Connectez-vous avec le Vase

Danse

“Tutu” : la vraie nature de la danse

Publié

le

L'art des codes de la danse

Le tutu, accessoire iconique des femmes au ballet, allait donc servir aux six danseurs hommes de la compagnie Chicos Mambo. Devait-on s’attendre à une absence totale de finesse, des hommes en tutu qui, en se ridiculisant, ridiculiseraient surtout les femmes ? Feraient-ils rire de la grâce, la fluidité féminines, la longue ligne du corps coupée à l’horizontale par la galette de mousseline, les pieds qui s’étendent improbablement pour affiner le contact avec le sol.

David Guasgua M est le Prince, Vincenzo Veneruso est Aurore.

David Guasgua M est le Prince, Vincenzo Veneruso est Aurore.

La démarche du chorégraphe Philippe Feuillet dans « Tutu » est tout autre. Au début les danseurs portent d’extravagantes culottes faites de multiples couches de gaze. Elles s’effilent vers le bas, comme une toison de brebis rose vif. Les torses nus en émergent d’autant plus massifs et masculins.

Feuillet se délecte, et réjouit le public, en jouant avec les codes de la danse, classique ou contemporaine. Le pas de deux de « La Belle au bois dormant » éblouit comme d’habitude par sa chorégraphie et sa musique, sauf que David Guasgua et Vincenzo Veneruso ne cachent pas leur humeur, ni l’effort que le style aérien est censé cacher. Leurs sauts deviennent de plus en plus incroyables, mais parce qu’ils sont portés par d’autres habillés en noir et cachés par un rideau. Vincenzo Veneruso assume plusieurs un rôle de ballerine sur pointes avec un engouement exagéré. Loin de se moquer des femmes, il aspire à les rejoindre, et jubile d’être le centre d’attention.

Au milieu du spectacle, les danseurs entrent en scène affublés de boules mousseuses qui leur servent de couches. Avec des gestes de bébé, le pouce dans la bouche ou les mains en éventail, titubant, se bousculant, ils se mettent à danser un extrait du… « Sacre de printemps ».

Puis ils enlèvent les couches sur scène et mettent des maillots et pantalons gris. Ils quittent l’illustratif du début pour pénétrer dans un monde d’inattendus, ou le comique est par moments abandonné.

En maillots en pantalons gris

En maillots en pantalons gris

Les codes continuent à voler. Guillaume Quéau, le plus grand et le plus costaud, baisse soudain son pantalon. Il a beau se trouver dans le slip couleur chair classique de la danse contemporaine, et que le public avait déjà vu : son geste a quelque chose d’indécent.

Les autres hommes l’encerclent le même danseur, au regard mélancolique. « T’es danseur alors ? » « T’as un autre métier ? » « T’’es pas un peu grand pour la danse classique ? » « T’est homosexuel ou bisexuel ? » Le code veut que ces questions restent dans la rue.

Le ton farceur ne cache pas que ce spectacle entend montrer la vraie nature de la danse : derrière la narration, l’émotion, que le ballet transmet merveilleusement, la danse donne du sens artistique au monde à travers le corps.

Une surprise attendait le public au milieu des applaudissements : sa mise au pas (de danse) par Philippe Feuillet, qui a régenté la salle avec une sévérité joviale. Tout le monde était debout, dansant et chantant devant les fauteuils sur une valse de Shostakovitch, en suivant ses consignes – qui ont fini par « Maintenant, faites n’importe quoi ». Appuyé au bord du plateau pour rester debout, un spectateur agitait deux béquilles en l’air. Voilà quelqu’un qui a compris la vraie nature de la danse.

denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture

Danse

Saison culturelle 2022-2023 : En avant la musique !

Publié

le

L'art de la culture

La classe de Danse contemporaine du Conservatoire a ouvert la présentation de la saison culturelle dans la salle du Mail.

Théâtre, cirque, humour, danse, musique : des plats pour tous les goûts attendent sur la table chargée de la prochaine saison culturelle. Certes les mélomanes se sentiront les plus gâtés : de concerts symphoniques au reggae, de musique de chambre et récitals au soul-gospel et pop.

D’abord des chiffres, suivis de commentaires sur certains spectacles, surtout ceux qui ont un lien, par les artistes qui y jouent, ou par les échos qu’ils réveillent, avec les salles du Mail et de la Cité de la Musique :

* 3 spectacles de cirque

* 4 de danse

* 2 humoristes

* 7 pièces de théâtre

* 11 concerts symphoniques

* 11 récitals

* 8 chanteurs

* 5 groupes.

A travers bois du cirque Isis

La compagnie Isis présente le spectacle de cirque A travers bois. Ceux qui ont pu voir les préparatifs pendant sa résidence au Mail, une des nombreuses offertes par le Mail pendant la fermeture du théâtre, savent que le spectacle, qui utilise des colonnes, des blocs et autres objets en bois, se termine par l’apparition sur scène d’une énorme déchiqueteuse, nourrie de branchages et qui extrude des copeaux de bois comme des traînées de comètes.

Le chorégraphe réjouissant Benoît Bar revient à Soissons avec Service compris, une suite à Canapé(s). A nouveau, le public encerclera les danseurs sur scène. Des canapés leur seront-ils à nouveau servis ?

François-Xavier Demaisons, financier séduit par une carrière d’humoriste, revient au Mail avec Di(x)vin(s), pour entretenir son public du vin à boire dans la vie… et de la vie à vivre en le buvant.

Il est suivi par Naïm, ingénieur recyclé en humoriste – décidément, le comique débauche les cadres.

Dominique Blanc n’a jamais été au Mail, mais cette année elle va déchirer le cœur des spectateurs en jouant La Douleur de Marguerite Duras, dans une reprise de la mise en scène de Patrice Chéreau, et qui raconte son attente du retour de son mari de la Guerre.

Agnès Renaud, ancienne metteure en scène de l’Arcade pendant sa première résidence au Mail, et qui a fondé sa propre troupe, L’Esprit de la Forge, présente J’ai si peu parlé ma propre langue. Sur la fictive Radio Amicale du Soleil, hommage est rendu a Carmen, qui était la mère d’Agnès dans la vraie vie.

Après le succès de son spectacle déroutant en 2021 dans la petite salle du Mail, Ce que je reproche le plus résolument à l’architecture française, c’est son manque de tendresse, revient avec Et c’est un sentiment qu’l faut déjà que nous combattions, je crois, au titre légèrement plus court cette fois, mais avec un subjonctif.

Fidèles à la CMD, dont ils apprécient tant l’acoustique, des orchestres sont attendus : Orchestre Les Siècles, Orchestre de Picardie, Orchestre National de Lille, Concert de la Loge, Orchestre Français des Jeunes, Orchestre du Conservatoire de Paris, Ensemble Orchestral de la Cité, Orchestre Philharmonique de Radio France et, point d’orgue traditionnel de la saison symphonique, la Jeune Symphonie de l’Aisne en juillet 2023. Une mention spéciale pour Le poème harmonique sous la direction de Vincent Demestre, star de la musique Baroque, avec un programme centré sur Molière (400 ans en 2022).

Il y a autant de récitals que de concerts. Renaud Capuçon et Jean-Philippe Collard, familiers du public soissonnais, reviennent chacun, celui-ci au piano, celui-là au violon. Le récital traditionnel partagé entre Soissons et Laon, Scènes partagées, recevra en soliste la pianiste Catherine Cournot.

Les deux sœurs violonistes du Duo Nemtanu, empêchées par le Covid pendant la saison 2021-2, joueront Mozart, Prokofiev, Bartók et Kaufmann.

La chanson française aura sa place, avec deux chanteurs déjà venus au Mail. En 2006 Maxime Le Forestier a chanté Brassens ; il revient chanter… Brassens. Renan Luce sera en compagnie du pianiste Christophe Cavero avec « une furieuse envie de partage et de liberté ! »

Parmi les cinq groupes attendus, Le Gros Tube assumera la tâche traditionnelle de poursuivre sa soirée de brass-band survoltée par un après-spectacle à l’EJC voisin. Les « original Reggae Addicts » de Guive and the ORA les y suivront.

Plusieurs événements sont hors catégorie : Marianne James confie son savoir-faire sur la voix avec sa générosité éclatante ; Le Naufragé, histoire sombre, suicidaire même, racontée par Didier Sandre sur les Variations Goldberg jouées par Kit Armstrong ; Incandescences, où 9 jeunes non-professionnels montrent que l’ordinaire est extraordinaire. Quand les poules joueront du banjo avait été reporté de 2021, le Covid les ayant empêchés de gratter leurs instruments. Elles y seront cette fois.

Tant de musique dans la saison ? Cela peut tenter les réticents à y mettre les pieds, puis le cœur.

Tout est expliqué dans le programme carré, conçu pour être glissé dans la poche. Disponible au Mail et à la CMD.

[Une partie de cet article paraît dans le Vase Communicant n°337.]

Continuer la lecture

Danse

Lac des Cygnes du Grand Ballet de Kyïv : comment juger

Publié

le

L'art du courage

Aleksander Stoyanov et Ekaterina Kukhar sur ka scène du Mail

Pour la soirée de soutien à l’Ukraine au théâtre du Mail de Soissons, le Grand Ballet de Kyïv a présenté le Lac des Cygnes.

Siegfried trahit Odette avec Odile.

L’événement avait commencé par les discours de la Ville qui l’avait organisé et de la Croix Rouge qui utiliserait les recettes pour aider les Ukrainiens, et allait finir par une ovation debout de la salle, pleine jusqu’aux fauteuils les plus à l’écart et rarement occupés, par l’hymne national ukrainien chanté sur scène sous une écharpe bleue et jaune, et par les larmes de la danseuse étoile.

Au cœur de la soirée, donc, ce grand ballet classique. Fallait-il, dans les circonstances, s’abstenir de commenter les performances et les choix faits ? Ou leur spectacle mérite-t-il d’être examiné, tout en tenant compte des circonstances difficiles ?

La production est une édition de poche du « Lac » pour une vingtaine de danseurs, ce qui réduit le corps de ballet à une douzaine. La durée est raccourcie, entre autre en coupant une partie des divertissements au troisième acte. Les costumes sont simples et la scénographie est limitée à deux toiles de fond qui alternent. Le Grand Ballet, émanation du Ballet de l’Opéra de Kyïv, n’a pas les ressources énormes et apparemment illimitées du Royal Ballet de Londres ni de l’Opéra Garnier de Paris. Ces simplifications concentrent l’attention sur l’essentiel.

Deux changements structurels sont plus discutables, dont la décision de faire danser le double rôle d’Odette (reine des cygnes) et d’Odile (fille du sorcier Rothbart transformé en sosie) par deux danseuses différentes.

La danse espagnole de l’acte 3

Cela enlève à la danseuse étoile Ekaterina Kukhar la possibilité de faire ressortir le contraste entre la douceur triste de l’une et la vivacité clinquante de l’autre. C’est un défi que relèvent brillamment les grandes danseuses. Par ailleurs il fait du Prince, amoureux d’Odette mais qui propose le mariage à Odile, un amant non pas piégé par la ressemblance physique mais inconstant (même dans la version originale, admettons-le, il n’est pas très futé).

La danse des Petits Cygnes

L’autre changement est donner à l’histoire une fin heureuse, en passant outre l’infidélité du Prince : il lui suffit d’arracher une aile au sorcier pour que les amants s’étreignent et soient promis à un avenir heureux avec beaucoup de petits…

Evidemment, les danseurs du Grand Ballet d’Ukraine, en entrant en scène, en tenant chacun son rôle, alors que leurs proches se terraient sous les bombardements au pays, ont fait preuve d’une autre qualité indéniable, le courage. C’est aussi cela qui leur a valu les applaudissements et acclamations des Soissonnais.

Commentaires : denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture

Danse

Soutien pour l’Ukraine : le Grand Ballet de Kyïv à Soissons

Publié

le

L'art du soutien

Le Ballet national de Kiev dans Casse-Noisette à Soissons en 2008

Lac des Cygnes, ce ballet adapté de vieux contes allemands et russes sur la musique de Tchaïkovski, sera présenté lundi prochain, le 21 mars à 20h30, au théâtre du Mail de Soissons. Une soirée de ballet par le Grand Ballet de Kyiv, avec les danseurs étoiles Aleksander Stoyanov et Ekaterina Khukar dans les rôles principaux ; aussi une soirée de soutien à l’Ukraine sous bombardement russe.

Le ballet raconte comment le Bien est vaincu par le Mal. Le Prince Siegfried aime Odette, la femme emprisonnée dans le corps d’un cygne blanc par un sorcier, mais en la trahissant avec la fille de ce magicien il détruit l’espoir de vaincre la malédiction et de vivre heureux avec une femme libre. Amour, courage, trahison, violence : le ballet aborde de grandes questions de la condition humaine. La fidélité, à une personne comme à des valeurs, est le chemin vers la liberté et le bonheur.

Entre le 3 janvier et le 3 mars la trentaine de danseurs du Grand Ballet de Kyïv avaient cumulé 48 représentations à travers la France. Après la dernière, la compagnie devait rentrer chez elle en Ukraine. Mais entretemps la Russie avait attaqué le pays. Il a été question de repartir en tournée en Pologne, mais le projet ne s’est pas réalisé. La décision a été prise de rester en France et, chaque fois que c’est possible, de soutenir l’effort de guerre comme ses membres le pouvaient, c’est-à-dire en dansant.

Alain Crémont, maire de Soissons, a voulu accueillir la troupe à Soissons. Son adjoint aux affaires culturelles François Hanse a retrouvé le représentant de la compagnie en France, en proposant d’ouvrir le théâtre du Mail aux danseurs Ukrainiens, d’assumer tous les frais et de verser la totalité de la recette à la Croix Rouge ukrainienne.

Le Grand Ballet de Kyïv présentera donc Lac des Cygnes pour aider l’Ukraine, un pays qui s’obstine à ne pas trahir, à rester fidèle à sa propre liberté..


Lac des Cygnes, lundi 21 mars à 20h30. Toutes les places à 28€.

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×