Connectez-vous avec le Vase

Théâtre

Comme un garçon, comme une fille

Publié

le

L'art du théâtre pour enfants

Cristobal Pereira Ber et Julie Maingonnat

Julie Maingonnat (*) et Cristobal Pereira Ber sont deux comédiens-acrobates-marionnettistes. Elle est grande et élancée, aux cheveux en queue de cheval. Il est plus petit, trapu, les cheveux ramassés dans un chignon sur la tête. Sur le plateau de la petite salle du Mail, devant un public très jeune avec quelques adultes, ils jouent une fille et un garçon dans Une balade sans chaussettes, de la compagnie toulousaine Elefanto.

Mais avant de se laisser voir, encore cachés derrière une grande caisse à jouets, ils font entrer en scène leurs pieds au dessus de la caisse, en chaussettes qui laisser dépasser les doigts de pied. Deux comédiens grandeur nature, donc, et vingt autres petits comédiens qui vont jouer tous les tours possibles, entre eux et contre les deux grands, le long du spectacle.

Comme s’ils étaient une grande sœur et son petit frère, ils commencent par faire voler un avion en bois en le tenant à la main, partant ainsi en voyage imaginaire, pour explorer le monde qu’habitent les jouets, accompagnés par les doigts de pied en goguette.

Les doigts de pied, “ni masculins ni féminins”, rentrent en scène.

La fille rit constamment, ne prend rien au sérieux, cherche l’aventure. Le garçon est plus soucieux, moins décidé à s’engager dans ces aventures. Elle prend une épée en bois, devient un guerrier, fait peur au garçon. Il se réfugie contre la caisse à jouets, étreint sa poupée. La grande sœur se comporte plutôt comme un garçon plein d’audace et un peu bagarreur, et le petit frère est plutôt timide, inquiet, pas du tout rassuré à voir sa sœur relever des défis. C’est pourtant lui le plus fort, le plus acrobatique, qui ose le plus compter sur son corps pour le porter ; c’est elle qui, après avoir été si entreprenante, s’assoit sur la caisse et se peigne les cheveux. Une sensualité sourd du geste longuement répété. Les rôles traditionnels ont été renversés, échangés, mais rien n’est fixe, ni l’attendu ni l’inattendu.

Après le spectacle, Cristobal explique que le spectacle vient de son envie d’examiner les notions du masculin et du féminin. « Je suis un homme, et j’ai envie de savoir comment je serais si j’étais une femme. »

Venons-en à l’avis d’un spectateur. L’adjoint jeunesse pour cette chronique, Felix âgé de cinq ans et demi, a ri à chaque enfantillage des comédiens. Son avis en sortant du théâtre est nuancé : « C’était plus intéressant que drôle. » C’est la preuve que, dans la tranche d’âge visée par le spectacle, le message est passé. Il est bon de rire, surtout à voir de grandes personnes jouer aux enfants et faire plein de bêtises, se taquiner et exécuter des sauts périlleux. Mais c’est encore plus intéressant de voir qu’un garçon peut avoir des réactions « de fille », une fille celles « de garçon ». Et que des doigts de pied, libérés des chaussures, ne se conforment à aucun genre, ni féminin ni masculin.

(*) Elle replace la créatrice du rôle Viola Ferraris, actuellement en congé de maternité.

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Autour de la table : la Guerre de Troie

Publié

le

L'art du raccourci

Une longue table métallique sur la scène du Mail, les pieds fixés par des boulons, et avec un plateau en bois, entourée de chaises, métalliques aussi, comme pour une réunion de travail dans une usine. Huit acteurs entrent en scène. L’un va au piano pour accompagner le spectacle, les sept autres s’installent autour de la table.

Mais ils n’y resteront pas. Au cours du spectacle ils vont monter dessus, se cacher dessous, courir autour.

Le jugement de Pâris : Héra, Athéna, Aphrodite

Le Théâtre du Mantois, de Mantes-la-Jolie, joue La Guerre de Troie (en moins de deux…). La limite de temps sous-entendue dans le titre va être respectée en accélérant la vitesse de l’action et le débit du texte, mais sans rien omettre de la longue histoire, qui commence par la naissance d’Hélène, future plus belle femme du monde et déclencheuse pour cette raison de dix ans de lutte de dix ans entre Grecs et Troyens, et qui se termine par la destruction de Troie.

La mythologie grecque traite d’un monde de passions, de trahisons, de violences. A la différence d’une société purement humaine, les dieux interviennent, souvent pour des motifs triviaux. Le guerre est déclenchée parce que Pâris le Troyen, appelé à choisir celle de trois déesses qui recevra une pomme d’or, rejette la proposition de pouvoir fait par Héra et celle de bravoure militaire par Athéna, et donne la pomme à Aphrodite, Déesse de l’Amour, qui lui promet d’épouser… la plus belle femme du monde. La complication qui mène à la guerre : Hélène est déjà mariée à Ménélaos, roi grec.

