Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Le Tennis Club de Soissons a 100 ans

Le 25 novembre à la Maison des Associations, le Tennis Club de Soissons tient son assemblée générale pratiquement un siècle jour pour jour après sa création.

Publié

le

Le 25 novembre à la Maison des Associations, le Tennis Club de Soissons tient son assemblée générale pratiquement un siècle jour pour jour après sa création.

Soissons le 14 décembre 1923
Le sous-préfet de Soissons
à Mr le maire de Soissons
J’ai l’honneur de vous adresser sous ce pli, récépissé, d’une déclaration par laquelle Mr Brassens Louis, représentant, domicilié à Soissons 18 place Saint-Christophe, me fait connaître la constitution d’une société sous le nom de « Tennis-Club de Soissons », le but, les noms et prénoms des membres du conseil d’administration.
Le sous-préfet

Par cette lettre adressée au maire de Soissons en 1923, Fernand Marquigny, la sous-préfecture actait officiellement la naissance du Tennis Club de Soissons. La pratique du tennis à Soissons n’a cependant pas débuté avec la création du club, il existait déjà un Tennis Club Amateurs de Soissons, comme en témoigne cette lettre de mai 1913 de M. Loncle demandant au maire, alors Victor Becker, d’occuper le terrain appelé « ancien jeu de paume » déjà situé sur les actuels terrains de tennis du parc Saint-Crépin (voir lettre ci-dessous).

En réponse, le 29 mai 1913, le maire Victor Becker écrivait à M. Loncle :

J’ai l’honneur de vous informer que je vous donne l’autorisation d’occuper le terrain de l’ancien jeu de paume pour l’année 1913, moyennant un paiement d’une redevance de un franc.

Quelques années plus tard, la Première Guerre mondiale ayant tout renversé, un Soissonnais propose dans le journal l’Argus du 29 février 1920 de fonder une association de tennis pour apporter « une belle distraction aux trop nombreux désœuvrés du dimanche », disait-il.

A noter qu’il parle d’une association de « lawn-tennis ». Le lawn-tennis, littéralement « tennis sur gazon », est le nom anglais originel du sport.
Il est resté longtemps employé en France, surtout à la Belle Epoque, en désignant finalement le tennis sur n’importe quelle surface. Le mot est ensuite tombé en désuétude mais la fédé a tout de même porté le nom de Fédération française de lawn-tennis jusqu’en 1976.

Quoi qu’il en soit, cette volonté affichée de se rassembler pour jouer au « lawn-tennis » a abouti à la création du Tennis Club de Soissons en 1923. Encore fallait-il lui trouver un terrain de jeu ? Pas besoin d’aller chercher très loin, le parc Saint-Crépin, transformé alors en stade municipal après avoir été dévasté par la guerre (voir l’encadré p. 18), était et restera le lieu privilégié du tennis dans la cité du Vase. Le club en fit la demande auprès du maire Fernand Marquigny.

Le compte-rendu du conseil municipal du 10 janvier 1924 (ci-dessous) confirme la concession des courts de tennis au TC Soissons : « La ville de Soissons décide que sur les six courts de tennis projetés dans la partie du parc municipal de Saint-Crépin (…) quatre de ces courts seront réservés à la société “ Tennis Club de Soissons “ qui en aura la jouissance exclusive pendant une période de vingt années expirant le 31 décembre 1944. »

Un article paru le 29 juin 1924 dans l’Argus fait le compte-rendu de l’inauguration des courts :

La fête d’inauguration des courts du Tennis Club de Soissons, situés au stade Saint-Crépin, a eu lieu le 22 juin par un temps splendide devant une sympathique assistance parmi laquelle on remarquait MM. Muzart, conseiller d’arrondissement ; Bague, adjoint au maire ; Cluzelaud, Georges Deviolaine et Grouzelle, conseillers municipaux ; Cornu-Langy, président du Syndicat d’Initiative de Tourisme ; Fossé d’Arcosse, vice-président ; Depondt, architecte, etc, etc.

Au vin d’honneur, M. Brassens, le dévoué président, prononça les paroles suivantes qui furent vigoureusement applaudies : « Si cette occasion n’était pas venue, il aurait fallu la faire naître. C’est qu’en effet nous avons contracté une grosse dette de reconnaissance envers tous ceux qui nous ont facilité notre tâche, qui nous ont déblayé le chemin qui menait au but. (…) La tâche des fondateurs est finie, la vôtre commence, mes chers camarades ! Venez souvent et nombreux, venez mesdemoiselles, mesdames, égayer nos courts de vos étoffes éclatantes, de vos gazouillements, de votre charme et de vos sourires. »

La jouissance des terrains de Saint-Crépin a depuis été reconduite tous les 20 ans par les différents conseils municipaux jusqu’à aujourd’hui.

Pour lire la suite de l’article : Télécharger le Vase Communicant N°366

Continuer la lecture

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×