Connectez-vous avec le Vase

Théâtre

Amour : la grande affaire (1)

Publié

le

L'art du théâtre

De g. à dr. Magdalena Malina, David Houri et Alix Riemer.

« Nos serments » au Mail, 18 février.

La petite salle du Mail, version théâtre de la salle des fêtes, se prêtait bien aux intimités échangées dans « Nos serments » (le titre du projet de Julie Duclos avait changé depuis l’impression du programme). Les acteurs jouaient à même le sol juste devant nous, comme si nous passions la soirée dans leur appartement, inaperçus. « C’est parfois presque gênant » dit une spectatrice à l’entracte, frappée par l’intensité de l’expérience.

En suivant la configuration du film « La maman et la putain » de Jean Eustache, deux hommes et trois femmes vivent leur désordre amoureux, leurs amours désordonnés, leurs couples en flux. François (David Houri), impulsif à mériter une bonne claque, mais séduisant, quitte l’excessive Mathilde (Maélia Gentil) pour la maternelle boutiquière Esther (Alix Riemer), puis part en virée avec la licencieuse et polonaise infirmière Oliwia (Magdalena Malina). L’ami faux nonchalant Gilles (Yohan Lopez) regarde, prend part, se retire.

L’amour dicte tout, en tant que désir, jouissance, dépendance, chagrin. Les engagements amoureux réciproques sont au mieux passagers.

Le texte traque ces « divagations amoureuses » (titre d’un spectacle de l’Arcade au Mail en 2011). Il est long mais nécessaire, exhaustif mais pointu. « Nous n’avons rien à nous dire » annonce Esther au penaud François. « Nous pouvons quand-même nous parler » proteste-il. Elle est inflexible : « Du fait que nous n’avons rien à nous dire ? »

La proximité entre scène et salle a mis le jeu des acteurs sous une loupe. Une année de préparation et d’improvisation a assuré leur justesse. Les deux comédiens dépassaient même l’« interprétation », semblant aller chercher leur personnage dans leurs propres sensations. Yohan Lopez surtout a tracé un portrait parfait du non-engagement indécis. Dans une vidéo projetée derrière le plateau, Gilles travaille en silence, et longuement, lentement, tombe amoureux d’Esther. Le moment le plus poignant de la pièce est son retrait, à l’annonce du retour de François, qu’il a un temps remplacé auprès d’elle : « Alors je m’en vais. »

denis.mahaffey@levase.fr

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Etoiles à venir : spectacles en préparation

Publié

le

L'art de monter un spectacle

Cirque Isis : une déchiqueteuse transforme des branchages en jet de lumière.

Les fermetures répétées de salles de spectacle n’ont pas empêché les artistes de continuer à avoir des idées, les élaborer, puis mettre en scène et répéter ce qu’ils ont conçu, sans la certitude de trouver un public. Salles, dates, tournées ? On verra bien !

Sylvie Pommerolle joue Chopin.

A Aizy-Jouy, dans une maison de briques rouges datant de la Reconstruction après la guerre de 14-18, le collectif Résonances se retrouve pour répéter un spectacle sur Chopin. Il reprend ainsi une formule qui l’a inspiré plusieurs fois, notamment pour Charlotte, son évocation de la vie de l’artiste allemande Charlotte Salomon. La carrière de ce spectacle-là, aux débuts prometteurs, avait été brisée par le premier confinement.

L’approche réunit la musique, la lecture de textes, et l’exécution simultanée de peintures pour créer un accompagnement visuel.

Le fil rouge de Chopin est son opus 28, les Préludes, brefs éclats de lumière de toutes les couleurs. Douze des vingt-quatre ont été choisis pour le spectacle,.

Sylvie Pommerolle est au piano. Avant chaque prélude Jacqueline Defigeas lit le commentaire d’André Gide dans ses Notes sur Chopin, analyses percutantes qui ouvrent grand les oreilles pour chaque morceau. Pour illustrer les remarques sur le célèbre 7e Prélude, la pianiste le joue deux fois, d’abord en mazurka, puis comme une valse lente, ce qui nuance différemment l’arpège culminant, sans altérer son envol vers l’au-delà.

