Connectez-vous avec le Vase

Le Vase des Arts

Les yeux dans les yeux

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de survivre au confinement

Vincent Dussart, directeur artistique de l’Arcade, en résidence au Mail de Soissons, s’exprime sur les effets du confinement pour sa compagnie, les dispositifs virtuels adoptés pour assurer une présence pendant les restrictions, et ses espoirs pour une reprise des activités.

La première résidence soissonnaise de l’Arcade de 2009 à 2012 avait montré la différence entre les passages éclair de compagnies arrivant de Paris l’après-midi pour préparer leur spectacle, jouant le soir et, souvent, repartant aussitôt. Une compagnie en résidence entre dans la vie de la ville, donne une continuité à la vie théâtrale, élargit la fréquentation, lance des activités annexes. C’est un ferment. L’Arcade a organisé des répétitions publiques et des ateliers, a accompagné des spectacles venus d’ailleurs. Elle a tout fait pour lever le mystique dont le théâtre s’entoure – en révélant le « jeu » par lequel un acteur entre dans un « rôle ».

Un thème a marqué cette première résidence : la famille, sa complexité, ses forces, ses faiblesses. De multiples activités, enquêtes, entretiens se sont terminées par un spectacle, Ca va la famille ?, réunissant les comédiens de l’Arcade et des non-professionnels.

L’Arcade est revenue en 2015 pour une seconde résidence autour de plusieurs thèmes : la brutalité du monde du travail, le « regard des autres » et son impact sur l’image que chacun a de lui-même, la honte qui ronge l’amour propre. Par les actions visant les scolaires et dans les centres sociaux les participants ont appris à reconnaître le phénomène, ce qui change déjà les perspectives.

Depuis 2019 un nouveau cycle, Les fantômes de l’intime, aborde les répercussions de grands traumatismes sociétaux : guerres, épidémies, révolutions… « Que portons-nous de notre histoire et de l’Histoire ? Ne pas s’interroger, ce serait se condamner à ne pas nous comprendre. »

Un spectacle, Ma forêt fantôme de Denis Lachaud, était en répétition, d’autres pièces étaient en tournée, les activités scolaires et autres en cours, quand le couperet est tombé en mars. Vincent Dussart décrit la situation :

« Toute l’activité artistique de l’Arcade s’est interrompue brusquement. Arrêt des ateliers au sein des écoles, des collèges, des lycées, du Conservatoire… Arrêt des tournées de deux spectacles en cours, arrêt des répétitions de la prochaine création, puis l’annulation du festival d’Avignon où nous devions jouer…

« Ce fut d’abord un temps de sidération pour moi. Puis un temps d’inquiétude : comment protéger les artistes, dont les carrières sont déjà fragiles ? Comment protéger la Compagnie ? Nous avons avant tout travaillé à mettre en place les mesures de protection qui étaient possibles, nous avons fait le tour des partenaires de la compagnie. Ils nous ont assurés de leur soutien, au premier rang desquels la Ville de Soissons.

« Une fois cette sécurité un peu renforcée, nous pouvions penser. Prendre un peu de distance, ne plus rester à l’affut de chaque information, qui de toute manière était soit alarmante, soit confuse. Nous avons cherché à consolider les projets à venir, développer de nouveaux partenariats, répondre à des appels à projet… et renouer le lien avec nos publics. »

Avec Sabrina Guédon, directrice du Mail, il a décidé de lancer des lectures quotidiennes sur Internet, 28 au total. Il y en aura d’autres, mais plus espacées. Elles restent accessibles sur les pages Facebook du Mail et de l’Arcade.

Il a enregistré ces lectures chez lui à Paris ou il a vécu le confinement dans 40 mètres carrés.

 « Ces lectures d’extraits de théâtre ou de romans ne répondaient pas à une thématique. Chaque jour, je choisissais un extrait au gré de mes envies, à la manière dont ils résonnaient avec l’actualité. Certains ont résonné particulièrement avec la crise sanitaire, d’autres permettaient au contraire de s’échapper de ce climat anxiogène. »

Peter Brook, Rainer Marie Rilke, Guillaume Touze, Colum McCann, même un extrait de Ma forêt fantôme : en les lisant les yeux dans les yeux du spectateur, sans se cacher derrière des personnages, Vincent Dussart confirme sa vision du comédien. C’est simple, direct, percutant. A travers les auteurs il fait une brèche dans l’isolement.

Un lien, virtuel mais fort, s’est renoué avec les élèves du lycée Nerval, du Conservatoire, de la « classe théâtre » du collège Saint-Just. Des projets sont en cours, d’autres sont déjà en ligne sur le site de la CMD.

« Aujourd’hui, nous allons enfin pouvoir relancer les répétitions de Ma Forêt fantôme que nous créerons au Mail en novembre. Elles risquent d’être étranges, traversées par les odeurs de gel hydro-alcoolique, les comédiens gardant leurs distances, protégés par des visières… mais un nouvel horizon s’ouvre enfin, où nous pourrons retrouver le public soissonnais. »

Le Vase des Arts

Une vie de lumières

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art du music-hall

Photo Internet

En attendant la réouverture annoncée des salles de spectacle le 15 décembre le Vase des Arts offre ce portrait fictif d’un humble fantassin de l’armée de la comédie musicale, qui n’a connu la gloire que sur le tard, auprès de son propre jeune public familial.

Quand ses parents le voyaient chanter, danser dans un nouveau spectacle, sa mère confiait chaque fois, comme un refrain, que dès sa naissance « il regardait tout droit les projecteurs de la salle d’accouchement puis tendait les deux bras comme s’il saluait son public. »

Enfant, il suivit des cours de piano, de théâtre, de chant, de ballet, convaincu que sa soif de gloire suffirait pour la lui apporter. Au lieu de refléter les lumières de scène, il brillerait de sa propre lumière, celle de la célébrité.

La réalité du music-hall ne lui accorda que les rôles de choriste et danseur, troisième à gauche, premier à droite, devant ou derrière, pour le cadrage collectif d’une meneuse de revue étincelante. Les yeux de la salle étaient sur elle.

Il se retira des plateaux à quarante-trois ans. Il avait des enfants. Ils eurent des enfants. « Papy, qu’est-ce que tu faisais au théâtre ? » Sans un mot, il reproduisit pour eux un pas glissant, leva le menton, toucha un chapeau qui n’y était pas, accomplit une pirouette, fit semblant de perdre l’équilibre. Ravis, ses petits-enfants rirent, et il vit dans leurs grands yeux fixés sur lui, enfin, le reflet de sa propre lumière.

Il dansa et chanta pour eux. Il comprit que, loin de vouloir être éblouis par son talent, ce qu’ils adoraient était la ringardise. Alors jamais il ne prit une pose sans un tremblotement des jambes, ne sourit qu’en dégageant les dents comme chez le dentiste.

Il tendit la tête et les bras vers la droite et la jambe droite à gauche, les mains creusés comme s’il mendiait. « J’étais en bas de l’escalier aux marches clignotantes, et la star le descendait emplumée comme une autruche. Dans un autre spectacle j’avais un rôle différent. » Il se déplaça et adopta la même position en miroir, de l’autre côté des marches imaginaires. Les enfants s’esclaffèrent, tombèrent à la renverse – exprès, car ils jouaient eux aussi la comédie.

« Tu as jamais été une star, Papy. » « Non » conceda-t-il, « mais attention, j’ai quand même été choriste de Gilbert Bécaud ! » Les enfants firent une grimace pour dire « C’est qui ça ? », un sourire à l’envers, les coins des lèvres tirées si loin vers le bas que deux cordes apparurent sur leur gorge entre menton et sternum. « Et Johnny ? » proposa le plus gentil. « Pas mon style, jeans, blouson cuir, musique rock. Moi c’était plutôt le frac jaune canari, la canne d’argent et le haut-de-forme. Ou débardeur et pantalon cramoisi pailleté.»

Il ne renonça aux triomphes de cette seconde carrière familiale dans la comédie musicale que parce qu’il fut engagé pour un spectacle sans chanson ni danse, celui du cancer. Une histoire sombre, qu’il interpréta sans entrain. Mais au final, quand tous attendirent autour du lit, comme dans une salle de théâtre en rond, il fit un suprême effort. « Mes chéris, je fais mes adieux à la scène. » Il fronça les sourcils jusqu’à empiéter sur les yeux, puis les leva vers son front, là où avaient poussé autrefois ses jeunes cheveux. Il regarda les spectateurs et ferma les yeux, éteignant les lumières, sa lumière.

Venu examiner le corps pour la mise en bière, le directeur des pompes funèbres se pencha, tendit la main et baissa les sourcils.

[Ce portrait est adapté d’un écrit pour Scribus de février 2019.]

