Connectez-vous avec le Vase

Le Vase des Arts

Josquin Desprez après 500 ans

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de la polyphonie

Au-delà de Saint-Quentin, à l’écart de l’étroite route romaine qui traverse la Thiérache tout droit jusqu’à Bavay et même plus loin, le village de Beaurevoir a deux prétentions à la célébrité historique : Jeanne d’Arc y a été emprisonnée en 1430, et Josquin Desprez y serait né (le conditionnel est conseillé) en 1450.

Pochette de l’album, avec le portrait d’un jeune musicien de Leonard de Vinci

Considéré à son époque, à travers l’Europe, comme le plus grand compositeur de l’Ecole franco-flamande, et même de tout le début de la Renaissance, Josquin est mort en 1521. Son quincentenaire est marqué par la sortie d’un recueil de ses chansons, enregistrées par l’Ensemble Clément Janequin que dirige le contre-ténor Dominique Visse, qui l’a fondé en 1978, et qui est responsable de cette initiative.

Josquin jouissait d’une immense renommée, voyageait beaucoup, composait de très nombreuses œuvres. Martin Luther a dit de lui «Il maîtrisait les notes quand les notes maîtrisaient les autres.»

Surtout, il a innové dans la polyphonie – et imposé les formes de la composition polyphonique pour tout le 16e siècle – en augmentant le nombre de voix, dépassant le quatuor habituel. Cette multiplication des voix, comme des fils avec lesquels le compositeur tisse une dense tapisserie, créé un enrichissement sonore aussi innovateur à la Renaissance que le «mur de son» créé par Phil Spector pour les Beatles et Leonard Cohen au 20e.

Les compositions de Josquin se caractérisent par le voile de mélancolie qui les recouvre. Il est sensible même dans une chanson comme Plus nuls regretz, qui célèbre pourtant le traité de Calais de 1507. C’est comme si Desprez avait à cœur d’explorer la nature de la douleur humaine. La beauté transcendante de la polyphonie, des voix qui se croisent, chacune tour à tour dominant les autres puis se retirant, qui s’interrompent, s’interpellent, se soutiennent, est nuancée. Les émotions sont distanciées par une sorte d’ostinato de la tristesse. Et en même temps le chant polyphonique surprend toujours, comme si une série de récitals individuels n’étaient réunis que par une heureuse coïncidence.

Cette musique fait partie du bouillonnement artistique de la Renaissance, un essor animé par les références et valeurs classiques retrouvées. Une révolution technique contemporaine a été l’apparition des premières partitions imprimées, contribuant à leur portée. L’imprimeur anversois Susato a publié des volumes de chansons de Josquin, dont «Le Septiesme Livre» en 1545, d’où la plupart des œuvres de cet album sont tirées.

L’Ensemble Clément Janequin les a enregistrées au château d’Hardelot du Pas-de-Calais, dans son étonnant théâtre en bois qui recrée l’ambiance des salles élisabéthaines de Londres où Shakespeare faisait jouer ses pièces. Une vidéo permet d’assister au travail et d’entendre Dominique Visse parler du compositeur.

L’Ensemble Clément Janequin à la chapelle Saint-Charles, Dominique Visse au centre.

Un projet de cette envergure, qui met en lumière des trésors du passé musical, a besoin de financements extérieurs. L’enregistrement par l’Ensemble, produit par l’agence de musique classique Satirino, est financé par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) Hauts-de-France et l’ADAMI (qui gère les droits d’artistes-interprètes et finance des initiatives).

L’ADAMA, organisme qui encourage les activités musicales dans l’Aisne, a l’intention d’organiser des manifestations autour du quincentenaire de Josquin à l’automne prochain, élargies pour inclure le 900e anniversaire de l’ordre de Prémontré, mettant ainsi en valeur l’important patrimoine médiéval et Renaissance départemental.

Ce grand projet donnera sans doute à l’Ensemble Clément Janequin l’occasion de chanter ces airs «en concert». En 2012 il a donné un récital dans la chapelle Saint-Charles à Soissons. La pureté musicologue du chant polyphonique était égayée par la jovialité des chanteurs. Pour Dominique Visse la seule solution pour partager pleinement ce genre de chant est «d’être plus théâtral que le répertoire ne le demande». L’écoute de ce nouvel album le confirme : c’est un enregistrement, c’est aussi un spectacle sonore.


DM ajoute :
Les origines axonaises de Desprez justifient la couverture de ce lancement dans le Vase des Arts. Il y a un autre lien. Ian Malkin de Satirino est une vieille connaissance, d’abord amicale, ensuite quand il accompagnait à Soissons les musiciens qu’il représentait et que j’entendais en tant que critique.
En septembre 2020 il m’a demandé de traduire en anglais deux chansons de Josquin pour le livret de ce CD (Nuls regretz et Du mien amant).
J’ai lu, relu à haute voix, le sens a émergé mais le langage désuet était déroutant. J’ai fait appel à Martine Besset de Soissons, dont l’érudition comprend une connaissance du Vieux Français – les chansons sont en Moyen Français. Ensemble nous avons longuement détaillé les textes, en faisant des recherches et des recoupements. Parfois nous avons dû nous fier à la vraisemblance.
Sans être chanteurs ni musiciens ni techniciens ni producteurs, nous avons pris part à l’aventure.

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

La musique surnage

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de la survie musicale

Le Cercle Musical

Le Soissonnais a plus de quinze associations musicaux amateurs. Comment font-elles devant le vide public ? Parmi ceux qui ont pu être contactés, aucun n’a mis la clé (de sol ?) sous la porte, et tous espèrent chanter et jouer en public dès que possible.

* Le Cercle Musical, pilier de la vie musicale, se félicite d’être «passé entre les gouttes» pour son concert d’octobre dernier, et attend avec d’autant plus d’impatience la réouverture qu’il a un nouveau chef, Esteban Vidal, professeur de Pratiques musicales au Conservatoire. Il a déjà ses idées pour le concert de « la Rentrée ».

* Nathalie Doyhamboure, directrice du groupe gospel Sing Sing, est fière d’avoir maintenu toutes les leçons en absenciel («Je suis allée voir les deux aînés de plus de 70 ans, et ils ont maîtrisé Zoom !»). Mais la reprise de Les Misérables reste compromise.

* Les Amis des Orgues avaient réussi à faire leur concert d’été 2020, et Vincent Dupont, président, prévoit un récital pour orgue et hautbois, «avec une jauge raisonnable».

* La Société des Accordéonistes existe depuis 40 ans, mais cet été, après un dernier concert, le président Yann Martel entend réunir les membres, anciens et actuels, pour un dîner d’adieu. Les confinements en auront eu raison.

* Selon Dominique Beaugnon, «meneuse» de Carnet de Voyages, l’auteur-compositeur maison Daniel Douay a profité pour écrire les chansons d’une nouvelle comédie musicale, Pas à pas. «Croisons les doigts, soyons optimistes et… Carnet de Voyages reprend ses vols …»

[Cet article paraît dans la rubrique Etoiles du Vase des Arts n° 311]

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Le théâtre retrouvé

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art retrouvé du théâtre

Une spectatrice (masquée) est appelée à sauver Igor le loup.

Du bonheur. En bas du double escalier du Mail un petit nombre de professionnels du monde du théâtre attendent de monter pour avaliser la sortie de résidence de Parole de loup par Bob et Mac, repris et remonté à partir d’une version « théâtre de rue » jouée à Charleville-Mézières en 2019.

Ces quelques spectateurs respirent le bonheur de se trouver dans un théâtre, d’assister à la mise en route d’un spectacle. Ils parlent… théâtre. Mélanie Izydorczak et Laurent Colin du Petit Bouffon décrivent la rénovation de fond de leur salle pendant la fermeture forcée.

Mélanie Izydorczak et Laurent Colin du Petit Bouffon

Nous montons dans la salle et même sur le plateau, où nous nous asseyons sur des chaises espacées. Les deux comédiens-marionnettistes, Jean-Louis Wacquiez (Mac) et Patrice Le Duc (Bob), attendent. Première remarque de Jean-Louis : « Je suis heureux d’être là. Ca fait un an que je n’ai pas joué. » Il parle sur un ton intime au groupe de confrères, consœurs devant lui.

Ils occupent un local de bricolage monté en planches de bois, avec un établi et tout le bric à brac habituel.

