de la vie et des métiers.

Elle commence par suivre les mutations de son père. Elle est ferme : c’est tout ce qu’elle dira de sa famille.

A quinze ans elle entre en préapprentissage de coiffure à Besançon, abandonne et passe un CAP de photo à Lille dans un laboratoire – « là j’ai appris à ajuster les couleurs ». Elle enchaîne avec un CAP de fleuristerie, part travailler à Liège pour un an. Un jour, ses formateurs de Lille arrivent pour lui présenter son premier prix (« alors que je pensais être nulle »).

En 2000, après de courtes visites, elle s’installe en Irlande. « Je suis restée dix ans, huit comme fleuriste, deux à l’accueil d’un grand restaurant. » Elle peinait tant à parler anglais, rebutée par les remarques de ses collègues fleuristes, qu’elle a décidé – c’est la méthode Poulain – de devenir réceptionniste pour ne plus pouvoir éviter le face à face avec la langue.

En même temps, poussée par des amies japonaises, elle apprend assez de japonais pour gagner un concours d’écriture, Le prix est un voyage au Japon. Elle décide d’y vivre, sentant, comme avec l’Irlande, un lien intime.« Je n’ai jamais été à ma place en France ».

Le maître fleuriste Naoki Sasaki l’accueille, annonce même qu’ils s’étaient rencontrés dans une autre vie. Seul un traumatisme à la main, venu des gestes répétés de fleuriste, met fin à sa vie japonaise. Elle rentre à Soissons « parce que j’y suis née ».Elle admet la difficulté au début de s’y faire une place. Après quatre ans, son travail est un miroir de ses acquis. Elle présente la civilisation japonaise et mène un atelier de photo à l’Ejc, donne des cours d’anglais, et un cours de fleuristerie chez un fleuriste. Seule la coiffure ne sert pas ! Ses références en photographie sont Doisneau et Cartier-Bresson (et son peintre préféré est Léger). « Je les ai vus, et j’ai voulu faire comme ça. »

Ses photos dégagent la composition géométrique des choses et des endroits, triangles, traits, courbes. Elle montre une série de gros plans sur une boîte d’allumettes (japonaise, il va sans dire), comme pour décaper un objet familier et le rendre neuf, rare. Pour elle « chaque objet a une âme ».

Selon le photographe soissonnais Franck Alleron « Les photographes sont souvent solitaires. » Patricia Poulain vit seule. Elle est sociable, communicative et entourée. La seule indication d’un vide assumé, peut-être recherché est que ses sujets sont rarement habités. « Parfois je mets quelqu’un pour montrer l’échelle. » La géométrie du monde est son sujet plus que ses habitants. Est-ce ce retrait qui lui permet de voir et transmettre l’âme des choses ?

denis.mahaffey@levase.fr

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La tour de Bélem, exemple somptueux du style gothique portugais, s’impose à mi-hauteur de la photo. La photographe Patricia Poulain admet qu’en principe le sujet devrait occuper le tiers de l’image. « Mais on a dit que les règles sont faites pour être défaites. Le bâtiment est placé légèrement plus à gauche, et la forme devant fait passer la composition. »

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Portrait

Alain Arnaud : « Chaque lieu a son âme »

L'art de s'engager pour le patrimoine

Président de la Société Historique de Villers-Cotterêts et du musée Racine de La Ferté-Milon, Alain Arnaud parle de son engagement pour le patrimoine local, et du chemin qui l’a amené à s’engager.

A 9 heures du matin Alain Arnaud est déjà disponible dans le local de la Société, à l’entrée du musée Alexandre Dumas à Villers-Cotterêts.

« ailleurs », comme il dit, au hasard des affectations de son père militaire, il a grandi à Paris, y a fait ses études. Etudiant d’allemand à la Sorbonne, un professeur lui rappelle après deux ans la nécessité d’un séjour en Allemagne. Il obtient une bourse à Heidelberg pour un an, puis enseigne à Saarbruck et ensuite pendant deux ans à l’université de Nuremberg.

Il rentre en France en 1966, se marie, fait son service militaire comme professeur à l’Ecole de Guerre. Sa carrière prend des airs de long fleuve tranquille – jusqu’à l’agrégation, qu’il passe à Paris… en mai 1968. Dans le chaos ambiant, il est jugé « admissible » puis, chose inouïe, recalé à l’oral.

« J’étais effondré. » Son professeur reste nonchalant : « Vous êtes jeune, vous avez le temps. »

Il lit une annonce placée par Michelin, qui cherche quelqu’un pour éditer ses « Guides verts » en allemand. Alain Arnaud y restera jusqu’à la retraite.

« Mais Paris commençait à nous énerver. » En 1973 le couple découvre la campagne méconnue au Nord-Est de Paris, et achète une maison à Villers-Hélon. Les trajets quotidiens sont le prix à payer.

