Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Sur les échafaudages de la cathédrale : tutoyer les hauteurs

Depuis l’automne 2021, une immense tente translucide cachait les hauteurs de la cathédrale de Soissons. Alors que l’immense échafaudage sur son chevet, côté place Marquigny, vient d’être démonté, les Journées Nationales de l’Architecture ont permis à des Soissonnais de passer derrière et découvrir ce qu’il s’y cachait.

Publié

le

Derrière une immense bâche depuis 2 ans, le chevet de la cathédrale de Soissons s’offre à nouveau à la vue de tous. L’occasion a été donnée de monter une dernière fois sur le haut des échafaudages et voir ce qu’il s’y cachait.

Une restauration de trois ans et de 9,5 M€ est en cours, et nous étions invités à venir voir « les parties hautes » à l’occasion des Journées Nationales de l’Architecture du 13 au 15 octobre. Mais comment ? Eh bien, mettre un casque de sécurité et attendre en bas de la forêt d’échafaudages. Une douzaine de curieux devait prendre le grand ascenseur de chantier pour chaque visite. Yann Hégo, ingénieur du patrimoine à la DRAC Hauts-de-France, accompagne le groupe. Il fera preuve d’une connaissance profonde et détaillée du projet, que ce soit la complexité des échafaudages ou le détail du traitement des vitraux et sculptures extérieures. Le projet fait appel à 20 métiers d’art, pratiqués par 60 à 120 personnes selon le déroulement des travaux.

L’ascenseur se met à monter lentement et bruyamment, comme un monte-charge, jusqu’au 3e niveau. C’est impressionnant : de chaque côté le paysage urbain s’éloigne et s’étend. Nous sortons avec précaution sur le palier, recouvert de tôles antidérapantes qui bougent sous les pieds. Il n’y a pas de danger, mais il est aventureux d’entrer sur un tel chantier. Il faut faire attention aux traverses basses signalées par des bandes noires et jaunes. Nous sommes au niveau de la large corniche des murs de la nef, décorée par de petites sculptures. Le haut de la tour sud-est visible juste au-dessus. Nous tutoyons les hauteurs de notre cathédrale.

Vue du haut des échafaudages au-dessus du chevet de la cathédrale, avec une partie du cinéma à gauche, issue du site my. virtualplanadvantage.

Des gargouilles nous regardent avec les yeux de bêtes fantastiques. Ont-elles 800 ans ? « 100 » répond Yann Hégo « elles datent de la reconstruction après 1918. » Elles recevront seulement une goulotte en plomb pour l’écoulement, car le choix a été fait de préserver l’histoire qui a laissé ses traces sur la structure, même des impacts de balles sur la pierre. Les sculptures sont traitées par laser, sablage ou silicones, un millimètre à la fois.

Nous montons au 4e niveau par une dizaine de marches métalliques et un demi-palier, avec une légère sensation d’avancer vers le vide, pour atteindre les combles de la cathédrale. Les gros chevrons nus en enfilade sont soutenus par des arbalétriers comme d’immenses cadres de parapluie. A l’ouest, une charpente en béton, datant des années 20, a été testée et trouvée saine. Ailleurs, tout bois défectueux est remplacé, ou réparé par de savants assemblages et greffes. Un chevron défiguré par une longue déchirure superficielle, trace de l’impact d’un obus, sera préservé. La charpente sera recouverte d’ardoises importées d’Espagne, car il n’y plus que de petites ardoiseries en France, mais la plupart des matériaux de construction reste locale.

Yann Hégo, ingénieur du patrimoine.

La visite est terminée, mais Yann Hégo considère que d’autres rendez-vous pourraient être pris à des tournants importants du chantier. Nous redescendons dans l’ascenseur grinçant et atterrissons, avec le sentiment d’avoir survolé à pied ce monument qui est au cœur de la ville, voire est son cœur.

La cathédrale gothique méconnue

La présente opération marque un grand effort de rénovation de la cathédrale, après une période où elle semblait passer sous le radar. Elle concerne la remise en état des charpentes et couvertures des toitures hautes de la nef et du chœur, et des pierres qui l’encadrent. Un Plan de Relance gouvernemental a permis d’élargir le périmètre des travaux pour inclure les vitraux des baies hautes de la nef et du chœur et la mise en sécurité incendie des grands combles.

La cathédrale de Soissons appartient aux grandes cathédrales gothiques d’Ile-de-France et de Picardie, mais elle reste moins connue que d’autres, en raison de la perte du décor des trois portails de sa façade occidentale et de l’inachèvement de la tour nord, lui donnant un aspect austère qui ne reflète pas les intentions initiales.

Visites virtuelles du chantier

Il est possible de faire un retour immersif au cœur de la restauration de la cathédrale grâce à des visites virtuelles du chantier impressionnantes et très bien documentées.

Rénovation de la charpente
https://my.virtualplanadvantage.com/tour/renovation-de-la-charpente1

Rénovation des chapiteaux
https://my.virtualplanadvantage.com/tour/renovation-des-chapiteaux

Rénovation de la balustrade
https://my.virtualplanadvantage.com/tour/renovation-balustrade

Continuer la lecture

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×