Connectez-vous avec le Vase

Le Vase des Arts

La Cathédrale symphonique

Publié

le

L'art orchestral et choral

Depuis cinq ans ceux qui fréquentent la Cité de la Musique et de la Danse jouissent de l’élégance dépouillée de son auditorium, sa palette de tons crème, beige, ivoire, le confort de ses fauteuils (même pour les longues jambes) et surtout sa fidélité acoustique, chaque son transmis à la perfection).

Le compositeur Alex Nante salue le chef d’orchestre Ben Glassberg après Mystérion.

Le retour à la Cathédrale de Soissons pour le concert de clôture de la Saison par l’Orchestre National de Lille leur aura fait retrouver une autre sonorité plus résonante dans ce vaste espace, et un cadre rendu auguste par la longue histoire des lieux et de ce qui s’y est passé.

Le gros morceau devait être la 4e Symphonie de Mahler, une heure de musique et encore la plus courte de ses symphonies. Mais la découverte de la soirée a été l’œuvre qui a ouvert le concert, Mystérion, une création mondiale sur commande l’ONL d’Alex Nante, compositeur argentin en résidence à Lille, présent à Soissons.

Cette création pour orchestre et chœur a d’ailleurs justifié le déplacement du concert, car avec quatre-vingts instrumentistes et autant de membres du Chœur Régional Hauts-de-France, elle dépassait la capacité du plateau de la Cité.

L’œuvre, qui poursuit l’exploration par le même compositeur de l’apport de la lumière divine dans la vie humaine, utilise des extraits de textes coptes inspirés par le gnosticisme, courant spirituel qui prône une illumination de l’Homme qui lui révélera Dieu.

L’impression est d’une énorme énergie mise au service de ce thème, la combinaison d’orchestre, de chœur et de solistes apportant un souffle parfois assourdissant et ensuite d’une douceur non moins puissante.

Ben Glassberg tire de l’orchestre toutes les nuances qu’il faut.

La 4e de Mahler a déjà été exécutée par l’ONL à Soissons en 2019 sous la direction d’Alexandre Bloch, remplacé cette fois par le phénoménal Ben Glassberg, chef anglais de 30 ans qui tire de l’orchestre toutes les nuances qu’il faut.

L’œuvre est une série d’inattendus, comme si des enfants en jouant changeaient abruptement de visée et d’humeur, passant d’éclats aux interludes de calme, même de réflexion comme dans le 3e mouvement, pour finir dans une vision enfantine et cocasse du Ciel, chantée par la soprano Jodie Devos, dans laquelle les saints s’affairent à préparer un banquet paradisiaque, car « le vin ne coûte rien dans les caves célestes » et « Sainte Marthe doit être la cuisinière ».

Ainsi, le dernier concert d’une saison 2022-23, à dominante musicale mais qui a fait une place à toute la panoplie de spectacles, aura éveillé les réverbérations de la Cathédrale, comme des échos de toutes les soirées qui l’ont précédé.


Un commentaire ? denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×