En plus des Guides en allemand, Alain Arnaud commence à s’occuper de l’histoire de la firme, ses centenaires internes, « le premier pneu, le premier guide, Bibendum ». Il devient responsable de presse, crée un fonds historique, ouvre un musée Michelin à Paris, organise des commémorations à Paris et Clermont-Ferrand. L’histoire devient une vocation.

Ses responsabilités internationales ne l’empêchent pas d’étudier avec la même diligence les traces du passé près de chez lui. En 1991 il fonde Savière et Patrimoine, du nom du ru qui coule tout proche. L’association attire l’attention sur « l’héritage reçu de nos ancêtres, mais dont nous sommes comptables de la préservation ». Pour cela, il organise des visites pour apprendre « la réalité historique de notre région ». Les groupes sont souvent rejoints par des habitants de tel village visité, étonnés de découvrir les trésors derrière leur quotidien.

Plutôt que de répertorier les ressources de la région, l’association entend vibrer à ce qui est unique dans chaque maison, lavoir, église. « Chaque lieu a son âme » rappelle Alain Arnaud.

Il adhère dès 1975 à la Société Historique de Villers-Cotterêts, fondée en 1904 (et une des premières « associations 1901 ») pour poursuivre les actions lancées pour le centenaire en 1902 d’Alexandre Dumas. Il devient président en 2003. A présent, après cinq ans consacrés à la guerre 14-18, il faudra se renouveler pour maintenir l’élan.

Les Journées du Patrimoine ? Alain Arnaud applaudit l’initiative prise par Jack Lang en 1982, mais en rappelant avec regret le côté artisanal des premières années. « Ca m’arrivait de passer tout un dimanche dans une église pour voir passer quelques curieux. »

En quarante-cinq ans d’action pour rendre le passé actuel, Alain Arnaud n’a pas perdu son enthousiasme. Parlant du château de Villers-Cotterêts (« n’oublions pas que les deux tiers des rois français y ont vécu ! »), sur lequel il a écrit deux livres, il raconte la visite qu’il a fait faire au candidat Macron. Serait-ce l’amorce du grand projet d’en faire une Cité de la Francophonie ?


Notre Dame de Paris
Impossible de s’entretenir avec cet engagé du patrimoine sans demander son avis sur la restauration de Notre Dame. « A l’identique ! » affirme-t-il. Jusqu’à la « forêt », la charpente du toit en troncs de chêne. Mais il admet l’utilisation de béton armé « là où c’est invisible », en évoquant le plafond en béton coulé au dessus des voûtes de la cathédrale de Reims pour faciliter la reconstruction de la charpente et du toit.

[Cet article paraît dans Le Vase Communicant N° 278 du 16 sept. 2019.]

Continuer la lecture

Portrait

Vivre au théâtre : portrait de Vincent Dussart

L'art d'un homme de théâtre

Vincent Dussart est directeur artistique de la Compagnie de l’Arcade, qui, s’approchant de la fin d’une résidence de trois ans à Soissons, est déjà appelée à poursuivre son action jusqu’en 2021.

Vincent Dussart est professeur d’art dramatique au Conservatoire.

Vincent Dussart est un homme de théâtre, c’est-à-dire conscient de la valeur de la relation entre le théâtre et la vraie vie. Pourquoi il est devenu acteur ? « Pour exister ! Dans la vraie vie, je n’existais pas ; quand je montais sur scène, j’existais. » Comment réconcilier cette constatation avec la présence assurée de l’homme qui parle de son engagement, entre deux cours de théâtre au collège Saint-Just et au Conservatoire ?

Il est né à Béthune. A un an il part en région parisienne avec ses parents. Il y grandit, fait ses études, mais garde la conscience de ses origines. « Je ne suis pas un gars du Nord, mais enfin toute ma famille y est. »

Après sa scolarité, il suit une formation de comédien au Cours Simon, et passe un diplôme d’Etudes théâtrales. (« Le diplôme était pour rassurer mes parents. ») Il fait plusieurs métiers tout en suivant différents stages – dont un avec Ariane Mnouchkine au Théâtre du Soleil. De castings en auditions, il décroche des rôles ici et là. « Mais je m’ennuyais. » Il veut aller plus loin, prendre lui-même les choses en main, et en 1993 il fonde sa Compagnie de l’Arcade. « Nous avons commencé par la lecture de textes. » En 2000 la compagnie s’installe au théâtre La Manufacture de Saint-Quentin. L’Arcade est de plus en plus reconnue au niveau régional, part en tournée, va à Avignon, obtient le « conventionnement » tant prisé.

En 2010 l’Arcade commence une première résidence à Soissons, où elle apporte un nouveau ferment à la vie théâtrale, notamment par le long projet avec la population Ca va la famille ? Son action est interrompue en 2013, mais l’appel à revenir en 2016 fait penser que ses qualités n’ont pas été oubliées.

