Connectez-vous avec le Vase

Histoire

La flûte enchantée

Publié

le

L'art de la flûte

Kanako Abe dirige.

Kanako Abe dirige.

Le concert de l’Orchestre de Picardie, sous la direction de sa bondissante chef japonaise Kanako Abe, était déjà lumineux, avec un programme résolument plaisant et sensuel, à commencer par l’« Ouverture anacréontique » de Jean Françaix, aux envolées qu’on aurait dites du début de siècle, mais qui date de 1978. Anacréon ? Un poète grec dont le nom est devenu synonyme d’érotisme léger.

Philippe Bernold a été soliste du Concerto pour flûte de Jacques Ibert, une interprétation à la fin spectaculaire et intime d’une œuvre qui illustre exactement le propos du compositeur : « Ce qui compte en art est plus souvent ce qui émeut que ce qui surprend. »

Philippe Bernold et Kanako Abe

Philippe Bernold et Kanako Abe

Puisqu’il n’allait jouer après l’entracte que deux brèves compositions de Mozart, Philippe Bernold a proposé aussitôt son « bis », « Syrinx » de Debussy. Une question commençait à se poser : quelle est la différence entre un musicien qui joue très, très, même très bien, et un flûtiste comme Philippe Bernold ? Est-ce une vision intérieure qui transforme ce qu’il joue, une perspicacité musicale intense, une sensibilité aux intentions du compositeur ? Que fait-il pour atteindre à la fois l’émotion et l’intelligence des auditeurs ?

Après de tels moments, la très familière Symphonie n° 40 de Mozart avec laquelle le concert s’est terminé ne pouvait qu’assumer la fonction de faire redescendre le public sur terre.

Un musicien de Cercle musical, interrogé à l’entracte sur les qualités transcendantes du flûtiste, a répondu « Peut-être ce qu’on appelle le supplément d’âme. » D’autres avis ?

Note sur le programme : alors que la brochure de l’Orchestre de Picardie énumérait correctement les œuvres jouées, le feuillet plié de la CMD omettait l’Andante de Mozart et ajoutait l’ouverture des « Noces de Figaro » à la fin. Mauvaise coordination, manque d’attention… ?

denis.mahaffey@levase.fr

[Modifié le 22/03/16 pour corriger des coquilles.]

Continuer la lecture

Histoire

Isaac l’autre Strauss

Publié

le

L'art d'une musicologue

Isaac Strauss est né à Strasbourg en 1808, 18 ans après la levée de l’interdiction de 1389 aux juifs d’y résider. Fils de barbier, il a débarqué à Paris « avec un violon mais les poches vides » et a fait fortune en tant que compositeur de musique de divertissement, chef d’orchestre, jusqu’à devenir directeur des bals de la cour de Napoléon III et de grandes fêtes officielles.

Laure Schnapper, qui séjourne à Dommiers puis à Saint-Pierre-Aigle depuis 30 ans, est musicologue, universitaire, présidente de l’Institut Européen des Musiques Juives, musicienne. Dans sa biographie de l’arrière-grand-père de l’anthropologue Claude Lévi-Strauss, elle retrace les étapes sa vie.

A ne pas confondre avec la dynastie Strauss de Vienne, Isaac est tombé dans l’oubli après sa mort en 1888, reconnu seulement pour sa vaste collection de judaïcas, objets du culte et de la vie quotidienne des juifs de France. Cela peut s’expliquer par le peu de respect pour sa musique festive« fonctionnelle et répétitive », avec ses valses, polkas et quadrilles. D’où l’absence de partitions, ou seulement en transcription pour piano, « pâle reflet d’une musique de bal qui se voulait particulièrement flamboyante et festive ».

Laure Schnapper vise la « biographie sociale », situant Strauss le compositeur dans son époque, celle de l’essor de la musique, de l’intégration des juifs et leur participation à l’émergence de la société moderne.

Quel est l’attrait de ce livre pour les non-spécialistes ? D’abord, comme dans un roman, apprendre l’histoire d’Isaac et de son émancipation exemplaire ; ensuite, pour pénétrer dans le monde oublié de la musique de divertissement et de ses effets sociaux. L’approche est érudite, avec tout un appareil de références, renvois, index (« J’ai mis cinq ans » admet l’auteur), mais l’écriture est claire et élégante, et le texte est illustré de multiples gravures de presse, fragments de partitions et même dessins humoristiques d’époque.

