Bimensuel gratuit d'informations locales du Soissonnais

Retenir son souffle au Mail

L'art du conte

Un spectacle de théâtre est un phénomène à double sens. Les acteurs ont un impact sur les spectateurs, qui leur renvoient leurs réactions, rires, mouvements, même toussotements, créant une dynamique subtile d’échange.

Alors comment expliquer le silence du public du Mail pendant « Amok », d’après la nouvelle de Stefan Zweig, adaptée et racontée par Alexis Moncorgé ? Révélation théâtrale aux Molières 2016 pour ce même spectacle, il est venu à Soissons dans le cadre du « Printemps des Conteurs ».

C’est donc du théâtre ; mais derrière le jeu physique, la scénographie minimaliste, l’éclairage, « Amok » reste un conte, exerçant la magie du genre : les auditeurs, comme des enfants écoutant une histoire avant de dormir, se taisent, se figent  pour ne pas perdre une seule lettre d’un seul mot, retiennent leur souffle aux moments les plus palpitants.

Bien entendu, pour tenir les auditeurs, il faut exciter leur imagination, en incorporant des éléments exotiques, tels une longue traversée des mers, un monde oriental, une belle femme mystérieuse et voilée, un homme ravagé par une brutale passion, une mort, deux morts… Tout y est dans « Amok ». Un médecin en Indonésie reçoit une femme européenne qui veut avorter. Il demande qu’elle se donne d’abord à lui. Elle refuse, part. Il devient fou d’amour, la suit, la retrouve mourante après l’intervention d’une avorteuse, accompagne secrètement le rapatriement du corps en Europe et, pour lui épargner une autopsie, fait tomber son cercueil à l’eau et se noie lui-même.

Seule concession à la forme théâtrale : dans la nouvelle de Zweig, un narrateur rencontre le médecin et recueille ses délires. Il disparaît de la scène, et le médecin se confie au public.

Le comédien, seul en scène, campe tous les rôles. Mais il reste conteur. Pour jouer la femme arrogante, il esquisse un geste féminin de la main, élève la tonalité de sa voix, sans plus : il est conteur. Il joue aussi des boys indonésiens, son supérieur hiérarchique, rôles auxquels sa bouille juvénile ne correspond guère. Peu importe : il est conteur.

La mise en scène est efficace, évocatrice, le jeu d’Alexis Moncorgé éloquent. Mais il est tout aussi possible d’imaginer le conteur, assis sur une chaise ou au bord de la scène, faisant tout passer par la voix, captant l’attention comme Schéhérazade racontant chaque nuit à son Calife une histoire qui ne se termine qu’à l’aube.

denis.mahaffey@levase.fr

About the Author

Denis MahaffeyJournaliste, écrivain, traducteur... et irlandais, il a vécu en France plus longtemps qu'en Irlande, mais tient au statut d'"étranger", qui aiguise l'observation et son expression en mots. View all posts by Denis Mahaffey

  1. MireilleMireille03-18-2018

    Bonsoir Denis,

    J’ai retrouvé la même qualité d’écoute du public et le même talent d’un comédien (Florent Aumaître) lors de la représentation,samedi,dans la salle des fêtes d’Anizy le Château,de LE HORLA,d’après un texte de Guy de Maupassant.
    Et,coïncidence, le sujet était presque similaire:la progression de la » folie » chez un homme,mais pas dans le même contexte et pas pour les mêmes causes.
    Vous auriez aussi,sans aucun doute,apprécié ce spectacle du Printemps des Conteurs et des Arts de la Scène.
    Avec un peu de retard,je vous souhaite une bonne fête de Saint Patrick !
    Mireille.

© 2014 Le Vase Communicant
Tous droits réservés
23 bis rue des Cordeliers - 02200 SOISSONS
Mob : 06 01 68 97 60 - Fixe : 03 23 76 21 32
E-Mail : contact@levase.fr - Web : www.levase.fr