Connectez-vous avec le Vase

Actualités

SPECIAL ELECTIONS : économie, emploi et environnement

Le premier tour des élections municipales 2020 a lieu le dimanche 15 mars, suivi du potentiel second tour le 22 mars. A Soissons, cinq candidats se sont pour l’heure officiellement déclarés. Tout candidat a dans tous les cas jusqu’au 27 février pour se présenter et déposer sa liste de 35 noms pour composer le prochain conseil municipal de la cité du Vase.

Le Vase Communicant

Publié

le

Après avoir présenté les 5 candidats déclarés à la mairie de Soissons, nous avons demandé à chacun d’entre eux d’exposer – succinctement – leurs engagements et leurs propositions sur les thématiques spécifiques du développement économique et de l’emploi, de l’environnement et de la circulation douce, tout en exprimant leur position sur la future installation de l’usine Rockwool. Le premier tour des élections municipales aura lieu le dimanche 15 mars, puis le possible deuxième tour la semaine suivante du dimanche 22 mars.

Philippe ABBAS

soutenu par La France Insoumise

Le développement économique et l’emploi : « Concernant l’emploi, je propose la création d’un bureau municipal de l’emploi afin de renforcer le lien entre les partenaires, les sans-emplois et les employeurs. Ce lieu n’a pas vocation à se substituer au pôle emploi ou à la mission locale. Il doit proposer des outils, accompagner, mettre à disposition les offres d’emploi et être un interlocuteur privilégié pour les entreprises. Les expériences existantes en France ont montré de bon résultats, comme par exemple à Fécamp ou Pertuis. »

L’environnement et la mobilité : « Concernant l’environnement, je prône la création d’un poste d’adjoint au maire en charge de l’écologie, le développement durable et la transition énergétique, financée par une baisse d’un quart de l’indemnité des élus. Par ailleurs, la circulation douce devra inclure un véritable plan de développement des pistes cyclables, trop insuffisant selon moi, depuis 2014. La gratuite des bus est également prévue. »

L’installation de Rockwool : « Je demande et je suis le premier candidat à annoncer souhaiter un référendum d’initiative citoyenne sur l’implantation de cette usine Rockwool sur le territoire. J’ai bien conscience que cela peut créer 140 emplois. M. Crémont, étant premier vice-président du GrandSoissons depuis 2014, en charge de l’économie et de l’emploi, n’aurait-il pas eu d’autres opportunités que l’arrivée d une telle société controversée, au risque de voir un impact sur la santé de la population et l’environnement ? J’en profite donc pour parler de la construction du canal Seine Nord Europe qui débutera en septembre 2020. 3 000 à 6 000 emplois durant les travaux pour l’Aisne, l’Oise et l’Ile-de-France et à moyen terme, 15 000 emplois envisagés !! Étrangement, cela personne n’en parle… »

Alain CREMONT

maire sortant

Le développement économique et l’emploi : « Nous recréerons une offre foncière pour accueillir de nouvelles entreprises et nous créerons, au sein de la direction économique de GrandSoissons Agglomération, un service pour l’accompagnement de start-ups et pour les projets liés à l’économie circulaire. Nous lancerons également l’acte 2 renforcé du plan commerce de proximité dans tous les quartiers. De plus, à l’image de Chartres, nous mettrons notre patrimoine en valeur à travers “Soissons en lumières” pour faire de notre ville une destination touristique de villégiature et plus seulement de passage. »

L’environnement et la mobilité : « Nous déploierons un plan “Soissons 1000 arbres”, avec végétalisation des rues et façades, et créerons des îlots de fraîcheur sur des places et parcs et près de la rivière. Nous densifierons le réseau de pistes cyclables et développerons des parkings à vélo sécurisés. Fidèles à notre volonté de faire du cœur de ville un véritable lieu de vie, nous expérimenterons l’ensemble du cœur de ville en zone 30, une zone bleue et la piétonnisation une fois par trimestre. Nous améliorerons également les performances énergétiques des bâtiments publics. De plus, comme pour les véhicules de la collectivité, nous travaillerons avec le SITUS à déployer davantage de bus circulant à l’énergie propre. »

L’installation de Rockwool : « Fidèle à mon engagement en faveur de l’emploi sur un territoire qui compte 11,7 % de chômeurs et ayant là l’occasion de satisfaire les attentes légitimes de nos concitoyens, je suis favorable à l’installation de Rockwool et je fais confiance à l’État pour conduire toutes les études environnementales et sanitaires. »

Franck DELATTRE

soutenu par la République En Marche

Le développement économique et l’emploi : « Plus de 1 000 personnes ont quitté Soissons en 6 ans et cela a eu des répercussions sur l’attractivité du territoire, avec des classes et des commerces qui ferment. L’attractivité du territoire passe par le déploiement de la fibre optique, l’aménagement de nos infrastructures, une structure d’accompagnement pour l’implantation des entreprises avec la mise en place d’une équipe logistique facilitatrice, mettant du lien (il faut arrêter de travailler en silos) et de la synergie entre l’ensemble des acteurs du territoire (institutionnels, formation, élus, pôle emploi). Pour être attractif, il faut aussi baisser la taxe foncière, trop élevée et pénalisante pour l’activité et le pouvoir d’achat, nous la baisserons de 10 % dès la première année de notre mandat. »

L’environnement et la mobilité : « Nous revégétaliserons la ville (trop d’arbres abattus ces dernières années) et végétaliserons les toitures des bâtiments communaux ainsi que les friches commerciales et industrielles de façon réversible si une nouvelle activité venait à s’y installer. Une réfection thermique des bâtiments communaux, accompagnée d’installation de panneaux solaires sera lancée. Nous aménagerons, sur l’ensemble de la ville, un réseau de pistes cyclables vraiment sécurisé avec des aires de stationnement dédiés. Par ailleurs, les bus seront gratuits les mercredis et samedis, jours de marché. »

L’installation de Rockwool : « Attirer les investisseurs, c’est aussi assurer une bonne qualité de vie sur le territoire. En conséquence, toute implantation d’entreprise devra être écologiquement responsable. L’emploi ne peut se faire au détriment de la santé, en implantant des industries potentiellement polluantes. C’est le cas de Rockwool avec le risque de pollution, de répercussions sur la santé, un exode encore plus grand et une dévaluation conséquente des biens des Soissonnais. »

Sébastien LANGE

union de gauche

Le développement économique et l’emploi : « Depuis 40 ans, le bassin soissonnais a perdu plus de 3 000 emplois industriels. Notre projet, en s’appuyant sur la loi d’expérimentation du 28 mars 2003, propose donc que l’agglomération du Grand Soissons devienne un nouvel espace de la valorisation économique, sociale et environnementale des entreprises abandonnées ou menacées. Les enjeux se situent au niveau des savoirs, des savoir-faire et des compétences dont il est urgent d’assurer la pérennité sur le Soissonnais. Cela est étroitement lié à ceux de la qualité des emplois, de leur sécurisation et le développement de la formation tout au long de la vie. Un autre enjeu concerne leur financement avec une territorialisation des décisions par ses acteurs aussi bien privés que publics incluant les nouveaux acteurs du financement participatif. Il s’agit en particulier de mettre à la disposition du Soissonnais des outils pour responsabiliser les banques dont on connaît la réticence à prendre en compte l’apport des PME et TPE au développement du territoire. Enfin, notre projet porte un enjeu de démocratie lié à la participation des parties prenantes du territoire à la régulation de son développement.
Quant aux commerces, nos propositions sont claires : refus d’installations de nouvelles zones commerciales et développement des commerces de proximité. Le droit de préemption sur les locaux de Soissons sera maintenu avec un accompagnement des commerçants dans leur projet. Nous sommes également favorables au développement des entreprises liées aux activités de nuit. Les commerces du cœur de ville souffrent. Il est donc impératif de faire des allégements fiscaux aux nouvelles installations, afin de développer leur activité. Cela est déjà appliqué mais nous souhaitons une véritable équité entre les commerces. »

L’environnement et la mobilité : « Dans la redynamisation du cœur de ville, nous développerons davantage les lignes de bus et ces dernières seront gratuites. Des voies piétonnes seront créées avec une revégétalisation de nos voies et espaces verts, afin de compenser la minéralisation. Notre projet comprend aussi la multiplication des pistes cyclables. »

L’installation de Rockwool : « Nous y sommes favorables. Il faut créer des emplois. Néanmoins, nous serons vigilants sur le respect des normes environnementales et les types de contrats. »

Alain REYT

rassemblement national

Le développement économique et l’emploi : « Le réarmement économique de Soissons par implantation de nouvelles entreprises, industrielles de préférence, sera notre priorité parallèlement au dossier santé. L’avenir de Soissons, sa vitalité, sa capacité d’investissement, la qualité des services rendus à la population en terme d’infrastructures, de voirie, d’éducation, de culture, etc. – sont à ce prix. Les ressources financières de la commune ne peuvent pas reposer uniquement sur l’impôt foncier (injuste) et sur les subventions octroyées par l’État (trop aléatoire). Aussi faut-il promouvoir la création de valeur ajoutée par le travail, celle-ci générant un accroissement du pouvoir d’achat global dont profiteront tous les acteurs économiques au final (commerces, artisans, etc.) Soissons dispose d’atouts qu’il faut mettre davantage en valeur. Toutes les pistes n’ont pas été explorées dans ce sens. Bien sûr il ne suffira pas d’un claquement de doigts pour faire venir des industries. Il faudra se battre, aller chercher le travail et les emplois “avec les dents” selon l’expression de N. Sarkozy.
Il faudra également faire preuve de créativité, ouvrir de nouvelles pistes. Nous nous y emploierons. »

L’environnement et la mobilité : « La lutte pour l’environnement et la qualité de la vie doit s’envisager en relation avec l’économie et le social sinon on reste dans le symbolique. Ainsi, les circuits courts et le recours aux acteurs locaux seront systématiquement privilégiés. L’innovation et les économies d’énergie seront recherchées dans le transport (bus + vélo), l’habitat et les bâtiments publics. Nous aurons également une attention particulière pour l’entretien des espaces verts et naturels ainsi que pour le bien-être de nos amis les animaux. »

L’installation de Rockwool : « Nous sommes favorables à l’implantation de l’usine Rockwool à Soissons. Les isolants permettant de réduire la consommation énergétique des bâtiments – et donc les émissions de gaz à effet de serre – doivent bien venir de quelque part, il faut être cohérent et conséquent. Il appartient au maître d’ouvrage, la com d’agglo, de garantir une réalisation de haute qualité environnementale et sanitaire, au travers des obligations contenues dans le cahier des charges. »

Actualités

Le cinéma est déconfiné pour l’été

Au premier jour de réouverture autorisée, le cinéma de Soissons est sorti de son confinement le lundi 22 juin.

Le Vase Communicant

Publié

le

Nicolas Bey est le directeur du cinéma de Soissons depuis un an.

Après 100 jours de fermeture, le directeur Nicolas Bey et son équipe étaient impatients de rouvrir les portes des Clovis : « 100 jours de fermeture c’est inédit, confirme Nicolas, même pendant la guerre les salles de cinéma étaient ouvertes. »

Impatients mais aussi quelque peu frustrés. Habituellement à cette époque de l’année le cinéma bat son plein : « La fête du cinéma a été bien sûr annulée. L’an dernier à cette même date il y avait foule, ce sont toujours des moments agréables. » La fréquentation a tout simplement chuté de 70 % et la population n’est pas encore prête à reprendre toutes ses habitudes, à raison : « Il n’y aura pas de retour à la normale avant le mois de novembre, estime Nicolas Bey, les distributeurs américains sont très frileux et ils décalent toutes leurs grosses productions. »