Le concours (dans laquelle Hélène est représentée par une poupée aussi blonde que Barbie) illustre l’approche des Mantois : avec une énergie débordante, chaque déesse tente de convaincre Pâris ; quand il a décidé, Aphrodite et lui croquent la pomme (une Golden, quelle autre variété conviendrait ?) devant les deux dépitées.

Hélène, la poupée la plus belle du monde

La colère légendaire d’Achille, la mort de Patrocle, la venue de Priam roi de Troie pour demander le retour du cadavre de son fils : le texte consiste en des citations, dites avec précipitation mais avec une grande clarté, par l’un ou l’autre ou en chœur : Homère, Sophocle, Euripide, Hésiode, Virgile, Offenbach et, comme le dit l’affichette du spectacle, « etc, etc ».

Le comique du spectacle, qui ressemble à un vaudeville, vient du ton railleur, et de l’agilité corporelle des acteurs. Par moments, la créativité fait penser au Théâtre du Soleil : les chaises sont empilées sur la table, puis recouverts par de grands tissus marron, et voilà, convaincant parce que le public s’y prête, le Cheval de Troie.

Rien n’est pris au sérieux, sauf la guerre qui sous-tend tout : on ne rit pas d’une guerre, on rit et fait rire de l’absurdité de la guerre.

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

L’éphémère à l’école : Brigades d’Intervention Poétique

Publié

le

L'art de la poésie

Anne de Rocquigny et Virginie Deville dans la cour de l'Ecole de la Gare avant l'intervention..

L’Ecole marche selon des règles, d’horaire, de programme, de comportement, de discipline, avec plus ou moins de rigidité selon l’établissement, l’administration, les enseignants, les matières – et les élèves.

Mais chaque printemps depuis 2009 cette belle mécanique éducative est volontairement déréglée dans les écoles de Soissons, quand les Brigades d’Intervention Poétique (BIP) font irruption dans chaque classe de chaque école, sans que les élèves soient prévenus, restent dix minutes, reviennent le lendemain. Pendant ces interventions les deux brigadières déclament des poèmes qu’elles ont choisis, selon un thème choisi par la campagne Printemps des Poètes. Après Désir, Courage, Infinis paysages et d’autres, le mot pour 2022 est « Ephémère ».

Je retrouve Anne de Rocqigny et Virginie Deville dans la cour de l’Ecole de la Gare le dernier jour de la campagne, pour les accompagner dans deux classes. La Ville de Soissons continue à financer l’action, cette année dans neuf écoles : Centre 1 et Centre 2, Michelet, Saint-Waast, la Gare, Galilée, Fiolet et Jean Moulin, totalisant 43 classes, et donc 86 passages.

Les deux comédiennes de la compagnie de l’Arcade, qui a une longue relation avec Soissons, sont flamboyantes dans de longues robes écarlates – après s’être habillées en éphéméropteristes (*) au premier passage. Avant d’entrer, Anne endosse un sac à dos dont sort un tronc d’arbre branchu. Virginie tient sur sa tête un petit panier.

Elles ouvrent la porte, entrent. L’ambiance de la classe est transformée : les élèves sourient, échangent des regards, comme pour dire « Mais qu’est-ce qu’elles vont inventer aujourd’hui ! »

Immédiatement, Brigadière Anne fixe la classé et récite « O ! temps suspends ton vol… ». Les paroles de Lamartine annoncent la couleur : le temps suspendu, l’éphémère règne. Elles chantent, dansent, font de la magie avec une fleur en papier, s’adressent à des élèves individuels, timides ou enthousiastes. Puis elles ouvrent la porte et sortent – suivies de François Hanse, Adjoint à la culture et au patrimoine de la Ville, venu témoigner par sa présence de l’importance qu’attache la Ville de Soissons à cet apprentissage poétique.

Anne de Rocquigny et Virginie Deville avec François Hanse dans la cour après l’intervention.

Et… Anne et Virginie resurgissent pour répandre des pétales de rose. Seraient-ce celles de la rose de la jeunesse que, selon Ronsard, la Mignonne doit cueillir car « la vieillesse fera ternir votre beauté » (« Pas encore ! » s’exclame un élève) ?

Après la séance, Anne a parlé de la démarche.

« D’emblée le thème de l’Ephémère évoquait la condition humaine par excellence, dans sa beauté et sa fragilité, ce que l’actualité ne cesse de nous rappeler entre crise sanitaire et guerre… sans parler du temps qui passe et qui nous transforme à chaque instant.

On  commence par chercher des pistes à l’aide d’un dictionnaire… En même temps nous cherchons des poèmes en lien avec les différents axes du thème.

Nous sélectionnons des poèmes contemporains et classiques qui nous plaisent, sont en lien avec une des facettes de l’éphémère, et nous paraissent possibles pour notre public. Puis nous confrontons nos sélections, les lisons ensemble et défendons nos choix car il va falloir en abandonner beaucoup !

Nous cherchons aussi des idées de mise en scène, de costume, d’ accessoires, d’entrées dans la classe, ainsi qu’une dramaturgie en assemblant les poèmes. Il faut que ça raconte une histoire tout en ne disant que les mots des poètes. » Puis elles répètent.