La résidence implique un engagement dans l’animation de la vie théâtrale de la ville. L’Arcade a toujours voulu que le théâtre, au delà du divertissement, contribue à l’épanouissement social et personnel. Depuis 2016 elle a mené des projets dans les établissements scolaires et centres sociaux. (In)visibles examine l’effet du regard des autres sur l’estime de soi. C’est une longue préoccupation de Vincent Dussart : combien utilisons-nous les autres pour remplir un vide existentiel, compenser les failles dans la conviction d’exister pleinement ?

Une compagnie en résidence crée aussi des spectacles. En 2017 Vincent Dussart a mis en scène Pulvérisés d’Andrea Badea, qui place les spectateurs en face de victimes d’une globalisation impitoyable.

Cette saison voit la création de Je ne marcherai plus dans les traces de tes pas. « C’est une commande : j’ai demandé à Andrea Badea d’écrire une pièce sur la honte. » Il s’y connaît : « J’ai été nourri à la honte. »

Vincent Dussart ne se refugie pas dans le théâtre pour échapper à ses fantômes. Un acteur ne s’y cache pas, il s’y révèle, au spectateur et à lui-même. A présent, Vincent Dussart existe dans la vie comme sur scène.

[Une version plus courte de cet article est paru dans le Vase Communicant n° 259.]

Continuer la lecture

Actualités

Mélissa Aït Mesghat sait ce qu’elle fait

Mélissa Aït Mesghat, directrice de l’Espace Jeunesse et Culture de Soissons, pose pour la photo devant le logo de l’association.
Mélissa Aït Mesghat, directrice de l’Espace Jeunesse et Culture de Soissons, pose pour la photo devant le logo de l’association.

Mélissa Aït Mesghat, directrice de l’Espace Jeunesse et Culture de Soissons, pose pour la photo devant le logo de l’association. Les lettres « EJC » y sont encadrées à gauche par un demi-anneau, recouvert de sillons de CD en haut et se fragmentant en bas en petits carrés. Le nom s’imprime en toutes lettres sous ce dessin dans une police sobre, mais avec une touche de fantaisie dans le « P » et le « R ».

Le logo traduit adroitement l’activité de l’EJC à Soissons, centrée sur les « musiques actuelles » mais qui se décline en toutes sortes d’ateliers, de la danse à la mécanique. Il remplace une série d’animaux de bande dessinée, pour mieux refléter le sérieux de ce qui se fait dans une ambiance détendue. Quel graphiste professionnel l’a dessiné ? « Mais c’est moi-même » déclare Mélissa avec un sourire.

Elle « sait ce qu’elle fait », comme on dit pour reconnaître la compétence. Mais Mélissa sait en plus ce qu’elle entend faire : bâtir une structure qui nourrit les talents, compter sur une équipe (Emilie Gamallo est son assistante), construire l’avenir en accord avec toutes les parties.

Mélissa, dont les grands-parents ont quitté la Kabylie pour l’Aisne, naît à Château-Thierry et y fait sa scolarité, suivie d’études universitaires dans le secteur culturel à Reims.

Elle occupe ensuite une série de postes dans des centres culturels, remplaçant des personnes en congé de maternité : programmation de la saison à Witry près de Reims, Charleville-Mézières pour le festival des marionnettes, puis six mois à Paris dans la production de films, suivie de la direction d’un centre culturel dans les Ardennes. Comment a-t-elle fait pour les obtenir ? « Que par les rencontres ! » admet-elle, en reconnaissant le réseau qu’elle s’est construit. Elle a appris ainsi les responsabilités du métier, mais s’est engagée aussi dans l’animation pratique d’activités – qu’elle continue avec un atelier d’éveil corporel à Soissons.

Encouragée par une amie elle a postulé pour le poste de directrice à Soissons, et a été acceptée. « C’est mon premier CDI ! » jubile-t-elle.

Arrivée en cours de saison, elle commence par une période d’observation. « L’EJC n’était pas assez visible, avait un problème d’identité. » L’ancienne « Maison » était devenue « Espace » à la suite de conflits, mais Mélissa ne s’y attarde pas : « On regarde en avant, pas en arrière. » Elle se met au travail, obtient de la Ville que les locaux, imbriqués dans le même ensemble que la Scène culturelle et l’ancien Conservatoire, soient rénovés.

Les activités sont revues et développées. La participation augmente depuis quatre ans. Le « bœuf » du mardi soir est devenu l’événement musical de la semaine en ville. La rentrée de septembre verra trois nouveaux ateliers : Rythme et oreilles, Trompette et tambour et « Le Comptoir » (atelier de chant qui prend son nom du comptoir autour duquel l’idée est née).

Mélissa Aït Mesghat répondant sans hésitation à toutes les questions, parle peu de sa vie personnelle. Ce n’est pas son propos en acceptant l’entretien. Elle parle de ce qu’elle fait – et de ce qu’elle sait faire.

EJC de Soissons – Fédération départementale des MJC de l’Aisne : 7 Rue Jean de Dormans – 03 23 93 05 48.

Continuer la lecture
P U B L I C I T É
LA MARMITE D’EDDIE – Corporate – 09-2018

Catégories

Facebook

Inscription newsletter

Top du Vase