Ils ont adapté pour théâtre d’objets Parole de loup, un des albums de la série Loups de Geoffroy de Pennart. L’histoire d’Igor le loup, du Commissaire qui le poursuit (richement parés d’un accent russe), et du lapin qu’il poursuit, commence par le choix d’objets pour prendre les rôles. Igor sera un marteau arrache-clou, museau devant, oreilles le long de la tête. Le lapin est fabriqué devant nos yeux d’un fouet à œuf auquel seront vissées deux cuillères à café pour les longues oreilles. Immédiatement, ils prennent vie, convainquent. C’est le miracle du théâtre d’objets.

Le spectacle, comme l’album d’origine, est destiné aux plus de trois ans. Pour ceux qui dépassent de très loin cette limite, Bob et Mac ont prévu des références, des blagues qui dépasseront les plus petits.

L’intrigue ? Disons que tout est bien qui finit bien.

Mac et Bob, redevenus Jean-Louis et Patrice, sollicitent des commentaires, des suggestions, des critiques. Leur spectacle est en devenir. Nous apprenons qu’il a été monté « sans budget », en utilisant des dons, des prêts de matériel. Il est question de diffusion du spectacle, de recherche de dates ; mais il est tentant de voir avant tout, dans Parole de loup par Bob et Mac, un désir fort d’inventer un spectacle, quel qu’il soit, de répéter, de construire, puis de jouer, même pour une dizaine de gens de théâtre.

Nous avons vu le bonheur d’acteurs qui sont sur scène. Et nous avons senti le bonheur de spectateurs qui, en regardant, deviennent une partie du spectacle. Les acteurs jouent à être ceux qu’ils jouent, les spectateurs jouent à croire ce qu’ils voient.

Continuer la lecture

Ailleurs

Fantasia

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de voyager

Un voyage à l’étranger, dans un pays exotique ? Ce n’est pas encore possible dans la réalité ; le Vase des Arts remplace alors la réalité par un récit de voyage. Commentaires denis.mahaffey@levase.fr

La douzaine de cavaliers sur des chevaux abondamment harnachés tournent le dos aux spectateurs et s’éloignent au petit galop sur la terre aride d’été. Trois cents mètres plus loin, ils tirent sur les rênes pour arrêter leurs montures et les remettre dans l’autre sens, dans un tumulte de sabots levés, de jambes pliées, de troncs courbés, et se lancent à plein galop vers le point de départ, robes, burnous, écharpes et keffiehs voletant au vent qu’ils soulèvent. Chacun brandit un fusil long comme un mousquet, agrippé à mi-longueur pour avoir l’index sur le déclencheur et, en s’approchant, ils baissent le canon et commencent à tirer au-dessus de la tête des spectateurs.

Au premier rang de la foule, mon corps réagit convulsivement, plus au bruit des tirs qu’au danger d’une balle perdue, et j’essaie de me cacher derrière Julienne, seule femme dans la foule, seule à avoir une chaise. Il y a quelques sourires devant ma panique, c’est tout. Le spectacle terminé, les mains serrées partout, nos hôtes nous laissent reprendre notre chemin.

 * * *

La guerre d’Algérie à peine terminée, le pays tout juste indépendant, nous étions trois à le traverser d’Est en Ouest, de la Tunisie au Maroc : Roger, professeur de mathématique au lycée Sadiki à Tunis, Julienne, professeur agrégée d’allemand au lycée Français, et Denis, professeur d’anglais au lycée de Jeunes Filles de Radès, dans la grande banlieue sud de Tunis. Nous étions partis en fin d’année scolaire dans la Dauphine de Roger, pour regagner la France par la côte du Maghreb et l’Espagne. Julienne reprendrait son poste à la rentrée, Roger et moi avions quitté les nôtres.

Quel accueil nous attendait, nous nous demandions en atteignant la frontière tuniso-algérienne. Fallait-il être prudents, devais-je être notre porte-parole, ayant l’avantage de ne pas être français ? Presque un million de Français avaient fui l’Algérie dans un chaos de fin de guerre, et nous, nous allions arriver en goguette.

En voyant les passeports de Julienne et de Roger, le garde-frontière a souri. « Français ! »  Ils étaient les bienvenus. Un Irlandais l’intéressait moins.

La réaction s’est confirmée à chaque contact, passager ou plus soutenu. Etre français de passage conférait un statut, suscitait un intérêt, générait une chaleur. « Tu viens de quelle ville ? » « Qu’est-ce vous faites dans la vie ? » « Comment tu trouves l’Algérie ? »

Abonnés aux auberges de jeunesse, nous avons été accueillis chaque soir avec enthousiasme.

Près de Béjaïa, qui avait été Bougie avant l’indépendance, le personnel de l’auberge nous a proposé, à cause de la chaleur écrasante, de déménager les lits de camp et de dormir avec eux sur la plage, sous les étoiles foisonnantes, brillantes.

Parfois, les auberges citées dans le guide n’existaient plus, ou n’étaient pas ouvertes. Ne trouvant pas celle d’Alger, nous avons repris la route côtière. A l’entrée et à la sortie de Bab el Oued, encore sous administration coloniale, nous avons été contrôlés par des gendarmes français. Plus loin nous avons vu le bâtiment indiqué sur notre guide comme auberge de jeunesse.

Le gérant nous a reçus. « L’auberge est en travaux. Mais vous pouvez rester la nuit, si vous voulez. Je ne serai pas là mais je vous verrai demain matin. »

Nous avons dormi par terre dans deux de la dizaine de petites chambres vides autour d’une cour. Le gérant a cadenassé le grand portail sur la route en partant.

Au milieu de la nuit une voiture s’est arrêtée, quelqu’un a cogné sur le portail, il y a eu des cris. Puis le silence, la voiture est repartie.

Julienne n’avait pas été éveillée. Nous avons été inquiets devant cette tentative d’intrusion (des amis du gérant, des voyageurs égarés comme nous ?), mais notre insouciance fondamentale a vite gommé l’incident. Le cadenas a tenu, pourquoi revenir sur une éventuelle agression, ou pire ?

Le matin nous nous préparions à partir lorsque le directeur est arrivé et a insisté pour servir un petit-déjeuner sur le toit-terrasse de l’auberge. C’était enfin clair : il allait tirer son profit légitime de ces rafraîchissements. Tartines grillées, beurre, confiture, café. Nous sommes allés le chercher pour annoncer notre départ. « Combien nous vous devons ? » Il nous a regardés. « Rien du tout, je vous ai dit que l’auberge est fermée. » J’ai noté l’adresse, afin de lui dire notre gratitude par courrier. J’étais jeune et irresponsable : ce n’est qu’ici, enfin, que je rends hommage à cet hôte.

Ce jour-là nous sommes passés par Tipasa, ses traces romaines, sa lumière. Roger et Julienne parlaient de Camus, et quand enfin j’ai lu Noces à Tipasa j’ai compris ce que nous avions senti. « Qu’est-ce que le bonheur sinon l’accord vrai entre un homme et l’existence qu’il mène ? » a-t-il écrit et, le temps de la visite, nous avions été heureux.

Il y a eu d’autres moments mémorables. Un jour, près de Tizi-Ouzou, alourdis par la chaleur d’après-midi, nous avons arrêté la voiture et sommes partis en courant à travers une longue plage vide vers la mer. La sensation d’eau sur le corps a été au-delà de nos attentes. La plage n’offrait ni abri ni cachette, et Roger a saisi l’occasion de se soulager dans l’eau. Julienne, nageuse médiocre, s’est approchée dans une tempête d’éclaboussures, et nous avons dû faire dévier sa route, de peur qu’elle ne se trouve nez à nez, ou pire, avec ce qui se balançait sur les vagues méditerranéennes.

Mais c’est la rencontre des Algériens qui nous a marqués, nous a réconfortés. Le cas le plus public, le plus officiel a été l’invitation par des notables d’un village à assister à la fête du village, et à la fantasia, simulation traditionnelle d’un assaut militaire. Une chaise a été apportée pour Julienne, seule femme présente. C’est donc derrière elle que je me suis abrité quand les balles ont commencé à siffler. Digne Français, digne Française, Roger et Julienne y ont fait face sans broncher.

Comment expliquer ces relations ? Le pouvoir colonial ayant été évincé, les Français battus et expulsés, les Algériens ont-ils retrouvé, chez de simples voyageurs passant sur leurs terres, de précieux liens de langage, de références, de culture ?

Nous avons traversé la frontière marocaine. Je ne suis jamais retourné en Algérie ; seules restent des images, et la douceur d’une réconciliation après le conflit.


Mes remerciements à Fatma Bel Hadj Hamida, mon élève au lycée de Radès, devenue Professeur de Biophysique à la Faculté de Médecine de Tunis, et qui a fourni des informations sur le phénomène de la fantasia, qu’elle appelle aussi « Tir de joie » ou « Zigara ».

[Photo : Internet]

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×