Connectez-vous avec le Vase

Le Vase des Arts

Les pupitres dansent : orchestre de Douai

Denis MAHAFFEY

Publié

le

Si les arts ne peuvent pas venir à leur Vase des Arts…
le Vase des Arts ira à ses arts.

La vidéo dont parle cet article est visible ici.

 

En décembre dernier, juste avant Noël, l’Orchestre de Douai et le Chœur Régional Hauts-de-France, sous la direction d‘Eric Deltour, ont donné un concert de musique classique et légère à Villers-Cotterêts.

A présent, en confinement comme tous les orchestres – et tout le monde – les instrumentistes de l’orchestre ont réussi, comme d’autres, le paradoxe de jouer seuls, chacun dans son coin, et pourtant ensemble. C’est à chaque fois un exploit d’ingénierie du son et d’orchestration (Luc Baiwir en est responsable pour l’orchestre de Douai).

Ainsi seuls et ensemble, ils présentent la musique du film Danse avec les loups de John Barry.

Le résultat est illustré sur un écran fragmenté, une case pour chaque musicien. La particularité de cette prestation est que seuls apparaissent sur l’écran noir ceux qui jouent à un moment donné de l’œuvre, les autres pupitres restent dans l’ombre. Le résultat est une danse, les instrumentistes émergeant quand ils ont à intervenir, et disparaissant quand ils ne jouent pas.

Le procédé ne change pas la partition, mais il la décortique : l’orchestration devient lucide, visuelle. L’absence de spectacles vivants a pu renvoyer les mélomanes à la musique enregistrée. Mais rien ne vaut la clarté que donne un orchestre sur scène à la musique qu’il joue. Loin d’être une distraction, la vue de ses membres en train de jouer, ou d’attendre à jouer, révèle la structure de l’œuvre, la rend plus intense.

Plus que cela, voir des gens produire de tels sons avec leurs instruments rappelle que la musique est un phénomène humain. L’Orchestre de Douai – Région Haut-de-France cite à ce propos un proverbe chinois :

La musique est ce qui rapproche.

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

New Orleans en virtuel au Mail

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art du jazz

Avant le lever de rideau virtuel : Clément Caratini à la clarinette basse, Daniel Mizrahi, guitare, au mixage.

Sous les lumières de la scène dans la petite salle de théâtre du Mail, le clarinettiste Clément Caratini et le guitariste Daniel Mizrahi attendent de commencer leur récital de jazz, échangent quelques mots, font des ajustements.

Seul manque… le public. Les quelques personnes dans la salle sont là pour surveiller le déroulement. A cause du confinement, la musique arrivera aux spectateurs sur leurs écrans, une solution virtuelle conçue ensemble par le Mail et Concerts de Poche, l’organisateur.

 

Ce n’est pas compliqué : Sabrina Guédon, directrice du Mail, a installé sur un trépied son téléphone, qui diffusera le concert sur la page Facebook du Mail Scène Culturelle.

Il durera 20 minutes. Mais il été précédé le même jour par deux concerts devant deux classes CM1/2 à l’école Michelet, après des ateliers musicaux en début du mois. Concerts de Poche prévoit toujours des animations en amont.

Il est temps. Il faut simplement vérifier l’heure, et c’est en direct !

Peu importent le cadre et les moyens, le clarinettiste et le guitariste se mettent à jouer avec un lyrisme, une précision et une délicatesse qui enrichissement singulièrement le naturel enthousiaste et entraînant du jazz de la Nouvelle Orléans.

342 personnes ont suivi le concert en direct. Combien le verront en différé ?

[Cet article paraît dans Le Vase Communicant n° 301 du 30 nov. 2020]

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Une vie de lumières

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art du music-hall

Photo Internet

En attendant la réouverture annoncée des salles de spectacle le 15 décembre le Vase des Arts offre ce portrait fictif d’un humble fantassin de l’armée de la comédie musicale, qui n’a connu la gloire que sur le tard, auprès de son propre jeune public familial.

Quand ses parents le voyaient chanter, danser dans un nouveau spectacle, sa mère confiait chaque fois, comme un refrain, que dès sa naissance « il regardait tout droit les projecteurs de la salle d’accouchement puis tendait les deux bras comme s’il saluait son public. »

Enfant, il suivit des cours de piano, de théâtre, de chant, de ballet, convaincu que sa soif de gloire suffirait pour la lui apporter. Au lieu de refléter les lumières de scène, il brillerait de sa propre lumière, celle de la célébrité.

La réalité du music-hall ne lui accorda que les rôles de choriste et danseur, troisième à gauche, premier à droite, devant ou derrière, pour le cadrage collectif d’une meneuse de revue étincelante. Les yeux de la salle étaient sur elle.

Il se retira des plateaux à quarante-trois ans. Il avait des enfants. Ils eurent des enfants. « Papy, qu’est-ce que tu faisais au théâtre ? » Sans un mot, il reproduisit pour eux un pas glissant, leva le menton, toucha un chapeau qui n’y était pas, accomplit une pirouette, fit semblant de perdre l’équilibre. Ravis, ses petits-enfants rirent, et il vit dans leurs grands yeux fixés sur lui, enfin, le reflet de sa propre lumière.

Il dansa et chanta pour eux. Il comprit que, loin de vouloir être éblouis par son talent, ce qu’ils adoraient était la ringardise. Alors jamais il ne prit une pose sans un tremblotement des jambes, ne sourit qu’en dégageant les dents comme chez le dentiste.

Il tendit la tête et les bras vers la droite et la jambe droite à gauche, les mains creusés comme s’il mendiait. « J’étais en bas de l’escalier aux marches clignotantes, et la star le descendait emplumée comme une autruche. Dans un autre spectacle j’avais un rôle différent. » Il se déplaça et adopta la même position en miroir, de l’autre côté des marches imaginaires. Les enfants s’esclaffèrent, tombèrent à la renverse – exprès, car ils jouaient eux aussi la comédie.

« Tu as jamais été une star, Papy. » « Non » conceda-t-il, « mais attention, j’ai quand même été choriste de Gilbert Bécaud ! » Les enfants firent une grimace pour dire « C’est qui ça ? », un sourire à l’envers, les coins des lèvres tirées si loin vers le bas que deux cordes apparurent sur leur gorge entre menton et sternum. « Et Johnny ? » proposa le plus gentil. « Pas mon style, jeans, blouson cuir, musique rock. Moi c’était plutôt le frac jaune canari, la canne d’argent et le haut-de-forme. Ou débardeur et pantalon cramoisi pailleté.»

Il ne renonça aux triomphes de cette seconde carrière familiale dans la comédie musicale que parce qu’il fut engagé pour un spectacle sans chanson ni danse, celui du cancer. Une histoire sombre, qu’il interpréta sans entrain. Mais au final, quand tous attendirent autour du lit, comme dans une salle de théâtre en rond, il fit un suprême effort. « Mes chéris, je fais mes adieux à la scène. » Il fronça les sourcils jusqu’à empiéter sur les yeux, puis les leva vers son front, là où avaient poussé autrefois ses jeunes cheveux. Il regarda les spectateurs et ferma les yeux, éteignant les lumières, sa lumière.

Venu examiner le corps pour la mise en bière, le directeur des pompes funèbres se pencha, tendit la main et baissa les sourcils.

[Ce portrait est adapté d’un écrit pour Scribus de février 2019.]

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Michel Fiévet : “De lecteur je suis devenu passeur”

Denis MAHAFFEY

Publié

le

L'art d'éditer la poésie

Michel Fiévet sur sa terrasse à Mercin-et-Vaux

Le 1er mai 2019 Michel Fiévet a adressé à ses contacts un sondage, pour voir si son projet de créer une petite maison d’édition de poésie contemporaine les intéressait. C’était essentiel : l’entreprise fonctionnerait par abonnement. Il a eu assez de réponses favorables pour donner suite. « L’Ail des Ours » a été lancée. En janvier 2020 il a publié son premier poète, le cinquième recueil est paru le 20 septembre, et il y a 349 abonnés – à qui il demande à présent de se réabonner pour 2021.

Michel Fiévet, instituteur doublé d’éditeur, aime la poésie comme on aime une personne, pour son aspect et sa nature, son intelligence et sa sensibilité, sa franchise et ses secrets, mais surtout pour sa vérité. Quand il en parle, sa voix change, son langage se charge d’images.

Il revient sur cette aventure. D’où vient l’idée ? Chaque année il travaille en classe sur un poète, jusqu’à trouver « le vers déclencheur » qui servira aux élèves pour écrire leur propre poème. Ils sont réunis dans un petit livret qui est envoyé au poète. « J’ai fait la connaissance de beaucoup de poètes de cette façon. »

Le nom ? « J’étais chez des amis, en nous promenant nous avons cueilli de l’ail des ours, plante des bois aux fleurs blanches. Nous cherchions ensemble un nom pour ce projet. Quand je partais l’amie a dit « N’oublie pas ton ail des ours ! » Et le nom était trouvé. »

La création d’une entreprise est une course d’obstacles, mais Michel Fiévet en parle comme d’un bonheur. Il a déposé les statuts d’une association 1901, il a ouvert un compte bancaire, il a fait les démarches à la BNF pour le dépôt légal, il a négocié avec la Poste, ayant la bonne surprise d’un tarif très bas pour l’envoi – parce qu’il s’agit d’abonnés, non pas d’acheteurs.

Les recueils des poètes déjà publiés

Le prix des livres ? « 25 € les cinq recueils par an pour les abonnés, 6 € l’exemplaire dans les librairies, 8 € par courrier. » Seules deux librairies, L’Arbre Généreux à Soissons et une autre à Compiègne, vendent le livre. « Je suis enseignant, je ne peux pas assurer la distribution. »

Le travail ?  « Le soir et toutes les vacances. » Il a appris à utiliser l’application Publisher et prépare tout, couverture et mise en page, et envoie les fichiers à l’imprimeur. Chaque recueil est illustré en couleur par un artiste, souvent proposé par le poète. Il fait imprimer 500 chaque fois, au format 12/15cm, avec une cinquantaine de pages sur du beau papier.

Le choix des poètes ? Il indique les manuscrits empilés sur une étagère de son bureau. « D’abord, je refuse beaucoup. C’est difficile, surtout quand un ami l’envoie, mais bon… »   Certains protestent. Etre connu ne suffit pas : « J’édite un poète, non pas un nom. Un comité de lecture de cinq personnes lit les manuscrits sans voir le nom de l’auteur. Puis c’est moi qui décide. »

« Etre éditeur change tout : Je ne suis plus un lecteur je suis passeur. » Je cherche quelqu’un qui m’emmène, une poésie de sens et de sensations. Je lis plusieurs fois, je rentre dedans. Parfois je me dis « J’aurais aimé l’écrire ». Je refuse la poésie sombre, quand elle ne me sort pas du tunnel. »

Il publie maintenant des recueils, mais il y a dix ans Michel Fiévet avait déjà trouvé un moyen de partager la poésie. Tous les dimanches il envoie par courriel, à plus de 1500 destinataires, un poème choisi dans une des collections de sa bibliothèque, souvent précédé d’un exemple de la poésie écrite par ses élèves à partir du vers déclencheur. Comme pour les recueils, le choix de ces poèmes ne suit aucun programme : il les choisit au coup de cœur. Pour recevoir ces poèmes il suffit de lui adresser la demande à michf@orange.fr

Son réseau d’amis poètes et autres l’aide souvent. Stéphane Bataillon, poète et journaliste, a parlé de lui dans La Croix, a conseillé un site… et a offert de le faire pour lui, avec la possibilité de commander en ligne. La modicité des prix fait que le don d’un abonnement sert souvent de cadeau. Il y a aussi une page Facebook.

Les poètes déjà édités sont Marilyse Leroux, Adeline Baldacchino, Roselyne Sibille, Estelle Fenzy et Philippe Mathy ; Jacques Robinet les rejoindra avant la fin de l’année.

Michel Fiévet est un homme habité par la poésie. Il en a écrit, il l’utilise dans sa classe, et maintenant il la choisit et l’édite. « Quelle jouissance de partager la voix des poètes que l’on aime. »

Editions L’Ail des Ours, 24 rue Marcel-Gavelle, 02200 Mercin-et-Vaux
Site Internet : www.editions-aildesours.com
Page Facebook : Editions L’Ail des Ours
Voir aussi :
Michel Fiévet : « une porte, dix autres portes, mille autres », Vase des Arts, 23 janvier 2017

[Une version abrégée de cet article paraît dans le Vase Communicant N° 299.]

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase