Connectez-vous avec le Vase

Actualités

La Cité internationale de la langue française est ouverte

Après trois années de restauration, le château de Villers-Cotterêts a ouvert ses portes sur la Cité internationale de la langue française, le nouveau foyer du monde francophone qui pourrait devenir l’élément clé (ou clef) du développement de tout un territoire.

Publié

le

Le discours du président Emmanuel Macron et l’inauguration de la Cité internationale ont eu la visibilité d’une matinée de direct sur France 2 © P. Baudrier - CMN.

« Je dois dire que j’ai longtemps attendu ce moment », a confié le président Emmanuel Macron en débutant son discours d’inauguration de la Cité internationale de la langue française, lundi 30 octobre dans la cour du château de Villers-Cotterêts. « Nous retrouver ici, dans ce beau département de l’Aisne, dans ce Valois aux confins de l’Aisne et de l’Oise, pour un enfant de la Picardie comme moi, est une expérience que je n’aurais pas imaginée. » Il faut bien préciser que ce « projet titanesque », comme le qualifie Paul Rondin, le directeur de la Cité internationale, avait été imaginé et lancé il y a 6 ans et demi, non pas par le président Macron, mais par le candidat Macron qu’il était alors en mars 2017. « Certains m’accompagnaient, dit-il en se tournant vers l’ancien député Jacques Krabal. Nous descendions place du docteur Mouflier, face à la statue d’Alexandre Dumas. Première expérience en arrivant dans cette ville : Dumas est né ici. Alexandre Dumas, oui, est né ici avec beaucoup de fierté, lui-même revendiquait d’être né à deux pas de La Ferté-Milon, où Racine avait vu le jour, et de Château-Thierry, où la Fontaine avait grandi (…). Et puis, en parcourant quelques mètres, nous sommes arrivés devant ce château. Il était, en mars 2017, totalement fermé à la ville. On s’en souvient. Claquemuré et poussant la porte, on rentrait dans cette cour qui était totalement délabrée. On ne pouvait pas rentrer. Il menaçait de s’effondrer, patrimoine en péril. Et je prenais alors le soir même à Reims, l’engagement de pouvoir raviver ce lieu, de lui redonner sa force, sa beauté, d’y retrouver l’histoire. »

Pour le territoire de Retz-en-Valois jusqu’au Soissonnais, et même au-delà pour tout le département de l’Aisne, on ne peut que se réjouir qu’un homme politique, quel qu’il soit, tienne sa promesse. Car il s’agit là et avant tout de la restauration d’un trésor patrimonial pour lequel 210 millions d’euros ont été investis : le château Renaissance François 1er, là où a été signée et où est exposée pour trois mois encore l’ordonnance de Villers-Cotterêts qui institua le français comme langue officielle dans tout le royaume.

Débuté en 2020, ce fut le chantier de restauration le plus important de ces dernières années, si l’on excepte la cathédrale Notre-Dame de Paris, celui-ci étant un cas de force majeure après son incendie.

La Cité internationale de la langue française voulue par Emmanuel Macron, c’est la Pyramide du Louvre de François Mitterrand, le Beaubourg de Georges Pompidou, le Quai Branly de Jacques Chirac. A la différence que le grand projet patrimonial des mandats Macron est réalisé en Province et non à Paris. Peut-être est-ce la raison des voix qui s’élèvent contre le projet ? Entendus depuis Paris effectivement :

« Le fait du prince », « Une action éminemment politique de reconquête sur les terres du Rassemblement National », une réflexion ceci dit approuvée par le député RN de la circonscription, Jocelyn Dessigny. L’académicien Jean-Marie Rouart n’hésitera pas à présenter Emmanuel Macron dans une tribune du Figaro comme « le tartuffe de la langue française à Villers-Cotterêts City » pour son usage du « franglais ». Arnault Cohen, rédacteur en chef de l’Union, ira pour sa part de son coup de gueule en relevant dans un édito « le mépris de Paris ». Il écrit : « Sur France Inter, Léa Salamé et ses invités ont ridiculisé la Cité internationale de la langue française, tout en réussissant à se moquer du lieu de son implantation. (…) Dans ce plateau de la Maison de la radio du XVIe arrondissement de Paris, l’heure est plutôt à l’entreprise de démolition et au dénigrement. “ Je n’irai certainement pas, et puis je ne sais pas où est Villers-Cotterêts “, provoque Éric Neuhoff, journaliste et écrivain. Les éclats de rire l’encouragent, le “ musée “ devient “ un machin [qui] ne peut pas faire de mal mais ne servira à rien “, “ une bibliothèque améliorée “, “ un truc pour recaser des ministres déchus, des énarques en manque de préfecture “ ». France Info a cependant trouvé un contre-exemple, celui d’un habitant de Villers-Cotterêts : « Château Macron, on va l’appeler comme ça, dit-il. Une grande majorité des gens de Villers-Cotterêts ne sont pas d’accord avec tout ce qui se passe. On arrive à 210 millions d’euros, c’est ça qui ne passe pas. On aurait pu mettre cet argent ailleurs. »

Mais pour le territoire encore une fois, comment ne pas se réjouir d’un tel potentiel économique, touristique et culturel ? L’investissement est apporté par l’Etat, il semble pourtant que l’Aisne court après son développement depuis bien longtemps.

Le résultat est extraordinaire, le château de Villers-Cotterêts ainsi rénové se situe désormais aux côtés de Pierrefonds, Chantilly ou Compiègne sur la route touristique des châteaux de Picardie. Maintenant placée sur la carte, Villers-Cotterêts devient aussi en tant que Cité internationale de la langue française, la capitale de 327 millions de francophones en 2023 selon la dernière étude de l’ODSEF (l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone). La Cité internationale, c’est le premier parcours de visite permanent sur la langue française (voir l’encadré), mais ce sera également et c’est déjà un lieu culturel de résidences, de formation et d’apprentissage, un pôle de création, un laboratoire d’innovation pédagogique, une scène artistique ambitieuse. Une Cité, qui plus est située au pied de la grande forêt de Retz, tout juste labellisée « Forêt d’exception ».

Voilà qui pourrait contrebalancer les discours sur le plateau de Léa Salamé, tout autant que celui de Jean-Marie Rouart qui voit lui aussi un projet de « muséification » de la langue française. Emmanuel Macron a d’ailleurs répondu à l’académicien en personne dans son discours : « Projet de tartuffe, la langue ne se met pas dans un musée, disent les uns. Ça tombe bien, c’est une cité. Il y a des bouderies à l’Académie, mais la crème de la crème est là », en notifiant implicitement la présence d’Amin Maalouf, secrétaire perpétuel de l’Académie Française, et d’autres membres de l’Académie. Il ajoutait : « La langue française est la plus belle détermination que ces divisions ne valent rien. Elle en est la preuve. Elle est une volonté. C’est pourquoi Villers-Cotterêts en sera désormais un des centres à partir d’aujourd’hui et plus particulièrement à l’automne 2024, comme le cœur battant du Sommet international de la Francophonie. »

Pour l’heure, la Cité internationale de la langue française a désormais ouvert ses portes au château de Villers-Cotterêts. 200 000 visiteurs par an sont attendus, ce n’est pas pour rien que sa gestion a été confiée au Centre des monuments nationaux, le premier opérateur public, culturel et touristique qui gère des sites comme le Mont-Saint-Michel ou l’Arc de triomphe et des millions de visiteurs. La Cité d’Alexandre Dumas peut maintenant accueillir les amoureux de la langue française, langue plus que jamais vivante.

La visite est terminée, mais Yann Hégo considère que d’autres rendez-vous pourraient être pris à des tournants importants du chantier. Nous redescendons dans l’ascenseur grinçant et atterrissons, avec le sentiment d’avoir survolé à pied ce monument qui est au cœur de la ville, voire est son cœur.

Entrées à réserver sur www.cite-langue-francaise.fr – onglet billetterie.
Plein tarif : 9 € – Gratuit pour les moins de 26 ans.

Dans le parcours de visite permanent, Xavier North présente ici aux journalistes la salle du « défi de la pluralité » où les visiteurs peuvent entendre 72 langues régionales grâce à des luminaires sonores qui s’éclairent et diffusent le son d’une langue, pendant que son lieu géographique s’éclaire sur une carte monumentale © P. Baudrier - CMN.

Le parcours de visite permanent sur la langue française

La Cité internationale abrite la première exposition permanente entièrement dédiée à la langue française. Xavier North, le commissaire scientifique principal du parcours, en a assuré la visite au président Emmanuel Macron lors de l’inauguration.

Ce parcours se situe au premier étage du logis royal, il est constitué de quinze salles et d’une salle d’introduction sur le château et le territoire. L’ascension de l’escalier du Roi et la découverte de ses décors sculptés de la Renaissance permettent au visiteur de découvrir cette salle « Un château, un territoire », en accès libre et gratuit. Le Centre des monuments nationaux explique : « L’histoire et l’architecture du château se dévoilent à travers une grande fresque chronologique, une maquette tactile et une projection monumentale qui retrace les évolutions du domaine. Dans de courts entretiens filmés, plusieurs habitants de Villers-Cotterêts témoignent de leur attachement au château, à son parc et à la forêt de Retz. Véritable terre d’écrivains, Villers-Cotterêts et sa région entretiennent un rapport de longue date à la langue française. Un dispositif interactif permet aux visiteurs de se plonger dans la vie, l’œuvre et l’univers de plusieurs écrivains célèbres de la région. »

Parmi les salles du spectaculaire parcours, celle de la « bibliothèque magique » met en relief l’expression écrite : « Ses faces extérieures abritent plusieurs milliers d’ouvrages écrits en français, de tous les continents, de toutes les époques et de tous les genres (roman, poésie, essais, bande-dessinée, littérature jeunesse…). À l’intérieur, un dispositif immersif permet une expérience inédite : les visiteurs sont invités à répondre à une série de questions et repartent avec une recommandation de lecture toute personnelle grâce à une intelligence artificielle. »

Le visiteur termine sa visite dans la chapelle royale et dans la contemplation de son somptueux décor sculpté influencé par l’Italie : « Il peut feuilleter virtuellement quelques ouvrages de la bibliothèque de François Ier avant de rejoindre, par l’escalier de la Reine, la cour du Jeu de paume et son ciel lexical. »

Continuer la lecture

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×