Connectez-vous avec le Vase

Actualités

La Cie Acaly : 30 ans de scène

La compagnie Acaly du théâtre Saint-Médard vit une année exceptionnelle : elle fête ses 30 ans en cette saison 2019/2020, mais aussi les 25 ans de son théâtre ouvert dans le quartier Saint-Médard à ses débuts, et encore les 10 ans de ses locaux actuels sur l’avenue de Paris.

Publié

le

Dans la nouvelle salle Le Nautilus : une partie de l'équipe d'Acaly et le directeur/metteur en scène Fabrice Décarnelle (debout).

« Monter une troupe professionnelle de théâtre à Soissons ? Ça ne marchera jamais… » Comme d’autres avant lui, Fabrice Décarnelle a bien fait de ne pas écouter les esprits grincheux. Et pourtant, à seulement 20 ans en 1990, il en fallait du cran pour se lancer dans ce projet artistique dont il est aujourd’hui le directeur. Alors étudiant en cinéma, passionné de mise en scène et de production, lui-même et d’autres potes n’ont pas hésité, comme Laurent Legendre, étudiant en arts plastiques, et Marc Laforet, autre étudiant en cinéma mais plus tourné vers la technique et l’écriture : « On a pris le taureau par les cornes, avec le soutien de nos parents aussi, confie Fabrice. Pour ma part, je voulais m’essayer à la mise en scène de théâtre et on a monté la compagnie. »

Premier spectacle, un son et lumière à Vic-sur-Aisne, et premier essai transformé, toujours avec autant de culot : « J’ai participé à l’émission télévisée “La roue de la fortune”, animée alors par Christian Morin (NDLR : les plus de 30 ans s’en rappelleront peut-être). Quand il m’a interrogé sur mon activité, j’ai lancé un appel aux bonnes âmes qui souhaiteraient nous aider pour ce spectacle. En deux jours, on a reçu des appels de partout en France et on a monté une équipe de cent personnes. Beaucoup nous suivent encore et sont restés nos amis. »
En parallèle, la compagnie a mis en scène sa première pièce, une comédie nommée « Les tueurs du dimanche ». « Depuis on ne s’est jamais arrêté, continue Fabrice, et on a étoffé notre programmation puisque nous avons monté plus de 250 spectacles en 30 ans. »

Pour la première pièce montée il y a 30 ans, « Les tueurs du dimanche »...
... Fabrice donne déjà ses premières consignes à l’équipe.

Le 1er théâtre dans un ancien garage

Après les premiers spectacles, la compagnie a voulu créer son propre théâtre pour se produire chez elle, devant son public. Un théâtre monté dans un local au 14 rue Pépin-le-Bref dans le quartier Saint-Médard, aménagé dans un ancien garage automobile nettoyé de fond en comble, et ouvert en 1996. A l’image des troupes du Café de la Gare et du Splendid, Acaly a tout de suite rencontré un vrai succès à l’échelle soissonnaise dans son petit théâtre de poche et ses 45 places attenantes à la scène.

« C’est ici que nous avons développé nos projets et nos ateliers de théâtre. Aujourd’hui, on propose 80 ateliers par an avec de multiples partenaires. C’est aussi notre fierté d’apporter notre savoir-faire, de la confiance en soi à travers l’activité théâtrale et de partager cette passion. » Fabrice insiste en effet sur l’importance de l’atelier-théâtre : « Ce travail nous permet de nous nourrir de toutes ces rencontres, nous restons ainsi en prise avec la société sans être dans nos bulles d’artistes. Nos spectacles nous ressemblent d’ailleurs en cela, nous sommes ancrés dans la réalité du territoire et c’est ce que les gens aiment. »

Encouragée par ses succès, Acaly a dû voir plus grand, en l’occurence au 64 avenue de Paris où la compagnie fêtera également les 10 ans en mai 2020. Le café-théâtre a conservé son nom de Saint-Médard, à la différence que lorsqu’il fallait 25 000 francs de budget en 1996, ce sont 350 000 € qui étaient nécessaires pour ouvrir un nouveau théâtre seulement quatorze années plus tard. « Bien sûr ce n’est pas toujours facile, confie ici le directeur, mais le public est au rendez-vous et la Ville de Soissons nous a toujours soutenus depuis le début et continue de nous soutenir. La compagnie est aussi devenue une grosse équipe d’une douzaine de comédiens professionnels, des metteurs en scène, des techniciens, sans oublier de nombreux bénévoles passionnés qui nous entourent. ».

Un « bus-théâtre » en tête

Pour autant, 30 années n’ont pas affaibli le cœur de l’idée Acaly : « Partager et monter des projets ensemble. » Et parmi toutes les idées que Fabrice a en tête, un gros projet le stimule depuis 10 ans : la création d’un bus-théâtre. « L’idée est d’acheter un bus, de le rendre autonome en énergie et de le transformer en salle de spectacle itinérante, avec la possibilité d’y organiser des ateliers. La volonté est de le faire tourner dans les lieux où la culture est difficilement accessible, et ceci de façon innovante. Mais cela demande des moyens d’environ 50 000 €, c’est pourquoi nous recherchons des mécénats et des parrains afin de lever des fonds pour lancer enfin notre bus-théâtre sur les routes. ».

Fabrice Décarnelle démontre que la compagnie Acaly n’est pas à court d’idées et de projets pour continuer à apporter sa contribution au vivier culturel de la ville. La volonté est même de faire vivre le théâtre Saint-Médard 30 années de plus.

La nouveauté

En cadeau pour ses 30 ans, le café-théâtre Saint-Médard ouvre une nouvelle salle à partir du 4 septembre : le Nautilus. Dans une déco « 20 000 lieues sous les mers » et une ambiance lounge, le Nautilus est un bar associatif pour des soirées détentes tous les mercredis et jeudis de 18h à 20h30, et les soirs de spectacles après les représentations. Avec sa scène ouverte, des soirées spéciales musique ou littérature y seront également organisées.

Des souvenirs des adaptations à succès de la compagnie Acaly : ici « Knock ».

Une programmation spéciale

Pour marquer l’anniversaire des 30 ans, la compagnie Acaly a concocté une saison 2019/2020 toute particulière au café-théâtre Saint-Médard. Elle débute par la pièce à succès de Francis Veber : « Le dîner de cons », tous les vendredis et samedis du 6 septembre au 21 décembre. Autre monument du théâtre programmé dans la saison : « 8 femmes » de Robert Thomas, du 10 janvier au 7 mars. Fabrice Décarnelle fait également un cadeau au public en remontant l’un de ses gros succès qui date de 2003 et qui a fait l’histoire d’Acaly : « Petits pots entre humains », du 20 mars au 19 avril. Puis une première pour la compagnie en cette année anniversaire : un one-woman show avec Constance Parizot, « La standardiste » du 24 avril au 16 mai.

Neuf spectacles au total sont proposés tout au long de la saison, sans oublier les créations des Festiloupiots, les Jeudis Concerts, les

Actualités

Sous le pont les piliers de la République

« Liberté, Egalité, Fraternité » : la devise de la République française est désormais gravée sur un pont de Soissons, près de la Vigne Porale sur la voie verte Rochy-Condé. Sur ces nouveaux « piliers de la République », c’est aussi une véritable fresque de street art qui s’expose librement au public et à tous les promeneurs. Elle marque le travail impressionnant réalisé par de jeunes Soissonnais avec l’artiste graffeur Snek.

Publié

le

Baptiste Provenzano, alias Snek dans le milieu du street art, avait déjà été sollicité par la Ville de Soissons pour des projets dans les quartiers notamment. La municipalité a de nouveau fait appel à lui pour lui confier une autre action : la réalisation d’une « fresque de la République » façon street art, sous l’un des ponts de l’avenue Jean-Monnet où passe la voie verte Rochy-Condé. L’artiste a alors proposé ses maquettes, retravaillées par ailleurs avec les services de la Ville, mais aussi la police nationale, le tribunal de Soissons et la sous-préfecture, les valeurs de la République et ses trois piliers devant être mis en avant. Dans le même temps, l’intérêt était également d’y associer les jeunes Soissonnais des centres sociaux, les services civiques, de même que les étudiants en licence DNMADE « design & matières » du lycée Saint-Vincent de Paul. Au total, 40 à 50 personnes ont pris part au projet.

Les élèves de la licence DNMADE à la réalisation graphique sur les piliers Fraternité. © Antoine Vasseur

De l’aveu même de Baptiste Provenzano, « la réalisation ne fut pas si simple ». D’une part, les différents épisodes du covid ont retardé l’action à plusieurs reprises. « Il a aussi fallu s’accorder entre tous sur le message, la maquette, les graphismes. » Snek n’oublie pas non plus qu’à l’heure de la création, « nous avons travaillé dans le froid de la fin mars, entre 0 et 1° avec le vent, ce fut parfois compliqué », avoue-t-il. Mais le travail dans la douleur a finalement porté ses fruits, le résultat n’en est que plus époustouflant. Lors de son inauguration officielle fin mai, le maire Alain Crémont a salué les jeunes et tous leurs encadrants « pour la réalisation de cette œuvre de street art porteuse de valeurs ».

Le pilier Liberté, réalisé en grande partie par Snek.

Fier de ce projet « agréable à faire » dit-il, Snek n’a pas fini son histoire avec Soissons. A la demande de la municipalité, il reviendra en effet à la Toussaint en provenance de sa Meuse natale, pour redécorer avec sa patte street art un transformateur et des locaux techniques de la ville.

Les deux piliers Fraternité, réalisés par les étudiants Design de Saint-Vincent de Paul.
Le pilier Egalité, réalisé avec le concours des jeunes des centres sociaux et des services civiques.

Continuer la lecture

Actualités

Cité internationale : les 1res façades dévoilées, l’ouverture pas encore annoncée

De l’avis même de l’administrateur du château de Villers-Cotterêts pour le Centre des Monuments Nationaux : « Le chantier de la Cité internationale de la langue française se porte bien ». En revanche, Xavier Bailly ne peut pas encore se prononcer formellement sur son ouverture, seulement peut-il dire : « Ce ne sera pas avant la fin de l’année 2022 ».

Publié

le

Au départ annoncée en mars 2022 puis reculée à l’automne, l’inauguration est donc une nouvelle fois décalée. Le chantier a en effet pris du retard, « du fait en premier lieu de la crise sanitaire que tout le monde a subi et des épidémies de covid qui se sont succédé », explique Xavier Bailly. Il ajoute à cela des imprévus techniques qui ont parfois bloqué le bon déroulement des travaux : « Nous avons fait des découvertes très désagréables, l’état sanitaire du château est beaucoup plus alarmant qu’imaginé, à l’image d’un mur qui s’est effondré à l’intérieur de l’enceinte. »

L’administrateur du château tempère toutefois : « Mais sur un chantier d’une telle ampleur, il avance globalement bien, que ce soit pour la partie restauration, le parcours de visite permanent qui poursuit son cours de fabrication, mais également pour sa partie programmation culturelle, tout aussi importante et déjà bien engagée. » Preuve en est sur ce dernier point : le vernissage le 23 juin d’une photographe suisse en résidence artistique à Villers-Cotterêts. Xavier Bailly met également en avant d’autres espaces bien avancés, tout particulièrement l’auditorium. A l’inverse, les fenêtres et les parquets ne sont pas tous posés, en somme « c’est la vie d’un chantier très complexe comme celui-ci », souligne-t-il. Et à ce stade du projet, il ne cache pas son plaisir de voir « l’émotion de tous les Cotteréziens et Cotteréziennes, de même que les autres habitants voisins qui redécouvrent et admirent les façades du château dévoilées maintenant côté place Aristide-Briand. Les entreprises en sont également fières. La Cité internationale est en train de se révéler tout doucement. »

Les façades découvertes côté Aristide-Briand (© Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux).

L’emplacement du futur parking en question

Le comité de pilotage des travaux du château de Villers-Cotterêts a établi la construction du parking de la future Cité internationale de la langue française à l’emplacement dit de « La Prairie », entre le château François 1er et l’orée de la forêt de Retz. L’étude et le projet ont été récemment publiés sur le site du Centre des Monuments Nationaux : dans ses larges lignes, il est programmé sur une surface totale de 10 700 m2, dont 4 000 m2 d’espaces verts et 2 840 m2 de surface dédiée au stationnement, soit 196 places de voitures.

Dès le mois de décembre 2021, trois associations ont exprimé leur désaccord sur ce projet : la Société Historique de Soissons, la Société des Amis du Château de Villers-Cotterêts et l’association des Parcs et Jardins de l’Aisne. En date du 19 janvier, elles ont directement adressé une lettre au président Emmanuel Macron, celui-ci étant l’initiateur même de la création de la Cité internationale au château François 1er : « Le projet de parking au lieu-dit La Prairie, dans l’enceinte du parc du château, pourtant classé lui aussi, nous amène à vous alerter sur cette atteinte au patrimoine, lui ont-elles écrit. (…) Il ne nous semble pas pensable de le voir dénaturé par le stationnement et le va-et-vient de centaines de véhicules. » Dans le même temps, des copies de cette lettre ont été envoyées à la Ville de Villers-Cotterêts, le CMN, l’ONF, la DRAC et la préfecture. Les associations avancent aussi des « incohérences techniques » et parlent même « d’inégalité par rapport à la loi sur l’eau ».

Parallèlement, le président de la Société Historique de Soissons, Denis Rolland précise ne pas « se positionner contre le projet global et vouloir le bloquer, il ne s’agit là que du projet de parking. » Les associations font d’ailleurs des propositions de projets au niveau du Grand Bosquet, « au moins à titre provisoire », disent-elles, à la place du centre de secours qui déménagera bientôt, voire à côté du stade.

Restées sans réponse de la part du président et de toutes les autres collectivités, les trois associations se sont ensuite adressées fin avril à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, encore en poste à cette date. Elles ont eu là une réponse de son cabinet, précisant que la note a été transmise aux services de la direction générale des patrimoines et de l’architecture, « afin qu’elle fasse l’objet d’un examen attentif ». Dans tous les cas, un appel d’offres vient d’être lancé aux entreprises, avec l’annonce d’une livraison du futur parking en février 2023. Du côté de la CMN et de la municipalité de Villers-Cotterêts, « l’étude est toujours en cours », le projet et son aboutissement restent donc à suivre.

Continuer la lecture

Actualités

Soissons envoûtée tout l’été

La Ville de Soissons avait ouvert l’acte I de « Soissons en lumières » cet hiver en guise d’amuse-bouche, des projections de 6 mn sur l’hôtel de ville et l’abbaye Saint-Léger. L’acte II est maintenant lancé depuis le 13 mai, tous les jeudis, vendredis et samedis pour tout l’été jusqu’à fin septembre.

Publié

le

L’image actuellement la plus aimée via #soissonsenlumieres sur Instagram et www.soissonsenlumieres.com. © Ville de Soissons/Moment Factory

A la nuit tombée vers 22h30, les projections de vidéomapping de 17 mn cette fois tournent en boucle sur cinq monuments emblématiques du patrimoine soissonnais : l’abbaye Saint-Léger, l’hôtel de ville, l’église Saint-Pierre et la porte Notre-Dame, le pavillon de l’Arquebuse, la Cité de la musique et de la danse. « L’événement est gratuit, universel et en accès libre », veut faire savoir la municipalité. Il faut dire que la collectivité mise beaucoup sur ce projet, il s’agit même du plus grand investissement jamais réalisé pour relier la culture, le patrimoine et l’attractivité du territoire. Concrètement, « Soissons en lumières » est un investissement de 6 M€ sur 3 ans : « L’ambition est d’attirer des visiteurs venus de toute la France et de l’étranger autour d’un spectacle de qualité digne des plus grandes capitales internationales. » Lors de la présentation de l’opération, l’adjoint à la culture François Hanse n’a en effet pas caché « l’intention de devenir la référence nationale du vidéomapping ».

Dans le même temps, Soissons veut aussi bénéficier de l’aura de la future Cité internationale de la langue française de Villers-Cotterêts, « en invitant les 200.000 visiteurs annuels attendus à prolonger leur séjour sur le territoire en découvrant la cité qui a vu naître la France de Clovis. » Le maire Alain Crémont répète également régulièrement : « Bien qu’il s’agisse d’un spectacle gratuit, le retour sur investissement est attendu indirectement dans l’économie locale. Le principe de la déambulation doit, en effet, grandement favoriser l’affluence de visiteurs dans les rues du cœur de ville et irriguer les terrasses des bars et restaurants. »

L’acte II de « Soissons en lumières » ici sur l’hôtel de ville, l’image est visible sur Instagram et sur le site www.soissonsenlumiere.com

Devant les cinq monuments mis en lumières et en musiques, l’opération d’attraction est en effet réussie. A savoir que ces projections envoûtantes sont l’œuvre du studio Moment Factory, l’un des leaders mondial dans le domaine et le créateur de plus de 450 spectacles à travers la planète comme celui de la cathédrale de Reims. Moment Factory a réalisé ici un parcours illuminé de 85 mn au total, les spectateurs pouvant librement déambuler d’un lieu à l’autre comme bon leur semble, en profitant de l’intégralité du contenu dans la soirée ou bien en scindant leur participation sur plusieurs jours.

Côté pratique, il n’aura pas échappé aux premiers spectateurs que le volume sonore est particulièrement bas devant les monuments. La municipalité de Soissons a délibérément souhaité préserver la tranquillité des riverains, il est alors proposé de télécharger gratuitement l’application mobile « Soissons en lumières » sur smartphone afin de bénéficier de toute l’ambiance sonore mais aussi de la narration de cinq personnages : le peintre, la brodeuse, le photographe, la bâtisseuse et le graffeur :  « Un fil conducteur sonore et visuel porté par la voix, la musique et la lumière. À travers une collection de témoignages, Soissons en lumières projette aussi dans la ville la petite histoire entremêlée à la Grande Histoire de Soissons. »

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×