Le peintre Salim Le Kouaghet accompagne la musique en prenant ses crayons de couleur pour traduire sa réaction sur une feuille. Au fur et à mesure que le récital avance, la petite table sur laquelle il travaille vibre davantage. « Je commence lentement, puis ça va de plus en plus fort » explique-t-il en riant. Parfois il reflète le rythme de tel prélude ; parfois les marques sur le papier font penser à une sorte de partition multicolore.

Dès la création ce petit format sera remplacé par des toiles et l’acrylique. Mais toutes ces feuilles seront exposées, groupées pour correspondre à chaque répétition. Ainsi, le processus de création sera retrouvé à chaque représentation.

Sortant d’une des multiples résidences au Mail pendant la fermeture au public, Isis, compagnie de cirque de Pargny-Filain, a présenté, devant quelques professionnels éparpillés sur le fauteuils de la salle, trois séquences de son nouveau spectacle, A travers bois. Huit jongleurs recrutés pour le spectacle utilisent des assemblages, des lattes, des planches pour mener une méditation énergique sur la matière. Energique, car ils s’envoient ces assemblages, les jettent, les rattrapent, les mettent en équilibre. Une méditation par la concentration qu’ils révèlent, le silence et le calme avec lesquels ils exécutent ces actions. Une séquence est accompagnée par des bruits de percussion – sur des instruments en bois.

Les jongleurs d’Isis

Le degré de coopération est intense. Chacun tient à la verticale une grande planche, dont la plus longue dépasse la hauteur de l’ouverture du plateau, puis la lâche et court attraper une autre pour l’empêcher de tomber. On dirait une forêt de troncs d’arbre qui vibrent, entourée de petits humains qui courent de l’un à l’autre pour les toucher.

C’est Quentin Bancel, directeur d’Isis, qui a conçu le spectacle, et qui y prend part pour une scène qui brusque le calme silencieux. Il amène sur le plateau une grande déchiqueteuse rouge montée sur des pneumatiques, et alimentée avec des branchages. La machine les dégorge en forme d’un jet, comme les étincelles générées par un poste à souder. Le bois devient lumière.

A la sortie d’une autre résidence, Jean-Louis Wacquiez et Patrice Le Duc, acteurs et marionnettistes de la compagnie Asphodèle, montrent Bob et Mac jouent Parole de loup, adaptation d’un conte graphique de Geoffroy de Pennart. Du théâtre d’objets, où un marteau arrache-clou prend le rôle du méchant loup Igor, museau devant, oreilles le long de la tête. La représentation respire surtout le plaisir intense pour les deux artistes de rejouer sur scène après en avoir été si longtemps éloignés.

Quel avenir attend de tels spectacles ? Isis fait ses propres programmations ; les deux autres demanderont des efforts pour les lancer. Ils font penser à des toiles ou des sculptures : le peintre, le sculpteur espèrent trouver un acquéreur, mais il y a d’abord l’élan qui les pousse à créer.

[Cette enquête élargit les informations publiées dans le Vase Communicant n° 313 sur des spectacles qui attendent un public.]

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Le théâtre retrouvé

Publié

le

L'art retrouvé du théâtre

Une spectatrice (masquée) est appelée à sauver Igor le loup.

Du bonheur. En bas du double escalier du Mail un petit nombre de professionnels du monde du théâtre attendent de monter pour avaliser la sortie de résidence de Parole de loup par Bob et Mac, repris et remonté à partir d’une version « théâtre de rue » jouée à Charleville-Mézières en 2019.

Ces quelques spectateurs respirent le bonheur de se trouver dans un théâtre, d’assister à la mise en route d’un spectacle. Ils parlent… théâtre. Mélanie Izydorczak et Laurent Colin du Petit Bouffon décrivent la rénovation de fond de leur salle pendant la fermeture forcée.

Mélanie Izydorczak et Laurent Colin du Petit Bouffon

Nous montons dans la salle et même sur le plateau, où nous nous asseyons sur des chaises espacées. Les deux comédiens-marionnettistes, Jean-Louis Wacquiez (Mac) et Patrice Le Duc (Bob), attendent. Première remarque de Jean-Louis : « Je suis heureux d’être là. Ca fait un an que je n’ai pas joué. » Il parle sur un ton intime au groupe de confrères, consœurs devant lui.

