Connectez-vous avec le Vase

Exposition

Le peintre des têtes trilobées

Publié

le

L'art de la peinture

Une ligne strie chaque visage de haut en bas, comme s’ils avaient tous été blessés dans un duel. Mais Emmanuel Lemarignier, qui les a imaginés, voit autre chose : « Il y a trois têtes. » Il faut regarder de plus près : la moitié du visage est cachée par son propre profil, le crâne les encadre.

La toile, qui mesure 1m30 sur 1m95, occupe un pan entier du mur de la salle de séjour chez l’artiste, dans une maison du nouveau lotissement sur le site de l’ancienne « Cité »au-dessus de la verrerie de Vauxrot à Cuffies.

Le Banquet est une évocation de la Saint-Sylvestre célébrée au café d’un hameau de Fère en Tardenois, avec « une pointe de souvenirs de fêtes champenoises ». Autour d’une immense table les fêtards, assis ou debout, s’en donnent à cœur joie dans une ambiance exubérante, voire dévergondée. Au fond, des couples et groupes discutent ; un homme s’est endormi sur la nappe à carreaux rouges et blancs ; une femme à moitié sous la table montre ses fesses et les jarretelles. Au premier plan, de chaque côté, se rassemblent les gens à la tête trilobée. Leurs regards en coin, ou détournés, créent une ambiance de folie, d’anxiété, même de perte de la raison. Le tableau interroge : quel lien se dessine entre ces êtres bizarres et la bizarrerie du spectateur ? Pour l’artiste sa source vient « d’un rêve de souvenirs, perdu dans ses pensées… ».

Emmanuel Lemarignier est né à Nogent-sur-Marne en 1965 ; plus tard la famille est venue vivre dans le Tardenois. Depuis 1996 il habite Soissons.

La lune blanche

Enfant, il a « toujours écrit, toujours dessiné ». Son père était tailleur de pierre, et Emmanuel l’a suivi dans ce métier, jusqu’à ce qu’un accident de travail mette fin à cette activité très physique, et il est devenu formateur en taille de pierre à l’Unité d’Apprentissage Horticole de Laon.

Il a commencé à peindre en 1984, s’engageant dans « un essai, une recherche de technique, une découverte de teintes, de textures. Je cherche à aller vers la perfection. »

Ses toiles sont empilées derrière un chevalet qui porte une très grande image du Christ sur la croix, vu d’en haut comme dans le tableau de Dali, mais d’une tout autre ambiance, plus chaude, moins distanciée. Il sort d’autres toiles.

Son style peut être hyperréaliste, comme dans un portrait de petite fille, d’une exactitude photographique. Il avait fait le portrait d’un homme récemment décédé, à partir d’une minuscule photo d’identité. A la vue du résultat, la famille de la personne s’est mise à pleurer.

L’investissement dans ce qu’il fait et peint est profond. Il le définit : « Il y a un morceau de mon âme qui va dans chaque peinture. »

En tant que tailleur de pierre, Emmanuel Lemarignier a laissé beaucoup de traces, telle une fontaine blanche, des colombes perchés sur le pourtour. Il a travaillé aussi à Notre Dame de Paris, avant l’incendie devastatrice.

Il a exposé ses tableaux au Salon des Indépendants de Paris en 2017, 2018 et 2019. Mais il cherche d’autres lieux d’exposition, le problème de tant d’artistes. A présent quatre toiles sont accrochées dans la petite galerie du café associatif Au Bon Coin à Soissons. Le Banquet dépasse la capacité de l’espace disponible, mais elles comprennent l’image du Christ crucifié, et La lune blanche, où d’autres têtes trilobées se serrent, comme peureux sous le clair de lune.

Un autre tableau montre un canot dans lequel s’entassent des corps assis. Sous le bateau, l’eau est pleine de noyés qui flottent debout. A côté, signe d’une autre activité de l’artiste, un long poème intitulés Les exilés de l’émigration.

Il y a aussi une tête du Christ à l’air abattu, mais dont la couronne d’épines pourrait être aussi des lauriers d’un vainqueur, selon le regard du spectateur. Chacun voit dans un tableau l’image qu’il porte dans sa propre tête.


Emmanuel Lemarignier, Au Bon Coin jusqu’au 6 février. Les dimanches 23 janvier et 6 février, l’artiste accueillera les visiteurs entre 14h et 18h.

Continuer la lecture

Exposition

Exposition : dans l’intimité de Racine

Publié

le

L'art de la correspondance

Lettre manuscrite de Racine à sa sœur Marie

Une exposition plus intimiste est présentée au musée dédié au dramaturge Jean Racine, né à La Ferté-Milon et qui, presque 500 plus tard, reste d’actualité par l’intensité perenne de ses écrits.

Quand Jean et sa jeune sœur Marie se sont trouvés orphelins après la mort de leurs parents, ils ont été hébergés, lui chez les parents de son père, elle chez ceux de sa mère, qui habitaient à deux pas les uns des autres de chaque côté de l’église Saint-Nicolas. La maison Racine a survécu à l’Histoire, et le rez-de chaussée est devenu le Musée Racine, un espace restreint qui offre un concentré de documents, d’images, de tableaux et de sculptures pour illustrer et expliquer Racine.

Alain Arnaud, Président du Musée Racine

Chaque année, pour la Nuit des Musées, l’association Jean Racine et son Terroir, responsable du musée, réussit l’exploit d’inaugurer une nouvelle exposition. Après les visages de Racine, ou Racine et La Fontaine en 2021, sujets traitant du personnage public, Alain Arnaud, président du musée, a décidé de s’écarter du côté illustre (« l’Illustre », on l’appelle) et d’aborder sa vie privée, à travers les lettres qu’il a adressées à sa sœur Marie, son fils aîné Jean-Baptiste, sa femme Catherine.

Des panneaux explicatifs commentent le contexte de ses lettres familiales. Une constante de ces expositions annuelles est la clarté de textes souvent érudits mais toujours accessibles, et la qualité de la présentation graphique, dont le style reste reconnaissable d’année en année.

Au cœur de l’exposition il y a un document unique, émouvant : une lettre manuscrite de Jean Racine à sa sœur Marie, qui est restée à La Ferté-Milon toute sa vie – et n’a vu aucune des pièces de son frère.

Racine la rassure quant à la solution d’un problème rencontré par son mari. Le ton est attentionné, affectueux, rassurant.

Ce trésor, qui appartient au musée, a été acheté aux enchères en 2005. La feuille est pliée de façon à ménager un espace pour l’adresse, comme sur une enveloppe : « Mademoiselle Rivière, à la Ferté Milon ».

Le musée a créé une vidéo, realisée par Valérie Kamêneers, dans laquelle Pascal Ponsart-Ponsart lit et commente cette lettre intime :

Les visiteurs lisent donc des lettres que Racine n’avait aucune intention de rendre publiques. [Bien des auteurs prévoient la publication (Leonard Woolf, mari de Virginia, faisait laborieusement une copie carbone de chacune de ses missives).]Alain Arnaud considère même que « le lecteur est ici un genre de « voyeur », il regarde par-dessus l’épaule de Jean Racine, sans respect pour le caractère privé et sacré du contenu… »

Alors comment justifier cette intrusion ? Par de sérieuses considérations biographiques, ou une curiosité dévorante ? Ne serait-ce plutôt par la preuve qu’elles fournissent du génie de Racine ? Cet extraordinaire styliste de la langue française ne peut pas faire quelques remarques à Jean-Baptiste, Marie, Catherine, sans montrer sa maîtrise des mots, de leur rythme interne. Il termine ainsi une lettre à son fils :

Vous aurez pu voir, mon cher enfant, combien je suis touché de votre maladie et la peine extrême que je ressens de n’être pas auprès de vous pour vous consoler. Je vois que vous prenez avec beaucoup de patience le mal que Dieu vous envoie et que vous êtes fort exact à faire tout ce qu’on vous dit […] Assurez-vous qu’on ne peut pas vous aimer plus que je vous aime, et que j’ai une fort grande impatience de vous embrasser.


L’exposition reste ouverte jusqu’à la fermeture annuelle en novembre.

[Une version abrégée de cet article paraît dans le Vase Communicant éd. Villers-Cotterêts/La Ferté-Milon n°13.]

Continuer la lecture

Exposition

La Guerre et la Paix : Matières contemporaines II à l’Arsenal

Publié

le

L'art des matières

Le programme Matières Contemporaines au musée de l’Arsenal est passé à sa deuxième étape, avec l’accrochage de nouvelles œuvres choisies dans le fonds du Musée.

Christophe Brouard, directeur des Musées, avec une sculpture-collage de Jacques Doucet, 1963

La sélection est étendue à toute la période 1950-2022. En 1956 Le pêcheur, une sculpture d’Antanas Moncys, qui a vécu à Laon, est la première œuvre d’un artiste vivant achetée par la Ville de Soissons, et le début de la constitution, année par année, par des achats, dons et legs, d’une collection unique dans l’Aisne.

Plusieurs des artistes ont déjà exposé ici, dont Monique Rozanès, Christian Sorg, Seguí et Erró, Yves Doaré, Bertrand Créac’h. D’autres ont vécu dans la région ou y sont passés, comme le photographe Eric Aupol, qui fait du verre recyclé de l’usine de Crouy un paysage extraterrestre.

L’accrochage occupe les deux salles à l’étage, ouvertes l’une sur l’autre mais séparées par la cage d’escalier.

L’agencement est un travail complexe, et Christophe Brouard et Manon Jambut, comme des arrangeurs de musique, ont adapté le placement au lieu. Toute la partie gauche de la grande salle est occupée par des images d’eau : le triptyque de cascades de Christian Sorg, un ruisseau noir en relief de Bertrand Creac’h, une baigneuse qui se confond avec l’eau, de Vincent Vallois. L’ambiance est fluide, paisible.

Yves Doaré parle de son œuvre à l’Arsenal.

L’art Pop occupe l’espace autour de l’escalier, puis la petite salle vibre d’une autre énergie. Les tableaux de Doaré, qui font l’objet d’un don de l’artiste, ont une vigueur qui frise la violence, comme sa version (ce qu’il appelle son « détournement ») d’un tableau de Rubens. La quête existentielle de Jacques Doucet, exprimée dans les tableaux d’un important legs testamentaire, anime ses tableaux. Ses hésitations, son angoisse se perçoivent dans la facture même, des parties peintes puis brouillées pour y poser autre chose. Doaré et Doucet, combattants dans une guerre sans victimes.

Une salle pour la paix, l’autre pour la guerre. L’accrochage – Christophe Brouart évite le terme « exposition » avec ses contraintes de durée, de prêts – restera en place… jusqu’au suivant. Les visiteurs auront le temps de voir, revoir, approfondir leur regard, sentir la guerre et la paix pour des artistes.

[Cet article paraît dans le Vase Communicant n° 339.]

Commentaires : denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture

Exposition

Alain Séchas : la malice à l’œuvre

Publié

le

L'art de l'anthropomorphisme

Le vernissage vu par Alain Séchas

Un des 140 dessins sur Instagram

L’art contemporain peut déranger par sa recherche de nouvelles formes et d’une grammaire artistique inédite. Alors les amateurs rassemblés au vernissage de l’exposition d’Alain Séchas, présent et arborant un sourire aimable mais, peut-être, discrètement malicieux, ont pu se féliciter que, à première vue, ses images étaient claires.

Le rez-de-chaussée de l’Arsenal est couvert de chats anthrophomorphisés et de rangées de grandes fleurs, dans des couleurs vives. Les chats s’affairent, les fleurs regardent ceux qui les regardent. Un art naïf ? Pas si sûr. Le visiteur, détendu par le style et le bariolage, s’arrête devant un tableau de gens à tête de chat, et s’aperçoit qu’il s’agit d’un…. vernissage, jusqu’aux verres retournés sur une table, comme ceux qui nous attendent dehors.

Le chat au soleil (avant)     [Neon]

Le chat au soleil (après)   [Néon]

Les images d’Alain Séchas entendent épingler les comportements vaniteux des humains, leur envie de briller, ou au moins passer, dans des situations mondaines.

Quant aux fleurs, elles interrogent ceux qui passent : Pour qui vous prenez-vous, à nous regarder comme des décorations ?. Alors que…

Une salle contient, en deux rangées, 140 dessins au feutre que l’artiste a mis sur Instagram. Billets d’humeur désopilants, dont l’intention est de pointer ce qu’ils révèlent de la faiblesse/bêtise humaine. Un chat artiste peint un homme dont la tête n’est qu’un gros griffonnage. Il demande au portraitiste « Vous avez réussi cette fois ? ». La toile porte exactement le même griffonnage.

Il est brisé, n’y touchez pas : Alain Séchas a – malicieusement – détourné le dernier vers d’un poème romantique de Sully-Prudhomme pour rappeler que nous sommes dans la Cité du Vase. L’exposition est ouverte jusqu’au 18 septembre.

[Cet article paraît dans le Vase Communicant n° 338.]

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×