Le directeur des Clovis ne se désunit pas pour autant, bien au contraire, toute l’équipe a mis « plein pot sur les mesures sanitaires » et est prête à accueillir le public de l’été. Sept dessins animés seront à l’affiche et le cinéma travaille sur le développement des contenus, « nous essayons par exemple d’avoir la saga Jurassic Park », confie Nicolas. Dans tous les cas, il se sent soutenu par sa direction : « CGR est un grand groupe en plein essor et il a les reins solides. Le cinéma de Soissons ne sera pas impacté et les projets ne seront pas avortés. »

La construction du nouveau cinéma est donc toujours d’actualité, la seule inconnue reste encore à savoir où…

ALLIANZ – Parution 2

Continuer la lecture

Actualités

Maison Henry : des Soissonnais soucieux de sa préservation

Alors que la construction du domaine d’Agathe et ses 113 appartements haut de gamme est lancé boulevard Jeanne d’Arc à Soissons, un groupe de citoyens appelle à la vigilance pour la préservation de la Maison Henry, modèle de l’Art Nouveau du début du XXe siècle.

Le Vase Communicant

Publié

le

Le chantier du domaine d’Agathe a débuté dans le prolongement de la Maison Henry.

Le chantier de construction du domaine d’Agathe a commencé début 2020 et déjà en avril des riverains se sont levés contre l’abattage d’un hêtre centenaire, sans résultat. Il est certain que la surface importante de la future résidence s’étend sur la majeure partie de l’ancien parc boisée de la Maison Henry (voir l’encadré). Maison Henry qui est maintenant l’objet de toutes les attentions d’un groupe de citoyens soissonnais, composé de Denis Rolland (vice-président de la Société Historique de Soissons), Eric Boutigny (auteur spécialiste de l’Art Déco dans l’Aisne) et Evelyne Leroy (créatrice du groupe Facebook « Soissons et environs, d’hier et d’aujourd’hui »).

Construite en 1905, l’édifice reste le témoin de l’architecture soissonnaise typique du début du XXe siècle avec ses boiseries Art Nouveau, ses cheminées et moulures Art Déco et son jardin d’hiver. La maison sera belle et bien conservée, elle fait partie intégrante du projet de la société Aegide Domitys qui prévoit de réhabiliter l’intérieur pour y aménager notamment six logements. Ces travaux de réhabilitation n’ont pas encore débuté mais le groupe, soucieux de la préservation du patrimoine local, préfère prendre les devants : « Notre démarche est d’attirer l’attention du public et d’appeler à la vigilance », disent-ils. La vue d’une vidéo présentant le projet pour l’intérieur de la maison les a en effet alertés : « La rénovation ne laisse visiblement aucune place aux éléments de décor Art nouveau qu’il faut conserver. Nous sommes tout autant inquiets pour la réhabilitation du jardin d’hiver avec ses ferronneries et ses verreries du début XXe. Par ailleurs, du fait que la maison soit cloîtrée depuis 6 ans avec ses fenêtres calfeutrées, sans ventilation et sans chauffage, nous avons la crainte que le bois soit attaqué par la mérule. Il y aurait dans tous les cas un diagnostic à faire sur la présence ou non de ce champignon. »

Si les trois Soissonnais lancent cet appel public, c’est aussi parce que le contact n’est pas établi avec le constructeur. Mais le président de la Société Historique que Denis Rolland a été pendant des années n’a pas oublié d’anticiper les choses quand il s’agit encore une fois de protéger le patrimoine : « J’avais fait précédemment une demande de classement de la maison en monument historique, demande acceptée et inscrite en septembre 2015. J’ai fait cette action par précaution pour le futur aménagement. Il est vrai que l’inscription en monument historique a été accordée après le dépôt de permis, mais j’espère que le constructeur respectera cette réglementation. »

Dans l’incertitude, le groupe de citoyens soissonnais lance donc son appel à la vigilance pour la préservation de la Maison Henry.

ALLIANZ – Parution 2

Le projet Agathe

Le permis de construire du domaine d’Agathe au 78 – 78 bis boulevard Jeanne d’Arc a été accordé à la société Aegide Domitys en octobre 2014. Le projet prévoit la réalisation d’une résidence haut de gamme pour seniors autonomes, composée de 113 appartements allant du studio au 3 pièces. L’ensemble d’une surface de 7 433 m2 au plancher, pour une hauteur maximale de 14 m, est construit sur la parcelle de 8 740 m2 du parc de la maison de maître, couramment appelée Maison Henry. Maison qui est elle-même intégrée au projet et qui fera face à la future résidence neuve. Elle sera réaménagée pour abriter six logements, ainsi que des espaces pour séminaires et activités communes. Le chantier a commencé en ce début d’année 2020 pour se terminer fin 2021, date de livraison annoncée avant le confinement.

Le projet du domaine d’Agathe sur le parc Henry, au cœur du boulevard Jeanne d’Arc.

Continuer la lecture

Actualités

Les « emplois francs » généralisés pour relancer l’embauche dans les quartiers prioritaires

L’Etat relance pour un an l’aide à l’embauche des habitants des Quartiers Prioritaires de la Ville, dont l’accès à l’emploi reste plus fermé.

Le Vase Communicant

Publié

le

Les « emplois francs » ont été expérimentés dans les Hauts-de-France d'avril 2018 à décembre 2019. A Soissons, les quartiers de Presles, Chevreux et Saint-Crépin sont concernés. La municipalité et ses partenaires avaient organisé il y a un an un « forum emplois francs », ici à la salle #Aulocal, rue du Bois de Sapin (photo d'archives).

Les inégalités face à l’emploi subsistent si l’on vient d’un quartier dit « difficile » ou si l’on habite un riche centre-ville. A diplôme, âge et parcours équivalents, il est en effet toujours plus difficile d’accéder à un travail pour les habitants des Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV). C’est bien à l’intention des habitants des QPV que les « emplois francs » ont été expérimentés sur certains territoires. A Soissons, les quartiers de Presles, Chevreux et Saint-Crépin sont concernés.

Le principe des emplois francs consiste à aider financièrement tout employeur (entreprise, association) qui recrute un demandeur d’emploi ou un jeune suivi par une mission locale et résidant dans un QPV, dans le cadre d’un CDI ou d’un CDD d’au moins 6 mois. Après un an et demi d’expérimentation, l’Etat a décidé de le généraliser depuis le 1er janvier 2020 sur l’ensemble du territoire pour une durée d’un an.

Avec ces emplois francs, le but est bien sûr de relancer l’embauche. Les entreprises qui souhaite recruter avec ce dispositif doivent adresser leur demande d’aide à Pôle Emploi dans les trois mois qui suivent la signature du contrat de travail. Le montant de l’aide financière de l’État accordée à l’employeur pour un emploi franc est à hauteur de :

  • 5 000 € par an sur 3 ans en CDI.
  • 2 500 € par an sur 2 ans en CDD d’au moins 6 mois.

Dans le département de l’Aisne, on compte actuellement 17 Quartiers Prioritaires de la Ville répartis dans neuf villes (Saint-Quentin, Soissons, Laon, Château-Thierry, Hirson, Chauny, Tergnier, La Fère et Villers-Cotterêts). Au total, près de 6 800 demandeurs d’emploi domiciliés dans ces quartiers prioritaires peuvent bénéficier du dispositif Emplois francs (données au 31 décembre 2019).

ALLIANZ – Parution 2

Le constat établi par l’Etat

Le taux de chômage dans les quartiers prioritaires de la Politique de la ville reste très élevé, proche de 25 %, soit plus de deux fois et demi le taux de chômage national.

Les difficultés d’accès à l’emploi touchent toutes les catégories de résidents de ces quartiers prioritaires, les personnes peu qualifiées mais aussi les personnes les plus diplômées.

Les études montrent que le fait d’être issu de certains territoires ou quartiers constitue un frein d’accès à l’emploi.

Continuer la lecture

Top du Vase