Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Château de Villers-Cotterêts : l’incroyable chantier

Le chantier de la future Cité internationale de la langue française mené par le Centre des monuments nationaux est bel et bien lancé. Les abords du château François 1er sont en perpétuel mouvement. A l’intérieur de l’enceinte, l’activité des ouvriers a transformé le logis royal en une véritable fourmilière.

Publié

le

Les travaux de réhabilitation du château François 1er – phase 1 – ont commencé comme prévu début 2020, puis le confinement a mis le chantier à l’arrêt comme partout ailleurs. Il a repris le 4 mai avec l’installation de la « base vie », qui entre-temps a dû être revue pour respecter les préconisations de sécurité sanitaire : bungalows sanitaires, vestiaires et réfectoires adaptés, ajouts de lave-mains, pédiluves et autres mesures afin de limiter la propagation du virus. La base vie était prête dès juillet suite au grutage et au montage d’un impressionnant mur de bungalows sur trois niveaux qui rassemblent les salles de réunion et de repos, les vestiaires, douches et réfectoire.

Et depuis la mise en place de murs d’échafaudages tout aussi impressionnants sur les façades du château, la phase 1 est en pleine action : désamiantage, déplombage, curage, démolition, évacuation des terres polluées et travaux sur les fondations, charpentes et toitures. Durant l’été, l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) avait également repris ses fouilles dans la cour des Dames et la cour du Jeu de paume Renaissance.

Le quotidien Le Monde s’en est même fait le témoin admiratif dans ses colonnes : « Perchés à vingt mètres au-dessus du sol, trois hommes casqués s’activent à coups de burin électrique sur la pierre calcaire. Morceau par morceau, la tour ouest des latrines, édifiée au XIXe siècle, s’effondre. D’ici quelques semaines, il n’en restera plus de trace. De l’autre côté des toits recouverts de tôle grise, un échafaudage long de 44 mètres finit d’être monté, barrant la majestueuse cour des Offices où s’ébattaient les chevaux il y a quatre siècles. Bientôt, une grue le rejoindra, qui surplombera la forêt de Retz alentour, longtemps terrain de chasse de la royauté. »

200 ouvriers au plus fort de l’activité

Un chantier « titanesque », c’est le qualificatif employé par Jacques Krabal, député de l’Aisne mais aussi secrétaire général de l’Assemblée parlementaire de la francophonie. « A priori le plus important après celui de Notre-Dame de Paris », ajoute-t-il. 110 millions d’euros ont en effet été débloqués par le ministère de la Culture pour la réalisation de cette première phase, et le député confirme qu’à la fin du chantier : « Le budget global s’élèvera à 265 millions d’euros. Un investissement totalement exceptionnel pour notre département ! ».

L’élan profite aussi à la population locale car le projet génère dans son sillon l’emploi et l’embauche d’habitants du territoire. 200 personnes, de tous corps de métiers, se croiseront sur le site au plus fort de l’activité. Jacques Krabal précise : « Les entreprises du territoire ont été sollicitées et grâce à un travail conjoint avec le conseil départemental, des clauses d’insertion dans les marchés publics permettent de recruter localement. »
Le Département de l’Aisne, via sa cellule « Clause Emploi », a en effet proposé ses services au Centre des monuments nationaux pour l’accompagner dans ce grand projet et favoriser ainsi l’emploi des personnes en insertion. « Le Département travaille avec Pôle Emploi et fait le lien avec les entreprises qui embauchent sur le chantier du château, explique Sylvie Lefèvre, chargée de projets au développement social, emploi et insertion. Nous facilitons les contacts et nous proposons des candidatures avec un vivier de 150 personnes. Elles pourront toutes potentiellement travailler sur ce chantier car il y a 15 512 heures d’insertion à effectuer pour la phase 1 des travaux.
Et beaucoup d’heures sont encore prévues pour la phase 2. »

Pour exemple sur le terrain, l’action s’est même concrétisée par deux embauches en CDI : Sébastien, Soissonnais de 27 ans, et David, Cotterézien de 32 ans, avaient été appelés sur le chantier comme manutentionnaires. Ils ont été repérés par EAS Sécurité, société de Noisy-le-Sec qui assure la surveillance du site et qui les a donc recrutés directement dans ses effectifs. Le responsable logistique, Mehdi Bezzaouia, apporte la preuve de l’impact qu’apporteront ces entreprises qui viennent à Villers-Cotterêts sur l’emploi local : « Nous travaillons aujourd’hui avec 9 personnes pour la sécurité du site et toutes ont été recrutées localement, nous serons même 20 au pic d’activités entre mai et juillet prochain. »

La belle histoire se symbolise avec David dont l’expérience est une révélation : « Je me lance dans un nouveau projet professionnel, celui de devenir maître-chien. »

Dans le même temps, le conseil départemental s’appuie sur trois associations intermédiaires locales qui peuvent présenter du personnel en insertion et en toute réactivité pour la partie nettoyage de la base vie, prise en charge par la société A-G-net Propreté et Services. Les trois associations réunies pour cette action sont en l’occurrence AID Services de Soissons, Emploi & Service d’Ambleny et Les Petits Boulots de Villers-Cotterêts. « C’est une collaboration innovante et inédite sur le département, confie Sylvie Lefèvre, nous espérons que cette participation des associations intermédiaires s’organise de plus en plus régulièrement. » De son côté, A-G-net approuve l’initiative : « C’est une des rares fois où nous voyons un département qui s’implique autant, souligne la responsable commerciale Aude Oudin. Cela nous a permis d’avoir des candidats très rapidement, c’est rassurant pour les entreprises d’avoir ce soutien. »

Les travaux de cette première phase de chantier aboutiront à l’ouverture de la Cité internationale de la langue française en 2022. Ouverture qui illustrera le challenge que s’est fixé Xavier Bailly, l’administrateur à Villers-Cotterêts du Centre des monuments nationaux : « Révéler et ouvrir pour la première fois au public un monument extraordinaire tel que le château royal François 1er. »

[wpproads id=”16024″ center=”1″]
[wpproads id=”16016″ center=”1″]

Continuer la lecture

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×