Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Coronavirus : les médecins soissonnais tirent la sonnette d’alarme

Un collectif de médecins de Soissons et ses alentours s’est formé pour surmonter la crise du covid-19 et s’inquiète fortement de la propagation du coronavirus.

Le Vase Communicant

Publié

le

Les professionnels de santé définissent la situation comme alarmante. Avant tout, ils s’adressent à la population pour demander à tous :

  1. De respecter scrupuleusement les consignes de confinement.

  2. De contacter votre médecin uniquement en cas de signe inquiétant (essoufflement, fièvre supérieure à 39°C persistant plus de 3 jours).

  3. De contacter le 15 uniquement en cas d’urgence vitale (sensation d’étouffement, difficulté à terminer ses phrases, malaises, oppression).

NUMISAISNE – Correspondance – 04-2020

Pour faire face à la crise du covid-19, les médecins – libéraux comme hospitaliers – communiquent beaucoup entre eux, notamment via l’application WhatsApp. Sur le territoire soissonnais, une centaine de professionnels s’est ainsi entendue pour faire passer ses messages :

« Nous vous prions de ne pas vous rendre physiquement aux cabinets de consultation, laboratoires ou centres d’imagerie sans prise de contact téléphonique préalable, demandent-ils. Prière également de ne pas vous rendre directement aux urgences et de contacter le centre 15 qui vous orientera. Il est très important de ne pas mélanger les malades Covid avec les autres urgences ! »

Les médecins s’inquiètent en effet du nombre de patients qui se déplacent dans les cabinets. Le docteur Aude Lenormand, généraliste à Vic-sur-Aisne et Soissons, témoigne par exemple que « des gens viennent avec le nez qui coule mais il ne faut plus avoir cette démarche. Si tant est qu’ils soient infectés par le coronavirus, c’est à ce moment qu’ils sont le plus contaminants, c’est donc une question de santé publique et collective que de rester chez soi. »

L’ensemble du collectif soissonnais précise : « Nous savons que cette crise est génératrice d’angoisses, cependant pour la majorité des malades, le Covid-19 se limitera à un rhume ou un état grippal, la prise de paracétamol en cas de fièvre mal supportée suffira. La toux peut persister plusieurs semaines, le mal de gorge est habituel, et la fièvre n’est pas un signe inquiétant sauf si prolongée ou très élevée. » Ils ajoutent cependant : « Les patients fragiles, en affection de longue durée ou prenant un traitement au long cours, qui présenteraient des symptômes inhabituels sont invités à contacter leur médecin traitant. »

Le docteur Aude Lenormand, médecin à Vic-sur-Aisne et Soissons, développe les téléconsultations pour ne pas submerger son cabinet.

Comme ses collègues, le docteur Lenormand veut rappeler les consignes de confinement à suivre pour ne pas submerger les cabinets médicaux et les hôpitaux. Et cela d’autant plus que selon elle : « Nous suivons le schéma de Mulhouse en décalé, mais du fait que le système hospitalier est délaissé depuis des années, nous sommes incapables d’y faire face ! »

De fait, les professionnels de santé communiquent : « Tout problème non urgent doit donc être différé afin de ne pas encombrer les lignes téléphoniques et donner le maximum de chance aux urgences vitales d’être secourues dans les délais. Votre pharmacien vous renouvellera votre ordonnance habituelle pendant toute la durée du confinement même si votre dernière ordonnance est périmée. Enfin, comme pour toute infection respiratoire, il convient de respecter des mesures barrières afin d’éviter la transmission. Le lavage régulier et soigneux des mains est capital. »

Avec l’espoir que leur message soit entendu par le maximum de personnes, le collectif de médecins soissonnais qui vient tout juste de se constituer espère ainsi limiter la diffusion du coronavirus.

Publireportage

Des légumes bio en vente directe à la ferme

« Vivre confiné mais bien manger », voilà une formule à laquelle Pierre Chabrol apporte une réponse positive aux consommateurs. Un nouvel adage en cette période inédite, mais tout à fait réalisable grâce à la vente directe de produits locaux à la ferme.

Le Vase Communicant

Publié

le

Pierre Chabrol débute sa huitième saison de production de fruits et légumes bio dans sa « Ferme du bercail » à Nampteuil-sous-Muret. Son «job » comme il aime à le présenter : « Nourrir les gens avec des légumes de saison, et toujours avec de la variété dans l’assiette. » Il cultive en effet une quarantaine de légumes différents dans son grand potager, où il développe la biodiversité, travaille à la main, et cela sans produit chimique. Le choix de l’agriculture biologique lui permet donc de proposer des produits sains et frais à la consommation, mais aussi sa contribution – non chiffrable – sur la santé : « Moins d’obésité, moins de problèmes cardio-vasculaires et moins de cancers. »

Pierre Chabrol propose ses légumes de saison et bio au public, deux fois par semaine.
Le point de vente à la Ferme du bercail, dans le respect de toutes les mesures sanitaires.

