Connectez-vous avec le Vase

Exposition

Racine reçoit La Fontaine : la Fable et la Tragédie

Publié

le

L'art des grands stylistes

Pour marquer le 400e anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine, Jean Racine et son musée ont fait une place pour celui qui était son confrère, son ami et son lointain cousin. L’exposition temporaire Le Fabuliste et le Dramaturge admet les plaisantes Fables de la fourmi, du renard, du corbeau et du lion dans le lieu auguste consacré aux tragédies et à leurs alexandrins. Les Fables mettent en scène des animaux pour illustrer la nature humaine, ses faiblesses et ses forces ; les Tragédies puisent dans la mythologie grecque pour montrer les effets destructeurs de la passion amoureuse.

Le Musée dans la petite ville médiévale de La Ferté-Milon est aménagé en bas de la maison où Racine, laissé orphelin, a été élevé par ses grands-parents. Ce rez-de-chaussée a ensuite été occupé successivement par des échoppes et des commerces, dont un marchand de chapeaux. Après un incendie il a été aménagé en musée, inauguré en 1991, et son animation confiée à l’association Jean Racine et son Terroir. Alain Arnaud, président, et Pascal Ponsart-Ponsart, vice-président, sont les deux moteurs des activités.

Le jeune Racine

Loin d’être un frein, la taille réduite des salles en fait un concentré racinien. Sous leurs voûtes des portraits, bustes, manuscrits, livres et objets divers illustrent et éclairent la vie et l’écriture de Jean Racine. Dans la cave du 16e siècle il y a même l’original de la statue du jeune Jean érigée près de l’église Notre-Dame, comme s’il attendait dans l’obscurité de ses origines modestes avant d’émerger dans la gloire de son théâtre.

Parmi les multiples manifestations pour marquer le quadricentenaire de La Fontaine, le Musée s’est aperçu qu’aucune ne célébrait ses liens et relations avec Racine. L’exposition comble cette lacune. Un espace, comme une chambre d’ami, est occupé par La Fontaine.

La préparation de l’exposition a pris six mois. Il a fallu faire des recherches, analyser les deux biographies, retrouver les quelques lettres qui ont survécu, preuve des contacts pleins de chaleur et de respect mutuel ; définir les lieux et événements. Alain Arnaud a fait une découverte majeure dans les Archives Départementales : les actes du contrat de mariage entre La Fontaine et Marie Héricart, cousine de Racine et habitante de La Ferté-Milon.

Des panneaux mettent en miroir les deux écrivains. Ce sont de précieuses aides textuelles et iconographiques qui identifient les différentes composantes de leur relation, les liens de famille, d’amitié et de plume qui rapprochent ces deux auteurs, placés dans le siècle du Roi Soleil.

L’absence de grandes funérailles est notée. « C’est cependant une gloire posthume, le plus souvent partagée, qui les réunit depuis plus de trois siècles. »

L’exposition La Fontaine, dans le musée consacré à Racine, permet ainsi au visiteur de mieux connaître les deux plus grands stylistes de la littérature française, venus de deux villes, Château Thierry et La Ferté-Milon, à 30 kilomètres l’une de l’autre. Un raccourci entre deux génies.

L’exposition reste ouverte jusqu’à la fermeture annuelle en novembre.

[Cet article paraît dans le Vase Communicant n° 318.]

Continuer la lecture

Exposition

Journée internationale des Femmes : photos et événements au Bon Coin

Publié

le

L'art de la photo entre autres...

« Belles dans ce qu’elles font » : Anne Miranda, présidente du café associatif Au Bon Coin, voit ainsi les femmes photographiées pour l’exposition « éphémère » qui marquera la Journée Internationale des Femmes. Femmes actives, agissantes, prenant leur place dans le monde du travail, à la maison, en famille, accueillant, aidant, secourant ; ou dans des situations difficiles, victimes de guerre, réfugiées, exilées, mais gardant la tête haute, avec une fierté affichée ou intérieure, et une volonté qui les soutient

Du 8 au 12 mars, la partie restaurant des locaux deviendra une salle d’exposition d’images prises à travers le monde par Thierry Birrer, Anne et Joaquim Miranda et deux jeunes photographes, Manon Deglos et Jerry Malanda. Celles de Thierry Birrer ont été prises pendant des voyages en Grèce, Kurdistan, Syrie, Congo ; celles de Joaquim et Anne Miranda à Madagascar.

Pendant l’exposition, ceux qui déjeunent au Bon Coin côtoieront ces femmes si diverses, mais qui partagent le même destin, celui d’être une femme.

Ce n’est pas tout. Anne Miranda a confié au Vase Communicant, avec un embargo sur le détail, que de « mini-événements » inattendus auront lieu aux heures de repas, en extension des images de femmes peuplant l’endroit.

De telles actions se succèdent au Bon Coin, lectures, conférences, ateliers et expositions, le trait d’union étant l’engagement de ses membres dans l’accueil, l’écoute, le partage et l’entraide. Anne Miranda l’exprime ainsi : « Vivre nos valeurs sans les imposer. »

Des photos de Thierry Birrer, Joaquim et Anne Miranda. Cliquer sur chaque image.

Continuer la lecture

Exposition

Daniel Amadou : l’art brut au Bon Coin

Publié

le

L'art de la sculpture

Daniel Amadou et son toucan, qui agite la main, ou fait de l’autostop, ou un pied de nez à son créateur.

Daniel Amadou, sculpteur et clarinettiste de jazz, exposera 14 œuvres récentes au café associatif Au Bon Coin. Il a choisi des compositions récentes, les regroupant selon leur « convergence » par groupe de deux ou trois.

Ses explorations et inspirations s’expriment dans « l’art brut ». C’est Jean Dubuffet qui a proposé cette définition de l’art de personnes exemptes de culture artistique. Le terme a évolué, et désigne l’art qui se tient en dehors des normes et écoles, le jaillissement d’idées, sans chercher à mettre en avant l’habileté artistique.

Portrait de Camille Claudel

Daniel Amadou emploie des ardoises de récupération, qu’il peint, scie ou perfore, et des ustensiles de cuisine et des fragments d’appareils. Le résultat interpelle le spectateur, privé de ses références culturelles et qui doit réagir en direct à ce qu’il regarde.

Deux portraits de tête, chacun peint sur une ardoise encadrée par un plateau de cuisine peint en blanc montrent un frère et une sœur. Camille Claudel est séparée en deux par une ligne, le cartel indiquant « La folie coupe en deux – et même plus ». Deux croix projettent des tempes de Paul Claudel : des emblèmes du Christ à la place des cornes du Diable.


Daniel Amadou, Au Bon Coin du 25 fév. au 25 mars. Vernissage le 24 à 19h.
L’artiste sera sur place l’après-midi du dimanche 6 mars.

[Cet article paraît dans le Vase Communicant n° 328.]

[21/02/22 : date de fermeture de exposition rectifiée : 25 mars.]

Continuer la lecture

Exposition

Le peintre des têtes trilobées

Publié

le

L'art de la peinture

Une ligne strie chaque visage de haut en bas, comme s’ils avaient tous été blessés dans un duel. Mais Emmanuel Lemarignier, qui les a imaginés, voit autre chose : « Il y a trois têtes. » Il faut regarder de plus près : la moitié du visage est cachée par son propre profil, le crâne les encadre.

La toile, qui mesure 1m30 sur 1m95, occupe un pan entier du mur de la salle de séjour chez l’artiste, dans une maison du nouveau lotissement sur le site de l’ancienne « Cité »au-dessus de la verrerie de Vauxrot à Cuffies.

Le Banquet est une évocation de la Saint-Sylvestre célébrée au café d’un hameau de Fère en Tardenois, avec « une pointe de souvenirs de fêtes champenoises ». Autour d’une immense table les fêtards, assis ou debout, s’en donnent à cœur joie dans une ambiance exubérante, voire dévergondée. Au fond, des couples et groupes discutent ; un homme s’est endormi sur la nappe à carreaux rouges et blancs ; une femme à moitié sous la table montre ses fesses et les jarretelles. Au premier plan, de chaque côté, se rassemblent les gens à la tête trilobée. Leurs regards en coin, ou détournés, créent une ambiance de folie, d’anxiété, même de perte de la raison. Le tableau interroge : quel lien se dessine entre ces êtres bizarres et la bizarrerie du spectateur ? Pour l’artiste sa source vient « d’un rêve de souvenirs, perdu dans ses pensées… ».

Emmanuel Lemarignier est né à Nogent-sur-Marne en 1965 ; plus tard la famille est venue vivre dans le Tardenois. Depuis 1996 il habite Soissons.

La lune blanche

Enfant, il a « toujours écrit, toujours dessiné ». Son père était tailleur de pierre, et Emmanuel l’a suivi dans ce métier, jusqu’à ce qu’un accident de travail mette fin à cette activité très physique, et il est devenu formateur en taille de pierre à l’Unité d’Apprentissage Horticole de Laon.

Il a commencé à peindre en 1984, s’engageant dans « un essai, une recherche de technique, une découverte de teintes, de textures. Je cherche à aller vers la perfection. »

Ses toiles sont empilées derrière un chevalet qui porte une très grande image du Christ sur la croix, vu d’en haut comme dans le tableau de Dali, mais d’une tout autre ambiance, plus chaude, moins distanciée. Il sort d’autres toiles.

Son style peut être hyperréaliste, comme dans un portrait de petite fille, d’une exactitude photographique. Il avait fait le portrait d’un homme récemment décédé, à partir d’une minuscule photo d’identité. A la vue du résultat, la famille de la personne s’est mise à pleurer.

L’investissement dans ce qu’il fait et peint est profond. Il le définit : « Il y a un morceau de mon âme qui va dans chaque peinture. »

En tant que tailleur de pierre, Emmanuel Lemarignier a laissé beaucoup de traces, telle une fontaine blanche, des colombes perchés sur le pourtour. Il a travaillé aussi à Notre Dame de Paris, avant l’incendie devastatrice.

Il a exposé ses tableaux au Salon des Indépendants de Paris en 2017, 2018 et 2019. Mais il cherche d’autres lieux d’exposition, le problème de tant d’artistes. A présent quatre toiles sont accrochées dans la petite galerie du café associatif Au Bon Coin à Soissons. Le Banquet dépasse la capacité de l’espace disponible, mais elles comprennent l’image du Christ crucifié, et La lune blanche, où d’autres têtes trilobées se serrent, comme peureux sous le clair de lune.

Un autre tableau montre un canot dans lequel s’entassent des corps assis. Sous le bateau, l’eau est pleine de noyés qui flottent debout. A côté, signe d’une autre activité de l’artiste, un long poème intitulés Les exilés de l’émigration.

Il y a aussi une tête du Christ à l’air abattu, mais dont la couronne d’épines pourrait être aussi des lauriers d’un vainqueur, selon le regard du spectateur. Chacun voit dans un tableau l’image qu’il porte dans sa propre tête.


Emmanuel Lemarignier, Au Bon Coin jusqu’au 6 février. Les dimanches 23 janvier et 6 février, l’artiste accueillera les visiteurs entre 14h et 18h.

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×