Connectez-vous avec le Vase

Actualités

L’indemnisation du chômage partiel à partir du 1er juin

Le ministère du Travail annonce que la prise en charge des indemnités pour le chômage partiel évolue à partir du 1er juin : pour le salarié rien ne change, mais l’indemnisation baisse pour l’employeur.

Publié

le

Depuis le début de la crise sanitaire, l’Etat et l’Unédic prennent en charge les indemnités versés aux salariés mis au chômage partiel. Avec le déconfinement, l’activité économique reprend progressivement dans la majeure partie des secteurs d’activité et le ministère du Travail présente l’évolution des conditions d’indemnisation à partir du 1er juin :

– L’indemnité versée au salarié est inchangée : il perçoit 70 % de sa rémunération brute pendant son chômage partiel (environ 84% du salaire net), et au minimum le SMIC net.

– La prise en charge de cette indemnité par l’Etat et l’Unédic sera en revanche de 85 % de l’indemnité versée au salarié, dans la limite (inchangée) de 4,5 SMIC. Les entreprises seront ainsi remboursées de 60% du salaire brut, au lieu de 70% précédemment.

– Les secteurs qui font l’objet de restrictions législatives ou réglementaires particulières continueront quant à eux à bénéficier d’une prise en charge à 100%.

Le ministère du Travail justifie que cette évolution de la prise en charge de l’activité partielle « permet d’encourager la reprise d’activité dans les secteurs qui ne subissent plus de contraintes à la reprise, tout en préservant les secteurs qui demeurent fermés ou très impactés par les mesures sanitaires, et en garantissant le même niveau d’indemnisation pour les salariés. »

Des contrôles renforcés

Le ministère du Travail a également demandé aux Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) de mettre en œuvre un plan de contrôle sur leurs territoires. Elles devront avant tout distinguer les entreprises qui de bonne foi ont fait des erreurs dans leurs demandes d’indemnisation, et celles qui ont sciemment fraudé. Les Direccte ont d’ailleurs reçu la consigne de traiter rapidement et systématiquement tout signalement transmis par les salariés, les organisations syndicales ou les CSE :

– Pour les entreprises qui ont fait des erreurs : « Un dialogue sera engagé avec l’entreprise, conformément au principe du droit à l’erreur, en vue d’une régularisation à l’amiable. La situation financière de l’entreprise sera prise en compte dans les modalités de remboursement des sommes dues, et des solutions d’accompagnement pourront être proposées. »

– Pour les entreprises dont l’infraction intentionnelle a été constatée : « Des sanctions pénales (jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amendes) et administratives (remboursement des aides et exclusion du bénéfice des aides jusqu’à 5 ans) pourront être prononcées à l’encontre de l’entreprise et/ou du responsable. Parmi les principales fraudes qui seraient identifiées par l’administration, figurent la mise en activité partielle de salariés auxquels il est demandé parallèlement de télétravailler, ou des demandes de remboursement intentionnellement majorées par rapport au montant des salaires effectivement payés. »

Actualités

Soissons c’est cabaret !

De la danse, du chant, de l’acrobatie, de l’humour, mais aussi des paillettes, du glamour, du chic et des plumes : tout ce qui fait le cabaret en somme. Voilà la promesse et simplement l’essence de Ben Dance Company, la nouvelle troupe qui vient de se créer à Soissons. Elle fait ses premières les 8, 9 et 10 décembre au théâtre du Petit Bouffon à Villeneuve-Saint-Germain.

Publié

le

© Cédric

La troupe est issue du studio de danse Mister Ben et de plusieurs de ses professeurs, mais Ben Dance Company est bien une nouvelle entité à part entière qui veut instituer le spectacle cabaret dans la cité du Vase. L’idée est née dans la tête de Ghazi, alias Mister Ben : « Je suis chorégraphe depuis 1999, j’avais toujours rêvé d’ouvrir une école de danse et c’est désormais chose faite (voir l’encadré). Maintenant que l’école tourne, j’ai envie de développer ici une autre action dans la danse. Ayant toujours baigné dans l’univers du cabaret, et notamment à l’étranger, je me suis aperçu que ce type de spectacle ne s’est jamais établi à Soissons. »

Pour Ghazi, il était temps de pallier ce manque : « Je travaille dessus depuis des années, mais c’est la contribution de toute l’équipe qui permet à la Ben Dance Company d’exister. » La troupe a démontré une première fois l’étendue de son talent et de son enthousiasme en accompagnant tous les chanteurs et danseurs de la finale de la Nuit des jeunes talents qui s’est déroulée le 21 octobre à Soissons. Son professionnalisme, ses chorégraphies et son engagement dans les répétitions avec les candidats au studio de danse Mister Ben a d’emblée impressionné la production. Autour de cette Nuit des jeunes talents et toujours en processus de création, Ghazi imagine d’ailleurs une catégorie spéciale danse, « avec l’ambition de faire de Soissons la capitale de la danse dans l’Aisne et la Picardie », dit-il. Et pour être complet sur cette Nuit des jeunes talents, le trio Tawny composé de trois danseuses de l’école Mister Ben a remporté le Prix du Public.

La Ben Dance Company crée son cabaret à Soissons. © Cédric

La Ben Dance Company rêve donc d’instaurer son cabaret, « en assurant nos dates dans un premier temps, précise Ghazi, puis nous espérons de façon permanente à l’avenir. Mais notre souhait principal est avant tout de présenter un véritable spectacle populaire et de faire bouger toujours plus les Soissonnais en leur offrant une autre forme de création artistique. Car c’est ce que nous sommes avant tout, des créateurs de spectacles. »

Cabaret par la Ben Dance Company :
vendredi 8 décembre à 21h
samedi 9 décembre à 21h
dimanche 10 décembre à 16h
Au théâtre Le Petit Bouffon à Villeneuve-Saint-Germain.
Tarif 25 €/formule flûte de champagne et macarons + 10 €. Billetterie uniquement au studio Mister Ben, 50 avenue de Reims à Soissons, ou au 06 83 78 83 39.

Le studio Mister Ben

L’école de danse du studio Mister Ben a ouvert en septembre 2019, au 50 avenue de Reims à Soissons. Après avoir résisté aux difficultés des confinements et de la période covid quelques semaines après sa création, l’école de danse poursuit maintenant son développement et regroupe cette année 220 à 230 adhérents. Elle se distingue par sa diversité d’enseignement : du classique au moderne en passant par le hip-hop, le théâtre, le pole dance et même le cours danses TikTok très apprécié chez les ados. Preuve de son développement, le studio est passé de 4 professeurs à l’ouverture à 11 cette année, dont, s’il ne fallait citer qu’elle : la danseuse, comédienne, chorégraphe renommée Georgette Kala-Lobé.

Continuer la lecture

Actualités

La Cité internationale de la langue française est ouverte

Après trois années de restauration, le château de Villers-Cotterêts a ouvert ses portes sur la Cité internationale de la langue française, le nouveau foyer du monde francophone qui pourrait devenir l’élément clé (ou clef) du développement de tout un territoire.

Publié

le

Le discours du président Emmanuel Macron et l’inauguration de la Cité internationale ont eu la visibilité d’une matinée de direct sur France 2 © P. Baudrier - CMN.

« Je dois dire que j’ai longtemps attendu ce moment », a confié le président Emmanuel Macron en débutant son discours d’inauguration de la Cité internationale de la langue française, lundi 30 octobre dans la cour du château de Villers-Cotterêts. « Nous retrouver ici, dans ce beau département de l’Aisne, dans ce Valois aux confins de l’Aisne et de l’Oise, pour un enfant de la Picardie comme moi, est une expérience que je n’aurais pas imaginée. » Il faut bien préciser que ce « projet titanesque », comme le qualifie Paul Rondin, le directeur de la Cité internationale, avait été imaginé et lancé il y a 6 ans et demi, non pas par le président Macron, mais par le candidat Macron qu’il était alors en mars 2017. « Certains m’accompagnaient, dit-il en se tournant vers l’ancien député Jacques Krabal. Nous descendions place du docteur Mouflier, face à la statue d’Alexandre Dumas. Première expérience en arrivant dans cette ville : Dumas est né ici. Alexandre Dumas, oui, est né ici avec beaucoup de fierté, lui-même revendiquait d’être né à deux pas de La Ferté-Milon, où Racine avait vu le jour, et de Château-Thierry, où la Fontaine avait grandi (…). Et puis, en parcourant quelques mètres, nous sommes arrivés devant ce château. Il était, en mars 2017, totalement fermé à la ville. On s’en souvient. Claquemuré et poussant la porte, on rentrait dans cette cour qui était totalement délabrée. On ne pouvait pas rentrer. Il menaçait de s’effondrer, patrimoine en péril. Et je prenais alors le soir même à Reims, l’engagement de pouvoir raviver ce lieu, de lui redonner sa force, sa beauté, d’y retrouver l’histoire. »

Pour le territoire de Retz-en-Valois jusqu’au Soissonnais, et même au-delà pour tout le département de l’Aisne, on ne peut que se réjouir qu’un homme politique, quel qu’il soit, tienne sa promesse. Car il s’agit là et avant tout de la restauration d’un trésor patrimonial pour lequel 210 millions d’euros ont été investis : le château Renaissance François 1er, là où a été signée et où est exposée pour trois mois encore l’ordonnance de Villers-Cotterêts qui institua le français comme langue officielle dans tout le royaume.

Débuté en 2020, ce fut le chantier de restauration le plus important de ces dernières années, si l’on excepte la cathédrale Notre-Dame de Paris, celui-ci étant un cas de force majeure après son incendie.

La Cité internationale de la langue française voulue par Emmanuel Macron, c’est la Pyramide du Louvre de François Mitterrand, le Beaubourg de Georges Pompidou, le Quai Branly de Jacques Chirac. A la différence que le grand projet patrimonial des mandats Macron est réalisé en Province et non à Paris. Peut-être est-ce la raison des voix qui s’élèvent contre le projet ? Entendus depuis Paris effectivement :

« Le fait du prince », « Une action éminemment politique de reconquête sur les terres du Rassemblement National », une réflexion ceci dit approuvée par le député RN de la circonscription, Jocelyn Dessigny. L’académicien Jean-Marie Rouart n’hésitera pas à présenter Emmanuel Macron dans une tribune du Figaro comme « le tartuffe de la langue française à Villers-Cotterêts City » pour son usage du « franglais ». Arnault Cohen, rédacteur en chef de l’Union, ira pour sa part de son coup de gueule en relevant dans un édito « le mépris de Paris ». Il écrit : « Sur France Inter, Léa Salamé et ses invités ont ridiculisé la Cité internationale de la langue française, tout en réussissant à se moquer du lieu de son implantation. (…) Dans ce plateau de la Maison de la radio du XVIe arrondissement de Paris, l’heure est plutôt à l’entreprise de démolition et au dénigrement. “ Je n’irai certainement pas, et puis je ne sais pas où est Villers-Cotterêts “, provoque Éric Neuhoff, journaliste et écrivain. Les éclats de rire l’encouragent, le “ musée “ devient “ un machin [qui] ne peut pas faire de mal mais ne servira à rien “, “ une bibliothèque améliorée “, “ un truc pour recaser des ministres déchus, des énarques en manque de préfecture “ ». France Info a cependant trouvé un contre-exemple, celui d’un habitant de Villers-Cotterêts : « Château Macron, on va l’appeler comme ça, dit-il. Une grande majorité des gens de Villers-Cotterêts ne sont pas d’accord avec tout ce qui se passe. On arrive à 210 millions d’euros, c’est ça qui ne passe pas. On aurait pu mettre cet argent ailleurs. »

Mais pour le territoire encore une fois, comment ne pas se réjouir d’un tel potentiel économique, touristique et culturel ? L’investissement est apporté par l’Etat, il semble pourtant que l’Aisne court après son développement depuis bien longtemps.

Le résultat est extraordinaire, le château de Villers-Cotterêts ainsi rénové se situe désormais aux côtés de Pierrefonds, Chantilly ou Compiègne sur la route touristique des châteaux de Picardie. Maintenant placée sur la carte, Villers-Cotterêts devient aussi en tant que Cité internationale de la langue française, la capitale de 327 millions de francophones en 2023 selon la dernière étude de l’ODSEF (l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone). La Cité internationale, c’est le premier parcours de visite permanent sur la langue française (voir l’encadré), mais ce sera également et c’est déjà un lieu culturel de résidences, de formation et d’apprentissage, un pôle de création, un laboratoire d’innovation pédagogique, une scène artistique ambitieuse. Une Cité, qui plus est située au pied de la grande forêt de Retz, tout juste labellisée « Forêt d’exception ».

Voilà qui pourrait contrebalancer les discours sur le plateau de Léa Salamé, tout autant que celui de Jean-Marie Rouart qui voit lui aussi un projet de « muséification » de la langue française. Emmanuel Macron a d’ailleurs répondu à l’académicien en personne dans son discours : « Projet de tartuffe, la langue ne se met pas dans un musée, disent les uns. Ça tombe bien, c’est une cité. Il y a des bouderies à l’Académie, mais la crème de la crème est là », en notifiant implicitement la présence d’Amin Maalouf, secrétaire perpétuel de l’Académie Française, et d’autres membres de l’Académie. Il ajoutait : « La langue française est la plus belle détermination que ces divisions ne valent rien. Elle en est la preuve. Elle est une volonté. C’est pourquoi Villers-Cotterêts en sera désormais un des centres à partir d’aujourd’hui et plus particulièrement à l’automne 2024, comme le cœur battant du Sommet international de la Francophonie. »

Pour l’heure, la Cité internationale de la langue française a désormais ouvert ses portes au château de Villers-Cotterêts. 200 000 visiteurs par an sont attendus, ce n’est pas pour rien que sa gestion a été confiée au Centre des monuments nationaux, le premier opérateur public, culturel et touristique qui gère des sites comme le Mont-Saint-Michel ou l’Arc de triomphe et des millions de visiteurs. La Cité d’Alexandre Dumas peut maintenant accueillir les amoureux de la langue française, langue plus que jamais vivante.

La visite est terminée, mais Yann Hégo considère que d’autres rendez-vous pourraient être pris à des tournants importants du chantier. Nous redescendons dans l’ascenseur grinçant et atterrissons, avec le sentiment d’avoir survolé à pied ce monument qui est au cœur de la ville, voire est son cœur.

Entrées à réserver sur www.cite-langue-francaise.fr – onglet billetterie.
Plein tarif : 9 € – Gratuit pour les moins de 26 ans.

Dans le parcours de visite permanent, Xavier North présente ici aux journalistes la salle du « défi de la pluralité » où les visiteurs peuvent entendre 72 langues régionales grâce à des luminaires sonores qui s’éclairent et diffusent le son d’une langue, pendant que son lieu géographique s’éclaire sur une carte monumentale © P. Baudrier - CMN.

Le parcours de visite permanent sur la langue française

La Cité internationale abrite la première exposition permanente entièrement dédiée à la langue française. Xavier North, le commissaire scientifique principal du parcours, en a assuré la visite au président Emmanuel Macron lors de l’inauguration.

Ce parcours se situe au premier étage du logis royal, il est constitué de quinze salles et d’une salle d’introduction sur le château et le territoire. L’ascension de l’escalier du Roi et la découverte de ses décors sculptés de la Renaissance permettent au visiteur de découvrir cette salle « Un château, un territoire », en accès libre et gratuit. Le Centre des monuments nationaux explique : « L’histoire et l’architecture du château se dévoilent à travers une grande fresque chronologique, une maquette tactile et une projection monumentale qui retrace les évolutions du domaine. Dans de courts entretiens filmés, plusieurs habitants de Villers-Cotterêts témoignent de leur attachement au château, à son parc et à la forêt de Retz. Véritable terre d’écrivains, Villers-Cotterêts et sa région entretiennent un rapport de longue date à la langue française. Un dispositif interactif permet aux visiteurs de se plonger dans la vie, l’œuvre et l’univers de plusieurs écrivains célèbres de la région. »

Parmi les salles du spectaculaire parcours, celle de la « bibliothèque magique » met en relief l’expression écrite : « Ses faces extérieures abritent plusieurs milliers d’ouvrages écrits en français, de tous les continents, de toutes les époques et de tous les genres (roman, poésie, essais, bande-dessinée, littérature jeunesse…). À l’intérieur, un dispositif immersif permet une expérience inédite : les visiteurs sont invités à répondre à une série de questions et repartent avec une recommandation de lecture toute personnelle grâce à une intelligence artificielle. »

Le visiteur termine sa visite dans la chapelle royale et dans la contemplation de son somptueux décor sculpté influencé par l’Italie : « Il peut feuilleter virtuellement quelques ouvrages de la bibliothèque de François Ier avant de rejoindre, par l’escalier de la Reine, la cour du Jeu de paume et son ciel lexical. »

Continuer la lecture

Actualités

Le Tennis Club de Soissons a 100 ans

Le 25 novembre à la Maison des Associations, le Tennis Club de Soissons tient son assemblée générale pratiquement un siècle jour pour jour après sa création.

Publié

le

Le 25 novembre à la Maison des Associations, le Tennis Club de Soissons tient son assemblée générale pratiquement un siècle jour pour jour après sa création.

Soissons le 14 décembre 1923
Le sous-préfet de Soissons
à Mr le maire de Soissons
J’ai l’honneur de vous adresser sous ce pli, récépissé, d’une déclaration par laquelle Mr Brassens Louis, représentant, domicilié à Soissons 18 place Saint-Christophe, me fait connaître la constitution d’une société sous le nom de « Tennis-Club de Soissons », le but, les noms et prénoms des membres du conseil d’administration.
Le sous-préfet

Par cette lettre adressée au maire de Soissons en 1923, Fernand Marquigny, la sous-préfecture actait officiellement la naissance du Tennis Club de Soissons. La pratique du tennis à Soissons n’a cependant pas débuté avec la création du club, il existait déjà un Tennis Club Amateurs de Soissons, comme en témoigne cette lettre de mai 1913 de M. Loncle demandant au maire, alors Victor Becker, d’occuper le terrain appelé « ancien jeu de paume » déjà situé sur les actuels terrains de tennis du parc Saint-Crépin (voir lettre ci-dessous).

En réponse, le 29 mai 1913, le maire Victor Becker écrivait à M. Loncle :

J’ai l’honneur de vous informer que je vous donne l’autorisation d’occuper le terrain de l’ancien jeu de paume pour l’année 1913, moyennant un paiement d’une redevance de un franc.

Quelques années plus tard, la Première Guerre mondiale ayant tout renversé, un Soissonnais propose dans le journal l’Argus du 29 février 1920 de fonder une association de tennis pour apporter « une belle distraction aux trop nombreux désœuvrés du dimanche », disait-il.

A noter qu’il parle d’une association de « lawn-tennis ». Le lawn-tennis, littéralement « tennis sur gazon », est le nom anglais originel du sport.
Il est resté longtemps employé en France, surtout à la Belle Epoque, en désignant finalement le tennis sur n’importe quelle surface. Le mot est ensuite tombé en désuétude mais la fédé a tout de même porté le nom de Fédération française de lawn-tennis jusqu’en 1976.

Quoi qu’il en soit, cette volonté affichée de se rassembler pour jouer au « lawn-tennis » a abouti à la création du Tennis Club de Soissons en 1923. Encore fallait-il lui trouver un terrain de jeu ? Pas besoin d’aller chercher très loin, le parc Saint-Crépin, transformé alors en stade municipal après avoir été dévasté par la guerre (voir l’encadré p. 18), était et restera le lieu privilégié du tennis dans la cité du Vase. Le club en fit la demande auprès du maire Fernand Marquigny.

Le compte-rendu du conseil municipal du 10 janvier 1924 (ci-dessous) confirme la concession des courts de tennis au TC Soissons : « La ville de Soissons décide que sur les six courts de tennis projetés dans la partie du parc municipal de Saint-Crépin (…) quatre de ces courts seront réservés à la société “ Tennis Club de Soissons “ qui en aura la jouissance exclusive pendant une période de vingt années expirant le 31 décembre 1944. »

Un article paru le 29 juin 1924 dans l’Argus fait le compte-rendu de l’inauguration des courts :

La fête d’inauguration des courts du Tennis Club de Soissons, situés au stade Saint-Crépin, a eu lieu le 22 juin par un temps splendide devant une sympathique assistance parmi laquelle on remarquait MM. Muzart, conseiller d’arrondissement ; Bague, adjoint au maire ; Cluzelaud, Georges Deviolaine et Grouzelle, conseillers municipaux ; Cornu-Langy, président du Syndicat d’Initiative de Tourisme ; Fossé d’Arcosse, vice-président ; Depondt, architecte, etc, etc.

Au vin d’honneur, M. Brassens, le dévoué président, prononça les paroles suivantes qui furent vigoureusement applaudies : « Si cette occasion n’était pas venue, il aurait fallu la faire naître. C’est qu’en effet nous avons contracté une grosse dette de reconnaissance envers tous ceux qui nous ont facilité notre tâche, qui nous ont déblayé le chemin qui menait au but. (…) La tâche des fondateurs est finie, la vôtre commence, mes chers camarades ! Venez souvent et nombreux, venez mesdemoiselles, mesdames, égayer nos courts de vos étoffes éclatantes, de vos gazouillements, de votre charme et de vos sourires. »

La jouissance des terrains de Saint-Crépin a depuis été reconduite tous les 20 ans par les différents conseils municipaux jusqu’à aujourd’hui.

Pour lire la suite de l’article : Télécharger le Vase Communicant N°366

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×