Connectez-vous avec le Vase

Actualités

A l’église de Vauxrezis : mission restauration en cours

La restauration de l’église Saint-Maurice d’Agaune de Vauxrezis fut l’un des premiers chantiers retenus pour le Loto du Patrimoine lancé en 2018 par l’État et dont la mission a été confiée à Stéphane Bern et à la Fondation du Patrimoine. La seconde et dernière tranche de travaux est en cours, le maire imagine déjà une belle inauguration aux Journées du Patrimoine de septembre 2021.

Publié

le

L’avancée visible des travaux sur l’église Saint-Maurice d’Agaune.

Le grand échafaudage qui encadre la tour et le clocher de l’église de Vauxrezis perce toute la vallée valrésienne. Le bruit des instruments sur la pierre se disperse dans le village, il témoigne que les ouvriers s’affairent à la restauration de l’édifice. Le chantier a en effet repris le 14 janvier pour sa seconde tranche de travaux, elle concerne en l’occurrence la rénovation d’une partie de la tourelle, du bas côté sud de l’église, de l’abside, la sacristie, le transept et le clocher.

La première tranche de travaux avait quant à elle débuté en septembre 2019 par la nef, le bas côté nord, le porche, les portes, la charpente, une partie de la toiture, l’assainissement, le sommet de la tourelle et l’équilibre du pignon. Cette partie de rénovation s’est terminée en juillet 2020, freinée par la crise sanitaire comme beaucoup de chantiers.

Tout en haut de l’église, la toiture sera refaite mais aussi le coq qui sera doré et auquel un paratonnerre sera ajouté.
Le porche de l’église avait été refait lors de la première tranche de travaux par les artisans dans son ensemble : boiserie, pierre, porte.

La restauration de l’église de Vauxrezis dans son ensemble a donc été rendue possible par la Mission Bern qui a permis à la municipalité de franchir la barre des 80 % de subventions pour un budget total de plus d’un million d’euros. Mais déjà dès 2014, le maire Marc Couteau et son conseil municipal s’alarmaient de son état et avaient lancé une étude de rénovation : « Il pleuvait dans l’église, confie Marc Couteau, il fallait faire quelque chose ou la fermer. Nous nous étions engagés dans tous les cas à effectuer les travaux d’urgence. »

Le diagnostic établi et l’avancée sur le projet de restauration ont de fait joué dans la balance pour être portés parmi les premiers dossiers du Loto du Patrimoine. La seconde et dernière tranche étant programmée pour 8 mois de travaux, Marc Couteau met maintenant le cap sur le mois d’août, « et j’espère dans la foulée une belle inauguration à l’occasion des Journées du Patrimoine en septembre prochain, dit-il, avec pourquoi pas en prélude une grande messe qui animera tout le village de Vauxrezis. »

Les entreprises de la région effectuent un travail de précision sur l’église, en images le travail du plomb ...
... et celui du cuivre.
Du haut de l’échafaudage, le chantier est l’occasion de découvrir la vue sur une partie du village, ici la route en direction de Pasly.

La Mission Stéphane Bern

L’église de Vauxrezis est l’un des tout premiers projets sélectionnés par la Mission Stéphane Bern – Fondation du Patrimoine en 2018. L’objet de la mission : « Restaurer l’église Saint-Maurice d’Agaune, classée monument historique, d’un péril imminent. » L’édifice est une remarquable église romane construite à partir du XIe siècle. Dès le XVIe siècle, elle a connu de graves désordres, résultant à l’effondrement du clocher en 1692. 

La reconstruction à l’identique fut entreprise immédiatement. Puis lors de la Première Guerre mondiale au printemps 1918, l’église subit une destruction massive, la reconstruction se fera également à l’identique dans les années 30, la fin des travaux s’achevant avec la pose des vitraux Art Déco signés du maître verrier Paul Louzier en 1939. La présentation du projet souligne : « Malgré les nombreuses interventions pour la reconstruction et le maintien de l’église, celle-ci est soumise à des dégradations alarmantes conduisant à mettre en péril l’intégralité de l’édifice. Les couvertures sont dans un très mauvais état et prennent l’eau. Des chutes de pierres sont constatées et l’humidité cause un effritement des murs internes. A cela s’ajoute un déversement du pignon ouest, qui risque aujourd’hui de s’effondrer, entrainant avec lui la charpente de l’édifice. »

Sélectionnée par la Mission Bern, « l’église pourra retrouver sa splendeur d’antan afin d’accueillir, à nouveau, les célébrations cultuelles et culturelles ; par-là, c’est aussi la vie du village et son identité qui seront préservées. De plus, la valorisation du patrimoine répond au projet de dynamisation du pays soissonnais : son riche patrimoine historique de Clovis à nos jours, permettra au territoire de le tourner vers un tourisme culturel croissant. »

L’impressionnant échafaudage en place, ici côté abside.

Le jour où le maire entrait à l’Elysée

Marc Couteau, le maire de Vauxrezis, fut invité à l’Elysée le 31 mai 2018 dans le cadre de la sélection de l’église à la Mission Bern. Un jour inoubliable pour l’élu, qu’il avait partagé avec ses administrés dans le bulletin municipal « Le Valrésien » : « Gare de Soissons, 14h07, voie n°2, écrivait-il, costume cravate, rosace de maire, rasé de près et chaussures bien cirées, me voilà en route pour l’Elysée. (…) Je traverse la cour doucement, à ce moment-là une émotion particulière m’envahit. Je monte les marches et me retourne pour mieux profiter de l’instant. Puis c’est l’entrée dans le palais de l’Elysée, le salon au tapis rouge, les lustres, le mobilier, les gardes, les tableaux, les tapisseries, la vue sur le jardin, bref tout ce qui met en valeur et force le respect de cet endroit chargé d’histoire. (…) Stéphane Bern reprend la parole et invite le président de la République à intervenir, chose que ce dernier va faire pendant environ 30 mn, aisément, sans note, sans prompteur, “en live” pour soutenir les porteurs de projets.

Visiblement il connaît bien le dossier. (…) Le président Emmanuel Macron, Brigitte Macron son épouse, Stéphane Bern et les autres personnalités, sont disponibles et abordables, partageant volontiers sans réserve un instant avec ceux qui le souhaitent. Séances photo, selfies, échanges, bonne humeur, tous les ingrédients sont là pour passer un moment inoubliable. C’est en toute simplicité que je voulais partager avec vous, chers Valrésiens, ce que j’ai eu la chance de vivre… »

Marc Couteau, le maire de Vauxrezis, suit au quotidien le chantier de l’église.

Actualités

La Croix d’Or renaît, la rue Saint-Christophe revit

L’historique hôtel de la Croix d’Or s’est mué en résidence de la Croix d’Or. Tout juste inaugurée, elle participe au renouveau du quartier Saint-Christophe à Soissons, dont la rue vient elle aussi d’être rouverte à la circulation après sa totale rénovation.

Publié

le

Il paraît bien loin le temps où la friche de l’hôtel de la Croix d’Or entachait la rue Saint-Christophe, et cela pendant des décennies. « Une dent creuse » comme il est communément appelé ce type de bâtiment laissé à l’abandon dans une rue commerçante. L’expression ne pouvait pas être plus adéquate puisqu’il ne restait plus que la façade encore debout et un grand vide inoccupé derrière. Le maire Alain Crémont n’hésite pas à le qualifier de « verrue en plein centre-ville qui a commencé à se délabrer depuis sa fermeture en 1973 ».

Et pourtant, l’hôtel de la Croix d’Or a fait la fierté des Soissonnais en son temps. Ouvert au XVIe siècle, il était l’un des établissements historiques de la ville. Reconstruit après la Première Guerre mondiale à la mode Art Déco de l’époque, il connut ses heures de gloire dans la première partie du XXe siècle, jusqu’à sa fermeture définitive au début des années 70. Racheté par la Ville de Soissons en 2016, Alain Crémont rappelle qu’il « a eu la chance d’être le maire qui a pu mener l’opération à son terme, après 37 ans d’attente et de démarches de rachat ». La façade fut alors démolie au printemps 2017 et les premiers coups de pioches de la nouvelle résidence ont été donnés en février 2020, juste avant le premier confinement, ce qui au passage n’a pas aidé à l’avancée rapide du chantier, cela sans compter les découvertes archéologiques successives sur les lieux.

Mais au 6 septembre 2022, voilà que la nouvelle Croix d’Or est enfin inaugurée. Conçue par l’architecte Antoine Daudré-Vignier, il partage son émotion, non sans raison : « En tant que Soissonnais, j’ai toujours connu ce bâtiment en friche et inoccupé. Je voulais donc restituer à Soissons sa matière noble qui est la pierre, tout en faisant des logements de qualité. L’équilibre a alors été trouvé avec cette résidence, sans tomber dans le pastiche pur de l’ancienne Croix d’Or ni dans le contemporain déplacé. Ce fut une belle aventure soissonnaise. » Pour Pascale Sébille, la présidente de Clésence en charge du programme : « La résidence marque notre volonté de ramener les logements en centre-ville et d’éviter les constructions en périphérie. 16 familles ont ainsi pris possession de leurs logements certifiés NF Habitat HQE dans le centre historique de Soissons. »

Le maire souligne à son tour : « Que de chemin parcouru, plus de 6 ans après le rachat. » Il associe d’ailleurs la concrétisation de la résidence à la réouverture de la rue Saint-Christophe après rénovation : « La ville s’embellit et la rue tout juste refaite en est un nouvel exemple, à l’image de tout le centre-ville. Il reste quelques finalisations, précise-t-il, puis nous terminerons avec les plantations… à la Sainte-Catherine. »

16 logements dont certains avec vue sur la cathédrale

La nouvelle résidence de La Croix d’Or, en lieu et place de l’ancien hôtel du même nom, a été inaugurée par Clésence, entreprise sociale pour l’habitat en Hauts-de-France, filiale d’Action Logement. Incluse dans le programme Action Cœur de Ville, elle est construite sur deux étages avec 16 logements modernes, dont certains avec vue sur la cathédrale, sur une surface totale de 1 550 m2. Côté cour : 30 places de stationnement, un local vélo et des espaces verts. Le rez-de-chaussée est en revanche composée de cellules commerciales, dans la continuité de toute la rue commerçante du quartier Saint-Christophe. Pas totalement finalisées, ces cellules ne sont pas encore commercialisées. Livrée en mars 2022, l’opération s’élève à un montant de 3,6 M€.

Continuer la lecture

Actualités

La Perle verte du Valois : exceptionnelle

Avec ses 13 000 hectares, la forêt domaniale de Retz est l’une des plus grandes de France, et la première hêtraie.

Publié

le

En mars 2022 à l’occasion de la visite du chantier de la Cité internationale de la langue française, Roselyne Bachelot, alors ministre de la Culture, avait annoncé publiquement la labellisation de Retz comme « Forêt d’Exception ». Un secret de Polichinelle pourrait-on dire pour les membres du comité de pilotage à la candidature, co-dirigé par la communauté de communes Retz-en-Valois (CCRV), le Centre des monuments nationaux (CMN) et l’agence territoriale de Picardie de l’ONF. Au soir du 3 février, suite à la présentation du dossier, le comité national Forêt d’Exception leur avait bien laissé sous-entendre que leur candidature avait toutes ses chances de décrocher le fameux label. C’est désormais officiel : la forêt de Retz est la 15e forêt de France à être labellisée « Forêt d’Exception ». Le territoire n’attend plus que sa remise protocolaire par le directeur de l’Office National des Forêts.

« L’obtention du label est l’aboutissement du travail depuis quinze années entre les équipes successives de la communauté de communes et de l’ONF, témoigne Alexandre de Montesquiou, le président de la CCRV. Les liens se sont développés pour créer de plus en plus d’actions et d’événements, la tour Mangin en est un exemple, le festival Branche & Ciné en est un autre. » Depuis, l’annonce du président Macron en personne de la création de la Cité internationale de la langue française au château de Villers-Cotterêts a changé toute la donne, elle a eu pour conséquence de dynamiser toutes les actions : « A l’annonce de la création de la Cité, nous nous sommes mis en ordre de marche pour reconduire le lien entre le château et la forêt, confirme le président de Montesquiou. Nous avons postulé pour le label en décembre 2020, avec la contribution logique du CMN qui gère le projet de la Cité. Une quarantaine de personnes, chapeautée par la cheffe de projet Marjorie Levasseur, a travaillé pendant un an pour élaborer le dossier et notamment ses 21 actions qui valoriseront l’identité culturelle et historique de la forêt, son patrimoine naturel et ses capacités de développement touristique et économique. » Un dossier visiblement bien ficelé puisque le comité national a accordé son label à l’unanimité en 1 an et 2 mois, « d’habitude il faut 2 à 3 ans, confie Thierry Gilles, vice-président de la CCRV à la communication et aux ressources humaines, nous étions prêts pour l’ouverture programmée à l’origine de la Cité internationale. Mais rien n’est définitif, ajoute-t-il, le label est à confirmer tous les 5 ans. Nous repasserons en effet l’oral dans 5 ans et il faudra que ce soit encore mieux, ce sera possible en avançant sur toutes nos actions établies. »

Résultat de toutes ces énergies, le label « Forêt d’exception » replace la forêt de Retz au cœur du territoire : « Elle en est un élément majeur, rappelle Alexandre de Montesquiou, surnommée la Perle verte du Valois, elle est le poumon vert, l’équilibre entre le patrimoine et l’environnement. » Thierry Gilles résume à son tour : « Si le château de Villers-Cotterêts est la future Cité internationale, la forêt de Retz est notre Cité végétale. »

Au cœur de la forêt de Retz, l’ermitage Saint-Hubert et son système d’adduction des eaux de la forêt appelé « La Laie des Pots ». Utilisé jusqu’en 1937, ce système permettait de recueillir les eaux de pluie et de les amener jusqu’au château et la ville grâce à un réseau de canalisation en poterie. Il fait aujourd’hui l’objet d’une réhabilitation grâce à l’Association de sauvegarde du patrimoine de la laie des pots en forêt de Retz. (© ONF Vigne)

Retz rejoint le cercle prestigieux des 15 Forêts d’Exception

Avec ses 13 000 hectares, la forêt domaniale de Retz est l’une des plus grandes de France, et la première hêtraie. Plus précisément composée pour moitié de hêtres, et plus d’1/4 de chênes, la forêt a été la première à être traitée en futaie régulière dans l’histoire forestière de France. De très grande qualité, les bois de Retz, acheminés par le canal de l’Ourcq, ont participé à la construction de Paris.

Le label Forêt d’Exception est maintenant une opportunité unique de co-construire un projet de territoire. Il distingue l’excellence de la gestion de ces forêts, reconnues pour leur patrimoine unique en termes d’histoire, de paysages, de biodiversité ou de bois de grande valeur. Les quinze forêts engagées dans la démarche et labellisées sont : Fontainebleau, Verdun, Grande Chartreuse, Rouen, Montagne de Reims, Bercé, Bassin d’Arcachon, Val Suzon, Tronçais, Sainte-Baume, Boscodon, Aigoual, Volcans de Martinique, la forêt indivise de Haguenau et désormais la forêt de Retz.

Le label Forêt d’Exception constitue donc un outil pour l’action. Il repose sur des projets partagés et des programmes d’actions ayant vocation à couvrir une large palette d’opérations innovantes, dans le respect des enjeux et des contraintes de chaque site. Trois raisons principales ont d’ailleurs conduit les principaux acteurs à prendre conscience de cette évidence de faire entrer Retz dans le cercle prestigieux des Forêts d’Exception : la dynamique des partenaires, les relations de confiance et les habitudes de travail installées, les actions en cours et en projet, la convention cadre entre l’ONF et la CCRV en discussion/la formidable opportunité offerte par la création de la Cité internationale de la langue française au château de Villers-Cotterêts et les projets de développement culturel et touristique associés/l’incroyable potentiel et les richesses de la forêt de Retz, et son lien physique et historique avec le château.

Continuer la lecture

Actualités

Les Journées européennes du patrimoine dans le Soissonnais

Les Journées européennes du patrimoine se déroulent les samedi 17 et dimanche 18 septembre. L’édition 2022 a pour thème « L’architecture et le patrimoine durable ». La Ville de Soissons et GrandSoissons Agglomération, Ville et Pays d’art et d’histoire, proposent un programme mettant notamment en avant des exemples de gestion du patrimoine « pour le monde de demain », dans le réemploi et le respect de l’environnement.

Publié

le

A Soissons, on met sa plus belle armure et ses nouvelles baskets pour faire sa rentrée, marquée par les Journées européennes du patrimoine les 17 et 18 septembre (© Ville de Soissons).

SOISSONS

A l’ouverture des JEP

Exposition « Le patrimoine est à vous, en chemin vers le Pays d’art et d’histoire » : dès jeudi 15 septembre au cellier nouvellement restauré de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes.

Grande randonnée urbaine nocturne « Quand la nature s’invite en ville » : vendredi 16 septembre à 19h45, départ 20h du parking boulevard Gambetta. Randonnée de 6 km à la découverte du patrimoine naturel du quartier Saint-Crépin, en partenariat avec l’Ufolep Aisne.

Evénement photo « Quand l’architecture récente dialogue avec le patrimoine ancien » : samedi 17 et dimanche 18 septembre. Le service de l’Architecture et du Patrimoine de Soissons organise un jeu photo, gratuit et ouvert à tous. Laissez votre imagination œuvrer et offrez-nous votre interprétation du thème. Vous trouverez toutes les instructions en scannant le QR code. 9 photos seront sélectionnées par un jury et exposées sur les grilles de l’Hôtel de Ville le 14 octobre prochain

pour l’inauguration des Journées nationales de l’Architecture. À vous de jouer !

Saint-Jean-des-Vignes

Les visites

« Constructions et déconstructions d’une abbaye » : samedi et dimanche à 15h et 16h.

« Le centre d’étude des peintures murales romaines, ancien grenier de l’abbaye » : dimanche de 14h à 18h. Visites guidées toutes les demi-heures sur réservation uniquement au CIAP : 03 23 93 30 56.

« Les riches heures de l’abbaye » : samedi et dimanche toute la journée, une immersion avec casque de réalité virtuelle dans l’abbaye au XVIIe siècle, RV au CIAP.

« Autour de l’Arsenal, le destin militaire de l’abbaye » : samedi et dimanche à 17h.

Les expositions

« La restauration de la façade de Saint-Jean-des-Vignes : le grand chantier à venir » : samedi et dimanche, RV devant la façade de l’abbaye.

« La tourelle d’enceinte » : samedi et dimanche, les visites guidées de l’abbaye à 15 h et 16 h comprennent l’entrée dans la tourelle, RV au pied de la tourelle.

« Le patrimoine est à vous, en chemin vers le pays d’art et d’histoire » : visites samedi à 15h et 17h, dimanche à 11h, Rv dans le cellier de l’abbaye.

« Les chantiers des amis », les prochains chantiers portés par l’association des Amis de Saint-Jean et la Ville de Soissons : samedi et dimanche, accès libre sur le site abbatial.

« Dans les coulisses de la conservation », les portes du centre archéologique s’ouvrent exceptionnellement pour révéler le mobilier archéologique soissonnais : samedi à 18h, RV au Centre de conservation et d’étude archéologique, rue Saint-Jean.

« Nouvel accrochage », lectures affinées des œuvres d’art actuellement exposées au musée d’art contemporain de l’arsenal : samedi et dimanche à 15h, RV à l’arsenal, musée d’art contemporain, rue saint-Jean.

Les animations

« Pic Nic ! », pique-nique romantique à l’ombre des clochers samedi midi et pique-nique jazzy le dimanche avec le groupe « Maman ne veut pas » : samedi et dimanche à partir de 12h30.

« Escape game géant », jeu d’enquête sur le site abbatial : dimanche de 9h30 à 12h30, inscriptions préalables au CIAP nécessaires pour la composition des équipes, places limitées.

« Quand les poules joueront du banjo », un spectacle loufoque, tendre et drôle, où chiens, poulettes et dindon vont tenter de faire un concert très original : dimanche à 16h, avec la Compagnie des Plumés, dans le cadre de « Jardins en Scène ».

« Un goûter comme au Moyen-Age », dans les jardins de l’ancienne infirmerie : dimanche de 16h à 18h, en partenariat avec les jardins d’Hélène. RV près du château d’eau.

« Honneur aux armes, démonstrations d’armes anciennes », impressionnants combats à l’épée courte ou longue : dimanche à partir de 15h, en partenariat avec l’association « Honneurs aux armes ». RV sur le site abbatial.

« Fabrication de pavés médiévaux », quand des restaurateurs travaillent dans l’esprit « patrimoine durable » : dimanche de 15h à 18h, avec l’ASPAM (association de sauvegarde du patrimoine de l’Aisne méridionale, château de Berzy-le-Sec). RV sur le site abbatial.

Musée d’art et d’histoire Saint-Léger

« Lettres d’amour », des lettres et des mots pour découvrir les collections autrement : samedi à 17h30.

« Aux origines de l’abbaye Saint-Léger » : dimanche à 14h.

« Abélard », retour sur la vie tumultueuse d’Abélard et sur son passage à Soissons en 1121 : dimanche à 16h.

Bibliothèque municipale

« Visite des fonds patrimoniaux » : samedi à 10h et 16h, réserver au 03 23 74 33 10.

« On ouvre les vitrines », l’archerie est à l’honneur avec l’exposition des reliques de Saint-Sébastien, présentée par Jean-Pierre Vincent, connétable de la Compagnie d’Arc de Soissons : samedi à 14h30.

Chapelle Saint-Charles

« Retour vers le passé », la chapelle Saint-Charles fera écho aux jeux et jouets d’autrefois, comme elle, tout de bois vêtus : samedi et dimanche de 14h30 à 17h30, accueil par l’association de sauvegarde de la chapelle Saint-Charles. RV 9 rue de Panleu.

Cathédrale Saint-Gervais Saint-Protais

« Montée à la tour de la cathédrale » : samedi et dimanche à partir de 14h, départ toutes les 45 mn. Sur réservation uniquement, billets à retirer au Ciap. RV à l’entrée de la nef.

« Face à la rose restaurée », immersion dans le chantier de restauration, tribune nord : samedi et dimanche à partir de 14h, départ toutes les 45 mn. Sur réservation uniquement, billets à retirer au Ciap. RV à l’entrée de la nef.

« L’élégante soissonnaise en dentelle », exposition dans la tribune nord des photos des élèves du lycée Camille Claudel, lauréats pour l’Académie d’Amiens du concours Médiatiks 2022. Photographies et Haikus sur les chantiers de la cathédrale : samedi et dimanche à partir de 14h30. La visite est couplée avec le billet « Face à la Rose restaurée ». RV à l’entrée de la nef.

Saint-Médard

« Le site qui offre une place royale à Soissons », avec l’association Abbaye royale Saint- Médard, retrouvez les grandes figures qui ont fait l’histoire de France et de Soissons : samedi et dimanche de 14h à 18h. RV abbaye Saint-Médard, place Saint-Médard.