« Petit à petit on a cherché à enrichir notre proposition. On se dit : qu’est ce qu’on va faire après ? Et puis on trouve de nouvelles idées de jeu, d’interaction avec les enfants…

Souvent les élèves nous suivent dans la cour, veulent nous accompagner dans une autre classe pour faire la surprise, nous disent “C’était trop bien”  ou “Vous êtes trop belles ! » et nous demandent si on va revenir dans leur classe. Parfois on reçoit des dessins.

Mais le vrai cadeau c’est de voir les yeux des enfants qui brillent, leur sourire (enfin sans masque), leur capacité d’émerveillement – ou leur côté très normatif  (« Euh, on est en classe quand même…  » dit l’un d’entre eux nous voyant danser), et leurs réactions à nos transgressions,  toujours différentes en fonction des âges et des sensibilités… Bref, c’est très vivant et il n’y a pas qu’eux qui s’amusent ! »

Cette année, dix-sept poètes en deux fois dix minutes, dont Queneau, Prévert, Baudelaire, Ronsard, pour parler de ce qui ne dure pas, dans un langage riche dépassant le vocabulaire des élèves mais qu’ils entendent comme de la musique qui laisse des traces.

L’éphémère y a été, n’y est plus.


(*) L’éphémère, aussi appelé manne, est un insecte éphéméroptère ; logiquement, celles et ceux qui les étudient seraient des éphéméropteristes.

Continuer la lecture

Le Vase des Arts

Autour de Dieu en 80 minutes

Publié

le

L'art de faire rire avec bienveillance

Mehdi a appris une tolérance presque affectueuse pour les bizarreries des humains.

Mehdi Djaadi entre seul en scène pour Coming out au Mail de Soissons, et aborde la question de son apostasie – « Vous allez apprendre de nouveaux mots. » Selon le Petit Robert, abandon d’une doctrine, d’une religion ; les Islamistes ajoutent la peine capitale comme punition.

Son récit se termine par un échange entre lui et son père : questionné quant au Paradis chrétien, il lui explique qu’il s’agit de vivre devant la face de Dieu. « C’est long ? » demande son père. « Pour l’éternité. » « Alors, bonne éternité. »

Entre la menace qui inquiète et la réconciliation paternelle qui émeut, Mehdi fait rire.

Il raconte sa vie, sous forme d’un pèlerinage spirituel. Né de parents algériens dans un quartier ouvrier de Saint-Etienne, il a été éduqué dans une école catholique – et  en parallèle a étudié le Coran dans une madrasa ; s’est frotté aux Salafistes du quartier, malgré les conseils de son père ; s’est laissé tenter par la délinquance ; puis s’est converti au Protestantisme, attiré par la relation personnelle entre l’homme et Jésus ; est devenu Catholique quand il a vécu la présence réelle du Christ à la Messe.

Son histoire d’une conscience en mouvement est peuplée par une galerie de personnages, croyants sûrs ou précautionneux et non-croyants, mais uniformément cocasses, dont il est un fin observateur, saisissant leur paroles, leur attitudes, leurs gestes.

Il y la comparaison entre les cours de catéchisme de ses camarades de classe, dont ils émergent avec des gâteaux et des coloriages d’Ombelline, et l’ambiance punitive de la madrasa : une faute dans la récitation d’une surate, un coup de bâton sur le paume de la main ; une deuxième, sur le dos de la main ; une troisième, sur le bout des doigts. Il y a la douceur un peu trop empressée de la femme rencontrée au temple : « Jésus t’aime, il t’aime, Jésus est ton ami. » Il y a le premier prêtre à qui il s’adresse pour le cours de cathé, qui demande, en avancant ses lèvres comme un cheval acceptant une pomme « Est-ce que vous êtes sûr de ce que vous faites ? Vous savez, l’Islam est une très belle religion. »

Devenu comédien après une école de théâtre en Suisse, il se trouve dans un milieu où la tolérance des musulmans est proclamée d’autant plus haut et fort qu’elle n’est peut-être que de surface, et où ce Catholique est considéré comme nécessairement islamophobe. Un ami lui fait des remontrances, avec un geste qui le caractérise : il tire constamment ses chevaux en arrière en utilisant ses doigts comme des peignes, comme pour se dégager les idées.

Il cite le langage utilisé dans le milieu du catholicisme libéral, où les jeunes, au lieu de se fréquenter, « cheminent ensemble ».

Il ne parle pas d’éventuels tourments spirituels. Le sujet de ce texte joliment travaillé (avec le metteur en scène Thibaut Evrard) est, après tout, le bonheur de la foi, quels qu’aient été les obstacles sur le chemin. Mehdi a appris une tolérance presque affectueuse pour les bizarreries des humains. En bref, il aime son voisin.

[Modifié le 23/03/22 pour recifier des fautes de frappe et autres]

Continuer la lecture
P U B L I C I T É

Inscription newsletter

Catégories

Facebook

Top du Vase

LE VASE sur votre mobile ?

Installer
×