Connectez-vous avec le Vase

Associatif

Bissière : “Travaillé par toute la peinture du monde”

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de la rivalité dans l'art

Martin Bissière avant le vernissage de son exposition.

Martin Bissière avant le vernissage de son exposition.

Exposition à l’Arsenal jusqu’au 15 novembre.

Le tumultueux parcours de Martine Bissière depuis vingt ans apparaît dans la soixantaine de toiles qui remplissent les salles de l’Arsenal, en haut et en bas – la troisième fois seulement que tout l’espace est occupé par un seul artiste.

Du copiste installé devant un tableau de musée, s’appliquant à en reproduire chaque détail, à Picasso riffant sur « Las meninas » de Velasquez, les peintres ont toujours cherché chez d’autres artistes un modèle, un savoir-faire, une inspiration. Cela peut être signe de modestie ou d’émulation. Le mot « hommage » flotte dans l’air.

Pour Martin Bissière, pourtant, sa démarche en s’appropriant des éléments d’autres peintres est autrement féroce – même s’il en parle d’une voix amène ! Rencontré avant le vernissage de l’exposition, il ne cache pas que sa relation aux autres artistes est dominée par le désir et la violence. La notion de « rivalité » prédomine. C’est à travers les idées de l’anthropologue René Girard qu’il a compris ses propres ambitions. Pour Girard, le désir n’est jamais autonome : il prend appui sur le désir qu’affiche l’autre, ce qui mène inévitablement à la violence, sournoise ou ouverte.

Martin Bissière a toujours été sensible aux réalisations d’autres peintres. « Je pouvais être happé par tel détail de Kooning. » Mais sa réaction était de vouloir dépasser, faire mieux, rechercher son identité à travers ce que peignaient les autres.

Cette approche atteint son paroxysme dans la série « La montée des extrêmes », peinte en 2008 et 2013 et qui occupe la grande salle en haut. Martin Bissière dit y avoir expérimenté la violence qui sourd de cette rivalité. Il évoque même « la rivalité entre mon père et moi. » (Son père, comme son grand-père, était peintre). Il indique un tableau. « J’ai peint celui-là en cinq minutes. » Un autre : « Il m’a pris dix ans. » En se disant « travaillé par toute la peinture du monde » il éclaire l’intensité d’une lutte qui a pu l’épuiser. Et en assumant ses motivations, il échappe au besoin de convaincre. Il parle de violence sans agressivité aucune.

La série « Oxygène » au rez-de-chaussée a suivi la mort de son père et une résolution de la rivalité. Il aurait atteint une « vacuité » qui rassure : « Je n’ai plus l’impression de risquer ma vie. » Il y peint avec les mains : « L’outil est une arme. ». Sollicité il y a un an à exposer à l’Arsenal, il a peint plus de cent tableaux dans cette perspective.

Evidemment, les visiteurs de l’exposition réagiront d’après leur propre nature à l’impact musclé des couleurs et des formes de ces toiles grand format. Y sentiront-ils la violence, ou vivront-ils autrement l’énergie déployée ? La nature de son abstraction frustre obstinément la tendance de l’œil à chercher des images. C’est dans cette abstraction soutenue que réside une des réussites de cette grande exposition.

 

Une fois par an, l’Association pour le développement de l’art contemporain en Soissonnais (Adacs) participe à la réalisation d’une exposition à l’Arsenal. Souvent, elle entérine le choix du musée. Cette fois c’est elle qui a proposé Martin Bissière, « peintre qui mériterait d’être mieux connu » selon le président, Erick Balin, qui a écrit, avec le conservateur du musée Dominique Roussel, la préface éclairante du catalogue.

denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture

Associatif

Les soldats qui dansent

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de la danse... militaire

Les brevets de danse du XIXe siècle par Didier Lhotte, Ed. Chants et Danses de France

Sur les images, où seuls des détails diffèrent, un militaire est entouré par des participants à un bal, dames en crinoline, certaines assises, et hommes en uniforme d’apparat ou en civil, debout. Un orchestre militaire joue. L’homme au milieu danse, les autres le regardent.

 

Didier Lhotte devant sa collection de brevets à Ressons

L’auteur Didier Lhotte, de Ressons-le-Long, qui a fondé l’antenne picarde de l’association Chants et Danses de France en 1984, présente ses recherches sur l’enseignement militaire de la danse dans ce livre; il constitue aussi une riche iconographie, haute en couleurs, reproduisant un grand nombre des diplômes livrés aux candidats. Ce sont des Brevets de danse, certifiant que le soldat désigné est « Prévôt de danse » et ensuite « Maître ».

Le livre retrace l’histoire de cet enseignement, proposé par Louis XIV. Réservé aux officiers, il a été étendu aux hommes de troupe à la Révolution. Enseignée comme l’escrime, la canne, le bâton, la boxe, elle devait augmenter la force, l’adresse et la grâce militaire du soldat, tout en étant un avantage en société et un plaisir, bons pour le moral des troupes.

Après la défaite de Sedan en 1870, les salles de danse de l’armée ont disparu progressivement. Mais le retour d’anciens combattants chez eux a donné une nouvelle impulsion à la danse villageoise régionale, au point qu’on a parlé de « dansomanie ».

Chants et Danses de France est affiliée à une fédération nationale, mais Didier Lhotte admet que seule l’antenne aisnoise poursuit un véritable programme de stages (suivis à chaque fois par « un petit bal folk ») et de spectacles. Lui-même, inspiré par le premier spectacle de danse qu’il a vu en 1969, avait commencé à danser dans une troupe parisienne. Devenu psychologue à Soissons, «chaque soir pendant trois mois j’allais après mon travail danser à Paris. On se maquillait dans la voiture

Brevet d’un soldat du 67e régiment, longtemps en garnison à Soissons

Il parle modestement de ses connaissances, mais Didier Lhotte jouit d’un renom national dans la promotion des traditions de la France dansante et du vaste répertoire de bourrées, farandoles, pas d’été, anglaises. Il regrette seulement l’image d’enthousiasme brouillon du mot « folklorique » en français. La danse est une affaire de précision, un exercice intensif de la mémoire corporelle.

Parmi les 63 brevets du 19e siècle reproduits, beaucoup appartiennent à la collection de l’auteur, débordant du petit bureau chez lui, déjà rempli d’archives et de publications de l’association.

Un brevet livré à Nîmes le 3 septembre 1865 aura un intérêt particulier pour les lecteurs locaux. Sous l’image il y a les mots suivants :

Nous soussignés Maîtres et Professeurs déclarons nous être réunis aujourd’hui à l’effet de reconnaître Mr Fumat André Clerc, Elève de Mr Lasserre, en qualité de Prévôt, et après nous être assurés de ses talents et connaissances nous lui avons livré le présent. Nous engageons nos Amis et frères à lui prêter le secours de leurs Conseils, leur promettant au besoin réciprocité de notre part.

Au-dessus, encadrant le titre, les mots manuscrits « 67e régiment d’infanterie ». Or le 67e a été longuement « le régiment de Soissons » et sa dissolution en 1993 a été une épreuve pour la population. Sa caserne est devenue le Parc Gouraud.

Le livre rappelle l’importance capitale de la danse ; mais l’association a dû renoncer à ses stages jusqu’au printemps prochain à cause du Covid-19.

[Cet article paraît dans le Vase Communicant N° 298.]

Continuer la lecture

Associatif

Des images aux mots, des mots aux images

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art de la peinture abstraite

Laurence Potié à dr., Jany Haibe à g.

Laurence Potié et Jany Haibe se sont rencontrées au Salon d’artistes amateurs à Belleu il y a trois ans. Elles ont découvert qu’elles puisaient toutes les deux leur inspiration dans l’art non-figuratif.

Ayant suivi chacune son chemin, elles ont décidé d’initier un projet commun et de créer un collectif d’artistes, peintres, modeleurs, sculpteurs et graveurs qui partageraient la volonté de ne pas représenter le « réel » avec tous ses détails.

Laurence Potié

Elles lancent ce projet en exposant toutes les deux leurs œuvres au café associatif Le Bon Coin, qui depuis peu a lancé un programme d’activités culturelles, artistiques et autres.

Sous le titre Inspir’, ces deux peintres ont accroché leurs tableaux dans la pièce derrière la salle de restauration. Pour Laurence Potié, ce sont des représentations de ce qu’elle a ressenti pendant le confinement ; Jany Haibe a consacré un mois d’août intensif à préparer ses toiles. Celles de Laurence Potié restent purement abstraites, des formes souvent saupoudrées d’or qui les illumine ; Jany Haibe inclut des éléments figuratifs, mais toujours énigmatiques, jamais réalistes. Emotions, intuitions, ce sont ces mots qu’elles utilisent pour caractériser leur travail.

Chaque tableau est accompagné d’un cartel blanc contenant, non pas une légende, ni une description, mais quelques mots qui amènent le spectateur à regarder autrement l’image qu’il vient de découvrir. En retour, l’image renvoie aux mots, module leur sens.

Jany Haibe

« Oser réveiller notre âme d’enfant est notre fil conducteur. C’est un moyens de lâcher prise pour se ressourcer au quotidien » ont-elles expliqué aux invités du vernissage.

Un formulaire est disponible à l’exposition pour inviter ceux qui seraient intéressés par le nouveau collectif à laisser leurs coordonnés. Cela permettra que le courant établi entre Jany Haibe et Laurence Potié soit partagé avec d’autres.

Inspir’ jusqu’au 31 octobre au Bon Coin, 2 rue du Pot d’Etain, Soissons

Continuer la lecture

Associatif

Prochainement / L’écrit prend la parole à la Bibliothèque

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art du regard psychanalytique

« Sortir la psychanalyse des cabinets et agir dans le monde actuel. » C’est ainsi que Martine Besset, membre de l’Association de la Cause Freudienne, définit l’objectif des « Cafés-psychanalyse » organisés au théâtre du Petit Bouffon à Soissons.

Le premier cycle de ces événements l’année dernière a examiné « les modifications du lien social », sous la forme d’une présentation par un psychanalyste sur le sujet, suivie d’une conversation ouverte.

Le Café a trouvé son public, et une nouvelle série aura lieu cette année, toujours au Petit Bouffon, proposant un regard psychanalytique sur d’autres aspects du même thème. Pour encourager la participation du public, de brèves remarques par plusieurs intervenants ouvriront chaque fois un échange général.

Le cycle commencera le 17 décembre par le sujet des « Enfants seuls », notamment des mineurs réfugiés non-accompagnés. Les intervenants seront la psychanalyste Myriam Papillon, l’éducateur spécialisé Frédéric Papillon, et la psychologue Anne Fresne.

Le 24 mars le Café abordera « Bonheur et douleur », ces « deux frères ennemis ».

Pour la dernière soirée, dont la date n’est pas encore fixée, des artistes seront invités à parler de leur activité singulière.

Il est aussi question d’une soirée centrée sur « Les métiers impossibles : enseigner, éduquer, psychanalyser », qui pourrait lancer une troisième saison à la rentrée 2020.

Catherine Stef de l’ACF

En parallèle à ces conversations, l’ACF a été invitée à organiser des soirées à la Bibliothèque municipale sous le titre « Littérature et psychanalyse ». La première aura lieu le 7 novembre, quand le psychanalyste et membre de l’ECF Bernard Lecoeur parlera de « Claudel et le héros moderne », en abordant le rôle de Sygne dans la trilogie des Coufontaine (L’otage, Le pain dur, Le père humilié).

A une date ultérieure Elise Cuvellier, professeur de lettres, parlera de l’écrivaine Véronique Ovaldé.

Le programme pour ces deux cycles de soirées est établi par Catherine Stef, Martine Besset, Catherine Vannereux et Luce Vue-Droy, avec Larbi Drissi pour la conception des affiches. L’Association de la Cause Freudienne Champagne, Artois, Picardie, Ardenne (ACF-CAPA) réunit des psychanalystes et autres personnes qui adhèrent aux idées de l’Ecole de la Cause Freudienne fondée par Jacques Lacan. L’objectif de l’ACF est de faire connaître la psychanalyse lacanienne, ses outils, son langage, et de démontrer leur utilité pour scruter les sujets les plus variés du quotidien, en invitant chacun à regarder ce que recouvre ce quotidien.

Un tel regard en profondeur, qui respecte la complexité de l’expérience humaine, est d’autant plus essentiel à une époque qui vise la simplification partout, dans tous les secteurs. D’autres approches prétendent résoudre rapidement les conflits internes. Le recours aux antidépresseurs ou au comportementalisme entend permettre de mieux gérer le quotidien ; la psychanalyse préconise d’aller au cœur de ces conflits, en suivant les mots par lesquels ils se révèlent, pour libérer et enrichir le quotidien.

Dates fixées :
7 novembre à 20h45 : Claudel et le héros moderne. Bibliothèque muncipale.
17 septembre à 20h30 : Enfants seuls. Le Petit Bouffon.
24 mars à 20h30 : Bonheur et douleur. Le Petit Bouffon.

L’entrée est libre. Le nombre de places à la Bibliothèque étant limitée, il est conseillé de réserver.

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase