Connectez-vous avec le Vase

Actualités

DOSSIER : Méthanisation à la Ferté-Milon

L’entreprise Endives du Valois a déposé en mars 2018 une demande de permis de construire une unité de méthanisation. Demande à laquelle le préfet a donné un avis favorable en date du 14 août dernier. Le projet prévoit une installation de 3 800 m2 au total, avec deux cuves aménagées à la sortie de l’usine. La coopérative investit 4,2 millions d’euros et espère sa mise en route à l’automne 2020.

Le Vase Communicant

Publié

le

Accord donné aux Endives du Valois

Les Endives du Valois ont été créées à La Ferté-Milon en 1983. Cette coopérative regroupant 15 adhérents emploie une soixantaine de salariés, avec un pic de 110 personnes pour la pleine saison d’octobre à mars. 40 tonnes d’endives y sont produites par jour durant cette période.

Michel Gille, l’actuel directeur, a pour sa part intégré l’entreprise en 1984. L’idée de la méthanisation, il l’a eue dès la première année, du fait même de l’activité de l’usine : « Dans le processus de production, les sous-produits d’endives que sont les racines et les épluchages sont stockés ou partent à 80 % dans les champs, explique Michel Gille. Ils se décomposent et dégagent du méthane dans l’atmosphère. Le gros avantage de la méthanisation est tout d’abord de supprimer les odeurs à 99 % car 30 tonnes de racines par jour pourraient aller directement dans le méthaniseur et produire du biogaz. Les racines seront en effet récupérées dans l’usine même, vidées et aussitôt mises dans la trémie d’insertion pour être broyées puis incorporées dans le premier digesteur. » L’objectif est ici d’alimenter le réseau GRDF de La Ferté-Milon et Villers-Cotterêts, avec une production de 80 m3 par heure de biométhane pendant l’hiver et 40 m3 par heure l’été.

Le directeur des Endives du Valois avance d’autres éléments générés par l’unité de méthanisation : « La récupération des éléments fertilisants naturels limitant les engrais chimiques pour les producteurs, la récupération de la chaleur des frigos de l’endiverie pour chauffer les cuves du méthaniseur, l’économie du transport des produits transformés pendant le process et la réduction des gaz à effet de serre. » Michel Gille ajoute encore : « Ce projet est réalisé sur le lieu de production des sous-produits et il permet de réutiliser une friche industrielle où 82 % du tonnage est déjà sur place. »

Michel Gille, directeur des Endives du Valois à La Ferté-Milon.

Les inquiétudes des opposants

Pour autant, le projet de méthanisation ne crée pas l’adhésion totale des habitants de La Ferté-Milon autour de lui, loin s’en faut. Des opposants au projet se sont fait entendre et envisagent même de porter un recours contre l’avis favorable du préfet (lire page suivante). Ils expriment leurs inquiétudes sur plusieurs points auxquels Michel Gille apporte ses réponses :

La proximité des habitations et de l’école
Cette proximité avec l’unité de méthanisation est la principale source d’inquiétude des opposants au projet en cas d’éventuelle explosion. Pour Michel Gille : « Un méthaniseur ne peut pas exploser quand il tourne normalement, il n’y a pas assez d’oxygène et pas de contact avec une flamme. De plus, les règlementations de sécurité sont très contraignantes, le gaz est analysé toutes les 10 à 15 mn par GRDF, la qualité de l’air est très contrôlée et les locaux techniques sont équipés de détecteurs de fumée et de gaz, asservis à des vannes de sécurité. L’incident qui a eu lieu en Bretagne par exemple est dû au fait qu’il y avait une personne qui faisait encore des travaux pendant la mise en route. S’il y avait une explosion, elle ne pourrait d’ailleurs se faire que pendant cette phase de mise en route. »
Le directeur de l’Endiverie s’interroge à son tour : « Dans cette unité de méthanisation, il y aura l’équivalent de 300 kg de gaz en permanence. Mais pourquoi la population ne s’inquiétait pas lorsqu’il y avait encore l’Intermarché avec sa bombonne de 15 tonnes de gaz encore plus proche des habitations ? »

Le trafic routier
Michel Gille assure qu’avec l’unité de méthanisation : « Il y aura tout simplement moins de trafic routier. Du fait que les racines d’endives sortent actuellement de l’usine et sont livrées à l’extérieur, cela représente précisément un nombre de 12,22 passages de camions et de tracteurs par jour. Avec la méthanisation où les racines serviront à alimenter l’unité sur place, ce sera 9,85 passages de camions et cela descend même à 7,31 passages journaliers avec le projet de filtration. »

Les odeurs
Selon le directeur : « Le procédé de méthanisation ne crée pas d’odeurs car il se déroule en milieu hermétique. Environ 98 à 99 % des odeurs disparaissent avec ce procédé, et c’est d’ailleurs pour cela que le projet prévoit une deuxième cuve car ce deuxième digesteur permettra d’être sûr qu’il n’y ait pas d’odeurs. Quant au stockage, les silos seront bâchés pour garder la qualité des matières premières. Il n’y aura aucun stockage à l’air libre de résidus après méthanisation, le digestat sera entreposé dans une cuve étanche gaz. De plus, les émanations de soufre seront filtrées par un système de filtre à charbon. »

L’agrandissement
Face à l’éventuelle idée que l’entreprise décide d’agrandir son unité de méthanisation à l’avenir, Michel Gille répond : “Notre production se fait sur nos 6 mois de grande activité. Il n’y aurait aucun intérêt à construire une plus grosse installation, ce ne serait juste pas rentable.

Les opposants envisagent un recours

Une deuxième réunion des opposants à la localisation du projet d’unité de méthanisation s’est déroulée à La Ferté-Milon, opposants regroupés pour un certain nombre dans l’association Mieux Vivre à La Ferté-Milon (MVFM).

Les porteurs du projet, Michel Gille (directeur de l’endiverie) et Charles Bellet (directeur de la coopérative), étaient présents afin de faire entendre leurs contre-arguments.

La secrétaire de MVFM se remémore : « Notre collectif a vu le jour après la réunion d’information à l’endiverie en octobre 2018, réunion qui nous a alertés plus que rassurés sur les problèmes qu’allaient rencontrer les riverains. » De plus, le fait qu’il n’y ait eu ni concertation en amont avec les Milonais (avant ou après le dépôt de la demande du permis de construire, en mars 2018) ni étude d’impact, en particulier sur le devenir dans dix ou vingt ans, a vraisemblablement créé un sentiment de malaise.

Un intervenant déplore : « On est dans l’incertitude, on nous dit différentes choses sur les risques, les odeurs incommodantes, le trafic des camions. » Les anti-projets affirment que le risque d’odeurs au quotidien est tout à fait possible et que, si les racines d’endives n’auront certes plus à sortir du site (NDLR : elles iront dans le méthaniseur sur place), le transport des citernes de digestat vers les zones d’épandage devrait occasionner le passage de douze camions de 44 tonnes par jour en plus.

Un autre intervenant met rapidement les pieds dans le plat : « Le risque d’explosion est minime, mais il est là. » En effet, de 1992 à 2017, 18 cas d’incendie et 15 cas d’explosion ont été recensés en France par le ministère de l’Environnement, c’est-à-dire à une époque où la méthanisation était encore réduite. Fin 2010, il existait une centaine de lieux, mais désormais beaucoup plus. Et selon MVFM, « si l’on se fie aux articles parus dans la presse, les cas ont été bien plus nombreux ». De plus, le ministère ne recense pas les accidents.