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Michel Fiévet : “De lecteur je suis devenu passeur”

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art d'éditer la poésie

Michel Fiévet sur sa terrasse à Mercin-et-Vaux

Le 1er mai 2019 Michel Fiévet a adressé à ses contacts un sondage, pour voir si son projet de créer une petite maison d’édition de poésie contemporaine les intéressait. C’était essentiel : l’entreprise fonctionnerait par abonnement. Il a eu assez de réponses favorables pour donner suite. « L’Ail des Ours » a été lancée. En janvier 2020 il a publié son premier poète, le cinquième recueil est paru le 20 septembre, et il y a 349 abonnés – à qui il demande à présent de se réabonner pour 2021.

Michel Fiévet, instituteur doublé d’éditeur, aime la poésie comme on aime une personne, pour son aspect et sa nature, son intelligence et sa sensibilité, sa franchise et ses secrets, mais surtout pour sa vérité. Quand il en parle, sa voix change, son langage se charge d’images.

Il revient sur cette aventure. D’où vient l’idée ? Chaque année il travaille en classe sur un poète, jusqu’à trouver « le vers déclencheur » qui servira aux élèves pour écrire leur propre poème. Ils sont réunis dans un petit livret qui est envoyé au poète. « J’ai fait la connaissance de beaucoup de poètes de cette façon. »

Le nom ? « J’étais chez des amis, en nous promenant nous avons cueilli de l’ail des ours, plante des bois aux fleurs blanches. Nous cherchions ensemble un nom pour ce projet. Quand je partais l’amie a dit « N’oublie pas ton ail des ours ! » Et le nom était trouvé. »

La création d’une entreprise est une course d’obstacles, mais Michel Fiévet en parle comme d’un bonheur. Il a déposé les statuts d’une association 1901, il a ouvert un compte bancaire, il a fait les démarches à la BNF pour le dépôt légal, il a négocié avec la Poste, ayant la bonne surprise d’un tarif très bas pour l’envoi – parce qu’il s’agit d’abonnés, non pas d’acheteurs.

Les recueils des poètes déjà publiés

Le prix des livres ? « 25 € les cinq recueils par an pour les abonnés, 6 € l’exemplaire dans les librairies, 8 € par courrier. » Seules deux librairies, L’Arbre Généreux à Soissons et une autre à Compiègne, vendent le livre. « Je suis enseignant, je ne peux pas assurer la distribution. »

Le travail ?  « Le soir et toutes les vacances. » Il a appris à utiliser l’application Publisher et prépare tout, couverture et mise en page, et envoie les fichiers à l’imprimeur. Chaque recueil est illustré en couleur par un artiste, souvent proposé par le poète. Il fait imprimer 500 chaque fois, au format 12/15cm, avec une cinquantaine de pages sur du beau papier.

Le choix des poètes ? Il indique les manuscrits empilés sur une étagère de son bureau. « D’abord, je refuse beaucoup. C’est difficile, surtout quand un ami l’envoie, mais bon… »   Certains protestent. Etre connu ne suffit pas : « J’édite un poète, non pas un nom. Un comité de lecture de cinq personnes lit les manuscrits sans voir le nom de l’auteur. Puis c’est moi qui décide. »

« Etre éditeur change tout : Je ne suis plus un lecteur je suis passeur. » Je cherche quelqu’un qui m’emmène, une poésie de sens et de sensations. Je lis plusieurs fois, je rentre dedans. Parfois je me dis « J’aurais aimé l’écrire ». Je refuse la poésie sombre, quand elle ne me sort pas du tunnel. »

Il publie maintenant des recueils, mais il y a dix ans Michel Fiévet avait déjà trouvé un moyen de partager la poésie. Tous les dimanches il envoie par courriel, à plus de 1500 destinataires, un poème choisi dans une des collections de sa bibliothèque, souvent précédé d’un exemple de la poésie écrite par ses élèves à partir du vers déclencheur. Comme pour les recueils, le choix de ces poèmes ne suit aucun programme : il les choisit au coup de cœur. Pour recevoir ces poèmes il suffit de lui adresser la demande à michf@orange.fr

Son réseau d’amis poètes et autres l’aide souvent. Stéphane Bataillon, poète et journaliste, a parlé de lui dans La Croix, a conseillé un site… et a offert de le faire pour lui, avec la possibilité de commander en ligne. La modicité des prix fait que le don d’un abonnement sert souvent de cadeau. Il y a aussi une page Facebook.

Les poètes déjà édités sont Marilyse Leroux, Adeline Baldacchino, Roselyne Sibille, Estelle Fenzy et Philippe Mathy ; Jacques Robinet les rejoindra avant la fin de l’année.

Michel Fiévet est un homme habité par la poésie. Il en a écrit, il l’utilise dans sa classe, et maintenant il la choisit et l’édite. « Quelle jouissance de partager la voix des poètes que l’on aime. »

Editions L’Ail des Ours, 24 rue Marcel-Gavelle, 02200 Mercin-et-Vaux
Site Internet : www.editions-aildesours.com
Page Facebook : Editions L’Ail des Ours
Voir aussi :
Michel Fiévet : « une porte, dix autres portes, mille autres », Vase des Arts, 23 janvier 2017

[Une version abrégée de cet article paraît dans le Vase Communicant N° 299.]

Continuer la lecture

Exposition

Ce que ces yeux voient

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art du regard

Deux "portraits d'yeux" par l'artiste irlandais Matt Lowry

Le nouveau rétrécissement de la vie culturelle publique offre une occasion de revenir sur le passé. Cet article décrit un projet artistique, évoqué à l’occasion d’une exposition à la Bibliothèque de photos faites par des résidents du Foyer thérapeutique de Soissons en 2011.

Dans notre projet, la page de gauche allait montrer chaque fois deux yeux fixés sur le lecteur. Le texte d’accompagnement se trouverait sur la page de droite. José-Mario Martinez, jeune peintre arrivé à Paris avec la foule de réfugiés chiliens après le coup d’état de 1973, dessinerait ces paires d’yeux. J’écrirais les textes, en décrivant ce que les yeux regardaient. Scènes tendres, familiales, amicales ; tristes, mortifères, désespérantes ; passionnelles, amoureuses, lubriques ; violentes, sanguinaires, atroces.

Les images présentées dans ces écrits seraient donc inventées à partir de ce qu’exprimait chaque regard. La réalité était hors sujet : l’imagination s’efforcerait plutôt de sonder une (non pas « la » !) vérité, ou disons, plus modestement, une vraisemblance.

C’est un exemple extrême, où le cerveau crée tout. Son contraire est le regard d’un sage, un être éclairé qui ne voit que ce qui est, c’est-à-dire tout, rien de moins – ni de plus.

Entre les deux, la plupart d’entre nous mélangeons la réalité de ce que nous voyons avec ce à quoi il nous fait penser. Un enfant dans la rue n’est pas le même dans les yeux de ses camarades, d’une femme enceinte, d’un passant pressé, de sa mère. Moi je ne peux le regarder sans que des souvenirs de mes propres enfants parasitent ce que je vois, le nuancent, l’enrichissent, le diminuent. Chacun dose ainsi les images qu’il enregistre.

Selon l’investissement affectif, la prise sur la réalité, elles s’en rapprocheront ou s’en éloigneront. Que dire du chaos qui filtre ce que voit quelqu’un dans un état psychotique, l’exilant de cette réalité ? L’atelier photo du Foyer thérapeutique tente d’y parer en mettant un appareil photo devant l’œil. Il cadre le regard, met une distance apaisante. L’objectif fait une mise au point pour son image, mais le regard de la personne qui tient l’appareil fait aussi sa mise au point. Pour Philippe Potier, animateur de l’atelier, la photographie aide une personne perturbée à « voir la même chose que tout le monde ». La formule est encourageante, même si, comme je dis, tout le monde voit sa propre chose.

Notre vieux projet à José-Mario et moi devait aboutir à un livre, Ce que ces yeux voient, que nous envisagions avec d’autant plus de liberté que les éditeurs étaient loin de faire monter les enchères pour obtenir les droits ! L’intention n’a pas survécu au déclin et à la chute de l’amitié. Je ne sais pas si José-Mario est à nouveau au Chili.

[Cet article est une mise à jour d’un écrit paru dans le blog Marque-pages Soissons.]


Les paires d’yeux qui illustrent cet article sont de Matt Lowry, artiste irlandais ayant son atelier à Galway, et sont publiées ici avec sa permission. Il utilise l’aquarelle, la gouache et l’encre. Ses œuvres incluent ces images d’yeux, une façon de concentrer un portrait sur un seul élément du visage, souvent si éloquent. Voir MattLowryArt sur Facebook.

Commentaires : denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase