Connectez-vous avec le Vase

Le Vase des Arts

Le temps retrouvé à Montgobert

Publié

le

L'art de la lecture

Ivan Morane après sa lecture de Proust au château de Montgobert

Un homme en manteau léger, une écharpe sur les épaules, s’assied sur un grand tabouret à un bureau surélevé. Derrière lui une grande glace, entre deux fenêtres qui donnent sur des jardins, où une large allée gazonnée se perd au loin dans les arbres.

Le salon du château de Montgobert (*) est rempli de spectateurs, assis sur des chaises blanches de jardin, et sur les bancs le long des murs ; quelques-uns ont même pris place dans l’ouverture de la porte du salon à côté.

L’acteur IvanMorane va lire trois extraits du dernier volume de A la recherche du temps perdu de Marcel Proust. Dans Le temps retrouvé le Narrateur, entouré de personnages qui ont habité les six volumes précédents, prend la décision d’écrire l’œuvre que le lecteur est en train de finir, une longue histoire de la vie s’une société qui ne fait que cacher les désirs, les ambitions et les souffrances de ceux qui la mènent.

Les deux premiers extraits durent chacun une demi-heure, et le troisième, les huit dernières pages du texte, prend vingt minutes.

Cette représentation est une reprise en partie d’une autre performance donnée en novembre dernier. Pour marquer le centenaire de la mort de Proust en 1922, Ivan Morane a couru un marathon littéraire. Par séances de trois heures, suivies chacune par une demi-heure de repos, et du matin au soir, il a lu la totalité du livre. Le succès de l’événement l’a encouragé à tenter une version plus accessible.

Il commence à lire, d’une voix égale, tranquillement monotone, modulée par des variations de vitesse et de rythme plus que de ton. La prose proustienne, faite de longues phrases avec leurs méandres, leurs parenthèses, devient plus claire. Qui, à part quelques lecteurs exceptionnels, ne s’est pas permis de jeter un coup d’œil en arrière, pour vérifier la syntaxe ou identifier le sujet d’une phrase ? Proust a bâti son texte couche par couche, touche par touche, un peu à la manière d’une peinture Impressionniste, sauf que les images sont toujours soigneusement construites, sans aucun flou artistique.

La complexité du langage reflète la complexité du sens que Proust veut donner aux mots, et la réussite d’Ivan Morane tient à sa capacité à clarifier ce sens par l’exactitude de sa lecture.

Il lit avec un tel naturel apparent qu’on pourrait le croire simplement doué pour la lecture à haute voix au point d’improviser sans effort. Non. Un immense travail de restructuration rythmique a été nécessaire pour traduire le souffle des mots en paroles. La représentation terminée, et alors que les auditeurs se déplacent et bavardent (un écho contemporain des réunions mondaines du passé dans ces mêmes pièces), Ivan Morane confie sa méthode de préparation de sa lecture intégrale de novembre : « Il me fallait à peu près 3 heures de travail pour chaque page. Comme il y avait 300 pages…. ». Pour chaque phrase il a marqué les mots avec des traits, comme des accents supplémentaires, surtout pour montrer la respiration, mais aussi pour indiquer la dynamique que suivrait sa voix.

Derrière la structure et la technique de la présentation au château, il y a surtout la force avec laquelle le Narrateur raconte sa soudaine perception de la tâche qui l’attend, le besoin de retraverser par l’écrit le temps et les vies portés par le temps. Les dernières lignes du dernier livre retournent aux premiers événements déclencheurs du premier livre, Du côté de chez Swann. Il rappelle l’attente chaque soir pour voir sa mère, le goût de la madeleine.

Cette approche, le mouvement narratif circulaire, la mise en abyme ne sont pas loin de la démarche de James Joyce dans Finnegans wake, qui commence au milieu d’une phrase : « riverrun, past Eve and Adam’s, from swerve of shore to bend of bay, brings us by a commodius vicus of recirculation back to Howth Castle and Environs” et finit par le début de cette même phrase : « The keys to. Given! A way a lone a last a loved a long the… »

Le lecteur est incité à reprendre aussitôt la lecture dès le début, comme un lecteur de Proust revenant au début de l’œuvre pour la revoir sous une nouvelle perspective. Le dernier mot que prononce Ivan Morane est « Temps » Le premier mot de A la recherche du temps perdu est « Longtemps ».

Le temps perdu, avalé par le passé, est retrouvé, restauré par la mémoire et les mots qui l’enregistrent.