Ils occupent un local de bricolage monté en planches de bois, avec un établi et tout le bric à brac habituel.

Ils ont adapté pour théâtre d’objets Parole de loup, un des albums de la série Loups de Geoffroy de Pennart. L’histoire d’Igor le loup, du Commissaire qui le poursuit (richement parés d’un accent russe), et du lapin qu’il poursuit, commence par le choix d’objets pour prendre les rôles. Igor sera un marteau arrache-clou, museau devant, oreilles le long de la tête. Le lapin est fabriqué devant nos yeux d’un fouet à œuf auquel seront vissées deux cuillères à café pour les longues oreilles. Immédiatement, ils prennent vie, convainquent. C’est le miracle du théâtre d’objets.

Le spectacle, comme l’album d’origine, est destiné aux plus de trois ans. Pour ceux qui dépassent de très loin cette limite, Bob et Mac ont prévu des références, des blagues qui dépasseront les plus petits.

L’intrigue ? Disons que tout est bien qui finit bien.

Mac et Bob, redevenus Jean-Louis et Patrice, sollicitent des commentaires, des suggestions, des critiques. Leur spectacle est en devenir. Nous apprenons qu’il a été monté « sans budget », en utilisant des dons, des prêts de matériel. Il est question de diffusion du spectacle, de recherche de dates ; mais il est tentant de voir avant tout, dans Parole de loup par Bob et Mac, un désir fort d’inventer un spectacle, quel qu’il soit, de répéter, de construire, puis de jouer, même pour une dizaine de gens de théâtre.

Nous avons vu le bonheur d’acteurs qui sont sur scène. Et nous avons senti le bonheur de spectateurs qui, en regardant, deviennent une partie du spectacle. Les acteurs jouent à être ceux qu’ils jouent, les spectateurs jouent à croire ce qu’ils voient.

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Les papillons au Centre

Publié

le

L'art de l'irruption poétique

Virginie Deville

Deux papillons, tenus en laisse chacun par une nymphe au masque mousseux luisant, volètent à la porte d’une classe de CM et entrent, interrompant le cours, comme la poésie interrompt la prose, en écartant l’attendu pour offrir l’inattendu. C’est le jeudi après-midi à l’école du Centre de Soissons.

La Brigade d’Intervention Poétique de la compagnie de l’Arcade est entrée en action, dans le cadre de la campagne nationale du Printemps des Poètes, sur le thème cette année du Désir. Les deux brigadières-nymphes du BIP Désir sont Anne de Roquigny et Virginie Deville. Du 18 au 26 mars elles ont fait irruption 80 fois dans des classes en plein travail de toutes les écoles de la ville.

Anne et Virginie ont fait leur choix de poèmes et préparé la mise en scène, adaptable à chaque configuration de classe. Les réactions à leur apparition varient selon le groupe d’âge. Les CM1 et 2 du jeudi après-midi ne veulent surtout pas trahir leur surprise alors que des nymphes les interpellent, souvent individuellement, les yeux dans les yeux. Mais ils se laissent atteindre par ce qu’ils entendent : Dante, Tahar ben Jelloun, Baudelaire, Laetitia Cuvelier… Il y a même une interprétation insistante, rythmée, montant en puissance, de Supercallifragilisticexpialidocious, tiré de Mary Poppins.

Anne et Virginie admettent que le sujet du désir n’est pas si facile à aborder que le Courage, thème de 2020. Le désir qu’elles évoquent est celui qui se cache dans les profondeurs de chacun, celui qui vous pousse à agir, à grandir, à mûrir pour le laisser se réaliser.

Anne de Rocquigny

Dix minutes  plus tard, en laissant une image-ombre faite au pochoir sur une fenêtre ou la porte vitrée, une nymphe-papillon aussi fugitive que les nymphes grandeur nature, la BIP Désir prend la porte elle-même.

Par son sérieux nécessaire, l’école opère en prose, selon des règles, en étant logique, en organisant le prévisible. Les BIP rappellent l’existence de cet autre mode, le poétique, qui se joue des règles, balaie la logique, éclaire la sphère du rêve, de l’imprévisible, du désir.

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×