La proximité en question

L’une des craintes des Milonais présents est la proximité (moins de 50 mètres) du futur méthaniseur avec le seul point de captage d’eau potable à La Ferté-Milon. Un intervenant s’insurge sur le fait que « le captage est fragile, ce n’est pas seulement une question de distance ; s’il y a la moindre explosion, la voûte du captage s’effondrera et l’on sera tous à l’eau minérale pendant un an ». Néanmoins, la loi autorise la construction d’un méthaniseur s’il est à plus de 20 mètres d’un point d’eau potable.

Autres sujets très sensibles pour certains membres de l’assistance : « Les habitations les plus proches qui risquent de perdre de leur valeur ou même être invendables » ; « la proximité de l’école primaire à 500 mètres et du lycée technique, avec le risque que des parents ne viennent pas s’installer à La Ferté-Milon, d’où perte d’élèves potentiels » ; « le possible amalgame dans un récent bulletin municipal au sujet des emplois qui pourraient être menacés à l’endiverie si les opposants obtenaient gain de cause ». Le point d’orgue de la réunion est le témoignage de Patrick Bisbrouck, qui habite à 200 mètres du site de méthanisation d’Ussy-Sur-Marne : « Avec un problème de vent dominant, la méthanisation, ça sent mauvais quand on en est proche, à cause de la torchère et du soufre à l’intérieur de la cuve. J’ai même eu de mauvaises odeurs à seulement 3 degrés. Et une question que vous devez vous poser, c’est comment sera tenu le site : sur celui près de chez moi, il y a des écoulements d’eau mal gérés, ça sent mauvais. Je subis aussi le passage des camions, la poussière et la dérive qui a eu lieu, à savoir l’introduction du lisier comme intrant, ce qui n’était pas prévu ; cette dérive-là, personne à La Ferté-Milon ne l’intègre au projet au jour d’aujourd’hui. »

Les opposants au projet réunis à La Ferté-Milon le 24 mai dernier.

Plus beau village de France ?

une intervenante le dit de façon péremptoire aux porteurs du projet : « Des intrants végétaux du début, à l’envie de passer aux intrants faits de matières organiques, carnées, avec rotations supplémentaires de camions, qui nous garantit qu’un jour, vous n’allez pas introduire autre chose ? Nous n’avons aucune garantie. »

Michel Gille se défend : « Notre projet sera une petite boucle, une unité de taille moyenne presque quatre fois plus petite que celle d’Ussy, juste deux digesteurs ; tous les mois, on devra déclarer à la préfecture ce qu’on mettra, on ne peut pas mettre n’importe quoi. » À ceci, les opposants répliquent qu’il suffit d’une déclaration en préfecture pour changer les intrants.

Par ailleurs, une dame dans le public s’interroge : « pourquoi la mairie est d’accord avec la localisation du futur méthaniseur alors que d’autres mairies se sont mobilisées contre des projets identiques ».

De son côté, MVFM, qui a aussi déploré la passivité de la mairie pendant la période de consultation, a emmené le député Jacques Krabal voir l’emplacement du projet, entraînant son étonnement devant la proximité avec les maisons les plus proches. Il s’est engagé à transmettre une lettre au ministre concerné, en particulier pour faire évoluer la loi sur la distance minimale.
De plus, l’association ironise sur le fait que le méthaniseur sera visible du château de Louis d’ Orléans alors que la commune vient de participer au concours du plus beau village de France, et revendique comme seul et unique but que le méthaniseur, en raison du principe de précaution, soit construit à au moins 200 mètres de la première habitation (NDLR : elle est à 53 mètres pour le moment). En effet, comme le résume l’ancien conseiller municipal Jacques Damon lors de la réunion du 24 mai, « le seul débat, c’est la localisation ».

Quant à MVFM, la secrétaire expose où en est leur action : « Lors de notre rendez-vous avec le sous-préfet le 12 juin, où étaient aussi présents les représentants du projet, de la mairie et un médiateur, nous avons pu nous exprimer et nous espérons avoir été entendus. Puis, lors des deux réunions de groupes de concertation les 6 et 8 juillet, rassemblant des représentants de la mairie, du projet, de MVFM et des Milonais, nous avons survolé le dossier sans entrer dans les détails. Les thématiques ont été posées, mais nous espérons pouvoir les approfondir. »

Sans envisager de coup de force comme ce fut le cas à La Neuville-Lès-Dorengt le 8 juillet pour un autre projet d’unité de méthanisation, MVFM compte déposer des recours auprès du tribunal administratif étant donné que le préfet a rendu un avis favorable au projet le 14 août.

Actualités

La Ville aide les Soissonnais à acheter leurs vélos

La municipalité veut développer la pratique du vélo dans la cité du Vase. Elle met en place pour cela un dispositif d’aide à l’achat de vélos, allant de 150 € à 600 € selon le type de vélo acheté.

Le Vase Communicant

Publié

le

La Ville de Soissons s’engage dans une politique de développement des transports alternatifs, à commencer par le vélo. Olivier Engrand, adjoint à la mobilité et à la sécurité routière, confirme : « Suite à l’engouement pour la pratique du vélo visible partout en France après la période de confinement, l’équipe municipale veut s’inscrire dans cette dynamique et accompagner les Soissonnais dans leur changement de pratique. »

L’engagement se confirme par la création d’un dispositif d’aide à l’achat de vélos, « dans le but de permettre aux Soissonnais de s’équiper et d’encourager la pratique du vélo dans la ville », ajoute Olivier Engrand. Le conseil municipal accorde ainsi un budget total de 20 000 € à cette aide pour laquelle plusieurs points de règlement doivent être tenus afin d’en bénéficier :

La subvention est destinée aux habitants de Soissons.

Une seule subvention est attribuée par foyer fiscal, sans condition de revenus, durant toute la durée de l’opération.

L’opération est ouverte à l’achat d’un vélo durant la période du 11 mai 2020 jusqu’au 31 mars 2021, la date de la facture faisant foi.

L’achat doit être réalisé dans un commerce situé sur le territoire du GrandSoissons Agglomération, en revanche l’achat de vélo en ligne n’est pas éligible.

Le dispositif concerne les vélos neufs dits « musculaires » (NDLR : vélo classique) ou à assistance électronique de types : vélo de ville, vélo hollandais, vélo tout chemin, vélo sport urban, vélo pliant, vélo cargo et tricycle. Il est important de préciser que les vélos tout terrain (VTT), mountain bike, vélos de course et trottinettes n’entrent pas dans le cadre de cette subvention.

Le montant de la subvention attribuée au particulier :

  • dans la catégorie vélo de ville : 150 € pour un vélo musculaire, 300 € pour un vélo à assistance électrique. 
  • dans la catégorie vélo cargo/tricycle/tandem : 400 € pour un vélo musculaire, 600 € pour un vélo à assistance électrique.

La subvention ne pourra pas excéder 80 % du prix d’achat TTC du vélo et elle sera attribuée dans la limite des 20 000 € de crédits disponibles.

Le formulaire de demande d’aide financière pour l’acquisition d’un vélo doit être retourné au pôle aménagement et grands projets à l’hôtel de ville de Soissons ou à l’adresse mail :
urbanisme@ville-soissons.fr

La place du vélo à Soissons, vue du terrain

La politique de développement des transports alternatifs, dont l’aide à l’achat de vélos est la dernière action proposée, s’organise avec d’autres dispositifs.

Des exemples en cours sont avancés par la municipalité de Soissons :

Une étude préparatoire à la mise en œuvre d’une navette autonome sur l’avenue du Général de Gaulle, dans l’optique de faciliter les déplacements entre le quartier de gare et le centre-ville.

La prise en compte des déplacements doux, en priorité vélo et marche, lors des aménagements de voirie.

Le développement des secteurs « 30 km/h » en cœur de ville.

