Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Cité de la musique et de la danse : cité ouverte

Inaugurée en février 2015, la Cité de la musique et de la danse de Soissons fête bientôt ses 5 ans d’existence. Si son grand auditorium de 500 places a d’emblée fait l’adhésion auprès des artistes et a vite trouvé son public, ses activités au sein du conservatoire semblent encore méconnues des Soissonnais.

Le Vase Communicant

Publié

le

La Cité de la musique est-elle une belle endormie vivant repliée sur elle-même ? Que nenni répond Benoît Wiart, le directeur depuis 3 ans : « La structure n’a jamais été aussi dynamique » souligne-t-il, à l’heure où le tout nouveau programme des manifestations du conservatoire vient de sortir. « On pourrait croire que l’équipement est élitiste » reconnaît Benoît, mais il entend bien écorner l’idée reçue.

En premier lieu, le conservatoire a établi son record d’inscriptions à la rentrée 2019 depuis sa création, avant même l’ouverture de la Cité sur le parc Gouraud. Plus de 600 élèves évoluent dans les différentes disciplines cette année : 360 dans les classes de musique, 200 dans les classes de danses contemporaine et classique, 40 dans les classes de théâtre. Preuve de la volonté d’ouverture de la structure, le directeur met en avant le dispositif pédagogique très innovant, comme l’orchestre numérique, « le seul du département », la section de musique assistée par ordinateur (MAO) ou le nouveau cursus jazz pour l’apprentissage de la guitare, basse, batterie. Ceci sans compter les classes à horaires aménagés théâtre au collège Saint-Just, musique au collège Lamartine et la toute nouvelle classe orchestre cuivres à l’école Saint-Crépin.

Car les actions de la CMD s’exportent également « hors-les-murs » : 3 200 élèves de 38 établissements différents ont même participé aux activités des deux intervenants à l’extérieur l’an passé. S’il fallait encore démontrer l’état d’esprit qui anime les lieux, Benoît Wiart cite à la volée : « Les scènes ouvertes une fois par mois les mardis ou mercredis à 18h30, la pause musicale sur le parvis en mai et juin, la mise à disposition des studios d’enregistrement ou les rencontres avec les autres conservatoires. »

Les équipes dirigeante et enseignante de la CMD s’arrêtent-elles là dans leurs actions ? La réponse est évidemment non : depuis l’an passé, le conservatoire propose son propre programme de manifestations, en parallèle – et en lien – avec la programmation culturelle du grand auditorium. « Ce programme n’est pas encore très connu, mais il tend à se développer », confie le directeur. Moins connu mais déjà très dense puisque plus de 70 manifestations sont inscrites à ce programme du conservatoire qui vient d’être dévoilé pour la saison 2019/2020.
« Ce sont même trois fois plus de dates que le programme culturel », ajoute Benoît Wiart.

Au total, plus de 100 manifestations et concerts sont organisés à la Cité de la musique et de la danse de Soissons : « C’est un équipement récent de 5 ans qui prend ses marques et se développe », assure le directeur. Tout est en effet lancé pour que cet équipement de 19 M€ puisse être valorisé.

Recettes en hausse

La Cité de la musique et de la danse de Soissons fonctionne avec un budget de 2 M€ par an, dont 1,3 M€ pour le conservatoire et 700 000 € pour la saison culturelle au grand auditorium.

Le directeur Benoît Wiart souligne que « malgré un budget en baisse comme toutes les collectivités » les recettes sont en hausse, du fait de la nouvelle programmation culturelle jeune public par exemple et de l’augmentation du nombre d’élèves. De plus, le coût pour les élèves baisse depuis 3 ans mais le nombre d’actions et d’événements augmente.

Concernant la saison culturelle 2018/2019 : la CMD a accueilli plus de 10 000 spectateurs sur une vingtaine de dates, avec un taux de remplissage très important de 85 % sur les 513 places de l’auditorium.

Actualités

La réponse du circuit-court à une consommation plus responsable

La période exceptionnelle de deux mois de confinement aura eu pour bienfait de mettre en avant la filière du circuit-court. Quelles que soient les raisons : éviter la proximité et les files d’attente des grandes surfaces, l’envie et le temps de cuisiner et manger de bons produits, la volonté de soutenir les petits producteurs locaux… le circuit-court est apparu comme une réponse ou une alternative pour consommer différemment.

Le Vase Communicant

Publié

le

ALLIANZ – Parution 2

A la Ferme de Léchelle,  le moulin tourne à fond

De l’étonnement de tous, le confinement a notamment eu pour conséquence de vider les rayons de farine. A la Ferme de l’Echelle à Berzy-le-Sec, Camille et Gaëtan Vecten en ont ressenti le double effet. Producteurs – entres autres – de farine « à l’ancienne » issue à 100 % de leur exploitation, ils ont vu leur clientèle doubler :

« La demande est énorme, admet tout simplement Gaëtan. Nous avons bénéficié du fait que nous sommes peu nombreux à produire de la farine, reconnaît-il, à cela il faut ajouter que durant cette période les gens ont eu besoin d’aller vers la campagne, de prendre le temps, mais aussi la volonté de retrouver des produits sains. »

Au contact de ses nouveaux clients, Gaëtan a en effet perçu une prise de conscience : « A la fois une envie de produits durables et une recherche de sens, en opposition à la maladie violente qui a obligé au confinement. Consommer en circuit-court, c’est aussi une assimilation de valeurs par rapport à l’achat de produits qui viennent de l’autre bout du monde, cela ne veut rien dire. »

De cet enthousiasme vers une autre forme de consommation, le producteur de la Ferme de Léchelle espère des prémices de beaucoup de choses, au-delà même d’une alimentation et d’une agriculture plus responsables : « Cette dynamique peut créer un nouvel élan dans les villages qui pourraient retrouver des activités sociales et solidaires. Il faudrait évidemment que les gens ne reprennent pas leurs anciennes habitudes et reviennent chez leurs petits producteurs locaux. »

Dans ce contexte, Gaëtan Vecten imagine que la filière se développe : « Il manque de produits différents pour faire avancer le système. De nouveaux producteurs pourraient se lancer, mais il faut obligatoirement qu’ils soient passionnés par leurs produits, c’est la condition sinequanone pour partager des valeurs humaines et sociales avec le public qui apprécie cette démarche. ».

Gaëtan Vecten a fait tourner son moulin plus que jamais pour répondre à la demande en farine « à l’ancienne ».

Boucherie Hamby : le système artisanal gagnant

Pour le boucher soissonnais Jean-Pierre Hamby : « Le circuit-court, c’est ce que je fais depuis 30 ans. Je travaille avec les mêmes éleveurs locaux, puis la vente se fait localement au magasin, en camion ambulant et sur les marchés. » Avec ce système artisanal, la crise sanitaire n’aura pas engendré de crise économique chez lui. Bien au contraire, ses ventes ont augmenté de 30 à 40 % : « Nous n’avons jamais vu autant de clients au magasin le samedi, à tel point qu’on ne peut plus faire le marché de Soissons en ce moment, témoigne Jean-Pierre Hamby. Avec les règles de distanciation, les gens attendaient à l’extérieur mais toujours très respectueux les uns des autres. Les deux camions qui circulent tous les jours dans les villages ont également été pris d’assaut. Les gens ont vu l’utilité des commerçants ambulants en cette période. »

La boucherie artisanale connaît donc un regain d’activité. Se poursuivra-t-il sur la durée ? « Je ne sais pas comment cela évoluera, confie Jean-Pierre, mais l’activité reste la même depuis le début du déconfinement. Cela nous permet même d’embaucher une personne supplémentaire. J’en profite pour remercier les gens qui nous font confiance, j’espère que nous réussirons à les satisfaire plus longtemps. Une chose est sûre, nous continuerons à les servir avec rigueur, et toujours en faisant le choix de la qualité. »

Jean-Pierre Hamby connaît un regain d’activité dans sa boucherie à Soissons.

Brasserie Grizdal : « Se réinventer pour s’adapter »

Renaud Douy et sa micro-brasserie Grizdal sont l’exemple type du circuit-court. Depuis son ouverture en juillet 2018, en production et vente directe à Ciry-Salsogne, Renaud affiche sa volonté de présenter une bière « indépendante et familiale, brassée dans le coin, pour être bue dans le coin et la trouver surtout dans le coin ».

Depuis la période de confinement, il a dû s’adapter à la situation, « plutôt tendue » pour sa part, confie-t-il. Une première raison explique cela : une partie de son activité dépend des bars dont l’autorisation d’ouverture n’est toujours pas accordée jusqu’ici. Lui-même s’est interdit d’ouvrir son côté vente directe producteur. Renaud le justifie par le « besoin de faire goûter mon produit au consommateur ». Autre manque à gagner encore plus impactant : les annulations successives de tous les événements et festivals locaux qui lui permettent de tenir durant la période creuse de l’hiver.

Pour contrecarrer une partie des pertes de chiffre d’affaires, le brasseur a alors mis en place un système de livraison à domicile dans un rayon de 30 km autour de Ciry-Salsogne. Mais Renaud Douy a aussi fait marcher la filière ultra-locale et s’est rapproché de plusieurs boutiques de producteurs et maraîchers locaux pour y proposer sa bière Grizdal : « Un réseau d’entraide s’est organisé entre petits producteurs. On se sert les coudes et cela fonctionne. S’il y a un côté positif à retirer de cette crise sanitaire et de fait économique, ce sont ces partenariats qui se sont créés. En étant dans l’obligation de s’adapter et de se réinventer, nous voyons que le travail en local est possible. » Le brasseur de Ciry-Salsogne se réjouit de voir qu’il existe une alternative à la production industrielle, « à condition toutefois, souligne-t-il, que dans l’après-confinement les consommateurs ne nous oublient pas… »

S’il a arrêté sa vente directe producteur à Ciry-Salsogne pendant le confinement, Renaud Douy a mis en place des livraisons à domicile.

#TousAvecNosArtisans

La Chambre des métiers et de l’artisanat des Hauts-de-France lance l’opération #TousAvecNosArtisans pour inciter les consommateurs à continuer à se rendre chez leurs artisans locaux.

Le coronavirus et le confinement auront eu donc l’utilité de mettre en avant l’artisanat local. Des boulangers, aux traiteurs, ambulanciers jusqu’aux plombiers, les artisans se sont en effet retrouvés en première ligne pour que chacun bénéficie de leurs produits et services indispensables. L’idée du « consommer local » est passée d’une possible aspiration à une véritable nécessité.

C’est cette pratique de consommation que la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) veut continuer à défendre : « Avec le déconfinement, nous souhaitons que les habitants des Hauts-de-France qui se sont tournés vers leurs commerces de proximité ne perdent pas cette habitude, cela fait vivre les villes et les villages de la région, l’économie de proximité. »

La CMA des Hauts-de-France rappelle en effet le rôle important que jouent les artisans dans le tissu économique régional : ils représentent 90 000 entreprises pour 160 000 emplois. La CMA précise : « L’artisanat sera un vecteur fort de la reprise économique. »

Elle lance alors l’opération #TousAvecNosArtisans pour inciter le public à se déplacer chez leurs artisans. La campagne de communication vise donc à soutenir l’artisanat local de façon numérique ou réelle. Elle s’adresse tout autant aux consommateurs qu’aux artisans eux-mêmes pour partager l’action sur les réseaux sociaux avec le hashtag #TousAvecNosArtisans, arborer le logo (voir l’illustration), afficher le sticker Tous Avec Nos Artisans disponible dans les antennes CMA, et bien sûr se rendre chez son artisan de proximité.

PRINK – Mai 2020

Continuer la lecture

Actualités

Le Fort de Condé est déconfiné

Le Fort de Condé est le premier monument historique du Soissonnais, avec la cathédrale de Soissons, à rouvrir ses portes au public. Depuis le 20 mai, l’accueil a été organisé pour respecter les mesures d’hygiène contre la propagation du covid-19, c’est aussi l’occasion de découvrir les nouveautés aménagées pour la saison touristique à venir, saison qui s’annonce bien sûr inhabituelle.

Le Vase Communicant

Publié

le

ALLIANZ – Parution 2

Situé au cœur de la nature sur les hauteurs de Chivres-Val, à proximité du Chemin des Dames, le Fort de Condé est tout simplement un joyau de l’histoire et du patrimoine soissonnais : « L’architecture du bâtiment de 5 hectares, représentative d’un système de défense de la fin du 19e siècle sur un parc de 12 hectares, surprend autant l’amateur d’histoire que le promeneur en quête d’un havre de paix », confirme Bénédicte Doyen, la responsable du service tourisme de la communauté de communes du Val de l’Aisne (CCVA) qui gère le fort et son activité.

Ouvrir un tel édifice et le mettre à disposition des visiteurs, « c’est comme rendre un service public à la population », considère Bénédicte. C’est pourquoi elle-même et la CCVA ont reçu avec bonheur l’autorisation du préfet de rouvrir le site à partir du 20 mai.

Encore fallait-il apporter les garanties de pouvoir accueillir les visiteurs dans le respect des mesures sanitaires actuelles ? « D’une part, la superficie et la configuration du fort légitiment une visite tout en gardant la distanciation sociale, souligne Thierry Routier, le vice-président en charge du développement touristique à la CCVA. D’autre part, l’accueil a été repensé pour se conformer aux règles hygiéniques. »

L’aménagement le plus impressionnant pour lancer la saison touristique : une structure qui couvre toute la place pour abriter les spectacles. Un style contemporain a été choisi pour refléter la verrière refaite à proximité il y a une dizaine d’années. Au fond, le mur en pierre de taille a également été rénové.

Des nouveautés pour lancer la saison

Le Fort de Condé est donc prêt à débuter sa saison touristique. Avec elle, ses nouveaux aménagements, à commencer par la mise en place d’audio-guides : « Ils viennent à point puisque les visites guidées en groupes sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, continue Bénédicte Doyen. Avec les audio-guides, nous sommes en totale adéquation avec les mesures sanitaires : ils sont désinfectés après chaque usage et ils permettent des visites individuelles à toutes heures. »

Autre nouveauté, et de taille : la réalisation d’une imposante structure qui couvre toute la place centrale du fort. Les événements et les plus gros spectacles sont en effet organisés sur cette place. Ils étaient jusqu’ici soumis aux caprices de la météo et susceptibles d’être annulés, ils seront désormais abrités qu’il pleuve ou qu’il vente.

Juste avant la réouverture du 20 mai, le personnel du service technique de la CCVA installe l’exposition hommage à Jacky Portail visible jusqu’au 23 août.

Bien sûr, en cette période exceptionnelle de post-confinement, tout le programme d’animations et d’événements est chamboulé. Bénédicte Doyen et Thierry Routier gardent toutefois l’espoir de présenter le spectacle de la fin août qui pour sa part est toujours maintenu. Ils s’attendent malgré tout à voir la fréquentation fortement diminuer : « Durant la saison de mi-avril à mi-novembre habituellement, le Fort de Condé attire 10 000 à 12 000 personnes, dont la moitié viennent pour les événements inscrits au programme. Le record ayant été établi il y a deux ans avec
15 000 visiteurs. Mais cette année, nous n’aurons pas les touristes étrangers et l’interdiction de déplacement à plus de 100 km limite encore plus le nombre de visiteurs, notamment les passionnés de la Grande Guerre. »

Ils comptent alors plus que jamais sur la population locale pour venir découvrir ou redécouvrir ce monument de l’histoire soissonnaise et française : « Le Fort de Condé est un pôle dynamique qui contribue à l’effort de mémoire, de sauvegarde et de mise en valeur de notre patrimoine, argumentent-ils. Et avec son aire de jeu et de pique-nique, son arboretum, sa proximité immédiate avec les parcours de randonnée et ses jeux de piste, le fort est aussi le lieu idéal pour les sorties en famille. »

Et s’il fallait convaincre définitivement le visiteur local : « Ce magnifique site au cœur de la nature a de quoi vous faire passer un agréable moment et bien mérité après ces temps de confinement. »

Autre aménagement pour la réouverture : un parking végétalisé de 120 places supplémentaires.
PRINK – Mai 2020

Continuer la lecture

Actualités

L’indemnisation du chômage partiel à partir du 1er juin

Le ministère du Travail annonce que la prise en charge des indemnités pour le chômage partiel évolue à partir du 1er juin : pour le salarié rien ne change, mais l’indemnisation baisse pour l’employeur.

Le Vase Communicant

Publié

le

ALLIANZ – Parution 2

Depuis le début de la crise sanitaire, l’Etat et l’Unédic prennent en charge les indemnités versés aux salariés mis au chômage partiel. Avec le déconfinement, l’activité économique reprend progressivement dans la majeure partie des secteurs d’activité et le ministère du Travail présente l’évolution des conditions d’indemnisation à partir du 1er juin :

– L’indemnité versée au salarié est inchangée : il perçoit 70 % de sa rémunération brute pendant son chômage partiel (environ 84% du salaire net), et au minimum le SMIC net.

– La prise en charge de cette indemnité par l’Etat et l’Unédic sera en revanche de 85 % de l’indemnité versée au salarié, dans la limite (inchangée) de 4,5 SMIC. Les entreprises seront ainsi remboursées de 60% du salaire brut, au lieu de 70% précédemment.

– Les secteurs qui font l’objet de restrictions législatives ou réglementaires particulières continueront quant à eux à bénéficier d’une prise en charge à 100%.

Le ministère du Travail justifie que cette évolution de la prise en charge de l’activité partielle « permet d’encourager la reprise d’activité dans les secteurs qui ne subissent plus de contraintes à la reprise, tout en préservant les secteurs qui demeurent fermés ou très impactés par les mesures sanitaires, et en garantissant le même niveau d’indemnisation pour les salariés. »

Des contrôles renforcés

Le ministère du Travail a également demandé aux Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) de mettre en œuvre un plan de contrôle sur leurs territoires. Elles devront avant tout distinguer les entreprises qui de bonne foi ont fait des erreurs dans leurs demandes d’indemnisation, et celles qui ont sciemment fraudé. Les Direccte ont d’ailleurs reçu la consigne de traiter rapidement et systématiquement tout signalement transmis par les salariés, les organisations syndicales ou les CSE :

– Pour les entreprises qui ont fait des erreurs : « Un dialogue sera engagé avec l’entreprise, conformément au principe du droit à l’erreur, en vue d’une régularisation à l’amiable. La situation financière de l’entreprise sera prise en compte dans les modalités de remboursement des sommes dues, et des solutions d’accompagnement pourront être proposées. »

– Pour les entreprises dont l’infraction intentionnelle a été constatée : « Des sanctions pénales (jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amendes) et administratives (remboursement des aides et exclusion du bénéfice des aides jusqu’à 5 ans) pourront être prononcées à l’encontre de l’entreprise et/ou du responsable. Parmi les principales fraudes qui seraient identifiées par l’administration, figurent la mise en activité partielle de salariés auxquels il est demandé parallèlement de télétravailler, ou des demandes de remboursement intentionnellement majorées par rapport au montant des salaires effectivement payés. »

PRINK – Mai 2020

Continuer la lecture
P U B L I C I T É
JEROME TROUVE – Hypnose
FERME DE LECHELLE – Vente à la ferme

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase