Connectez-vous avec le Vase

Actualités

Soissons et GrandSoissons défavorables aux éoliennes de Selens-Vezaponin et Crouy-Cuffies

A l’heure des enquêtes publiques sur les parcs éoliens sur Selens-Vezaponin et Crouy-Cuffies, les élus du conseil municipal de Soissons et du conseil communautaire de GrandSoissons Agglomération se positionnent en même temps contre les deux projets.

Publié

le

A 13 km au nord-ouest du centre-ville de Soissons, la SAS Parc éolien de Selens-Vézaponin demande l’autorisation d’exploiter un parc de 6 éoliennes de 164 m de hauteur en bout de pâle, d’une puissance totale maximale de 22,05 MW et de deux postes de livraison. Dans le même temps à Crouy et Cuffies, la société Innovent projette l’implantation de 4 éoliennes de 158 m de hauteur en bout de pâle, d’une puissance totale de 12 MW et d’un poste de livraison. Ce programme s’ajoute aux 4 éoliennes déjà existantes à Leury.

L’avis défavorable de la municipalité de Soissons comme de l’Agglo ne fait que confirmer leur position déjà prise auparavant contre l’éolien, avec le vœu d’instituer un périmètre de sauvegarde de 20 km autour de Soissons. Les élus rappellent alors l’impact selon eux sur les projets économiques du Soissonnais, à commencer par la proximité du futur aérodrome de Vauxrezis, mais aussi sur la biodiversité, le paysage et le patrimoine.

En terme d’impact sur le territoire et notamment sur son patrimoine, une autre structure s’associe à l’action des deux collectivités et milite activement contre l’éolien : l’A3PES, l’Association pour la Promotion et la Préservation des Paysages et de l’Environnement du Soissonnais. La présidente Régine le Courtois-Nivart observe notamment que « le parc éolien de Selens-Vézaponin sera visible depuis le château médiéval de Coucy ou de la tour du Général Mangin. Tout comme le projet de Crouy-Cuffies, il sera en co-visibilité avec le patrimoine de Soissons, sans compter la proximité de zones inondables. » Elle ajoute : « Si un seul projet voit le jour sur ce secteur, c’est rapidement une quarantaine d’éoliennes qui vont s’y implanter en comptant les différents projets cumulés que sont Tartiers, Epagny, Leuilly-sous-Coucy, Ambleny, Pernant, Autrêches… Une fois la porte ouverte, c’est toute la basse vallée de l’Aisne qui sera à son tour envahie. »

Les périmètres de protection et de vigilance du patrimoine architectural prévus par le Schéma Régional Eolien de Picardie.

Le maire de Cuffies seul et contre tous

A GrandSoissons Agglomération, le vice-président à l’aménagement du territoire, Philippe Montaron, met même en doute l’intérêt énergétique des projets comme Selens-Vézaponin : « Le dossier présenté précise que ce projet contribuera de manière significative aux objectifs 2020 fixés par le Schéma Régional Climat Air Energie de l’ancienne Picardie, à savoir 2 800 MW éoliens installés en 2020. Or, les 22,05 MW maximum du projet représentent 0,7875 % de l’objectif fixé, ce qui relativise grandement l’intérêt dit significatif du projet, d’autant plus que des plans de bridage sont prévus pour réduire l’impact estimé fort et permanent sur l’ambiance acoustique en phase d’exploitation. Rappelons que l’ex-Picardie est déjà la première région en terme de puissance installée, avec environ 14 % du total national. Ainsi, l’intérêt très relatif du projet ne semble pas contrebalancer une nouvelle fois les impacts potentiels sur le patrimoine, les paysages, la biodiversité et les projets du Soissonnais. »

Un élu de l’Agglo se lève comme seul et contre tous devant cet avis défavorable à l’éolien : Jean-Pierre Corneille, le maire de Cuffies. Il tient à rappeler la génèse de l’implantation du parc éolien, du moins pour celui qui concerne sa commune : « Une étude avait été commanditée à l’époque de la présidence de Jean-Marie Paulin. Le vote des élus de l’agglomération et de toutes les communes avait confirmé la poursuite du projet dès 2006. Il s’agissait alors de sortir des énergies carbonées ou de la production nucléaire pour des énergies plus propres. J’entends que ma position est dernièrement critiquée, mais à chaque fois les conseils étaient d’accord et ont rendu un avis favorable à ce principe. »

Alain Crémont, l’actuel président de GrandSoissons Agglomération, répond alors : « On ne se positionne pas pour ou contre l’énergie renouvelable, je pense par ailleurs que c’est bien l’énergie nucléaire qui est la moins carbonée, mais nous disons que c’est ici l’éolien qui n’est pas adapté. » Collectivement, les élus de Soissons comme ceux du GrandSoissons ont en effet confirmé leur avis défavorable aux deux projets.
Ils ont été ajoutés aux dossiers d’enquête publique sur les demandes d’autorisation environnementale d’exploiter des deux parcs éoliens.

Continuer la lecture

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×