« Le retour des reliques de Saint-Sébastien » à Saint-Médard », l’archiconfrérie de Saint-Sébastien présente exceptionnellement les reliques du patron des archers dans la crypte de l’abbaye, comme en 825, lorsqu’elles furent ramenées de Rome : samedi de 14h à 17h. RV abbaye Saint-Médard, place Saint-Médard.

Centre-ville

« L’hôtel de ville, visite d’un édifice de pouvoir » : dimanche à 11h. RV dans la cour de l’hôtel de ville.

« Le pavillon de l’Arquebuse, légendes de Soissons » : samedi à 16h, avec l’association Conte et Raconte en Soissonnais. RV au pavillon de l’Arquebuse.

« Sur le site du théâtre antique », à la rencontre du site qui a accueilli le plus grand monument de Soissons : samedi et dimanche de 14h à 18h avec des démonstrations de combats avec armes anciennes dimanche après-midi. RV rue du théâtre romain.

Quartier Saint-Waast Saint-Médard

« La place Alsace-Lorraine, des fortifs au kiosque à musique » : dimanche à 10h30. RV devant l’école maternelle, place Alsace-Lorraine.

Parc Gouraud

« Visite de la Cité de la musique et de la danse », construite par Henri Gaudin en 2015, la Cité de la Musique et de la Danse est un édifice dont l’architecture dialogue avec l’environnement : dimanche à 14h30. RV au 9 allée Claude Debussy.

Quartier de Presles

« Le village de récup’ », nous produisons par an 2 tonnes de déchets entraînant l’appauvrissement des ressources naturelles et l’augmentation de la pollution. La solution ? Le recyclage ! La 5e édition du village de la récup’ permet de vous sensibiliser à cet enjeu et de mettre en pratique votre créativité ! Des surprises vous attendent : samedi de 13h30 à 17h30, RV sur le terrain rouge de Presles. Evénement organisé par l’Opal, Clésence et la Ville de Soissons.

ACY-LE-HAUT

« A la découverte du patrimoine viticole du Soissonnais », la culture de la vigne dans le Soissonnais a été une économie très importante jusqu’au début du XXe siècle. Après une randonnée dans la commune d’Acy (prévoir de bonnes chaussures de marche), l’association Mémoire viticole d’Acy et les vignerons professionnels de la commune vous présenteront leurs activités autour d’une dégustation de vin local : dimanche à 16h30. RV à l’école Charles Chevallier, Acy (49.359612, 3.415584).

BERZY-LE-SEC

« Visite du chantier du château », vestiges des XIIe et XVIe siècles, le château de Berzy-le-Sec a subi de graves dommages en 1918. L’ASPAM, créée en 1998, a entrepris la restauration de ce patrimoine en respectant les savoir-faire traditionnels : samedi à 14h30 et 16h30. Visite assurée par le président de l’association, Bruno Lestrat. Sur inscription, places limitées, RV à l’entrée du château, Berzy-le-Sec (49.333123, 3.311927).

CROUY

« Un habitat innovant : l’éco-quartier », afin de mieux comprendre ces nouvelles formes urbaines et d’habitat, venez découvrir le projet passionnant de Crouy : samedi à 15h30 et dimanche à 14h30. Visite assurée par la SEDA, aménageur maître d’ouvrage du projet. RV Base vie d’Eiffage, rue du pressoir Chevallier (49.394262, 3.342313).

MERCIN-ET-VAUX

« Les Bains du Lac, une belle gestion des ressources », de la terrasse au sous-sol, venez découvrir ce bâtiment : samedi et dimanche à 15h. Visite assurée par les agents du complexe aquatique. Sur réservation au CIAP : 03 23 93 30 56. RV allée des Bains du Lac, Mercin-et-Vaux (49.380920, 3.299475).

NOYANT-ET-ACONIN

« Les carrières de Noyant », cette visite vous fera découvrir un savoir-faire traditionnel et le parcours de transformation de la pierre, de la galerie souterraine à l’atelier de sciage : samedi à 9h et 10h30. L’accueil et la visite seront assurés par le directeur du site, Emeric de Kervenoaël. Visite sur inscription au CIAP : 03 23 93 30 56 (nombre de places limitées). Chaussures fermées obligatoires. RV Le Mont Blanc Noyant-et-Aconin (49.341601, 3.353663).

« Entre deux châteaux à vélo », ce parcours à vélo permet de découvrir la commune de Noyant-et-Aconin et l’histoire locale : samedi à 14h30. Les Cyclovis vous attendent au départ. Visite sur inscription inscription au CIAP : 03 23 93 30 56 (nombre de places limitées). RV station Cyclovis Les trois clochers, Noyant-et-Aconin (49.333231, 3.328169).

POMMIERS

« Sève mobilier : recycler le bois en meuble design », guidés par des salariés et bénévoles de l’association le Bois de deux mains, découvrez le travail du bois, apprenez à reconnaître les différentes essences et initiez-vous aux principes de l’économie circulaire : samedi à 14h30 et 16h30. RV au 150 route de Compiègne (49.382017, 3.296763).

SEPTMONTS

« La terre est composée de coquillages », le patrimoine naturel de l’Aisne est généreux par sa diversité, avec un sous-sol gorgé d’histoire dont l’origine, visible à Septmonts, remonte à 55 millions d’années : samedi à 10h. Le parcours sera assuré par Arnaud Leroy, paléontologue amateur

RV entrée du parc du château (49.335117, 3.358523).

« L’association des amis de Septmonts vous accueille pour la visite du donjon et de l’église du village » : tout le week-end.

SERCHES

« Eglise de Serches », le parcours sera réalisé par un guide- conférencier du service Ville d’art et d’histoire : dimanche à 14h et 16h. RV Eglise de Serches (49.339557, 3.449152).

« Légendes du Soissonnais », l’association Conte et Raconte dévoilent quelques légendes du Soissonnais : dimanche à 15h. L’activité sera assurée par Chantal Duraffourd de l’association Conte et Raconte en Soissonnais. RV église Saint-Crépin-et-Saint- Crépinien, Serches (49.339557, 3.449152).

« Souvenez-vous du 8 août 1918 », une randonnée pour découvrir Serches et Ciry-Salsogne, et se souvenir du 8 août 1918, date emblématique dans l’histoire de la commune : dimanche à 16h. Ce parcours sera réalisé par Arnaud Lebegue et Jérôme Buttet, membres de l’association Souvenir Français. RV sur le parking du cimetière de Serches.

VAUXREZIS

« Eglise de Vauxrezis » : ouverte de 10h à 18h, visites guidées samedi et dimanche à 11h et 15h. Le maire de Vauxrezis et ses adjoints partageront avec vous leur expérience du chantier de restauration achevé en mars 2022. RV dans l’église Saint-Maurice- d’Agaune, Vauxrezis (49.413775, 3.279600).

Exposition « Ensemble sauvons notre patrimoine », l’histoire du village, depuis le néolithique, et

l’évolution de l’église au cours des siècles jusqu’à l’engagement de la commune dans la restauration de ce bijou architectural : samedi et dimanche de 10h à 18h. RV église Saint-Maurice-d’Agaune, Vauxrezis (49.413775, 3.279600).

« A la découverte des sites historiques de Vauxrezis », un parcours pédestre de 9 km avec les principaux sites historiques de la commune : dolmen de la Pierre Laye, Chaussée Brunehaut, ancienne ligne de chemin de fer, maisons troglodytes, lieu de mémoire de la Première Guerre mondiale : dimanche à 9h. Le parcours sera assuré par les conseillers municipaux de la commune de Vauxrezis. RV église Saint-Maurice-d’Agaune, Vauxrezis (49.413775, 3.279600).

« Un dolmen, mais qu’est-ce que c’est ? », rare vestige du néolithique, le dolmen de la Pierre Laye reste un mystère : samedi à 16h. RV dolmen de la Pierre Laye, Vauxrezis (49.430808, 3.289727).

Continuer la lecture

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×