Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Soissons candidat au futur centre de conservation de la BnF

Un pôle regroupant un conservatoire national de la presse et un centre de conservation des collections de la Bibliothèque nationale de France : c’est l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) qu’a lancé la BnF pour un projet qui devrait voir le jour fin 2027. L’appel a été entendu par l’agglomération de Soissons qui se verrait bien accueillir ce pôle d’excellence culturelle.

Publié

le

Un nouveau centre de conservation de la Bibliothèque nationale de France, voilà un projet que le directeur général de la BnF, Denis Bruckmann, qualifie lui-même de « premier et sans doute plus ambitieux projet d’investissement culturel du plan de relance national ». Le Soissonnais pouvant être un des territoires d’accueil possible, il s’est directement adressé au député Marc Delatte pour lui faire part de l’AMI. En tout premier lieu, la BnF recherche en effet un terrain sur lequel un bâtiment de 15 000 m2 puisse s’implanter, à deux heures de Paris au maximum en transports en commun et à trois heures en voiture. Requêtes auxquelles Soissons ou son agglomération répondent positivement.

Sans attendre, Marc Delatte, également vice-président du groupe d’étude sur le patrimoine à l’Assemblée Nationale, a relayé l’appel de la BnF à Alain Crémont, maire de Soissons et président de l’agglomération : « La Ville de Soissons semble combiner ces deux critères et dispose de très nombreux atouts pour attirer un tel projet, et ce bien que la concurrence s’annonce très relevée », lui confirme le député. Il ajoute : « Le Soissonnais est un territoire chargé d’histoire, et son lien avec la littérature est loin d’être insignifiant. Par ailleurs, la construction de la Cité de la francophonie à Villers-Cotterêts pourrait permettre de développer un axe de la francophonie et de la préservation du patrimoine culturel, avec à la clé le développement d’un circuit touristique autour de cette thématique. »

L’appel a retenu toute l’attention d’Alain Crémont : « Le choix de Soissons serait hautement symbolique, en s’implantant dans la première capitale des Francs, qui plus est une ville d’art et d’histoire. » Il a assuré au député son intention de mettre « les services du GrandSoissons Agglomération en préparation d’un dossier de candidature », tout en comptant sur son soutien pour le présenter au directeur de la BnF.

Les magasins de la BnF sur le site François-Mitterrand © Guillaume Murat / BnF.

Une centaine d’emplois

Le projet est en effet colossal. La BnF est maintenant confrontée à la saturation quasi généralisée de ses magasins de collections, et ce malgré la collecte croissante de documents numériques et ses actions de numérisation massive. Pour poursuivre ses missions, elle doit donc se doter d’un nouveau centre de conservation de pointe et de grande échelle.

Le futur pôle de conservation de la BnF hébergera donc 350 km linéaires de collections de tous types (livres, journaux, objets, œuvres d’art…). Il disposera en son sein d’un bâtiment dédié à l’une de ses collections les plus précieuses : un conservatoire national de la presse. Denis Bruckmann a même confié au député Delatte : « Le projet de la BnF se présente donc à la fois comme le garant de la continuité historique d’une institution chargée, depuis François 1er, de l’exercice du dépôt légal et à ce titre de la constitution et de la préservation de notre mémoire commune, et comme l’occasion de rassembler et de valoriser ce véritable trésor pour la démocratie qu’est le patrimoine de la presse, depuis la création de La Gazette par Théophraste Renaudot. »

Le projet se veut un pôle d’envergure au niveau culturel et historique, mais il le sera aussi techniquement. Le directeur de la BnF a également précisé à Marc Delatte : « Aux côtés de magasins de conservation de dernière génération, utilisant la robotisation et la raréfaction de l’oxygène, au sein d’un bâtiment résilient sans climatisation, on trouvera également dans ce pôle des ateliers de conservation des collections qui travailleront en priorité au sauvetage de la collection de la presse, en particulier celle de la IIIe République, en cours d’autodestruction du fait de l’acidité des papiers. »

De plus, il est prévu qu’une centaine de personnes travaille dans ce centre de conservation. Son coût total de construction est estimé entre 70 et 90 millions d’euros. Il sera financé grâce à des cessions de bien immobiliers de l’Etat qui ont été affectés à la BnF, une subvention exceptionnelle du ministère de la Culture et des fonds issus des collectivités locales qui accueilleront le site.

Il apparaît évident que le territoire ne veuille pas passer à côté de ce projet, celui-ci présentant tellement de correspondances avec la future Cité internationale de la francophonie, au château François 1er de Villers-Cotterêts. GrandSoissons a maintenant jusqu’au 16 octobre pour déposer son dossier de candidature. Mais où le centre de conservation de la BnF pourrait-il s’implanter ? L’ancienne friche Zickel, située à côté du lycée Saint-Vincent-de-Paul et entre l’avenue de Reims et l’Aisne, pourrait être l’endroit idéal pour accueillir cette activité, à la fois proche du centre-ville historique et de la gare de Soissons. Mais comme l’arrivée du pôle de la BnF, ceci n’en reste qu’au stade de l’anticipation.

Le calendrier prévisionnel de la BnF

  • Lancement de l’Appel à Manifestation d’Intérêt : lundi 29 juin 2020
  • Date limite de remise des dossiers de candidatures : vendredi 16 octobre 2020 à 16h
  • Examen des dossiers de candidatures et pré-sélection : octobre 2020
  • Visite des sites présélectionnés et échanges techniques : novembre 2020
  • Communication des résultats : janvier 2021
  • Début des travaux : 2024
  • Inauguration : 2027
[wpproads id=”16024″ center=”1″]
[wpproads id=”16016″ center=”1″]

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×