Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Le vin du Soissonnais à déguster dès 2024

Plusieurs exploitants agricoles se muent en véritables vignerons : ils ont planté leurs premières vignes sur sept parcelles d’un à trois hectares chacune, la première vendange est attendue en septembre 2023 et les premières bouteilles de blanc et rosé du Soissonnais pourront être dégustées début 2024.

Publié

le

La production de vin dans l’Aisne n’existe jusqu’ici qu’avec le Champagne dans le sud du département. Le vin dit « tranquille » – en opposition à l’effervescent – a bien existé autrefois, Saint-Jean-des-Vignes est là pour en témoigner, le phylloxéra l’a cependant éradiqué depuis longtemps. Mais les temps changent, et le climat aussi du reste, c’est là toute la réflexion que des exploitants du Soissonnais ont entamée il y a 4 ans : « L’idée est née lors d’une réunion du syndicat agricole, nous cherchions comment diversifier l’agriculture soissonnaise, témoigne Benoît Davin, lui-même installé à MortefontaineTrois projets concrets en sont sortis : la coopérative du Haricot de Soissons, la location de logements réhabilités dans des corps de ferme pour les étudiants et l’implantation d’un vignoble. »

De l’avis général, cette troisième et dernière idée paraissait « la plus farfelue et la plus difficile à mettre en place techniquement et administrativement », s’amuse Didier Cassemiche, agriculteur à Oigny-en-Valois. Pour autant, huit irréductibles se sont lancés dans l’aventure et ont planté les premières vignes du futur vin soissonnais sur leurs parcelles de Mortefontaine et Oigny-en-Valois, mais aussi à Crouy, Ambrief, Corcy, Parcy-et-Tigny. « Après tout, quelques toutes petites vignes patrimoniales subsistent comme à Septmonts, ajoutent-ils, on sait que l’on peut aussi faire du vin ici. »

Les premiers fruits à Oigny-en-Valois dès novembre dernier après la première plantation d’avril 2020.

« La volonté de sortir du système de producteur de matière première »

Ils se sont alors rassemblés en un groupement informel pour s’entraider, mutualiser leur matériel et bien sûr se former à leur nouvelle activité. Car s’ils n’arrêteront pas leurs cultures habituelles de céréales ou de betteraves, ils sont bien décidés à devenir de véritables vignerons soissonnais : « Nous n’envisageons pas cette diversification comme une seule raison économique, souligne Benoît Davin, nous nous engageons avec passion et avec la volonté de sortir du système de simple producteur de matière première. Nous ne voulons pas être que des producteurs – viticulteurs mais des vignerons en allant jusqu’au produit fini et en allant nous confronter jusqu’au consommateur en leur présentant notre vin. »

Didier Cassemiche appuie : « C’est ce lien avec le consommateur que nous avons perdu et qui crée sûrement le mal-être de l’agriculteur aujourd’hui. Nous voulons en effet proposer un produit d’exception, de qualité, en l’occurrence ici un vin de caractère qui aura l’identité forte de Soissons. C’est aussi dans cette démarche que nous produirons un vin bio. »

La plantation fin avril de 4 500 plants sur 1 hectare à Oigny-en-Valois.

De fait, dans sa résolution de travailler une vigne bio, de caractère et de qualité, le groupement de vignerons soissonnais a choisi de planter des cépages de Souvignier ou Sauvignon gris, de Cabernet cortis et cantor, de Monarch et Muscaris pour des vins blanc et rosé. Si leurs origines sont françaises, ces cépages sont issus de croisements allemands et suisses, « avec des porte-greffes venant des Etats-Unis », précise Justin Delalieu, jeune agriculteur de 23 ans qui pour sa part a planté ses vignes sur un coteau de Crouy. Il ajoute : « Nous avons fait ce choix pour leur grande résistance, particulièrement au mildiou et à l’oïdium. Cette résistance aux maladies nous permettra naturellement d’utiliser moins de traitements appropriés au bio, une reconversion qui sera accordée dans un délai de 3 ans. »

L’apprentissage de trois nouveaux métiers : la viticulture, la vinification, la commercialisation

Les cépages, tous les mêmes sur les sept parcelles, ont été plantés fin avril sur une surface totale d’environ 10 hectares. Dans leur démarche de mutualisation, les agriculteurs du regroupement soissonnais n’ont pas encore décidé s’ils créeront un chai commun ou même une cuvée commune. Le nom du vin ou les noms pour chaque parcelle ne sont pas arrêtés non plus. Une chose est sûre désormais, les premières vendanges auront lieu en septembre 2023 pour les toutes premières vignes plantées en 2020 puis en 2024 pour celles plantées il y a quelques jours. Entre temps, les exploitants devront parfaire leur apprentissage de la viticulture, la vinification et la commercialisation :
« 
Le plus difficile est à venir », admettent-ils, mais l’enthousiasme de l’aventure reste le plus fort, prêts à prendre le risque de l’investissement d’environ 30 000 € par hectare, avant que d’autres cultivateurs picards les rejoignent peut-être dès l’année prochaine : « C’est déjà le cas pour un agriculteur laonnois et nous sommes en contact avec d’autres personnes de Compiègne et Senlis, confie Benoît Davin. Nous envisageons en effet d’intégrer à terme l’IGP Ile-de-France historique, avec une spécificité vin du Soissonnais sur nos étiquettes. » Le pari est lancé : en 2024, on servira un petit blanc ou un petit rosé soissonnais à l’apéro.

Continuer la lecture

Actualités

L’Eté sur les rives de l’Aisne cette année c’est à Pommiers

En 2022, on n’ira pas à Soissons Plage mais à Pommiers Beach. En raison des travaux sur la rive gauche des berges de l’Aisne, les animations de l’Eté sur les rives de l’Aisne sont en effet déplacées cette année à la base nautique de Pommiers.

Publié

le

La rive gauche des berges de l’Aisne, totalement réaménagée de la passerelle des Anglais au pont du Mail, est attendue dans un an exactement. Il n’aura pas échappé aux Soissonnais que les rues de la Résistance et Ernest Ringuier sont en chantier jusqu’au quai, dans la continuité de l’avenue de l’Aisne désormais refaite. Intégrées dans les travaux : les berges autour de la halte-fluviale et les futurs jardins de l’Aisne, face à l’hôtel de ville, en lieu et place des habituelles animations de Soissons Plage et de l’Eté sur les rives de l’Aisne. De fait, impossible d’y organiser ces événements cette année. L’Eté sur les rives de l’Aisne 2022 est ainsi déplacé à la base nautique de Pommiers. La Ville de Soissons avait bien pensé à faire le saut de l’autre côté de la rivière sur le quai Saint-Waast, mais là ce sont les Voies navigables de France qui ont besoin de l’espace pour l’accostage des péniches et des plaisanciers. La rive droite ne sera pas pour autant désertée tout l’été, au contraire, la municipalité a missionné les patrons du Havana pour monter le premier bar — guinguette sur les bords de l’Aisne. De même, une scène a été installée pour les concerts du dimanche auparavant organisés à côté de la halte-fluviale.

Les bénévoles des Voiles du Soissonnais prêts à accueillir le public tout l’été à la base nautique de Pommiers.

Toutes les autres animations de l’Eté sur les rives de l’Aisne se déroulent donc à Pommiers, à l’exception du baby-bassin et du bac à sable qui n’ont pas pu être mis en place faute de surface assez plane. La base nautique de Pommiers était finalement la logique même pour assurer le relais des animations estivales, celle-ci étant le QG des Voiles du Soissonnais, l’association qui organise l’événement depuis des années. Sur place, les bateaux, les pédalos, les canoës et les barques sont déjà à flot pour embarquer les estivants. La base nautique était ouverte tous les week-ends du mois de juin, elle accueille maintenant le public tous les jours de 14h à 18h jusqu’au 4 septembre. Les bénévoles des Voiles du Soissonnais sont pour leur part prêts à faire passer aux visiteurs un bel été sur les rives de l’Aisne, à Pommiers.

Un été sur les rives de l’Aisne : tous les jours de 14h à 18h, à la base nautique de Pommiers jusqu’au 4 septembre. Location de bateau électrique, canoë, pédalo, barque à rames, dragon-boat, balade en vedette fluviale. Renseignements, tarifs et réservations :
06 42 95 27 83 — avsoissonnais@gmail.com
avs-soissonnais.org

Continuer la lecture

Publireportage

MF Master Formations vous forme pour des métiers recherchés

MF Master Formations (Paris) est spécialisé depuis 2011 dans la formation en entreprise, dans le domaine des ressources humaines, du commerce et du social.

Publié

le

MF Master Formations (Paris) est spécialisé depuis 2011 dans la formation en entreprise, dans le domaine des ressources humaines, du commerce et du social. Entretien avec le fondateur Régis Grégoire.

Quelle est la particularité de MF Master Formations pour les entreprises ?

Notre centre de formation d’apprentis (habilité CFA – Centre de Formation d’Apprentis) dispense différentes formations certifiantes (titres professionnels). Nous proposons pour les entreprises : bilan de compétences, formations risques psychosociaux, formations agréées Comité Économique et Social, et comité d’hygiène et de sécurité (CSSCT-CSE). Nos formations se déroulent sur site, en groupe, ou sous forme de modules d’apprentissage seul en e-learning ou en viso/distanciel avec un formateur. Nous disposons de deux salles de formation à Soissons au Parc Gouraud.

Une offre sur-mesure

Nous avons fait le choix de demeurer à taille humaine tout en intervenant pour des groupes prestigieux : Dassault, Bolloré, Barriere, William Saurin, Safran Aerosystems, DS Smith, Bonduelle, Nestlé, Auchan, Lidl, etc… Cela nous permet d’offrir une prestation sur mesure et une grande réactivité. Nos intervenants coachent nos stagiaires et répondent à leurs besoins.

Quelle est votre actualité ?

Le 1er Septembre 2022, nous ouvrons une session Titre Professionnel Conseiller(ère) Commercial(e) et début 2023 nous entamerons une session Titre Professionnel ARH Assitant(e) Ressources Humaines.

Vous avez entre 18 et 29 ans ou vous êtes bénéficiaire d’une RQTH, vous êtes motivé pour vous former au métier de commercial ou dans les ressources humaines, contactez Master Formations : Régis au 06 50 03 95 05.

Quels conseils pouvez-vous donner aux chefs d’entreprises ?

RRecruter par le biais de l’apprentissage représente un réel intérêt pour les entreprises et les jeunes, que vous pouvez former aux particularités de votre entreprise. L’État a d’ailleurs misé sur cette solution pour sortir de la crise avec la reconduction du dispositif «Un jeune, une solution». Nous ne pouvons qu’inciter les salariés à utiliser leur compte personnel de formation (CPF) pour développer ou faire un bilan de leurs compétences.

Quels conseils aux demandeurs d’emploi (DE) ?

Il ne faut pas hésiter à nous contacter pour se former ou se reconvertir. Les DE qui sollicitent une formation qualifiante chez MF Master Formations sont accompagnés dans leur recherche d’entreprise.

MASTER FORMATIONS

Parc Gouraud – Bâtiment «Les Alizés»
8 allée de l’Innovation
02200 SOISSONS

Régis Grégoire : 06 50 03 95 05

Retrouvez le catalogue des formations sur :
www.master-formations.eu

Continuer la lecture

Publireportage

C’est le mois du rangement chez Nation Literie

Un savoir-faire artisanal existe encore à deux pas de chez nous, sur le territoire du Sud de l’Aisne.

Publié

le

Aujourd’hui, Nation Literie présente une gamme de 40 modèles de matelas aux conforts distincts : extra-souple, souple, mi-ferme, ferme et extra-ferme. A la tête de ce fleuron de notre département, Maurice Gamblin adapte le matelas à la morphologie de chacun.

Comment choisir son matelas ?

Nation Literie propose toutes les technologies qui existent sur le marché : matelas ressorts, à lattes, mémoire de forme/HR, Waterbed… « Choisir son matelas, c’est d’abord l’essayer. Le choix du confort d’un matelas est très personnel car chaque personne a sa propre morphologie. vous pouvez choisir deux conforts dans un seul matelas comme par exemple ferme d’un côté et mi-ferme de l’autre. Ne confondez pas “matelas mou“ et “matelas souple“. Un matelas souple, soutient le dos et diminue les points de pression de l’épaule et du bassin quand on dort sur le côté, alors qu’un matelas mou déforme le dos car le bassin s’enfonce trop par rapport aux épaules et aux jambes. »

Comment choisir son sommier ?

Un sommier a toujours l’air en bon état et pourtant, il se fatigue au fil des ans. Il est important de le tester avant de changer le matelas. Pour cela, il faut s’allonger dessus, SANS LE MATELAS :
« Si vous êtes un peu comme dans un hamac, les fessiers plus bas que la tête et les jambes, alors… il est impératif de le changer. Un excellent matelas posé sur un sommier inadapté ou trop ancien ne permettra pas de résoudre la délicate équation du maintien dans la souplesse. »
Nation Literie fabrique pour sa part des sommiers à lattes qui peuvent être fixes ou relevables, dans toutes les dimensions et qui peuvent s’adapter à votre cadre de lit : « Plusieurs choix de finitions sont possibles : tissu, bois, laque. Teintes au choix. »

Le lit coffre en bois massif Nation Literie est unique. Pourquoi ?

• Une structure complétement en bois massif fabriquée dans nos propres ateliers à Coincy l’Abbaye.
• Un sommier unique, en lattes en multiplis de hêtre qui permet de recevoir les matelas les plus confortables.
• Au choix : 5 essences de bois massif ( Pin – Chêne – Hêtre – Frêne – Orme)
• Au choix : Une dizaine de teintes et des laques sur-mesure selon le RAL de votre envie.
• Au choix : Les dimensions (Toutes les largeurs et toutes les longueurs)
• Au choix : La profondeur et donc la capacité de rangement (de 30 à 50 cm voire plus si vous insistez)
• Au choix : Avec tête de lit en bois (design au choix) ou tête de lit moelleuse en tissu (au choix).
• Entièrement démontable, y compris le sommier ! Un lit coffre en 180 X 200 à livrer dans une tour de château, c’est possible.
• Possibilité de système de relevage motorisé permettant de supporter tous les poids de matelas • Possibilité d’associer un système relaxation motorisé.
• Le petit plus : une quincaillerie dessinée et fabriquée pour nous en Picardie.
Et aussi ….une finition naturelle, sans solvant assurant un intérieur sain.
Entièrement démontable, Nation Literie livre et installe ce lit coffre dans toute la France !

NATION LITERIE

1 rue de la haye, Armentières sur Ourcq
(sur D1 entre Château-Thierry et Soissons)

Ouvert de 9h à 13h et 14h à 18h
du mardi au vendredi
de 10h à 13h et 14h à 19h le samedi

03 23 55 01 28

Retrouvez-nous sur :
www.nationliterie.fr

Continuer la lecture

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×