Connectez-vous avec le Vase

Associatif

L’amour de la vie devant la mort

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art d'aimer la vie

Bertrand Vergely au Mail

Bertrand Vergely au Mail

Avant même le début de la conférence du philosophe Bertrand Vergely au Mail, la soirée était déjà un succès. Organisé par l’association Jusqu’à la Mort Accompagner la Vie (“Jalmalv en Soissonnais”), l’événement avait assuré une salle pas loin d’être pleine, preuve du rayonnement de cette équipe de bénévoles dont le rôle est d’accompagner les personnes gravement malades ou en fin de vie. Preuve aussi que l’approche de la mort n’est pas un sujet tabou à Soissons.

Une fois par an Jalmalv propose une conférence publique. Cette année, Bertrand Vergely a été invité à aborder le sujet « Aimer la vie ». Répondant à la question « Pourquoi avez-vous appelé votre conférence « Aimer la vie » et non pas « Aimer l’amour » ? » il a répondu en souriant « Ce n’est pas moi qui ai choisi le titre, c’est Philippe Fontaine » – président de Jalmalv.

Pourtant son engagement à cette formule était clair et évident. Il aime la vie, chaque jour et à tout moment. Il y a les plaisirs de la vie, mais dont l’absence n’entame pas son amour ; il y a les souffrances, mais dont la présence ne l’entame pas non plus. Il faut surtout éviter de laisser se diluer le statut de « personne » dans celui de « consommateur ».

Et la source de cet amour ? Il parle de ses parents qui le lui ont inculqué, et l’assimile à l’amour maternel. Né avec une grave déficience visuelle, il a failli être classé parmi les handicapés, « mais mes parents ont décidé que je serais élevé comme quelqu’un de « normal ». La faiblesse de sa vue est évidente : il avait du mal à distinguer les auditeurs individuels, et se penchait de près sur les livres qu’il dédicaçait après la conférence. Ce qui importait était qu’il assumât cette difficulté, en se réjouissant de ne pas l’avoir laissé le vaincre. « Je me demandais si je pourrais écrire un livre : eh bien, j’en ai écrit quarante-quatre ! Et je parle devant vous, c’est un tel plaisir. » C’était la meilleure illustration de son propos.

Universitaire, il doit avoir l’habitude des amphis, dans sa façon de faire référence à quelque chose, puis de poser la question « Qu’est-ce qu’est…. ? ». D’anciens étudiants se seront rappelé que cette approche donne le temps de prendre ses notes sans précipitation.

Philippe Fontaine, président de Jalmalv en Soissonnais

Philippe Fontaine, président de Jalmalv en Soissonnais

«Il y a la beauté de la vie. C’est quoi, la beauté ? » Il la trouve dans « l’harmonie et la dysharmonie ». Cette dysharmonie peut être transformée, comme dans un tableau « de toute beauté » qu’il a vu, montrant de vieux posters déchirés. Entendrait-il que c’est l’art qui crée la beauté dans ces cas ?

Il perçoit derrière tout plaisir et toute souffrance un esprit qui les dépasse, qui englobe tout. Il n’est pas allé jusqu’à nommer cet esprit, peut-être pour laisser chacun l’identifier comme il veut.

Ses remarques peuvent sonner comme une sommation à aimer la vie. « Qu’est que j’ai été bête » : voilà la réaction qu’il suppose suivre une incapacité à reconnaître que la vie est « aimable ». Le jugement moral derrière une telle remarque peut offusquer des auditeurs. Pas seulement nous pourrions aimer la vie, nous le devrions.

« Je me lève chaque matin, j’ouvre la fenêtre et je vois la beauté du soleil. » Un auditeur pointilleux pourrait objecter que le soleil est plus ou moins beau selon le temps, la saison, la couverture nuageuse. Mais pour Bertrand Vergely cette beauté quotidienne est aussi immanente que celle de la vie. En cela il rejoint les visionnaires orientaux pour lesquels le soleil n’est ni beau ni laid. Il est là, dans sa plénitude, comme la vie, cela suffit.

Denis Mahaffey
denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture

Associatif

Prochainement / L’écrit prend la parole à la Bibliothèque

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art du regard psychanalytique

« Sortir la psychanalyse des cabinets et agir dans le monde actuel. » C’est ainsi que Martine Besset, membre de l’Association de la Cause Freudienne, définit l’objectif des « Cafés-psychanalyse » organisés au théâtre du Petit Bouffon à Soissons.

Le premier cycle de ces événements l’année dernière a examiné « les modifications du lien social », sous la forme d’une présentation par un psychanalyste sur le sujet, suivie d’une conversation ouverte.

Le Café a trouvé son public, et une nouvelle série aura lieu cette année, toujours au Petit Bouffon, proposant un regard psychanalytique sur d’autres aspects du même thème. Pour encourager la participation du public, de brèves remarques par plusieurs intervenants ouvriront chaque fois un échange général.

Le cycle commencera le 17 décembre par le sujet des « Enfants seuls », notamment des mineurs réfugiés non-accompagnés. Les intervenants seront la psychanalyste Myriam Papillon, l’éducateur spécialisé Frédéric Papillon, et la psychologue Anne Fresne.

Le 24 mars le Café abordera « Bonheur et douleur », ces « deux frères ennemis ».

Pour la dernière soirée, dont la date n’est pas encore fixée, des artistes seront invités à parler de leur activité singulière.

Il est aussi question d’une soirée centrée sur « Les métiers impossibles : enseigner, éduquer, psychanalyser », qui pourrait lancer une troisième saison à la rentrée 2020.

Catherine Stef de l’ACF

En parallèle à ces conversations, l’ACF a été invitée à organiser des soirées à la Bibliothèque municipale sous le titre « Littérature et psychanalyse ». La première aura lieu le 7 novembre, quand le psychanalyste et membre de l’ECF Bernard Lecoeur parlera de « Claudel et le héros moderne », en abordant le rôle de Sygne dans la trilogie des Coufontaine (L’otage, Le pain dur, Le père humilié).

A une date ultérieure Elise Cuvellier, professeur de lettres, parlera de l’écrivaine Véronique Ovaldé.

Le programme pour ces deux cycles de soirées est établi par Catherine Stef, Martine Besset, Catherine Vannereux et Luce Vue-Droy, avec Larbi Drissi pour la conception des affiches. L’Association de la Cause Freudienne Champagne, Artois, Picardie, Ardenne (ACF-CAPA) réunit des psychanalystes et autres personnes qui adhèrent aux idées de l’Ecole de la Cause Freudienne fondée par Jacques Lacan. L’objectif de l’ACF est de faire connaître la psychanalyse lacanienne, ses outils, son langage, et de démontrer leur utilité pour scruter les sujets les plus variés du quotidien, en invitant chacun à regarder ce que recouvre ce quotidien.

Un tel regard en profondeur, qui respecte la complexité de l’expérience humaine, est d’autant plus essentiel à une époque qui vise la simplification partout, dans tous les secteurs. D’autres approches prétendent résoudre rapidement les conflits internes. Le recours aux antidépresseurs ou au comportementalisme entend permettre de mieux gérer le quotidien ; la psychanalyse préconise d’aller au cœur de ces conflits, en suivant les mots par lesquels ils se révèlent, pour libérer et enrichir le quotidien.

Dates fixées :
7 novembre à 20h45 : Claudel et le héros moderne. Bibliothèque muncipale.
17 septembre à 20h30 : Enfants seuls. Le Petit Bouffon.
24 mars à 20h30 : Bonheur et douleur. Le Petit Bouffon.

L’entrée est libre. Le nombre de places à la Bibliothèque étant limitée, il est conseillé de réserver.

Continuer la lecture

Associatif

Prochainement : Conversation autour de la psychanalyse

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art du mariage

Les cafés philo, livres, tricot sont rejoints à Soissons par un « Café Psychanalyse ». Il entend lancer une série de conversations sur le thème des bousculements du lien social traditionnel, et des effets sur le corps, la parole, le langage. Comme pour la philosophie et la littérature, sur lesquelles personne n’est obligé de s’exprimer ni par le langage philosophique ni par celui de la critique littéraire, ce nouveau Café offre simplement un cadre qui assure la cohérence des échanges.

Ainsi, un Café Psychanalyse n’impose aucun vocabulaire spécialisé, tout en laissant entendre que les mots des participants peuvent avoir un poids au-delà de leur sens banal.

La « conversation » – mot astucieux qui évite aussi bien la notion de débat houleux que de cours magistral – aura tout de même une tonalité psychanalytique.

L’Association de la Cause Freudienne Champagne, Artois, Picardie, Ardenne (ACF-CAPA) organise l’événement. Ses membres sont des psychanalystes et autres personnes qui adhèrent aux idées de l’Ecole de la Cause Freudienne, fondée par Jacques Lacan. L’objectif de l’ACF est de faire connaître la psychanalyse lacanienne. Elle organise des séminaires, conférences, antennes cliniques. Des études sont menées par des « cartels », équipes de quatre personnes qui travaillent sur tel aspect de la psychanalyse.