A la Ferme du bercail, la période de production la plus intense vient de commencer avec l’arrivée du printemps. Mais pour Pierre Chabrol comme pour tout le monde, la phase de confinement bouleverse aussi son activité. En premier lieu, l’annulation des marchés à Soissons le coupe de sa source de revenus principale. La décision prise à ce sujet ne manque d’ailleurs pas de le surprendre : « D’une part, quelques marchés fonctionnement encore quand les autres sont fermés, cela déstabilise les producteurs locaux. D’autre part, peut-on considérer que les grandes surfaces ouvertes dans des lieux confinés soient plus sûres que les marchés en plein air qui respectent aussi les mesures sanitaires ? »

NUMISAISNE – Correspondance – 04-2020

La question est posée, mais quoi qu’il en soit, Pierre Chabrol comme nombre de ses collègues producteurs doivent s’adapter. La Ferme du bercail est ainsi ouverte au public deux jours par semaine, les mercredis et vendredis après-midis, dans le respect là aussi de toutes les mesures sanitaires qui s’imposent. Dans le même temps, Pierre répond également à une urgence : « L’inquiétude des gens à pouvoir manger dans l’immédiat, et bien sûr avec des produits de qualité. » Urgence à laquelle la vente en direct à la ferme offre alors une solution.

Ce lien direct du producteur au consommateur est par ailleurs un autre mode de consommation, plus écologique, plus humain. Pierre Chabrol ne cache pas qu’il verrait « un sens que ce type de consommation entre dans les consciences et se développe à l’avenir ».

Pour l’heure, la Ferme du bercail est ouverte les mercredis et vendredis après-midis à Nampteuil-sous-Muret. Les commandes peuvent être prises à l’avance en contactant Pierre Chabrol par mail : lafermedubercail@gmail.com ou au 06 78 49 93 85 ou via sa page facebook.

Parallèlement, suite à la fermeture du marché, la municipalité de Soissons a contacté les producteurs locaux pour faire un point sur leur situation et leur proposer un soutien. L’une de ces solutions est l’ouverture des boutiques éphémères de la ville. Pierre Chabrol occupera pour sa part le créneau du samedi de 9h à 15h, à la boutique éphémère du 55 rue Saint-Martin. Une ouverture hebdomadaire à partir du 4 avril, et cela tous les samedis jusqu’à la fin de la période de confinement. Comme il le souhaitait, le producteur bio de Nampteuil-sous-Muret peut ainsi proposer ses légumes de saison au public citadin également.

Continuer la lecture

Actualités

GrandSoissons : fin du ramassage des bacs jaunes bientôt suivi par le verre

L’agglomération du Soissonnais était l’un des derniers territoires dont le ramassage des déchets était toujours assuré normalement. Ce ne sera plus le cas à partir de demain, jeudi 26 mars, pour les bacs jaunes (petits cartons, papiers, journaux, plastique…), puis à partir du lundi 30 mars pour le verre.

Le Vase Communicant

Publié

le

A la demande du centre de tri Valor’Aisne qui a suspendu temporairement son fonctionnement pendant le confinement, GrandSoissons Agglomération réorganise en effet le service de ramassage pour laisser la priorité en terme sanitaire au traitement des ordures ménagères (bacs bordeaux) qui pour sa part ne change pas. Il est important de préciser que les déchets ménagers des bacs bordeaux (non recyclables) seront toujours ramassés comme à l’habitude, à savoir une ou deux fois par semaine selon la commune et la localisation dans Soissons.

NUMISAISNE – Correspondance – 04-2020

La suspension du ramassage concerne donc les bacs jaunes à partir du 26 mars et les bacs pour le verre à partir du 30 mars, et cela jusqu’à la fin annoncée du confinement. A l’exception cependant, puisqu’il y en a toujours une, de quelques quartiers d’habitat très dense sur les communes de Soissons, Villeneuve-Saint-Germain, Venizel et Belleu, dont le service sera toujours assuré.

Il est alors demandé aux usagers de stocker leurs emballages chez eux, en vrac, dans leurs bacs/sacs jaunes ou dans des cartons et sacs en papier jusqu’à la reprise du service. Pour rappel également : les déchetteries du territoire sont aussi fermées jusqu’à nouvel ordre.

Continuer la lecture

Actualités

Entrepreneurs : des ateliers pour gérer la crise

BGE Picardie organise des ateliers à distance ouvert à tous les entrepreneurs pour gérer la crise liée au covid-19.

Le Vase Communicant

Publié

le

Pour Sébastien Dottin, le président exécutif de BGE Picardie : « Le contexte sanitaire rend les perspectives économiques et sociales des TPE de nos territoires extrêmement difficiles. De nombreux dirigeants sont aujourd’hui en difficulté et les emplois qu’ils portent menacés. »

BGE Picardie s’engage donc auprès des entrepreneurs en situation difficile dans les trois départements (02, 60, 80), sous forme d’ateliers digitaux, de suivis téléphoniques et de visioconférences. Les collaborateurs de BGE Picardie se mobilisent ainsi pour répondre à toutes les questions et accompagner les dirigeants d’entreprises dans l’évaluation de leurs difficultés immédiates et à moyen terme.

NUMISAISNE – Correspondance – 04-2020

Dans ce cadre, un atelier à distance via l’outil Zoom, ouvert à tous, est mis en place sur le thème « Comment pérenniser son entreprise malgré le covid-19 » : vendredi 27 mars à 14h.

Toutes les semaines, de nouveaux ateliers seront programmés. Toutes les infos de dates et connexions disponibles sur www.bge-picardie.org

Continuer la lecture

Inscription newsletter

P U B L I C I T É
LA MARMITE D’EDDIE – Corporate – 09-2018

Catégories

Facebook

Top du Vase