(*) Le lieu pour cette lecture n’a pas été choisi au hasard : le château de Montgobert appartenait au duc Louis d’Albuféra, modèle principal de Saint-Loup dans le roman.

[27/04/23 Modifié pour corriger le titre du roman de Joyce et préciser que le Duc d’Albuféra, né à Paris, était propriétaire du château.]

Continuer la lecture

Ailleurs

Le tour de France d’un marcheur

Publié

le

L'art de la marche

[Photo : J-M Carré]

Dans le volume 2 de son journal de marche #275 jours autour de la France, Jean-Marie Carré arrive au milieu de son grand voyage à pied. C’est le récit de sa longue marche de Nice à Saint-Nazaire, le long de la côte méditerranéenne, des Pyrénées et de la côte atlantique.

Le premier volume, Soissons-Nice, est sorti en 2022, et le troisième et dernier, Saint-Nazaire à Soissons, est programmé pour 2024.

Il poursuit ainsi le projet conçu en quittant la vie publique du Soissonnais en 2020, après deux mandats à la présidence de Grand-Soissons. « C’était ma raison de vivre » dit-il « mais je ne voulais pas m’y accrocher comme certains hommes politiques. »  C’est après une modeste randonnée à Carnac, qui lui a donné le goût de la marche, qu’il a décidé de relever un défi : faire le tour de la France à pied en trois ans, à raison de 20 à 30km par jour pendant trois mois. Son départ aura lieu juste avant la mise en place du nouvel exécutif municipal. Une nouvelle raison de vivre existe.

Le voyage se fera dans le sens des aiguilles d’une montre pour des raisons corporelles : ne pas avoir le soleil d’été dans les yeux en descendant, puis avoir le vent marin dans le dos en remontant.

Dans son récit il fait le choix radical de numéroter le jour (à partir de 78 pour ce volume) et donner la date, l’heure et lieu de départ et d’arrivée, la référence GR de sa carte, les temps de marche, le dénivelé (cela compte dans les Pyrénées !) et la distance. Le lecteur le suit presque pas à pas, et pourrait se servir du récit comme guide détaillé.

Jean-Marie-Carré est un fin observateur de paysages, de constructions (ayant eu une entreprise de toiture avant d’être homme politique). Les rencontres quotidiennes l’enrichissent ou, rarement, le dérangent, comme le propriétaire de chien menaçant sur une plage des Landes qui le somme de « prendre la route ». L’avant-veille de l’arrivée à Saint-Nazaire, il trouve Annette, une vendeuse d’huîtres qui l’émeut par sa nature généreuse « malgré une blessure profonde qu’elle évoque en termes sibyllins ».

Jean-Marie Carré chez lui à Soissons

Il inclut des encadrés qui donnent le contexte de tel lieu, tel événement, ajoutant une dimension historique au quotidien.

Récit de voyage ; album de photos pleine page aussi, prises avec un téléphone mobile, images qui illuminent ses mots, un trésor de paysages de France.

L’écriture, concise et élégante, fait plaisir. Son style évite de grandes envolées lyriques paysagères, des maladresses et des longueurs. De Saint-Raphaël il dit « C’est jour de marché, à l’ombre des platanes et au pied du clocher pointu en rose et ocres de la petite cathédrale. » Il affectionne les virgules, ces micro-pauses dans l’écrit. La ponctuation française s’en sert pour séparer les propositions d’une phrase ; en anglais elles marquent aussi la diction, et le lecteur sent presque le souffle du marcheur.


#275 jours autour de la France, éd. Editions de l’Echelle du Temple

[Cet article paraît dans le Vase Communicant n°366.]

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

L’Arcade et la famille : vies abîmées

Publié

le

L'art du théâtre qui commente

Entre deux répétitions, quelques carrés noirs avaient été ajoutés au revêtement tout blanc de la scène du Mail à Soissons, reproduisant ainsi le sol visible sur la grande photo suspendue sur la toile de fond du plateau. L’image montre, devant une grande cheminée de ferme, un jeune enfant vêtu de blanc entouré de trois hommes, dont deux tiennent debout, par les pattes de devant, un daim mort. Voir le carrelage du sol de la pièce s’étendre sur le plateau créé un malaise flou, comme si le gibier mort, les adultes joviaux et l’enfant souriant vers l’appareil photo sortaient du cadre, empiétant sur l’espace de jeu des comédiens. Autopsie d’une photo de famille est en répétition.

Xavier Czapla et Patrice Gallet

La compagnie de l’Arcade, en résidence au Mail, occupe la grande salle pour les quinze jours précédant la création de son nouveau spectacle, en coproduction avec le Mail. La Première aura lieu le mardi 7 novembre.

Depuis sa première résidence en 2009, l’Arcade ausculte ce qui se passe dans une famille, ce réseau d’influences, de résistances, d’amour et de haine, où les places sont assignées de génération en génération. Lentement mais sûrement, d’année en année,  la compagnie de Vincent Dussart a fait son diagnostic, en convoquant le grand public et le public scolaire à prendre part dans des enquêtes, interventions, spectacles.

Cette fois, sur des textes autobiographiques de Gregory Delacourt et Pierre Creton, elle se tourne vers l’aspect le plus enfoui : l’abus sexuel d’enfants.

En deux parties, l’une chorale, l’autre une série de questionnements à deux, la pièce utilise ces procédés théâtraux pour sonder deux situations. Il n’y ni reconstitution ni image naturaliste ni débordement émotionnel, mais un commentaire clair sur une situation que même les victimes, enfermées dans le noir par leur jeunesse, ne peuvent pas détailler, même devenus adultes. Qu’est-ce qui s’est vraiment passé entre les grands et le petit de la photo, apparemment sans histoire, pour que sa vie soit durablement gâchée ? Comment trouver ce qui a traumatisé l’autre enfant, à la bonne bouille, jusqu’à le convaincre de n’être qu’un déchet ? Les deux hommes ne savent pas quelles ont été les racines de ce qui a les a endommagés ?

L’indicible ne se dit ni s’entend pas, mais au théâtre il peut se présenter, se commenter, ce qui brise déjà une barrière.

Vincent Dussart intervient devant le plateau.

Pendant les répétitions sur la scène éclairée devant la salle noire, comme quand le public la remplira dans quelques jours, Vincent Dussart dirige de son poste monté parmi les fauteuils. Parfois il descend, s’appuie contre le bord du plateau, et donne des indications aux acteurs, en mots et en gestes. Il demande à Patrice Gallet, engoncé dans un fauteuil, de mettre les mains derrière la tête, pour souligner sa détente. L’attention au détail est méticuleuse.

Les sept acteurs sont Guillaume Clausse, Juliette Coulon, Xavier Czapla, Sylvie Debrun, Patrice Gallet, France Hervé et Elodie Wallace. Leurs costumes, la scénographie, dépouillée, avec des meubles mystérieusement emmitouflés : tout donne à penser que, quelques jours plus tard – le compte à rebours est presque accompli – des acteurs sensibles et réfléchis, guidés par un metteur en scène capable de gérer un tel sujet, mettront le public en présence de l’épouvante, mais en le préservant par l’intermédiaire protecteur du théâtre.


Théâtre du Mail, 7 novembre à 20h

DM ajoute : Il vaut mieux qu’un critique déclare un intérêt personnel. En 2009 l’Arcade est arrivée à Soissons et j’ai rencontré Vincent Dussart. L’une des premières activités a été d’organiser des « ateliers » pour permettre aux intéressés d’explorer certains thèmes par le biais du théâtre. Le premier concernait « l’état tragique ». « Je peux passer ? » j’ai demandé à Vincent, pensant à un petit article pour un quotidien local. D’un ton ferme il répond « On ne PASSE pas par mes ateliers ; on y participe ou on ne participe pas. » J’ai participé, et découvert ce qui a largement dépassé le cadre d’un « petit article » : la compréhension des ressources personnelles dans lesquelles un comédien plonge pour « jouer », les sensations corporelles qui lui serviront pour « devenir » un personnage. Ce premier atelier traitait du l’insécurité créée par un manque d’amour qui fait qu’on cherche dans une autre de quoi combler cette absence. L’échec inévitable crée la tragédie. Phèdre de Racine, Hercule de Sénèque : déçus, ils se retournent contre l’être aimé.

J’ai suivi, fréquenté l’Arcade ; j’ai connu et aimé ses comédiens ; je l’ai suivie en écriture. J’aborde cette création dans l’espoir que mes attentes de spectateur, de camarade, de critique de théâtre seront richement satisfaites, qu’en voyant Autopsie d’une photo de famille je deviendrai un peu plus humain.

Continuer la lecture

Histoire

Sur les échafaudages de la cathédrale : tutoyer les hauteurs

Publié

le

L'art de la restauration

Vue du haut des échafaudages au-dessus du chevet de la cathédrale, avec une partie du cinéma à gauche, issue du site my. virtualplanadvantage.