L’idée s’est présentée de prévoir un « café psychanalyse », moyen de mettre à la disposition du grand public quelques outils pour évoquer la psychanalyse, cette théorie qui considère que, derrière le quotidien, il y a « quelque chose qui demande à être déplié pour être lisible », comme l’a écrit Lacan.

Patricia Wartelle, psychanalyste

Le premier Café, qui a pour thème le mariage face à la fragilité du lien social, aura lieu le 25 septembre à 20h30 au théâtre du Petit Bouffon (*), animée par Patricia Wartelle, psychanalyste à Amiens. L’entrée est libre ; toutes les personnes intéressées sont les bienvenues.

S’il suscite assez d’intérêt, l’ACF prévoit deux autres réunions, le 27 novembre sur la souffrance au travail, et le 29 janvier sur l’école.

L’initiative est opportune, alors que la psychanalyse est contestée et que beaucoup prônent plutôt des psychothérapies comportementales, qui tentent de transformer l’intérieur en agissant sur le comportement extérieur, ou des traitements médicamenteux par antidépresseurs. La société moderne vit sur un rythme qui ne correspond guère à la poursuite lente et patiente d’une vérité à travers la résonance des seuls mots.

Le seul terme « psychanalyse » impressionne et un psychanalyste est regardé avec méfiance. S’il admet son métier dans un groupe, quelqu’un l’interpellera : « Mais alors vous allez me psychanalyser devant tout le monde ! » La conversation au Petit Bouffon montrera au moins que ce n’est pas vrai.

(*) Rectificatif : contrairement à ce qui est annoncé dans le Vase Communicant n° 256, le Café aura lieu au théâtre du Petit Bouffon, rue du Milempart.

[Modifié le 16/09/18 pour changer le thème de la soirée, et corriger une erreur d’orthographe.]

Continuer la lecture

Associatif

Emmaüs tient salon au Mail

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de l'expo-vente

La Communauté d’Emmaüs à Rozières-sur-Crise avait une image indélébile de capharnaüm, avec ses locaux où s’empilent des vieilleries qui cachent aussi des trésors à dénicher pour trois fois rien. D’ailleurs la vieillerie des uns peut être la trouvaille des autres. Il suffit de fouiller, de revenir constamment, « d’avoir l’œil ».

Laurence Piret sur le canapé bleu au Mail

Mais pendant le mois de février, Emmaüs délocalise une partie de son activité, se présente dans un style plus élégant, plus recherché – et avec une pointe d’humour.

Après avoir été responsable de la communication et de la conduite de projets aux Allocations familiales de Soissons, Laurence Piret est devenue bénévole d’Emmaüs, et a pris en main quelques initiatives dans ses domaines de compétence.

Pour un mois, l’espace derrière le double escalier dans l’entrée du théâtre du Mail contient des meubles et articles d’ameublement choisis dans le riche fonds de Rozières. Il ne s’agit pas de n’importe quoi : aux tables et chaises qui se trouvaient déjà dans cette partie du rez-de-chaussée sont ajoutées d’autres, mais plus pittoresques : chaises et tabourets autour des tables, casiers et coffres, lampes de salon et, au milieu, un grand canapé bleu où ceux qui attendent peuvent se prélasser. « Prière de s’asseoir » est la consigne tacite.

Laurence explique la mise en place de cette « expo-vente ». Ayant obtenu l’accord de Sabrina Guédon, directrice du Mail-Scène Culturelle, et de François Hanse, adjoint aux affaires culturelles, il a suffi de faire un choix judicieux d’articles et les installer, avec l’aide des Compagnons de la communauté. Le lieu est transformé en salon un peu bizarre, ce qui est l’objectif. En plus, tout ce qui est à vendre porte une étiquette jaune avec le prix.

 « Si quelqu’un veut acheter un objet, il suffit de faire inscrire son nom à la billetterie du théâtre, et revenir le chercher à la fin de l’événements. Mais s’il veut vraiment, vraiment l’avoir tout de suite, nous pourrons chercher un remplacement à Emmaüs. »

Une grande affiche sur le mur rappelle la vie et l’action de l’abbé Pierre, fondateur de ce mouvement pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion. Le partenariat entre le Mail et Emmaüs a été souligné par la présence d’une dizaine de Compagnons, invités à assister à « Réversible », le spectacle de cirque qui coïncidait avec l’inauguration de l’événement.

Les heures d’ouverture sont celles du Mail, jusqu’au 27 février.

denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase