Connectez-vous avec le Vase

Le Vase des Arts

Le pommier, la chanson et l’or (*)

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art du baroque et du chant liturgique

Les choristes néerlandais dans l'église franciscaine d'Überlingen

Les vacanciers en tenue d’été passent et repassent le long du quai face à l’eau, accompagnés d’enfants sautillants ou traînants, ou s’assoient aux terrasses de café. Le soleil brille… trop.

Überlingen a tout d’une petite station de bord de mer – sauf la mer. Il se trouve sur les rives allemandes du lac Constance, en face de la Suisse et l’Autriche. Dans ce pays de pâturages verts qui ont survécu à la sécheresse, de collines douces et de volcans éteints rocheux, et où des pommiers s’éparpillent partout, dans les champs, les jardins, le long des routes, Überlingen est une ville de maisons à colombages et de tours moyenâgeuses.

Le maître-autel

L’église Saint-Nicolas du 14e siècle a été modifiée plusieurs fois et, en 1753, « baroquée » (« barockisiert »). Ainsi les lignes de l’architecture sont sobres, presque sévères, alors que la décoration intérieure est d’une richesse et d’une abondance luxuriantes. Pas un pan de mur ni de plafond qui n’ait son rinceau de stuc ; pas une attitude de saint personnage qui ne soit déhanchée ; surtout, pas un chapiteau de colonne, ni un grillage, ni un élément de l’autel, ni un cadre d’image, ni un bord de robe de statue, ni une auréole sur une tête, ni la couronne monumentale qui surmonte le retable, qui ne soit doré. Au dessus de la chaire, deux chérubins tiennent les tablettes des Dix Commandements – et en cachent certains…

L’effet est exubérant. Quand le style baroque, venu d’Italie et utilisé dans tous les domaines de l’architecture, est appliqué à une église, il paraît avoir pour objectif l’éblouissement des fidèles, pour ouvrir leur âme à la splendeur spirituelle du Catholicisme.

C’est l’après-midi, l’église est ouverte, comme le sont la plupart des églises de la région, même dans les villages de la Forêt Noire voisine.

Un groupe d’une douzaine de vacanciers entre, regarde ; plusieurs s’agenouillent pour prier. Un organiste répète dans la tribune au-dessus. Quand il a terminé, il fait signe aux visiteurs, qui se regroupent dans la nef près de l’entrée principale. Ils sont habillés en shorts fluo, sandales, débardeurs, robes d’été. L’homme qui se met devant marmonne quatre notes, pour les sopranos, les altos, les ténors et les basses, puis lève le doigt.

Ils commencent à chanter. D’abord Ave Maria de Frère Jean-Baptiste de la Sainte Famille (né en 1974), suivi de Laudamus te de Dmitri Bortnianski (1751-1825).

La chaire de l’église

Peu importe l’aspect des choristes et leur informalité : leur chant est complexe en termes d’harmonies, différentes voix se suivant, se croisant, mais c’est sa pureté qui saisit l’auditeur. Il est impossible d’imaginer que leur chant ne soit pas une composante de leur foi. Il montre la transcendance dont les humains sont capables, leur aspiration vers ce qui dépasse le quotidien, le matériel. Dieu, ou une autre vision, quelle qu’elle soit, quelque soit la forme qu’elle prend.

Ces chanteurs forment partie de Schola Cantorum Sainte-Cécile, une chorale de la ville de Leyde aux Pays-Bas qui pratique également le chant grégorien, venue en Allemagne accompagner la messe de l’Assomption dans le village de Schramberg et la messe de dimanche dans une chapelle en haut de la ville d’Überlingen.

Le chant dans le cadre baroque avait une qualité unique, par sa simplicité sublime dans un cadre qui entend nourrir la foi, tout en flirtant avec l’excès. En Allemagne, qui a vécu le double drame religieux de la Réforme et de la Contre-Réforme dans son passé, y aurait-il aussi dans le Baroque une réaction catholique à la sobriété protestante au Nord : « La retenue ? Et v’là, pan ! »


Note explicative : l’un des ténors a le même nom de famille que le chroniqueur.

(*)Euripide, Hippolyte, v. 788

[Modifié le 28/08/20 pour ajouter un lien au répertoire de la chorale sur Youtube]

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

L’orgue et le saxophone à la cathédrale

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de la transcription

Les Amis des Orgues de Soissons ont du mérite : dans la situation actuelle, face aux multiples exigences en place pour contenir la pandémie du Covid-19, ils ont réussi à organiser un concert à la cathédrale, et devant un public nombreux.

Port de masques, disponibilité de gel hydroalcolique, distanciation à observer dans la répartition des places, tout a été prévu, jusqu’à la distribution individuelle du programme pour éviter que chacun fouille dans le bac à feuilles.

Olga Petukhova au saxophone, Pierre Méa à l’orgue

Le récital a été donné par Pierre Méa, organiste titulaire de la cathédrale de Reims et qui a souvent joué sur les orgues de Soissons, et par Olga Petukhova, saxophoniste et professeur de cet instrument aux Conservatoires de Reims et de Soissons.

Elle est enthousiasmée par le duo orgue-saxophone, pas la plus évidente des combinaisons, et face au manque de répertoire elle s’est donné pour mission la transcription d’œuvres écrites pour d’autres instruments. Elle encourage aussi des compositeurs à créer des œuvres originales. Le programme du concert le reflète : Pierre Méa a joué seul une fugue de Bach et un impromptu de Vierne, mais tout le reste est fait de transcriptions de Bach, Rachmaninov, Debussy et Piazzolla, avec deux compositions contemporaines, une sonate de Denis Bedard et Ku Ku de Barry Cockcroft.

Pierre Méa a joué sur l’orgue de chœur, parce que les grandes orgues, gravement endommagées par l’implosion de la rosace qui les surplombe, pendant la tempête de janvier 2017, ne sont pas encore disponibles. Il a fallu accepter l’absence des effets sonores splendide et la sensation presque corporelle que la musique sort des piliers de la nef.

La musique jouée par Pierre Méa est devenue plus intime, davantage un échange avec les spectateurs, d’autant plus qu’il était visible (mais masqué, car à ses côtés Vincent Dupont, président des Amis, tournait les pages et l’aidait pour certaines manipulations), au lieu d’être caché là-haut dans la tribune d’orgue. Ses solos ont confirmé sa sensibilité et ses capacités techniques. Certains accompagnements, comme dans les compositions de Piazzolla écrits pour bandoneon et orchestre, ont été plus difficiles à détailler pour les auditeurs.

Olga Petukhova, debout à côté de l’autel, alternait deux saxophones, un soprano et un alto. Pour la sonate de Bach du début, le son amplifié du saxophone soprano sortait d’un haut-parleur sur une colonne, un oubli a admis Vincent Dupont, qui a crée une cassure entre l’instrument et le son qu’il produit.

La musique qui convient le mieux à l’idée reçue du saxophone a été le solo de Rachmaninov, lente et pleine et poignante. Mais le clou du spectacle a été l’autre solo d’Olga Petukhova, Ku Ku, évocation du coucou sans que jamais les deux notes caractéristiques ne soient entendues. Le micro étant cette fois coupé, elle n’a pas pu présenter le morceau, mais plus tard elle a confié qu’elle voulait proposer aux auditeurs de « penser à un coucou en écoutant ». Son interprétation a été une démonstration spectaculaire des capacités sonores du saxophone ; par ailleurs, elle a eu recours à la technique ardue du « souffle continu » par laquelle elle réussit à respirer en même temps qu’elle souffle. (*)

Le plaisir des deux musiciens à jouer a été évident ; celui du public qui les écoutait aussi. Ainsi, même si cette année il s’agit d’un seul événement, et en fin de saison, la longue tradition des concerts d’orgue d’été à la cathédrale de Soissons est respectée. L’amour de la musique a vaincu les réticences et survécu aux contraintes sanitaires.

(*) La technique a été détectée par Didier Lhotte, de l’association Chants et Danses de France, saxophoniste lui-même et présent au récital.

Continuer la lecture

Exposition

Les tableaux de la Croix d’Or dévoilés à l’Arsenal

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de la restauration

Un détail de La Rencontre de Lucien Jonas

En 1928 le peintre Lucien Jonas, né à Valenciennes (*) en 1880, était à Soissons. La ville reprenait souffle après la Guerre et était en pleine reconstruction. L’artiste a obtenu un contrat pour décorer la salle des fêtes du nouvel Hôtel de la Croix d’Or de la rue Saint-Christophe, établissement d’accueil depuis le 16e siècle. 30 mètres de long sur 3,80 de haut : la commande était conséquente. Mais Jonas, connu pour ses talents de dessinateur et de peintre, qu’il savait déployer, au besoin, pour des travaux plutôt décoratifs, et pour sa capacité de production, n’a pas été impressionné : son journal raconte le quotidien du projet.

L’hôtel à fermé ses portes au début des années ’70. Les peintures de Jonas ont été démontées ensuite. Comme elles étaient marouflées, c’est-à-dire collés aux murs de la salle, il a fallu les « démaroufler » en les détachant du support. Une colle forte avait été utilisée, non pas le mélange de farine et d’eau souvent employé, et l’opération a laissé des traces au dos des toiles.

Les tableaux ont été dispersés. Mais il y a quelque temps ils ont été retrouvés, et mis en vente – a Soissons, sous le contrôle du commissaire-priseur Bruce Roelens. Ils ont été acquis à l’intention du Musée de Soissons par la procédure de pré-emption, permettant aux pouvoirs publics d’intervenir au prix offert par l’adjudicataire individuel.

Il a fallu ensuite entreprendre leur conservation et restauration. Deux visites guidées ont été prévues par Christophe Brouard, directeur du Musée, pour permettre au public de voir ce travail, effectués par deux équipes successives dans deux salles du rez-de-chaussée de l’Arsenal. Dans l’une, les tableaux monumentaux sont adossés aux murs, recouverts par des draps blancs ; dans l’autre, c’est le support au dos de deux autres toiles qui est visible. Pendant la visite l’équipe travaille sur celle qui est posée à plat ; l’autre est appuyée au mur.

David Prot explique son travail de restaurateur de support.

Cette première série d’opérations a été présentée par deux « restaurateurs de support », David Prot et Antoine Leménager. Car il faut d’abord s’occuper du support, en remplaçant le réseau de cadres en bois sur lesquels chaque grande toile est tendue. Il faut dégager les traces de colle et les défauts provoqués. Ensuite, ils insèrent des feuilles pour absorber les variations de température et d’humidité que devront supporter les toiles, notamment pendant leur transport.

Ils seront suivis par une équipe de « restaurateurs de couche picturale » qui recevront à nouveau le public.

C’est un travail conséquent, et un considérable investissement pour la Ville, encore que, rappellent les deux experts, il s’agit non pas d’une restauration « complète » mais d’une remise en état a minima.

Antoine Leménager au travail.

Le Musée peut compter sur la qualité du travail : après Soissons David Prot et Antoine Leménager iront à Paris où, avec dix-sept autres équipes de restaurateurs, ils participeront à la restauration du bureau du Président de la République. « La sécurité ne sera pas la même ! » suppose David Prot.

Evidemment, le moment crucial de la visite à été le dévoilement d’un tableau en cours de restauration et appuyé au mur. Lentement, il est retourné et le drap recouvrant sa surface est enlevé. C’est La rencontre. Voici, en vidéo, ce qui se passe.

Il faut admettre que ce qui se voit montre le travail de décorateur de Jonas. Ses qualités de dessinateur sont évidentes dans les personnages groupés autour d’un orateur (qui portait une mitre dans une version antérieure de l’image, explique Christophe Brouard). Il manquerait à ces toiles monumentales, peintes sans perdre de temps avant de passer à la commande suivante, l’intensité d’un artiste qui dépasse le pittoresque et reflète son observation minutieuse ou visionnaire du monde, et sa capacité à la traduire cette observation en images, en mots, en notes de musique. Ainsi il pourra toucher profondément le spectateur, non seulement le distraire.

Les tableaux de la Croix d’Or feront partie d’une exposition consacrée à Lucien Jonas au printemps prochain qui permettra de juger l’autre aspect de son travail : ses portraits, ses peintures de guerre, de mineurs. Mais c’est sa commande pour l’hôtel de Soissons qui lui nous aura donné l’occasion de mieux le connaître.

(*) Plus précisément à Anzin, dans la banlieue de la ville.


[12/08/2020 : Le texte est modifié d’après des précisions fournies par Christophe Brouard concernant la hauteur des tableaux et la procédure de préemption utilisée pour les acquérir.]

Continuer la lecture

Ailleurs

La guerre des rires n’aura pas lieu

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art du rire contagieux

Eglise méthodiste d'Agnes Street, Belfast, construite 1886, fermée 1974

Depuis mars, en l’absence de spectacles vivants et de rencontres avec les artistes à commenter, cette chronique a parfois pris d’autres chemins à travers l’art de la vie. Pour conclure cet entracte singulier, et avant la pause estivale, voici le récit d’un éclat de rire imaginé qui aurait pu changer l’histoire, adapté d’un écrit publié dans le blog L’Echange en 2014.
Commentaires : denis.mahaffey@levase.fr

 

De chères petites têtes, dont plusieurs blondes, mais plutôt des châtains, et même quelques rousses, alignées et inclinées : nous étions les enfants de la famille Mahaffey en prière ; plus précisément, les enfants de quatre frères. Eux, ou leurs épouses nos tantes, nous répartissaient plus ou moins en fratries. Notre sagesse d’image n’était pourtant qu’apparente.

Nous nous retrouvions le dimanche matin au temple méthodiste d’Agnes Street à Belfast en Irlande du Nord. Le Méthodisme est né au 18e siècle d’un mouvement de renouveau de l’Église anglicane mené par John Wesley, prédicateur éloquent et passionné. Etudiant à Oxford, il se réunissait avec des camarades pour prier, lire la Bible et agir charitablement selon un programme « méthodique », d’où le nom, railleur mais assumé par la nouvelle dénomination.

La sobriété des stalles et du balcon en fer à cheval faisait penser à une salle de concert, sauf qu’à la place de l’estrade s’érigeait une chaire centrale, flanquée de deux volées de marches. Cet intérieur évitait tout effet architectural susceptible de porter les esprits vers un émerveillement décoratif qui brouillerait la clarté de la doctrine protestante. Ensemble pour accueillir Dieu, mais chacun seul face à Lui, sans intermédiaire. Le pasteur, sans habits sacerdotaux, car sans sacerdoce, menait l’office. Hymnes chantés à pleine voix (la congrégation se piquait d’être entendue jusqu’à l’artère voisin de Shankill), prières, sermon – mot qui convient mieux que « homélie », car il nous sermonnait, nous conjurait d’accepter Jésus comme notre rédempteur personnel. Sans effort, la grâce et l’effort étant incompatibles. La sainteté attendait, il suffisait d’« ouvrir la porte du cœur ». Apostat peut-être congénital, je ne savais pas ce qu’il entendait par là : je me voyais ouvrir une petite porte, sortir la tête, voir si Jésus était dans les parages. Non ? Je rentrais la tête, perdu pour Dieu.

Ce dénuement liturgique contrastait avec ce que nous savions ou supposions des Catholiques, que leur prêtre, dont le rôle sacré venait de son ordination, guidait vers le mystère de la foi par les rites incantatoires, le miracle de la messe faisant du pain et du vin le vrai corps et le sang du Christ. Pour nous, la communion n’était qu’un acte symbolique. De nos temples austères nous regardions d’un mauvais œil les églises catholiques : le faste, les statues pieuses, cierges seraient des pièges tendus par le Diable.

L’histoire irlandaise faisait que l’opposition entre les deux confessions n’était pas qu’une question de dogme. Il y allait, nous laissait-on entendre, de la survie de la communauté protestante. Une menace existentielle. Ma grand-mère ne disait-elle pas « Si les Catholiques gagnent les élections, des prêtres donneront les cours à l’école » (alors que feu mon grand-père avait été militant de l’autonomie, étape vers l’indépendance de l’île) ?

La sobriété ambiante du temple n’empêchait pas nous autres enfants de trembler de sensations dans lesquelles la peur se mêlait à l’excitation. Mais il ne s’agissait point d’une sainte terreur du divin, ni d’extase spirituel : le risque était qu’un geste incongru – éternuement, bâillement, chute d’un hymnaire, regard bizarre – ne déclenchât, sous les yeux du pasteur et dans les oreilles de tout le monde, un fou rire roulant le long de la rangée. La répartition stratégique des adultes en brise-lame n’y ferait rien.

Cela pouvait mal tourner. Un dimanche mon plus jeune cousin, trop jeune pour se maîtriser, a dû être sorti dans les bras de son père. Remontant la nef, face à tous, il murmurait « Papa, j’peux pas m’arrêter ! » Le pasteur a dû s’interrompre, mais était trop figé dans son rôle moralisateur pour commenter avec bienveillance cette spontanéité enfantine. Nous ses cousins gardions la tête baissée, le visage rougi à force de nous retenir.

Le jour de la réouverture après des travaux de rénovation, tout juste terminés la veille, nous avons retrouvé notre temple nettoyé, décapé, repeint dans des tons de crème et beige, les boiseries vernies au tampon. Toutes les places étaient occupées, les chants étaient fervents, les prières intenses, avec un sermon à tout casser sur la grâce divine à portée de cœur.

La chaleur n’était pas que spirituelle. Les corps assis agissaient sur le vernis frais. Quand les participants se sont levés pour le dernier hymne, chacun avait imprimé sur l’assise des stalles deux ovales floues. C’était à croire que, l’attention étant devenue adoration, Dieu tout‑puissant (qui pouvait donc tout) avait, devant un tel élan de foi, nanti chaque adorateur, chaque adoratrice d’ailes célestes dont seule l’ombre rémanente était accessible à nos yeux d’ici-bas.

Imaginez le mal que nous avions devant ces empreintes de fesses de toutes les tailles. Une déflagration jubilatoire a-t-elle eu lieu ? Les gloussements mal étouffés des enfants Mahaffey sont-ils devenus une déferlante, courant le long de notre stalle, s’emparant des adultes parmi nous, puis envahissant les rangs, remplissant les lieux d’un immense rire ? Il serait entendu dehors, déborderait du quartier, sauterait de temple en église, de chapelle en salle de prière. Même parmi les mécréants rétifs au devoir d’adoration les rictus se mueraient en rire franc, en un séisme de réjouissance qui engloutirait les écarts de croyances, d’incroyance, les inimitiés, rappelant que Dieu n’est que (n’est que ?!) l’Etre derrière toutes les différences qui nous divisaient. En pouffant publiquement de rire, aurions-nous contré le conflit armé qui s’impatientait dans les coulisses ? Ne pouvions-nous pas convertir la guerre entre communautés en concurrence entre nos capacités de rigolade ?

Mais nous les petits Mahaffey pesions trop peu dans la balance contre la rigidité des positions établies. Nous avons étranglé nos rires dans la gorge. A défaut de rire les uns avec les autres, se bidonner tous et chacun à la face de vieilles antipathies, nous allions tôt ou tard, et pendant trente ans, nous entretuer.

[16/07/20 Texte ajusté pour tenir compte de commentaires utiles]

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase