Connectez-vous avec le Vase

Théâtre

Prochainement / La panoplie des hontes

L'art de la création théâtrale

La chorégraphie des mouvements

Mercredi 24 oct. J-13. L’auditorium du Mail

Moins de deux semaines avant la première de Je ne marcherai plus dans les traces de tes pas au Mail, et après plusieurs mois de répétition, le metteur en scène, les comédiens et les techniciens s’attachent sur le plateau de la grande salle à coordonner chaque détail du jeu, des vidéos, de la musique, de la chorégraphie. Comment arriveront-ils à en faire un spectacle cohérent dans le temps qui leur reste ?

Vincent Dussart, directeur artistique de la compagnie de l’Arcade et metteur en scène de la pièce commandée à Alexandra Badea, s’attache à mettre de la « fluidité » dans ce qui se passe.

Xavier Czapla, Laetitia Lalle Bi Bénie et Juliette Coulon en répétition

Sur scène, Xavier Czapla, Juliette Coulon et Laetitia Lalle Bi Bénie jouent trois sociologues en partance pour une mission en Afrique de l’Ouest. Assis chacun sur un tabouret blanc, ils attendent leur tour pour se faire vacciner. C’est le début de la pièce.

Derrière eux, le décor est implacable : une cloison d’une blancheur aveuglante, divisée en huit panneaux qui s’éclairent ou s’assombrissent sous les projecteurs.

A leur droite (côté jardin), et en pleine vue de la salle, le musicien Roman Bestion gère sa partition électronique sur un ordinateur.

Comment se sent-il, Vincent Dussart, si près de la première alors que la production semble encore bien brouillonne ? « Ca va. » Pas de trac ? « Les affres de la création. » Il le dit avec humour. On sent que les joies dépassent les affres.

La pièce avait été commandée à la dramaturge roumaine Alecandra Badea, avec une consigne : traiter de la honte. Un séminaire sur le sujet avait été mené avec l’université de Lille pour fournir une base théorique à son écriture. Il y a un an, une première prise en main du texte a eu lieu sur la scène du Mail, avec deux des trois comédiens actuels.

Ceux qui suivent le travail et le parcours de Vincent Dussart depuis l’arrivée à Soissons de l’Arcade pour une première résidence en 2010 comprendront que le sujet s’intègre dans ses questionnements constants sur les freins et manques qui empêchent les êtres humains de construire leur « soi », et de le vivre dans la plénitude et la liberté. La honte écrase la jouissance, soumet la personne au regard – vécu comme méprisant – des autres.

Les sociologues pourraient se sentir armés contre la honte : reconnus, investis d’une tâche importante, privilégiés, de quoi auraient-ils honte ? Eh bien, chacun cache son secret, et ces secrets détruiront leur collaboration. Chacun a sa source de honte, comme s’il l’avait choisie dans une panoplie – ou avait été choisie par elle. Dans chaque cas la honte a ses racines dans l’enfance. A la fin, sans qu’une fin heureuse soit garantie, il y a une sorte de recommencement pour tous les trois, qui décident de faire un retour sur la blessure d’origine, forger un nouveau regard, considérer la possibilité de se pardonner. Surtout, et le titre de la pièce indique ce renouveau, ils pourraient repartir, mais cette fois sans suivre les traces laissées par d’autres pas. Aller sur son propre chemin, sans encombrement, s’accepter au lieu de se rejeter. Sans honte.

Vincent Dussart en silhouette devant la scène

Mercredi 31 oct. Jour J-6

Devant un petit public formé de membres d’une association avec laquelle l’Arcade réalisera un futur projet, les comédiens travaillent la même scène. Il ne s’agit plus de minuties techniques, tout est devenu plus fluide. Le metteur en scène s’occupe des acteurs. Il laisse chacun interpréter son rôle, mais intervient pour ajuster ce qu’on pourrait appeler la dynamique, la ligne d’énergie de l’ensemble. Il insiste que Juliette donne plus de force au mot « malgré », pour interrompre une réplique lisse. Il demande à Laetitia de déplacer son épaule « d’un centimètre, ça suffit », pour transformer une attitude d’assurance en position de méfiance.

La chorégraphe France Hervé intervient pour ajuster les attitudes, les mouvements. Les comédiens ne dansent pas, mais leurs déplacements et gestes sont chorégraphiques. Il y a un mouvement commun et répété des bras, qui tournent furieusement tout près de la tête, comme si la personne essayait de se libérer d’une gangue.

Mardi prochain, alors que tout ce travail préparatoire sera devenu invisible à l’intérieur d’une pièce de théâtre, les spectateurs seront amenés à suivre une histoire, mais aussi à résonner intérieurement à la honte sur scène.

__________________________________________________________________________

Je ne marcherai plus dans les traces de tes pas, 6 novembre à 20h30 dans la grande salle du Mail.

[Voir aussi : Vivre au théâtre : un portrait de Vincent Dussart.]

Non classé

Prochainement (8-9 fév.) / Chekhov au Grenier

L'art de l'engueulade théâtrale

Sa gouvernante prépare Lomov à faire une demande en mariage.

La compagnie du Grenier pratique un théâtre très physique : l’énergie s’y exprime non seulement dans les mots mais dans les corps. Leur dernière production, Histoires vraies, qui enchaînait en un seul spectacle plusieurs contes de Maupassant, était une modèle d’engagement corporel de la part des huit comédiens.

Nicolas Pierson est le prétendant maladif.

Au printemps dernier la compagnie a choisie pour sa production suivante de monter L’Ours et La Demande en Mariage, deux pièces en un acte d’Anton Chekhov, sous le titre Plaisanteries.

L’auteur est connu surtout pour ses portraits d’une société russe minée par la mélancolie, pleine de rêves et de projets, mais incapable de faire les démarches pratiques nécessaires à leur réalisation. Les personnages se débattent puis, inévitablement, s’avouent vaincus. Mais Chekhov a écrit pourtant plusieurs comédies courtes qui mettent en scène des personnages emprisonnés, non pas par des rêves mais par leur avarice et l’agressivité extrême des relations avec leurs proches et voisins.

Dans les deux pièces une dispute entre voisins, au sujet d’une vieille dette dans le cas de L’ours, et de terres dont la propriété est réclamée des deux côtés dans La demande en mariage, donne lieu à des engueulades soutenues. Mais les deux combattants, à la surprise des spectateurs autour du ring, finissent par une soudaine réconciliation : ils décident de se marier par amour. Certes, on peut envisager une vie conjugale orageuse : dans La demande en mariage, le consentement des deux partis acquis, ils se relancent dansune querelle qui promet de s’éterniser.

La compagnie avait enchaîné les contes de Maupassant ; cette fois les deux pièces sont reliées par l’emploi des deux mêmes acteurs, Julie de Sousa Reis et Nicolas Pierson, pour incarner les deux couples querelleurs. Cette répétition de querelles bruyantes pointe les facteurs communs et les différences individuelles.

Par ailleurs, Madeleine Deleu, qui met en scène les productions du Grenier, a conçu un dispositif qui encadre les pièces et fait penser au cinéma muet. Au début de la première pièce, la gouvernante (Colette Fourreaux) du prétendant Lomov (Nicolas Pierson) l’aide à s’attifer pour faire sa demande en mariage auprès de la mère (Geneviève Hoareau) de Natalia (Julie de Sousa Reis). Sur un fond sonore de ragtime endiablé, le rythme est rapide et saccadé, les bouches s’ouvrent et se ferment sans sortir un mot. Entre les deux pièces il y a un passage muet ou la gouvernante et le valet (Philippe Querel) de L’ours se rencontrent, encore en musique, et on peut supposer que le spectacle se terminera dans le même style frétillant.

Natalia et Lomov marquent une trêve dans leur combat pour donner leur consentement mutuel sous le regard satisfait de la mère. Mais ça ne durera pas.

Supposer ? Une répétition à l’école Fiolet n’a concerné que la première des deux pièces. Devant les barreaux du gymnase, les acteurs s’habillent et se mettent à jouer. Lomov, préparé par la gouvernante, se présente à la mère de celle dont il veut faire son épouse. Las ! ils se lancent immédiatement dans une dispute terrienne. Les voix se lèvent, la différence se creuse entre le calme furieux de la mère et l’agitation maladive de celui qui la destine à être sa belle-maman. Paroles et mouvements s’accordent pour renforcer le jeu.

Le spectacle sera créé en février. Tout est déjà prêt, le jeu en place ? Madeleine Deleu, qui scrute chaque geste, écoute chaque mot, sourit : « Ca doit aller encore plus fort. »

Le travail qui est à faire serait de maintenir la frénésie du cinéma muet sans perdre la cohérence du texte de Chekhov. Les fidèles du Grenier attendront ce que les autres spectateurs découvriront : un rythme trépidant pour un jeu parfaitement lisible.

Plaisanteries au théâtre Saint-Médard, 9 et 10 février à 20h30. Réservations 03 23 53 54 42

Continuer la lecture

Théâtre

Comme un garçon, comme une fille

L'art du théâtre pour enfants

Cristobal Pereira Ber et Julie Maingonnat

Julie Maingonnat (*) et Cristobal Pereira Ber sont deux comédiens-acrobates-marionnettistes. Elle est grande et élancée, aux cheveux en queue de cheval. Il est plus petit, trapu, les cheveux ramassés dans un chignon sur la tête. Sur le plateau de la petite salle du Mail, devant un public très jeune avec quelques adultes, ils jouent une fille et un garçon dans Une balade sans chaussettes, de la compagnie toulousaine Elefanto.

Mais avant de se laisser voir, encore cachés derrière une grande caisse à jouets, ils font entrer en scène leurs pieds au dessus de la caisse, en chaussettes qui laisser dépasser les doigts de pied. Deux comédiens grandeur nature, donc, et vingt autres petits comédiens qui vont jouer tous les tours possibles, entre eux et contre les deux grands, le long du spectacle.

Comme s’ils étaient une grande sœur et son petit frère, ils commencent par faire voler un avion en bois en le tenant à la main, partant ainsi en voyage imaginaire, pour explorer le monde qu’habitent les jouets, accompagnés par les doigts de pied en goguette.

Les doigts de pied, « ni masculins ni féminins », rentrent en scène.

La fille rit constamment, ne prend rien au sérieux, cherche l’aventure. Le garçon est plus soucieux, moins décidé à s’engager dans ces aventures. Elle prend une épée en bois, devient un guerrier, fait peur au garçon. Il se réfugie contre la caisse à jouets, étreint sa poupée. La grande sœur se comporte plutôt comme un garçon plein d’audace et un peu bagarreur, et le petit frère est plutôt timide, inquiet, pas du tout rassuré à voir sa sœur relever des défis. C’est pourtant lui le plus fort, le plus acrobatique, qui ose le plus compter sur son corps pour le porter ; c’est elle qui, après avoir été si entreprenante, s’assoit sur la caisse et se peigne les cheveux. Une sensualité sourd du geste longuement répété. Les rôles traditionnels ont été renversés, échangés, mais rien n’est fixe, ni l’attendu ni l’inattendu.

Après le spectacle, Cristobal explique que le spectacle vient de son envie d’examiner les notions du masculin et du féminin. « Je suis un homme, et j’ai envie de savoir comment je serais si j’étais une femme. »

Venons-en à l’avis d’un spectateur. L’adjoint jeunesse pour cette chronique, Felix âgé de cinq ans et demi, a ri à chaque enfantillage des comédiens. Son avis en sortant du théâtre est nuancé : « C’était plus intéressant que drôle. » C’est la preuve que, dans la tranche d’âge visée par le spectacle, le message est passé. Il est bon de rire, surtout à voir de grandes personnes jouer aux enfants et faire plein de bêtises, se taquiner et exécuter des sauts périlleux. Mais c’est encore plus intéressant de voir qu’un garçon peut avoir des réactions « de fille », une fille celles « de garçon ». Et que des doigts de pied, libérés des chaussures, ne se conforment à aucun genre, ni féminin ni masculin.

(*) Elle replace la créatrice du rôle Viola Ferraris, actuellement en congé de maternité.

Continuer la lecture

Non classé

Au théâtre cet après-midi (*)

L'art du boulevard

Barbara Schulz et, derrière Le Figaro, Arié Elmaleh

« Encore un couple qui va tout droit dans le mur » pouvait-on penser en lisant le résumé de La Perruche. Quatre jours seulement après Heureux les Heureux, et ses deux couples qui pouvaient à peine se supporter, mais se supportaient quand même, voici un autre, dont l’irritabilité entre l’un et l’autre s’aggrave en temps réel jusqu’à la rupture. La porte se referme derrière la femme ; l’homme reste de ce côté.

Les différences entre les deux spectacles sont pourtant plus grandes que ces similarités.

Heureux les Heureux dissèque la relation conjugale par une accumulation de petits détails véridiques, souvent inattendus. Les perceptions font parfois rire parce qu’elles touchent aux absurdités humaines, mais la pièce ne vise pas le comique.

Faire rire est en revanche primordial pour La Perruche. C’est une comédie de boulevard, c’est-à-dire destinée à ceux qui traditionnellement allaient aux théâtres sur les Grands Boulevards pour se distraire plutôt que pour sonder l’âme humaine ou participer à un spectacle engagé.

Le mari essaie de se racheter de ses fautes.

Les mots d’esprit et les quiproquos sont nombreux, le rythme du jeu d’acteur est réglé pour encourager les rires, le bousculement des codes ne va pas jusqu’à mettre en question les valeurs de base. Il y a des envolées captivantes, comme lorsque le mari défend ses adultères en supposant qu’un corps d’homme est fait de deux parties, au-dessus et au-dessous de la ceinture : celle du Nord, contenant la tête et le reste, celle du Sud, contenant les pieds, doigts de pied… et le reste. Le Nord et le Sud ne sont pas toujours d’accord, peuvent même se disputer. « Le Nord a pu perdre quelques batailles, mais entend gagner la guerre » dit avec conviction ce mari volage. L’image se développe, provoquant l’hilarité dans la salle.

Ce qui peut paraître une facilité dans les échanges n’est pourtant point facile à obtenir : en écrivant une telle comédie, Audrey Schebat fait preuve d’une riche imagination et une grande expérience du genre ; en la jouant, Arié Elmaleh et Barbara Schulz montrent une finesse, une énergie et une précision parfaitement adaptées.

Une autre différence par rapport à Heureux les Heureux est que Carole Bouquet jouait les quatre rôles créés par Yasmina Reza. Ce choix mettait en question l’identité, et offrait à la comédienne une occasion de briller sous quatre projecteurs différents.

A la sortie de La Perruche, plusieurs spectateurs qui avaient vu les deux pièces, tout en s’abstenant de comparer les textes, ont rapproché plutôt la prestation des comédiens. Le contraste a été saisissant entre les avis sur Carole Bouquet (qui « ne maîtrisait même pas son texte ») et le couple de La Perruche (« de très, très bons comédiens »).

Ce couple se sépare à la fin. Se retrouveront-ils un jour ? Au moins Arié Elmaleh et Barbara Schulz allaient retourner chez eux ensemble : ils forment aussi un couple dans la vraie vie.

(*) La direction du Mail a choisi une heure inhabituelle pour ce spectacle, qui aurait pu convenir au cadre de Au théâtre ce soir à la télévision. L’essai s’est avéré probant : ceux qui aiment sortir le dimanche après-midi ont été très nombreux à profiter de cette « séance en matinée ».

Continuer la lecture
P U B L I C I T É
LA MARMITE D’EDDIE – Corporate – 09-2018

Catégories

Facebook

Inscription newsletter

Top du Vase