Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Parc Gouraud : des sociétés intègrent le nouveau bâtiment

Les élus de GrandSoissons Agglomération ont traité plusieurs affaires foncières inscrites à l’ordre du jour du conseil de rentrée.

Le Vase Communicant

Publié

le

Au Parc Gouraud de Soissons tout d’abord, la Seda a construit un immeuble de bureaux, allée des Nobel. « Ce bâtiment 13, nommé Les Décideurs, sera livré très prochainement », a annoncé le président Jean-Marie Carré. Au 1er étage du bâtiment, France 3 a sollicité GrandSoissons Agglomération pour louer un espace de 72 m2.
La location a été consentie pour un montant de 150 €/m2/an HT-HC à compter du 1er octobre. La rédaction soissonnaise de France 3 Picardie, jusqu’ici située sur la Grand’Place, déménage donc au Parc Gouraud. Deux mois de franchise de loyer lui ont cependant été accordés pour réaliser des travaux de second œuvre nécessaires à l’activité.

Toujours dans le bâtiment Les Décideurs, la société Sup Interim souhaite acquérir un espace de 90 m2 au rez-de-chaussée. La vente a été accordée au prix de 1 700 €/m2 HT, correspondant au prix d’acquisition de l’agglomération et auquel s’ajouteront les travaux de finition. Déjà installée allée de l’innovation au Parc Gouraud, l’agence d’intérim aura juste à traverser la place pour intégrer ses nouveaux locaux.
Au rez-de-chaussée encore, la société Avicenne a pour sa part acquis un espace de 245 m2 pour un montant de 1 650 €/m2 HT. Le centre dentaire actuellement au 5 rue de la Buerie transfère à son tour son activité au Parc Gouraud.

Le tout nouveau bâtiment Les Décideurs au Parc Gouraud, prêt à accueillir de nouvelles entreprises. © GrandSoissons Agglomération

Développements sur le parc du Plateau

Par ailleurs, dans la zone d’activités commerciales du Plateau, sur la commune de Ploisy : la société MCO, spécialisée dans la chaudronnerie et la réparation mécanique, est déjà implantée sur le parc au 80 rue des laboureurs. Mais celle-ci veut se développer et souhaite acquérir un terrain d’environ 10 000 m2.

En tant qu’aménageur de la ZAC, GrandSoissons a approuvé la vente au prix de 25 €/m2 HT. Juste à côté de cette parcelle, le Relais Nord Est – Ile de France est lui-aussi en phase de développement. L’établissement qui emploie des travailleurs en insertion veut quant à lui s’agrandir sur un terrain de 3 750 m2. L’agglomération a également approuvé la vente au prix de 23 €/m2 HT.

Autre sujet concernant les affaires foncières : le site BSL. Si une partie du site a déjà été réhabilitée tel que le Village PME, il reste un ensemble de parcelles et de bâtiments sur les communes de Soissons et Billy-sur-Aisne, à savoir l’ancienne infirmerie et les dénommés A, B, C, qui nécessitent des opérations de pré-aménagement en vue de leur commercialisation à venir. Il s’agit là de dépollution, démolitions partielles, nettoyage, mise en sauvegarde… Pour traiter ces parcelles et bâtiments, GrandSoissons Agglomération fait appel à l’EPFL de l’Oise et de l’Aisne, spécialiste du recyclage de ce type de foncier. L’opération consiste à vendre l’ensemble de terrains d’environ 36 120 m2 avec 3 150 m2 de bâtiments pour un montant de 1 000 000 € HT. L’EPFL de l’Oise et de l’Aisne réalisera ainsi le pré-aménagement de l’ensemble foncier de manière à en faciliter sa commercialisation à l’avenir.

Mission « Sauvez Pic’Arts »

Le festival Pic’Arts des 28 et 29 juin à Septmonts a rassemblé 9 500 personnes, soit plus ou moins la moitié de festivaliers présents en comparaison avec les éditions précédentes : « L’organisation a été confrontée à des difficultés exceptionnelles mettant en péril le maintien de l’événement, concède Jean-Marie Carré. C’est un déficit de 110 000 € auquel les organisateurs doivent faire face aujourd’hui. » Le président de l’agglomération avance les facteurs expliquant ce bilan financier négatif : « Un facteur météorologique avec une canicule retardant l’arrivée sur site des festivaliers. Mais aussi la présence d’un autre événement gratuit à quelques dizaines de kilomètres (NDLR : le Grand Live à Laon) qui a engendré une très forte baisse de fréquentation sur la journée du vendredi. »

Avec une trésorerie positive de 60 000 €, il reste donc à compenser un différentiel de 50 000 € sur le déficit. Pour sauver Pic’Arts, GrandSoissons a alors accordé au festival une subvention supplémentaire de 30 000 € (NDLR : en plus des 40 000 € déjà votés pour l’édition 2019). Le solde des 20 000 € est pour sa part pris en charge par la région des Hauts-de-France. Jean-Marie Carré justifie cette décision du fait que « ce festival a un impact important, tant socialement qu’économiquement sur le territoire soissonnais, dans la mesure où il implique 180 bénévoles actifs, rémunère 186 intermittents du spectacle et se traduit par 250 nuitées dans les hôtels du secteur. L’organisation de ce festival injecte en direct 120 000 € dans l’économie locale. »

Olivier Engrand, conseiller soissonnais mais également conseiller régional, ajoute : « Il faut avant tout éviter le télescopage avec le Grand Live de Laon. Ce n’est pas gagné, mais il faudra trouver un compromis. » Moins diplomate, le président de l’agglo confirme : « Il faut régler ce problème dans le mois qui vient. Sinon cela sera mortel pour un festival payant comme les Pic’Arts, d’autant plus que l’autre ce n’est pas un festival mais un karaoké géant ! » Alain Crémont tempère alors : « Si nous avons une fin de non-recevoir de Laon, nous serons obligés de changer la date des Pic’Arts, mais nous n’en sommes pas là du tout. » Marc Couteau, le maire de Vauxrezis, glisse finalement avec le sourire : « Pourquoi pas changer la date, à Vauxrezis on a bien reculé notre fête à cause de la Fête du Haricot ! »

Publireportage

Des légumes bio en vente directe à la ferme

« Vivre confiné mais bien manger », voilà une formule à laquelle Pierre Chabrol apporte une réponse positive aux consommateurs. Un nouvel adage en cette période inédite, mais tout à fait réalisable grâce à la vente directe de produits locaux à la ferme.

Le Vase Communicant

Publié

le

Pierre Chabrol débute sa huitième saison de production de fruits et légumes bio dans sa « Ferme du bercail » à Nampteuil-sous-Muret. Son «job » comme il aime à le présenter : « Nourrir les gens avec des légumes de saison, et toujours avec de la variété dans l’assiette. » Il cultive en effet une quarantaine de légumes différents dans son grand potager, où il développe la biodiversité, travaille à la main, et cela sans produit chimique. Le choix de l’agriculture biologique lui permet donc de proposer des produits sains et frais à la consommation, mais aussi sa contribution – non chiffrable – sur la santé : « Moins d’obésité, moins de problèmes cardio-vasculaires et moins de cancers. »

Pierre Chabrol propose ses légumes de saison et bio au public, deux fois par semaine.
Le point de vente à la Ferme du bercail, dans le respect de toutes les mesures sanitaires.

A la Ferme du bercail, la période de production la plus intense vient de commencer avec l’arrivée du printemps. Mais pour Pierre Chabrol comme pour tout le monde, la phase de confinement bouleverse aussi son activité. En premier lieu, l’annulation des marchés à Soissons le coupe de sa source de revenus principale. La décision prise à ce sujet ne manque d’ailleurs pas de le surprendre : « D’une part, quelques marchés fonctionnement encore quand les autres sont fermés, cela déstabilise les producteurs locaux. D’autre part, peut-on considérer que les grandes surfaces ouvertes dans des lieux confinés soient plus sûres que les marchés en plein air qui respectent aussi les mesures sanitaires ? »

NUMISAISNE – Correspondance – 04-2020

La question est posée, mais quoi qu’il en soit, Pierre Chabrol comme nombre de ses collègues producteurs doivent s’adapter. La Ferme du bercail est ainsi ouverte au public deux jours par semaine, les mercredis et vendredis après-midis, dans le respect là aussi de toutes les mesures sanitaires qui s’imposent. Dans le même temps, Pierre répond également à une urgence : « L’inquiétude des gens à pouvoir manger dans l’immédiat, et bien sûr avec des produits de qualité. » Urgence à laquelle la vente en direct à la ferme offre alors une solution.

Ce lien direct du producteur au consommateur est par ailleurs un autre mode de consommation, plus écologique, plus humain. Pierre Chabrol ne cache pas qu’il verrait « un sens que ce type de consommation entre dans les consciences et se développe à l’avenir ».

Pour l’heure, la Ferme du bercail est ouverte les mercredis et vendredis après-midis à Nampteuil-sous-Muret. Les commandes peuvent être prises à l’avance en contactant Pierre Chabrol par mail : lafermedubercail@gmail.com ou au 06 78 49 93 85 ou via sa page facebook.

Parallèlement, suite à la fermeture du marché, la municipalité de Soissons a contacté les producteurs locaux pour faire un point sur leur situation et leur proposer un soutien. L’une de ces solutions est l’ouverture des boutiques éphémères de la ville. Pierre Chabrol occupera pour sa part le créneau du samedi de 9h à 15h, à la boutique éphémère du 55 rue Saint-Martin. Une ouverture hebdomadaire à partir du 4 avril, et cela tous les samedis jusqu’à la fin de la période de confinement. Comme il le souhaitait, le producteur bio de Nampteuil-sous-Muret peut ainsi proposer ses légumes de saison au public citadin également.

Continuer la lecture

Actualités

GrandSoissons : fin du ramassage des bacs jaunes bientôt suivi par le verre

L’agglomération du Soissonnais était l’un des derniers territoires dont le ramassage des déchets était toujours assuré normalement. Ce ne sera plus le cas à partir de demain, jeudi 26 mars, pour les bacs jaunes (petits cartons, papiers, journaux, plastique…), puis à partir du lundi 30 mars pour le verre.

Le Vase Communicant

Publié

le

A la demande du centre de tri Valor’Aisne qui a suspendu temporairement son fonctionnement pendant le confinement, GrandSoissons Agglomération réorganise en effet le service de ramassage pour laisser la priorité en terme sanitaire au traitement des ordures ménagères (bacs bordeaux) qui pour sa part ne change pas. Il est important de préciser que les déchets ménagers des bacs bordeaux (non recyclables) seront toujours ramassés comme à l’habitude, à savoir une ou deux fois par semaine selon la commune et la localisation dans Soissons.

NUMISAISNE – Correspondance – 04-2020

La suspension du ramassage concerne donc les bacs jaunes à partir du 26 mars et les bacs pour le verre à partir du 30 mars, et cela jusqu’à la fin annoncée du confinement. A l’exception cependant, puisqu’il y en a toujours une, de quelques quartiers d’habitat très dense sur les communes de Soissons, Villeneuve-Saint-Germain, Venizel et Belleu, dont le service sera toujours assuré.

Il est alors demandé aux usagers de stocker leurs emballages chez eux, en vrac, dans leurs bacs/sacs jaunes ou dans des cartons et sacs en papier jusqu’à la reprise du service. Pour rappel également : les déchetteries du territoire sont aussi fermées jusqu’à nouvel ordre.

Continuer la lecture

Actualités

Entrepreneurs : des ateliers pour gérer la crise

BGE Picardie organise des ateliers à distance ouvert à tous les entrepreneurs pour gérer la crise liée au covid-19.

Le Vase Communicant

Publié

le

Pour Sébastien Dottin, le président exécutif de BGE Picardie : « Le contexte sanitaire rend les perspectives économiques et sociales des TPE de nos territoires extrêmement difficiles. De nombreux dirigeants sont aujourd’hui en difficulté et les emplois qu’ils portent menacés. »

BGE Picardie s’engage donc auprès des entrepreneurs en situation difficile dans les trois départements (02, 60, 80), sous forme d’ateliers digitaux, de suivis téléphoniques et de visioconférences. Les collaborateurs de BGE Picardie se mobilisent ainsi pour répondre à toutes les questions et accompagner les dirigeants d’entreprises dans l’évaluation de leurs difficultés immédiates et à moyen terme.

NUMISAISNE – Correspondance – 04-2020

Dans ce cadre, un atelier à distance via l’outil Zoom, ouvert à tous, est mis en place sur le thème « Comment pérenniser son entreprise malgré le covid-19 » : vendredi 27 mars à 14h.

Toutes les semaines, de nouveaux ateliers seront programmés. Toutes les infos de dates et connexions disponibles sur www.bge-picardie.org

Continuer la lecture

Inscription newsletter

P U B L I C I T É
LA MARMITE D’EDDIE – Corporate – 09-2018

Catégories

Facebook

Top du Vase