Depuis automne 2021 une immense tente translucide cache les hauteurs de la cathédrale. Les Journées Nationales de l’Architecture ont permis à des Soissonnais de passer derrière et découvrir enfin ce qui s’y cache.

Yann Hégo, ingénieur du patrimoine

Une restauration de trois ans et de 9,5M euros est en cours, et nous étions invités à venir voir « les parties hautes ». Mais comment ? Eh bien, mettre un casque de sécurité et attendre en bas de la forêt d’échafaudages. Une douzaine de curieux devaient prendre le grand ascenseur de chantier pour chaque visite.

Yann Hégo, ingénieur du patrimoine à la DRAC Hauts-de-France, accompagne le groupe. Il fera preuve d’une connaissance profonde et détaillée du projet, que ce soit la complexité des échafaudages ou le détail du traitement des vitraux et sculptures extérieures. Le projet fait appel à 20 métiers d’art, pratiqués par 60 à 120 personnes selon le déroulement des travaux.

L’ascenseur se met à monter lentement et bruyamment, comme un monte-charge, jusqu’au 3e niveau. C’est impressionnant : de chaque côté le paysage urbain s’éloigne et s’étend. Nous sortons avec précaution sur le palier, recouvert de tôles antidérapantes qui bougent sous les pieds. Il n’y pas de danger, mais il est aventureux d’entrer sur un tel chantier. Il faut faire attention aux traverses basses signalées par des bandes noires et jaunes.

Nous sommes au niveau de la large corniche des murs de la nef, décorée par de petites sculptures. Le haut de la tour sud est visible juste au-dessus. Nous tutoyons les hauteurs de notre cathédrale.

Des gargouilles nous regardent avec les yeux de bêtes fantastiques. Ont-elles 800 ans ? « 100 » répond Yann Hégo « elles datent de la reconstruction après 1918. » Elles recevront seulement une goulotte en plomb pour l’écoulement, car le choix a été fait de préserver l’histoire qui a laissé ses traces sur la structure, même des impacts de balles sur la pierre.

Les sculptures sont traitées par laser, sablage ou silicones, un millimètre à la fois.

Nous montons au 4e niveau par une dizaine de marches métalliques et un demi-palier, avec une légère sensation d’avancer vers le vide, pour atteindre les combles de la cathédrale. Les gros chevrons nus en enfilade sont soutenus par des arbalétriers comme d’immenses cadres de parapluie. A l’ouest, une charpente en béton, datant des années 20, a été testée et trouvée saine. Ailleurs, tout bois défectueux est remplacé, ou réparé par de savants assemblages et greffes. Un chevron défiguré par une longue déchirure superficielle, trace de l’impact d’un obus, sera préservé.

Les arbalétriers sur la nef

La charpente sera recouverte d’ardoises importées d’Espagne, car il n’y plus que de petites ardoiseries en France, mais la plupart des matériaux de construction sont procurés localement.

La visite est terminée, mais Yann Hégo considère que d’autres rendez-vous pourraient être pris à des tournants importants du chantier.

Nous redescendons dans l’ascenseur grinçant et atterrissons, avec le sentiment d’avoir survolé à pied ce monument qui est au cœur de la ville, voire est son cœur.


 La présente opération marque un grand effort de rénovation de la cathédrale, après une période où elle semblait passer sous le radar. Elle concerne la remise en état des charpentes et couvertures des toitures hautes de la nef et du chœur, et des pierres qui l’encadrent. Un Plan de Relance gouvernemental a permis d’élargir le périmètre des travaux pour inclure les vitraux des baies hautes de la nef et du chœur et la mise en sécurité incendie des grands combles.

La cathédrale de Soissons appartient aux grandes cathédrales gothiques d’Ile-de-France et de Picardie, mais elle reste moins connue que d’autres, en raison de la perte du décor des trois portails de sa façade occidentale et de l’inachèvement de la tour nord, lui donnant un aspect austère qui ne reflète pas les intentions initiales.

Visites virtuelles du chantier
Il est possible de faire un retour immersif au cœur de la restauration de la cathédrale grâce à des visites virtuelles du chantier impressionnantes et très bien documentées :
Rénovation de la charpente 
Rénovation des chapiteaux  
Rénovation de la balustrade

[Cet article paraît dans le Vase Communicant n°365.]

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×