Un livre pour les spécialistes mais aussi pour un lecteur prêt à redécouvrir une société pleine d’élan et de vigueur, disparue dans la confusion du passé mais que l’auteur fait émerger avec conviction et éloquence.

Musique et musiciens de bal : Isaac Strauss au service de Napoléon III. Editions Hermann, Paris 2023.

[Cet article paraît dans le Vase Communicant, édition Villers-Cotterêts/La Ferté-Milon n°19]

Continuer la lecture

Histoire

Sur les échafaudages de la cathédrale : tutoyer les hauteurs

Publié

le

L'art de la restauration

Vue du haut des échafaudages au-dessus du chevet de la cathédrale, avec une partie du cinéma à gauche, issue du site my. virtualplanadvantage.

Depuis automne 2021 une immense tente translucide cache les hauteurs de la cathédrale. Les Journées Nationales de l’Architecture ont permis à des Soissonnais de passer derrière et découvrir enfin ce qui s’y cache.

Yann Hégo, ingénieur du patrimoine

Une restauration de trois ans et de 9,5M euros est en cours, et nous étions invités à venir voir « les parties hautes ». Mais comment ? Eh bien, mettre un casque de sécurité et attendre en bas de la forêt d’échafaudages. Une douzaine de curieux devaient prendre le grand ascenseur de chantier pour chaque visite.

Yann Hégo, ingénieur du patrimoine à la DRAC Hauts-de-France, accompagne le groupe. Il fera preuve d’une connaissance profonde et détaillée du projet, que ce soit la complexité des échafaudages ou le détail du traitement des vitraux et sculptures extérieures. Le projet fait appel à 20 métiers d’art, pratiqués par 60 à 120 personnes selon le déroulement des travaux.

L’ascenseur se met à monter lentement et bruyamment, comme un monte-charge, jusqu’au 3e niveau. C’est impressionnant : de chaque côté le paysage urbain s’éloigne et s’étend. Nous sortons avec précaution sur le palier, recouvert de tôles antidérapantes qui bougent sous les pieds. Il n’y pas de danger, mais il est aventureux d’entrer sur un tel chantier. Il faut faire attention aux traverses basses signalées par des bandes noires et jaunes.

Nous sommes au niveau de la large corniche des murs de la nef, décorée par de petites sculptures. Le haut de la tour sud est visible juste au-dessus. Nous tutoyons les hauteurs de notre cathédrale.

Des gargouilles nous regardent avec les yeux de bêtes fantastiques. Ont-elles 800 ans ? « 100 » répond Yann Hégo « elles datent de la reconstruction après 1918. » Elles recevront seulement une goulotte en plomb pour l’écoulement, car le choix a été fait de préserver l’histoire qui a laissé ses traces sur la structure, même des impacts de balles sur la pierre.

Les sculptures sont traitées par laser, sablage ou silicones, un millimètre à la fois.

Nous montons au 4e niveau par une dizaine de marches métalliques et un demi-palier, avec une légère sensation d’avancer vers le vide, pour atteindre les combles de la cathédrale. Les gros chevrons nus en enfilade sont soutenus par des arbalétriers comme d’immenses cadres de parapluie. A l’ouest, une charpente en béton, datant des années 20, a été testée et trouvée saine. Ailleurs, tout bois défectueux est remplacé, ou réparé par de savants assemblages et greffes. Un chevron défiguré par une longue déchirure superficielle, trace de l’impact d’un obus, sera préservé.

Les arbalétriers sur la nef

La charpente sera recouverte d’ardoises importées d’Espagne, car il n’y plus que de petites ardoiseries en France, mais la plupart des matériaux de construction sont procurés localement.

La visite est terminée, mais Yann Hégo considère que d’autres rendez-vous pourraient être pris à des tournants importants du chantier.

Nous redescendons dans l’ascenseur grinçant et atterrissons, avec le sentiment d’avoir survolé à pied ce monument qui est au cœur de la ville, voire est son cœur.


 La présente opération marque un grand effort de rénovation de la cathédrale, après une période où elle semblait passer sous le radar. Elle concerne la remise en état des charpentes et couvertures des toitures hautes de la nef et du chœur, et des pierres qui l’encadrent. Un Plan de Relance gouvernemental a permis d’élargir le périmètre des travaux pour inclure les vitraux des baies hautes de la nef et du chœur et la mise en sécurité incendie des grands combles.

La cathédrale de Soissons appartient aux grandes cathédrales gothiques d’Ile-de-France et de Picardie, mais elle reste moins connue que d’autres, en raison de la perte du décor des trois portails de sa façade occidentale et de l’inachèvement de la tour nord, lui donnant un aspect austère qui ne reflète pas les intentions initiales.

Visites virtuelles du chantier
Il est possible de faire un retour immersif au cœur de la restauration de la cathédrale grâce à des visites virtuelles du chantier impressionnantes et très bien documentées :
Rénovation de la charpente 
Rénovation des chapiteaux  
Rénovation de la balustrade

[Cet article paraît dans le Vase Communicant n°365.]

Continuer la lecture

Histoire

Auguste Hiolin, sculpteur soissonnais

Publié

le

L'art du statuaire

Monument de la pl. de la République à Soissons (photo de P. Ponsart-Ponsart)

L’homme de lettres Pascal Ponsart-Ponsart, de la Société Régionale Historique de Villers-Cotterêts, donnera une conférence sur le sculpteur Louis-Auguste Hiolin au Musée de Soissons le 1er mars.

Louis-Auguste Hiolin est né en 1846 à Septmonts, est mort à Silly-la-Poterie près de La Ferté-Milon en 1910, et est enterré à Septmonts. La conférence de Pascal Ponsart-Ponsart présente sa vie, ses études, sa carrière, ses succès, ses contemporains.

Artisan compétent et appliqué, sa période de célébrité a été brève, et il tient peu de place dans l’histoire de l’art. Cependant, les habitants de Soissons et de ses alentours peuvent croiser ses œuvres tous les jours, sans pouvoir identifier leur auteur. Voici l’occasion de le connaître.

Auguste Hiolin avec la maquette de la statue de Jean Racine enfant

Devenu maçon comme son père à la carrière Lévêque sur les hauteurs de son village natal, il a montré des dons pour le travail de la pierre, a étudié aux Beaux-Arts, et a eu une carrière de « statuaire », c’est-à-dire de sculpteur de statues pour les monuments et bâtiments.

Il n’a pas connu la gloire des grands sculpteurs comme Rodin ou David d’Anger, qui ont atteint une vision plus profonde de leurs sujets ; l’œuvre de Hiolin serait, selon le conférencier, trop académique, trop « Troisième République » ; mais sa « sobriété austère » a été admirée, et il a été très sollicité.

Il a réalisé la statue de Jean Racine enfant au chevet de l’église de La Ferté-Milon, celle de Viollet-le-Duc habillé en Saint Jacques à l’entrée de la chapelle du château de Pierrefonds, et surtout les statues pour le monument de la Défense Nationale sur la place de la République à Soissons : la Génie de la Patrie en bronze au sommet, la figure allégorique de la Ville, et le Défenseur mourant en pierre.

Il était spécialiste de portraits sur médaillons, en a même réalisé un pour orner la tombe de son père à Septmonts. En s’y rendant, Pascal Ponsart-Ponsart s’est aperçu que le médaillon a disparu.

La conférence aidera à comprendre l’empreinte laissée par Hiolin sur la vie publique, de Soissons et ailleurs.


Louis-Auguste Hiolin, sculpteur soissonnais (1846-1910), conférence de Pascal Ponsart-Ponsart. 1er mars à 18h au Musée Saint-Léger. Renseignements et inscriptions : 03 23 59 91 20 ou musee@ville-soissons.fr

Pascal Ponsart-Ponsart, né à Charleville-Mézières, a été marionnettiste, formé au métier des « comédiens de chiffon » à Prague, avant de faire carrière dans la fonction publique à Paris, tout en gardant son intérêt pour le théâtre.
En achetant une maison de campagne dans l’Aisne en 1994, il a été sollicité par les habitants de son village pour les faire jouer. Le Petit Théâtre de Montgobert a été fondé en 2013. Il y est metteur en scène, acteur, et il a écrit plusieurs pièces, notamment pour une collaboration avec le musée Racine de La Ferté-Milon, dont il a été vice-président.
Depuis la retraite il vit à Saint-Pierre-Aigle, où il prépare à présent deux livres d’histoire locale.

[Une version abrégée de cet article paraît dans le Vase Communicant n° 350.]

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×