Le traçage de bandes cyclables en priorité sur les grands axes de circulation, par exemple sur le pont du Mail, boulevard Pasteur, rue Porte-Crouy, pont Gambetta, avenue Jean Monnet… Sur ce point, l’adjoint à la mobilité Olivier Engrand précise bien que « le traçage des bandes cyclables est au stade expérimental et qu’il évoluera en fonction des observations. »

Des observations, ce sont justement ce que peut apporter un usager du vélo au quotidien, à l’heure où la ville de Soissons organise son Plan vélo. Arnaud Sivert, professeur à l’IUT de Soissons – Cuffies, ne passe jamais inaperçu dans son vélo mobile ou son vélo couché. Il est d’ailleurs membre des deux associations nationales qui valorisent ces deux types de transport, de même qu’à la FUB, Fédération des Usagers de la Bicyclette. En toute logique, il a été sollicité par les élus du territoire pour participer au schéma directeur cyclable au niveau du PETR du Soissonnais et du Valois. Celui-ci est en cours d’élaboration avec l’objectif d’assurer une cohérence des liaisons cyclables sur ce bassin de vie.

Tous les jours à vélo, Arnaud Sivert connaît le territoire – et ses défauts – ici au niveau de la passerelle de Cuffies.

Le territoire soissonnais à vélo, Arnaud Sivert le pratique tous les jours et le connaît par cœur. Il partage quelques-unes de ses interrogations sur la place faite au vélo à Soissons : « Pourquoi la piste cyclable avenue de Laon s’arrête-t-elle à la gendarmerie ? Pourquoi la piste cyclable avenue de Château-Thierry qui est pourtant très large ne fait pas toute sa longueur ? Pourquoi il n’y a pas de piste cyclable sur le boulevard de Presles, pourtant très large lui aussi, alors qu’il y en a dans d’autres rues perpendiculaires ? Pourquoi la 4 voies à la sortie de Soissons vers Crouy qui est passée en 2 voies avec d’énormes zébras n’a pas intégré une voie cyclable ? Pourquoi à la passerelle de Cuffies il y a des barrières côté Soissons qui entravent le passage des vélos ?… »

Autant de questions qu’Arnaud Sivert soumet à la municipalité dans sa volonté d’encourager la pratique du vélo. Lui-même a aussi la volonté d’augmenter la note « très défavorable » obtenue par la ville de Soissons au baromètre 2019 des villes cyclables, sur le site parlons-velo.fr. 

Il partage par ailleurs bien d’autres informations sur le sujet via son blog velorizontal.1fr1.net

Continuer la lecture

Actualités

Les mains vertes : la solution hydroalcoolique issue de la terre axonaise

La crise sanitaire a au moins l’intérêt de révéler les talents et les bonnes idées. Et en cela les Soissonnais n’en manquent pas, à commencer par Valérie Bizot et Thierry Krikilion qui ont mis au point leur solution hydroalcoolique naturelle. Pertinemment appelée « Les mains vertes », la solution est maintenant distribuée dans tous commerces et officines qui se respectent.

Le Vase Communicant

Publié

le

Valérie Bizot et Thierry Krikilion ici devant leur société EPI France à Villers-sur-Fère.

Dans l’Aisne on n’a pas de pétrole… mais on a de la betterave ! Voici un slogan qu’auraient pu adopter Valérie Bizot et Thierry Krikilion lorsqu’ils ont fondé EPI France en 1997 à Villers-sur-Fère, petite commune à 30 km au sud de Soissons.

Leur savoir-faire : la conception et la fabrication d’actifs naturels pour la cosmétique et les compléments alimentaires. En mettant la matière première végétale au cœur de leurs procédés de développement, ils bénéficient en effet dans l’Aisne, riche territoire agricole, de la source d’approvisionnement idéale pour leur activité.

Et la betterave axonaise encore et toujours, est l’élément principal qui compose l’éthanol végétal garanti de fait 100 % naturel. La composition globale de la solution Les mains vertes est quant à elle affichée à 99,6 % naturelle, seul 0,4 % d’eau oxygénée vient s’ajouter à la formule, « mais qui n’est pas nocif pour la peau » assure Valérie Bizot. Elle-même docteur en biochimie, elle met bien sûr un point d’honneur à concevoir un produit « fabriqué selon les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé pour l’antisepsie des mains, précise-t-elle. Dans le même temps, cette solution présente des propriétés de protection et douceur des mains. »

Formule naturelle et virucide

Une solution hydroalcoolique naturelle à 99,6 %, l’idée a évidemment germé à l’heure du premier confinement en mars dernier. Le produit était au tout départ en pénurie, il est maintenant devenu produit de consommation courante, toujours à portée de main et cela dans tous les lieux. Valérie et Thierry ont très vite vu quelle contribution ils pouvaient apporter à la lutte contre la pandémie, avec la volonté cependant de proposer un autre type de gel, conforme à leur démarche locale et éco-responsable.

La formule à la fois naturelle et virucide trouvée, les dirigeants d’EPI France ont conçu Les mains vertes en trois semaines avec le concours de Valentin Guillaume-Magny, chargé de développement. De la conception de la charte graphique à sa commercialisation, la solution hydroalcoolique soissonnaise était en vente dès le mois de mai.

Il apparaît qu’ils ont été bien inspirés car son utilisation n’est pas prête de s’arrêter au vu d’une pandémie de covid-19 qui n’en finit plus. Ils imaginent même que le reflex du gel hydroalcoolique perdurera au-delà de la sortie de cette crise. Dans tous les cas, les sept salariés d’EPI France sont prêts à sortir de leur usine de Villers-sur-Fère jusqu’à 4 000 litres de « Mains vertes » par semaine, fiers de participer à la protection de la population avec un produit naturel, issu de la terre axonaise.

Continuer la lecture

Actualités

Château de Villers-Cotterêts : l’incroyable chantier

Le chantier de la future Cité internationale de la langue française mené par le Centre des monuments nationaux est bel et bien lancé. Les abords du château François 1er sont en perpétuel mouvement. A l’intérieur de l’enceinte, l’activité des ouvriers a transformé le logis royal en une véritable fourmilière.

Le Vase Communicant

Publié

le

Les travaux de réhabilitation du château François 1er – phase 1 – ont commencé comme prévu début 2020, puis le confinement a mis le chantier à l’arrêt comme partout ailleurs. Il a repris le 4 mai avec l’installation de la « base vie », qui entre-temps a dû être revue pour respecter les préconisations de sécurité sanitaire : bungalows sanitaires, vestiaires et réfectoires adaptés, ajouts de lave-mains, pédiluves et autres mesures afin de limiter la propagation du virus. La base vie était prête dès juillet suite au grutage et au montage d’un impressionnant mur de bungalows sur trois niveaux qui rassemblent les salles de réunion et de repos, les vestiaires, douches et réfectoire.

Et depuis la mise en place de murs d’échafaudages tout aussi impressionnants sur les façades du château, la phase 1 est en pleine action : désamiantage, déplombage, curage, démolition, évacuation des terres polluées et travaux sur les fondations, charpentes et toitures. Durant l’été, l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) avait également repris ses fouilles dans la cour des Dames et la cour du Jeu de paume Renaissance.

Le quotidien Le Monde s’en est même fait le témoin admiratif dans ses colonnes : « Perchés à vingt mètres au-dessus du sol, trois hommes casqués s’activent à coups de burin électrique sur la pierre calcaire. Morceau par morceau, la tour ouest des latrines, édifiée au XIXe siècle, s’effondre. D’ici quelques semaines, il n’en restera plus de trace. De l’autre côté des toits recouverts de tôle grise, un échafaudage long de 44 mètres finit d’être monté, barrant la majestueuse cour des Offices où s’ébattaient les chevaux il y a quatre siècles. Bientôt, une grue le rejoindra, qui surplombera la forêt de Retz alentour, longtemps terrain de chasse de la royauté. »

200 ouvriers au plus fort de l’activité

Un chantier « titanesque », c’est le qualificatif employé par Jacques Krabal, député de l’Aisne mais aussi secrétaire général de l’Assemblée parlementaire de la francophonie. « A priori le plus important après celui de Notre-Dame de Paris », ajoute-t-il. 110 millions d’euros ont en effet été débloqués par le ministère de la Culture pour la réalisation de cette première phase, et le député confirme qu’à la fin du chantier : « Le budget global s’élèvera à 265 millions d’euros. Un investissement totalement exceptionnel pour notre département ! ».

L’élan profite aussi à la population locale car le projet génère dans son sillon l’emploi et l’embauche d’habitants du territoire. 200 personnes, de tous corps de métiers, se croiseront sur le site au plus fort de l’activité. Jacques Krabal précise : « Les entreprises du territoire ont été sollicitées et grâce à un travail conjoint avec le conseil départemental, des clauses d’insertion dans les marchés publics permettent de recruter localement. »
Le Département de l’Aisne, via sa cellule « Clause Emploi », a en effet proposé ses services au Centre des monuments nationaux pour l’accompagner dans ce grand projet et favoriser ainsi l’emploi des personnes en insertion. « Le Département travaille avec Pôle Emploi et fait le lien avec les entreprises qui embauchent sur le chantier du château, explique Sylvie Lefèvre, chargée de projets au développement social, emploi et insertion. Nous facilitons les contacts et nous proposons des candidatures avec un vivier de 150 personnes. Elles pourront toutes potentiellement travailler sur ce chantier car il y a 15 512 heures d’insertion à effectuer pour la phase 1 des travaux.
Et beaucoup d’heures sont encore prévues pour la phase 2. »

Pour exemple sur le terrain, l’action s’est même concrétisée par deux embauches en CDI : Sébastien, Soissonnais de 27 ans, et David, Cotterézien de 32 ans, avaient été appelés sur le chantier comme manutentionnaires. Ils ont été repérés par EAS Sécurité, société de Noisy-le-Sec qui assure la surveillance du site et qui les a donc recrutés directement dans ses effectifs. Le responsable logistique, Mehdi Bezzaouia, apporte la preuve de l’impact qu’apporteront ces entreprises qui viennent à Villers-Cotterêts sur l’emploi local : « Nous travaillons aujourd’hui avec 9 personnes pour la sécurité du site et toutes ont été recrutées localement, nous serons même 20 au pic d’activités entre mai et juillet prochain. »

La belle histoire se symbolise avec David dont l’expérience est une révélation : « Je me lance dans un nouveau projet professionnel, celui de devenir maître-chien. »

Dans le même temps, le conseil départemental s’appuie sur trois associations intermédiaires locales qui peuvent présenter du personnel en insertion et en toute réactivité pour la partie nettoyage de la base vie, prise en charge par la société A-G-net Propreté et Services. Les trois associations réunies pour cette action sont en l’occurrence AID Services de Soissons, Emploi & Service d’Ambleny et Les Petits Boulots de Villers-Cotterêts. « C’est une collaboration innovante et inédite sur le département, confie Sylvie Lefèvre, nous espérons que cette participation des associations intermédiaires s’organise de plus en plus régulièrement. » De son côté, A-G-net approuve l’initiative : « C’est une des rares fois où nous voyons un département qui s’implique autant, souligne la responsable commerciale Aude Oudin. Cela nous a permis d’avoir des candidats très rapidement, c’est rassurant pour les entreprises d’avoir ce soutien. »

Les travaux de cette première phase de chantier aboutiront à l’ouverture de la Cité internationale de la langue française en 2022. Ouverture qui illustrera le challenge que s’est fixé Xavier Bailly, l’administrateur à Villers-Cotterêts du Centre des monuments nationaux : « Révéler et ouvrir pour la première fois au public un monument extraordinaire tel que le château royal François 1er. »

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase